Science et vie : Il jette sa télé par la fenêtre devant l’inspecteur des impôts

Marre de payer la redevance télé ? voici une solution simple et efficace .
Un contrôle de redevance audiovisuelle tourne mal : il jette sa télé par la fenêtre devant l’inspecteur des impôts !

Il y a quelques semaines, Fred a été victime d’un contrôle de redevance audiovisuelle à son domicile. Un inspecteur des impôts est venu vérifier s’il ne possédait pas de télé comme indiqué sur sa déclaration. Mais dans la chambre du fils, le contrôleur est tombé sur un téléviseur. Il a donc demandé au père de famille de payer la redevance. « Vu qu’il y a une télévision, potentiellement, on peut regarder la télé », explique l’homme.

Une injustice selon Fred puisque la télé a été acheté par son fils afin de jouer à la console. Le téléviseur ne sert donc pas à regarder les chaînes puisqu’il n’est connecté à aucune antenne ou box. Pour ne pas payer la redevance, le père a alors pris la décision de jeter la télé par la fenêtre sous les yeux du contrôleur du fisc. « Vous allez noter cher monsieur qu’au 1er janvier 2017, il n’y avait pas de télé… (BOOM) et au 1er janvier 2018, il n’y aura pas de télé non plus ! »

Syrie, marche pacifique devant le palais des Nations Unies à Genève : Revendications / A qui profite le crime ?

Le 24 avril 2017, en fin d’après-midi et sous un soleil radieux, une poignée d’hommes et de femmes sympathisants de la cause syrienne ce sont rendus devant le palais des Nations Unie à Genève afin de soutenir la cause syrienne.

Pour rappel, voici leurs revendications :

(1) Les Etats-Unis ne sont pas en mesure de justifier cette action au titre de la légitime défense, prévue à l’article 51 de la Charte de l’ONU


(2) Les Etats-Unis ne peuvent faire état d’une quelconque autorisation du Conseil de l’ONU, le débat étant en cours à New York


(3) Les Etats-Unis ne peuvent évidemment pas anticiper les résultats d’une enquête internationale diligentée par l’Organisation internationale pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC basée à La Haye), qui demeure la seule habilitée à la conduire en application de la Convention d’interdiction des armes chimiques de 1993 à laquelle la Syrie n’a adhéré qu’en 2013


(4) Se fonder sur les seules affirmations des Services de renseignement US et occidentaux pour apporter la preuve de l’implication du régime syrien est plus que cynique si l’on se souvient des mensonges proférés par ces mêmes Services à propos de la présence d’armes de destruction massive en Irak.

L’INGERENCE AGRESSIVE ET UNILATERALE DES ETATS-UNIS NE RENDRA PAS LES SYRIENS MAÎTRES DE LEUR AVENIR!

Après 6 ans de destruction, alimentés par une guerre par procuration internationale, bien des pays occidentaux ont salué les frappes du Président Donald Trump contre une base militaire syrienne. Persuadés de leur «omniscience morale» en vertu de laquelle, le monde «libre» peut désigner impunément la colombe et le vautour, les Etats-Unis ont tenu leur rôle de «gendarme du monde» en accusant unilatéralement le gouvernement syrien d’avoir utilisé des armes chimiques contre sa propre population dans la localité de Khan Cheikhoun le 5 avril.

Ce faisant, et en prenant en otage les droits de l’homme et jouant sur la récupération politique, Trump se risque à une escalade de la violence pouvant avoir des conséquences désastreuses non seulement pour le peuple syrien mais aussi pour toute la communauté internationale. La frappe aérienne état-unienne constitue une infraction flagrante du droit international sur l’usage de la force.

Syrie : A qui profite le crime ?

En ces temps de guerre quasi mondiale, il est intéressant de se rendre compte des enjeux économiques colossaux qui se jouent en Syrie et il faut saluer le courage des journalistes qui font là, un travail admirable.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

La Syrie fait partie d’un plan de remodelage du Grand Moyen-Orient depuis 2003.

Pierre Le Corf : Témoignage sans concession.

Article à lire : 2017, le coup d’état

Une étude un peu approfondie de l’Histoire nous laisse deviner qu’en toute occasion les vraies forces dirigeantes ont à se tenir dans l’ombre des représentants qu’elles se sont choisies, ne pouvant se risquer à s’exposer aux fluctuations événementielles, sous peine de se voir un jour dépossédées de leur puissance ».

AVERTISSEMENT :

Les informations qui ont été utilisées pour cette analyse ont été recoupées et vérifiées conformément aux principes de la charte journalistique de Munich. Elles ont pour origine des articles de presse, interviews télé, images et ouvrages dont les auteurs sont connus et reconnus pour la fiabilité de leurs recherches. Il serait trop long de les énumérer ici. Loin de tout name-droping, vous trouverez en fin de publication les références. Mais tout est vérifiable. Attention, cependant aux sites complotistes, confusionnistes où d’extrême droite. Assurez vous que les sites que vous consultez soient reconnus pour le sérieux de leurs publications. Préférez les sites de recherches universitaires. A ceux qui disent que cet article est complotiste, il s’agit, tout simplement, d’un propos irresponsable qui a pour objectif de discréditer toutes critiques à l’égard de pratiques qui mettent en danger la démocratie. Mais plus grave encore cela permet de les avaliser. Il est urgent de cesser ce genre d’accusation un peu simpliste et de poser les vraies questions. En l’occurence a-t-on oui ou non utilisé l’appareil d’État à des fins de stratégies politiques? Les relais d’influence sont -ils réels ? Les media et les instituts de sondage sont ils indépendants? etc. Ce sont les questions centrales du débat.

Propos liminaires.

Une fois de plus, cet article est long. Prenez le temps de le lire tranquillement, mais lisez le. Il révèle comment certains acteurs ont préparé minutieusement ce qu’il faut bien appeler un coup d’État. Il s’agit pour eux de pérenniser, coûte que coûte, la politique engagée par François Hollande. Alors qu’ils se persuadent de servir les desseins heureux de la France, ces putschistes sont en passe de réussir leur ultime objectif, celui de faire perdre à notre pays son libre arbitre, en soumettant son peuple et en violant la démocratie

L’heure est grave.

Avant –propos.

En 2005, vous avez, pour certains d’entre vous, participé au referendum du TCE (Traité pour une Constitution Européenne) vous avez détesté le battage médiatique outrancier pour le « oui » ? Vous avez applaudi son rejet par 55% des Français ? Vous avez protesté contre la transformation du TCE en Traité de Lisbonne adopté par le Parlement réuni en Congrès en 2012 ? Vous avez hurlé au déni de démocratie ? Un coup porté à la voix du peuple…un véritable coup d’État ?

Eh bien c’est, à peu de chose près, ce qui se passe aujourd’hui pour faire élire un candidat choisi par la même oligarchie, par les mêmes élus de gauche et de droite, par les mêmes media et pour les mêmes objectifs. Exactement les mêmes. De VGE à Cohn Bendit en passant par Hollande et Bayrou, de TF1 à Libération, du Monde au journal Les Échos, les Pineau, Arnault, Bolloré, tous participent à la promotion d’un seul et même vœu… le « oui » pour Emmanuel Macron.

Dans « Macron ciblé par la CIA » publié sur ce même blog (que je vous conseille de lire avant cette publication) il a été démontré comment ce jeune banquier-énarque a été porté au cœur de l’appareil d’État par des apparatchiks européistes et atlantistes.

Aujourd’hui, il est l’heure pour ces gens là de passer à la phase opérationnelle. Ce qui se prépare en France à l’occasion de ces élections présidentielles peut être qualifié de coup d’État, tant les séquences collent exactement à la définition qu’en font des spécialistes.

Par la manipulation de l’opinion publique et la maitrise des structures de l’État, des hauts fonctionnaires, des hommes politiques, des élus et des journalistes véritables mercenaires au service des patrons de grandes entreprises multinationales et de la finance internationale tentent de soumettre le peuple français à un destin qu’il ne s’est pas choisi. De gauche à droite, du PS au Centre, contre le restant de l’échiquier politique une minorité s’apprête à prendre le pouvoir en France.

Lisez attentivement ce qui est écrit. C’est édifiant !

=== Lire la suite ===

Présidentielle 2017 : Quand les Petits candidats remettent à leur place les grands

Quand les petits candidats remettent les grands à leur place

  • Philippe Poutou : « Jusqu’à présent, on pense que ceux qui « Rasent gratis » c’est plus pour les patrons, les milliardaires y compris les politiciens, quand on voit un Fillon qui se dit préocupé par la dette mais quant il y pense moins quand il se sert dans les caisses publiques … »
  • Nicolas Dupont Aignan : « Comment croire le premier ministre qui a bafoué le vote des français lors du référendum de 2005, qui a fait voter le traiter de Lisbonne par le Parlement qui a été le viol du peuple ? »
  • François Asselineau : « Monsieur Mélenchon et Madame Le Pen proposent de luter contre la directive des travailleurs détachés sauf que les polonais,  les roumains par exemple refusent absolument la remise en cause de cette directive. Je pourrais prendre ainsi tous les candidats, en réalité, ils ne vous disent pas la vérité. Il faut également mettre un terme à toute complaisance avec l’émirat du Qatar ou avec l’Arabie Saoudite qui sont, on le sait, parmi les principaux pourvoyeurs financiers et d’armes du terrorisme islamiste. »
  • Jacques Cheminade : « Vous êtes des grandes gueules qui essayent de voler ce que croient les plus faibles. »

RE OPEN 9 / 11 : Des hologrammes voilà ce que c’était!

Des hologrammes voilà ce que c’étaient!

John Lear était un pilote expérimenté, un homme controversé, mais dont le récit, qu’il s’apprête à nous dévoiler, n’a rien de banal, bien au contraire. Bob Lazar lui-même dit de lui qu’il a une forte tendance à en rajouter, mais à le lire, on en arriverait à le croire, tellement ce qu’il dit semble plausible et censé.

Il pense que les avions qui ont percuté le World Trade Center et le Pentagone également le 11 septembre n’étaient en fait que des hologrammes, il dit en effet que la technologie holographique est maintenant très avancée et qu’il est donc aisé de reproduire à échelle réelle des avions. Suite à cette déclaration, il explique que nombreux sont ceux qui ont essayé de lui barrer la route, en lui disant par exemple qu’il faisait du tort à nos souvenirs du 11 septembre et qu’il salissait les mémoires de beaucoup de personnes mortes ce jour-là.

La journaliste lui explique que Henry Deacon pense quant à lui que les avions ce jour-là étaient télécommandés et veut savoir ce que John en pense. En ce qui concerne celui qui s’est écrasé à Shanksville, le vol 93, il apparaît qu’aucune épave n’a été retrouvée. Quant au vol 175, celui qui s’est écrasé sur la tour sud, il dit que c’est totalement impossible de l’écraser ainsi. Il s’explique, un avion tout d’abord ne peut pas voler en dessus de 900 mètres, il ne peut pas dépasser les 580 km/h, le maximum de vitesse opérationnel, il pourrait bien voler a 50 ou 60 km/h de plus, mais un dispositif de sécurité se mettrait immédiatement en route, un système de son qui irrite le pilote à un tel point qu’il lui est alors impossible de l’ignorer, il est donc forcé de ralentir.

Il faut se souvenir que les hommes pilotant l’avion étaient novices, ils ne connaissaient que pour ainsi dire les bases de l‘aviation et il leur aurait été impossible de voler au-delà de 630 à 650 km/h en plus de le faire avec le dispositif de sécurité activée.

En ce qui concerne le téléguidage précédemment soumis par Henry Deacon, John dit qu’il serait plus que difficile de téléguider un avion de cette taille, il réaffirme qu’aucune épave n’a été trouvée. Il dit que les seuls morceaux qui ont été retrouvés, pour l’un faisait plus de deux mètres de long, ce qui est tout à fait impossible, car l’avion aurait été désintégré sous le choc en des milliers de petits morceaux, on aurait donc dû en retrouver des milliers de petits, pas un seul gros, surtout que ce gros morceau a été retrouvé dans un état quasi parfait et pour l’autre, le moteur retrouvé dans Murray Street a été identifié comme étant un CFM-56 ou un CF6, ces deux types de moteurs sont « Général Electric », alors qu’United Airlines n’utilise que « Pratt et Whitney ». Ce moteur n’était donc pas d’après ces dires le moteur du vol 175.

Il pense aussi que l’effondrement de l’immeuble sept est ridicule, il pense que le rétroprojecteur qui a envoyé les deux avions, les vols 175 et 11, a dû se déglinguer, car le vol 93 devait s’écraser sur l’immeuble sept et finalement a changé sa trajectoire.

Les bâtiments étaient en fait préparés pour une démolition contrôlée, ils avaient prévu que la première phase de la démolition contrôlée servirait à montrer la découpe supposée faite par un avion qui aurait pénétré la façade, mais cela une fois de plus lui paraît ridicule. De plus, la démolition a dû être contrôlée pour couper chaque poutrelle métallique en barres de neuf mètres, pour qu’elles entrent dans des camions pour quitter les lieux. Il est certain en comparant tous les éléments à sa disposition que l’effondrement a été provoqué par une arme a énergie directe, dirigée bien entendu par une plateforme spatiale d’armement. Il ne dit pas cela au hasard bien sûr, des recherches ont été effectués et il s’avère que les particules de poussière étaient d’environ de 80 microns, c’est ce qu’une arme a énergie directe produit quand elle pulvérise sa cible, c’est d’ailleurs ce qui explique que les sous-sols est étaient en fusion pendant plus de six semaines.

Pour lui, l’avion que nous avons ce jour-là vu voler au-dessus de la maison blanche, le 747, est à l’origine de tout, des images holographiques des avions s’écrasant sur les tours jumelles, des images de synthèses nécessaires au bon fonctionnement du plan, des images transmises aux chaînes de télévision montrant les tours s’effondrer sous les impacts etc.

Norm Bergrun et Ron Blackburn vont tous deux dans son sens et tout trois pensent que notre avancé technologique est bien plus avancée que ce que le gouvernement veut bien nous faire croire.

Le 31 mars 2007, Morgan Reynolds a intenté un procès contre 22 sociétés, dont certaines des plus puissantes, il les accuse en fait d’accepter de l’argent pour donner des informations erronées à une agence gouvernementale, le NIST (National Institute of Standards in Technology). Bush lui-même a demandé au NIST de déterminer pourquoi le WTC s’était effondré. Le NIST a trouvé une excuse à l’effondrement ridicule et Morgan Reynolds a plus de quarante pages d’erreurs en sa possession.

Le 28 janvier 2008, John Lear a ajouté une page à ce dossier, incluant les preuves qu’il avait quant à la thèse des hologrammes.

John Lear nous explique qu’il existe une organisation dont voici l’adresse mail, PilotsForTruth.com qui compte des membres qui approuvent sa démarche et toutes ces paroles.

Voici l’histoire d’April Gallup, une jeune femme travaillant au pentagone. Le jour même de l’attentat, elle avait avec elle son bébé de six mois, qu’elle allait déposer comme tous les matins à la crèche de la zone. Ce matin-là, on lui a refusé l’accès en lui disant qu’elle devait garder son enfant avec elle, ce qu’elle a fait. Son petit était donc à l’abri sous son bureau quand l’explosion a eu lieu. Elle n’était qu’à une dizaine de mètres de l’explosion et elle affirme que cette dernière a eu lieu quand elle a appuyé sur le bouton ON de son ordinateur. Elle a donc pris son bébé sous le bras et est sortie en passant par le trou béant, elle n’a vu aucun débris. Une fois à l’hôpital, des collègues sont venus lui rendre visite et lui ont dit qu’elle avait vu un avion s’écraser devant elle. Elle a nié, mais ils lui ont fait comprendre que c’est la version qu’elle devait donner. Étrange non ?

Il a aussi en sa possession un manuel militaire qui parle des équipements de l’armée. En voici quelques lignes : « le projecteur holographique projette une image visuelle 3D dans un endroit voulu, sans générateur d’affichage. Le projecteur peut être utilisé pour des opérations psychologiques et pour la gestion de la perception stratégique. Il est aussi utile pour la tromperie optique, ainsi que pour masquer, fournissant une distraction passagère lors d’un engagement avec un adversaire peu sophistiqué. Il a des possibilités de projections précises d’images visuelles 3D dans un lieu choisi. Complément de gestion des opérations secrètes et gestion de la perception stratégique, il octroie la tromperie et la dissimulation envers les centres optiques ». Cela a été écrit en 1999.

John Lear n’est peut-être pas si illuminé que cela, sa thèse semble tenir la route, d’autant qu’il fournit des preuves, celles-ci appuyées par son expérience de pilote professionnel. Peut-être un jour sauront-nous tout ?

SONDAGES : LA PALME DE LA PARTIALITÉ MENSONGÈRE

S’agissant des disciples de l’ultra libéralisme et de leurs sondages truqués, la seule corde à leur arc qui leur reste encore, chacun le sait maintenant, c’est la désinformation télévisuelle à plein temps. Une désinformation à tout va. Une désinformation à tout prix. Mais une désinformation décervelante : faite de carcans aussi liberticides que mensongers. Sauf que cette désinformation-là, poursuit des étapes qui suivent, point par point, un processus machiavélique préétabli de longue date. En réalité, depuis le tout début de la construction européenne.

Grosso modo, ce processus, suivant un rituel désormais consacré, consiste en premier lieu à envelopper le cerveau des Français dans la touffeur d’un suaire médiatique cotonneux. Ensuite, de la même façon qu’une crapule dissimule un poignard dans le fourreau d’un parapluie : avant de l’emmancher dans le dos du chaland étourdit, il s’agit, dans un second temps, pour ces renégats européistes et anti-sociaux, d’estourbir ces « péquenots » de Français si insensibles aux sirènes du prêt-à-porter mondialiste. Ou, pour mieux dire, au désastre d’un capitalisme en surfusion totalitaire. Autrement dit : de réduire en miettes, par tout moyen occulte, tout repère permettant à ces mêmes Français de penser leur vie… librement.

C’est pourquoi, ce premier tour des présidentielles du 23 avril est si déterminant pour  la France et ses citoyens : soucieux du futur cadre de leur espace vital et des enjeux, tant économiques que sociaux, que représentent leurs suffrages.

Or, le 23 avril prochain, parvenue au carrefour de son destin, la France n’a plus le droit à l’erreur. En revanche, en fonction du futur chef d’État choisi, les Français auront droit soit à une nouvelle spéculation exacerbée des marchés, soit à une reprise guerrière de la barbarie extra nationale, soit à la confrontation militaro civile d’un pays en ébullition insurrectionnelle, soit à la reconquête de leur indépendance démocratique, dûment bâillonnée depuis la fin des trente glorieuses.

De ce point de vue, un proverbe déjà ancien, toujours d’actualité, nous prévient en ces termes : « Qui veut la fin veut les moyens ». Hélas, de cette ambiance kafkaïenne de choix politiques aussi orientés qu’improbables, il ressort, pour l’instant, que des sondeurs malveillants de la sphère oligarchique, dotés de moyens financiers considérables, sont en train de remporter la palme de la partialité mensongère.

D’ailleurs, ces derniers temps, en délicatesse d’intégrité professionnelle et aux ordres des tenants supranationaux du Nouvel Ordre Mondial, on a pu voir défiler sur les écrans TV, des arnaqueurs d’opinion de tout poil, rivaliser de subterfuges pour fausser les sondages et alimenter ainsi une rumeur sondagière : singulièrement propagée au détriment du seul candidat de la libération nationale. Autrement dit : du Frexit.

Sauf que, entre les mensonges des sondages et la vérité de la conscience française, il existe, n’en déplaise aux destructeurs des aspirations du peuple de France, un gros bémol.

Son nom ? François Asselineau.        

Thierry Theller

   

La vérité sort de la bouche de François Asselineau

C’est désormais au tour de François Asselineau. Le candidat de l’Union populaire républicaine est crédité de 0,5% des intentions de vote dans le sondage Harris Interactive pour France Télévisions qui a été publié ce matin.

Le dimanche 23 avril, les Français sont invités à se rendre aux urnes pour élire le prochain président de la République. A quelques jours de ce premier tour, la rédaction de France Télévisions propose une soirée spéciale. Les onze candidats se succèdent pour quinze minutes d’entretien individuel face à David Pujadas et Léa Salamé, dans le but de convaincre les citoyens sur leur projet pour la France. Pendant cet entretien, deux thèmes déterminés par la rédaction sont abordés. Les candidats disposent ensuite d’une carte blanche lors de laquelle ils peuvent aborder le sujet de leur choix.

Cette émission est disponible en replay intégral sur YouTube ou directement sur le site de Franceinfo : http://www.francetvinfo.fr/

Coup de Gueule d’un Youtubeur : Sondages truqués et manipulés ?

Sondages et  FRANCOIS ASSELINEAU, le gros Coup de gueule d’un youtubeur  » l’Aile à Stick « 

« Les instituts de sondages dont se servent les médias aux ordres de ceux qui possèdent les deux  vous mentent depuis toujours.

Hier et aujourd’hui nous le savons maintenant , aucune éthique hormis le pognon. »

Cette vidéo issue du réseau social « Arbre d’esprit » en dit long sur les pratiques des médias et des instituts de sondages, en effet :

Sur une liste dressée par un institut de sondages à l’occasion de la prochaine élection présidentielle en France, il est proposé : « pour qui iriez-vous voter? »

Le candidat François Asselineau président du parti URP présent sur les réseaux sociaux depuis la création de son parti il y a 10 ans, ayant atteint un nombre suffisant de parrainages pour se présenter à l’élection présidentielle de 2017 et, suite à de nombreux débats télévisés auxquels il a participé et ou il c’est fait clairement remarqué, ce candidat ne figure pas dans ledit sondage.

A la veille de l’élection présidentielle de 2017  on peut effectivement se demander pour quelle raison François Asselineau n’y figure pas.

Souvenons-nous de cette vidéo ou :

Une experte en intelligence artificielle déclare sur le plateau de C News que François Asselineau figure dans le peloton de tête à la présidentielle 2017, les deux autres candidats étant Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.

Pour cette experte, Le point commun entre ces trois candidats réside dans le fait qu’ils soient anti européen, anti OTAN et qu’ils aient de la complaisance pour le président Russe, Vladimir Poutine et, selon elle, cela représente un réel problème.

Ce qui différencie François Asselinuneau des deux autres candidats c’est qu’il soit le seul avec le candidat Jacques Cheminade à proposer via l’article 50 des traités européens, une sortie de l’Euro et de l’Union Européenne.

Soyez vigilent citoyens français, ne vous laissez pas enfumer par des sondages truqués ou des attentats (False Flag) qui ne sont là que pour vous manipuler !

Et afin de bien tout comprendre, prenez le temps d’aller jusqu’au bout de l’article ou l’on vous parle du management de le peur et ou l’on vous démontre pour rappel, le démontage d’un attentat.

Attentat ou False Flag ?

Ce qu’il faut savoir : 2 % seulement des attentats son commis pour des motifs religieux.

Le management de la terreur!

Le terrorisme est la meilleur arme politique, puisque rien ne fait réagir davantage les gens que la peur d’une mort soudaine…. Adolf Hitler

Un but recherché et jusqu’à présent atteint, le mot « ATTENTAT » terrorise la population et la détourne pour un moment de ses préoccupations quotidiennes.

Il est important voir même capital si on veut bien comprendre, de savoir qu’ une étude d’Europol pour l’année 2013 démontre que les musulmans ne seraient responsables que de 2 % des attaques terroristes de ces 5 dernières années et si l’on regarde l’année 2013 de plus près, on constate que sur les 152 attaques terroristes 2 avaient des motifs religieux et le reste des motivations nationalistes ou séparatistes.

Faire passer une décision gouvernementale impopulaire, faire remonter un président dans les sondages, justifier une intervention militaire au Moyen Orient, l’attentat terroriste tombe toujours à point nommé.

En 2017 tout le monde sait que les terroristes, rebelles, Daesh, Al-Qaïda etc… sont financés par le Qatar, l’Arabie Saoudite et l’occident.

Aidés par les médias Mainstream tout ce petit monde essaye de nous faire croire à cette désinformation et justifie ainsi ses interventions massives au Moyen-Orient notamment, l’état d’urgence qui perdure et l’état de troisième guerre mondiale à laquelle on se prépare de plus en plus.

Un Rabbin nous explique les rouages de ce système puis la présentatrice Jasmin Kosubek de la chaîne RT accompagnée du journaliste Christoph Hörstel nous expliquent de manière très convaincante ce qu’est le Managment de la terreur.

Le Management de la terreur.

Et pour rappel : Démontage d’un False Flag

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Genève 24 avril 2017 : Rassemblement pacifique de soutien aux Syriennes et Syriens

L’INGERENCE AGRESSIVE ET UNILATERALE DES ETATS-UNIS NE RENDRA PAS LES SYRIENS MAÎTRES DE LEUR AVENIR!

Après 6 ans de destruction, alimentés par une guerre par procuration internationale, bien des pays occidentaux ont salué les frappes du Président Donald Trump contre une base militaire syrienne. Persuadés de leur «omniscience morale» en vertu de laquelle, le monde «libre» peut désigner impunément la colombe et le vautour, les Etats-Unis ont tenu leur rôle de «gendarme du monde» en accusant unilatéralement le gouvernement syrien d’avoir utilisé des armes chimiques contre sa propre population dans la localité de Khan Cheikhoun le 5 avril. Ce faisant, et en prenant en otage les droits de l’homme et jouant sur la récupération politique, Trump se risque à une escalade de la violence pouvant avoir des conséquences désastreuses non seulement pour le peuple syrien mais aussi pour toute la communauté internationale. La frappe aérienne état-unienne constitue une infraction flagrante du droit international sur l’usage de la force:

(1) Les Etats-Unis ne sont pas en mesure de justifier cette action au titre de la légitime défense, prévue à l’article 51 de la Charte de l’ONU


(2) Les Etats-Unis ne peuvent faire état d’une quelconque autorisation du Conseil de l’ONU, le débat étant en cours à New York


(3) Les Etats-Unis ne peuvent évidemment pas anticiper les résultats d’une enquête internationale diligentée par l’Organisation internationale pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC basée à La Haye), qui demeure la seule habilitée à la conduire en application de la Convention d’interdiction des armes chimiques de 1993 à laquelle la Syrie n’a adhéré qu’en 2013


(4) Se fonder sur les seules affirmations des Services de renseignement US et occidentaux pour apporter la preuve de l’implication du régime syrien est plus que cynique si l’on se souvient des mensonges proférés par ces mêmes Services à propos de la présence d’armes de destruction massive en Irak

Ainsi, au regard du droit international, l’action US ne peut trouver aucune justification si ce n’est son illégalité. Elle se situe dans une dynamique de non-droit international qui pourrait avoir de fâcheuses conséquences sur d’autres dossiers. Nous, citoyens contre la guerre, nous appelons au discernement et à la lucidité: ne laissons pas la guerre psychologique (et sa réalité sur le terrain) paralyser les efforts diplomatiques pour une paix définitive en Syrie.

Pour rappel : Les meilleures répliques intellectuelles

Quand Patrick Cohen se fait remettre sur le droit chemin par ses auditeurs et se fait prendre la main dans le sac.

Merveilleuse vidéo à voir ou à revoir et surtout à partager afin de comprendre et le moment est propice, à quel point nos médias nous enfument 🙂

Stéphane Guibert / Finalscape / VK