Alep :Témoignage exclusif de Lizzie Phelan correspondante RT après la reprise de la ville par les forces gouvernementales

Spread the love

Témoignage de Lizzie Phelan correspondante RT

Massaken Hanano, un  des nombreux quartiers repris récemment par les forces gouvernementales. Le gouvernement invite les civils à retourner dans leur quartier mais il n’est pas encore entièrement sécurisé.

Des bombes non-explosées, des mines et d’autres objets dangereux peuvent à tous moments causer d’autres morts inutiles.

Ces images sont tournées pour montrer le travail courageux que mènent ces hommes afin de sécuriser à nouveau ces quartiers, pour que les civils puissent reprendre possession de leurs biens.

Stéphane Guibert/Finalscape

Images exclusives

Une réflexion sur “Alep :Témoignage exclusif de Lizzie Phelan correspondante RT après la reprise de la ville par les forces gouvernementales

  1. Thierry Theller dit :

    Les malheurs de BHL et du trio héroïque
    Par Pierre Lévy. Texte complet sur : https://francais.rt.com/opinions/30972-malheurs-bhl-trio-heroique?

    Cette fois, c’est bien sûr le sort d’Alep qui vient d’imposer au géant de la pensée de sortir de cette ascèse médiatique. Encore le fait-il avec le talent qu’on lui connait, tout en sobriété et en retenue. Il y est question d’«Assad, avec sa grande silhouette terne où se vautre l’âme la plus vile, la plus noire, la plus lâche, des salauds de notre temps» et des bombardements sur la ville «tandis que, repêchés dans ces mers de sang, les survivants, quand il y en a, sont envoyés dans des chambres de torture ou achevés».

    Thierry Theller : BHL, CE GRAND HUMANISTE EN DEVENIR ?

    Pierre Levy, vous qui avez du style, de la verve et tout le talent dont Dame nature vous a comblé, vous me semblez un tantinet irrévérencieux. Notamment à l’égard de ce BHL, ce grand humaniste en devenir, si injustement décrié.
    En effet, dites moi, comment a-t-il pu vous échapper ̶ les détails sont parfois parlants ̶ que cet homme, autrefois ami des équipées guerrières suréquipées en mépris humain, se trouve sur le point d’entamer son acte de contrition et, pour tout dire, son humble humanisation ? Même si celle-ci ne se révèle encore que très discrètement.

    En témoigne sa phrase : « Assad, avec sa grande silhouette terne où se vautre l’âme la plus vile, la plus noire, la plus lâche, des salauds de notre temps ». Sauf que cette phrase, probablement écrite sous le coup d’un violent repentir, l’a sûrement conduit à commettre un « lapsus » en forme de quasi repentance.

    Je reste donc persuadé qu’il fallait lire : « Bernard Henri Levy, avec sa grande silhouette terne où se vautre l’âme la plus vile, la plus noire, la plus lâche, des salauds de notre temps ».

    Un peu de psychologie, que diable !

Laisser un commentaire