VIDEO. « Envoyé spécial ». Whirlpool : les oubliés de la campagne

Deux salariés français de Whirlpool se rendent en Pologne pour voir l’usine délocalisée qui va « prendre leur emploi ». Là bas, ils font la rencontre de Pavel, un ouvrier polonais.

Malgré 850 millions d’euros de bénéfices en 2016, Whirlpool délocalise son usine d’Amiens en Pologne, où les salaires sont plus bas. Les 300 ouvriers sont partagés entre colère et résignation.

Bande annonce :

>>>Le reportage complet<<<<

C’est pour 2018, Whirlpool l’a annoncé il y a trois mois. Malgré 850 millions d’euros de bénéfices l’an dernier, le groupe d’électroménager délocalise la fabrication de sèche-linge en Pologne, où la main-d’œuvre est moins chère.

Le lundi 24 avril, les salariés de l’usine d’Amiens sont en grève. Ils attendent de pied ferme la visite d’Emmanuel Macron, prévue pour mercredi 26. Le candidat à l’élection présidentielle qui a passé l’épreuve du premier tour est, on le sait, originaire de cette ville de la Somme… Ici, les habitants, les élus et les commerçants pleurent une nouvelle usine qui ferme. Seront-ils entendus avant le second tour, alors que le Front national est tout prêt à récupérer leurs voix ?

La colère gronde

« Envoyé spécial » a suivi le premier tour de l’élection présidentielle avec des oubliés de la campagne : 300 ouvriers qui vont perdre leur emploi, partagés entre colère et résignation. Comment rebondir dans cette région rongée par le chômage ? Il y a Corinne, une mère célibataire qui bosse de nuit à la chaîne et élève sa fille la journée, il y a Patrice et Evelyne, qui fabriquent des sèche-linge depuis vingt-cinq ans… Comme la plupart de leurs collègues, ils ont travaillé toute leur vie dans l’usine d’Amiens Nord.

Un reportage de Laure Pollez et Olivier Sibille, diffusé dans « Envoyé spécial » le 27 avril 2017.

Economie : La fin du monde est toute proche !

Madame, Monsieur,

La crise actuelle, c’est la mort des classes moyennes. La crise actuelle, c’est votre mise à mort.

Depuis 50 ans, une élite mondialisée s’est développée. Elle s’est propagée en silence, prenant le contrôle du système monétaire, de la bourse, des banques, de la justice, de la presse et même de l’Elysée…

Cette élite ne rend de comptes à personne : Pas aux électeurs, pas à l’assemblée ou au Sénat, encore moins au président de la république. Vous allez découvrir dans cette vidéo comment ce pouvoir se cache au grand jour.

Vous comprendrez d’où vient ce sentiment diffus de malaise, ce quelque chose qui ne tourne pas rond depuis trop longtemps.

Une fois que vous aurez réalisé l’étendue de leur emprise, que vous aurez vu l’image de leur puissance se former devant vos yeux.  Alors vous comprendrez comment le monde se plie à leur volonté.

Dans un instant, vous verrez comment ils exercent leur pouvoir sur votre liberté et sur vos finances. Comment ils ont pris le contrôle de ce que vous avez le droit de gagner et de dépenser…

Vous comprendrez :

  • Pourquoi votre bulletin de vote n’a que peu d’importance malgré les différences apparentes entre les candidats.
  • Pourquoi la plupart des français on ce sentiment que rien ne va plus malgré tous les soi-disant « progrès » des dernières décennies (et pourquoi les salaires ont été gelés depuis les années 90).
  • Pourquoi les plus riches ce sont enrichis sept fois plus vite que la population depuis 50 ans.
  • Comment vos libertés les plus basiques sont rognées jour après jour.
  • Comment la BCE a mené le hold-up du siècle et vous a « braqué » 500 milliards d’euros depuis 2008 pour les transférer aux états, aux banquiers et aux hommes d’affaires, ceux-là mêmes responsables de la crise et qui ce sont enrichis sur votre dos et avec votre consentement implicite.

Enfin et surtout, vous verrez pourquoi l’élection qui vient en France et les suivantes en Allemagne et en Italie ne pourront pas grand chose contre l’effondrement financier qui vient.

 

Après vous être informé, un documentaire qui tombe à point nommé et qui vous explique le pourquoi et le comment de la crise de 2008. Documentaire  signé ARTE :

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

« Quand l’Europe sauve ses banques »

Economie Suisse : Le Valais a désormais sa monnaie locale

Tous ceux qui le souhaitent peuvent désormais faire leurs achats avec des billets de 1, 2, 5, 10, 13, 20, 50 et 100 farinets.

Des billets pour un montant de 500’000 farinets ont été imprimés, ce qui équivaut à la même somme en francs suisses. (Photo: Keystone)

Le Valais possède désormais sa monnaie locale et complémentaire. Baptisée «farinet», elle a été lancée officiellement samedi à Sion. Elle se décline en huit coupures. Une centaine de commerces jouent le jeu.

Tous ceux qui le souhaitent peuvent désormais faire leurs achats avec des billets de 1, 2, 5, 10, 13, 20, 50 et 100 farinets. L’objectif: favoriser et dynamiser la production et l’économie valaisannes, ainsi que les circuits courts, bons pour l’environnement.

Actuellement, une centaine de prestataires répartis de Monthey à Salquenen sont prêts à monnayer leurs services en farinets. On y trouve aussi bien des cafés-restaurants, des épiceries, des taxis, des thérapeutes qu’une jardinerie bio, une savonnerie ou encore une fiduciaire.

1 farinet pour 1 franc

Samedi, l’association Le Farinet officiait comme bureau de change à la place du Scex à Sion. L’office du tourisme du chef-lieu valaisan prendra ensuite le relais et chaque commerce qui accepte les farinets pourra faire office de bureau de change, a précisé Cathy Berthouzoz, responsable des relations avec les médias.

Des billets pour un montant de 500’000 farinets ont été imprimés, ce qui équivaut à la même somme en francs suisses. Ils sont mis en circulation au fur et à mesure des achats. Cinq cents utilisateurs au moins sont espérés.

Montagnes et animaux

Le graphiste designer Adrien Thétaz signe les huit billets: d’un côté une montagne valaisanne, telle que le Bietschhorn, de l’autre un animal, une activité ou une spécificité valaisanne comme le bouquetin ou l’alpinisme.

Pour financer le début de l’aventure farinet, l’association a réuni 25’000 francs environ grâce à un financement participatif. Afin d’assurer la pérennité du projet, elle réfléchit à un système de cotisations qui servirait au développement du réseau, au fonctionnement du farinet et à celui d’associations locales, indique Cathy Berthouzoz.

Depuis septembre 2015, la région franco-genevoise possède aussi sa propre monnaie, le léman. Il s’est ensuite déployé à Lausanne.

Économie : Le remboursement des intérêts de la dette en France implique une croissance de 4.7 %

La croissance de la France stagne à 0.7 % alors que durant les années 50 – 60 elle était 10 fois supérieure. C’est durant ces années fastes qu’on été mises en places des assurances sociales telles que le chômage, la maladie etc… On essaye de vous faire croire aujourd’hui qu’en gagnant 10 fois moins on va réussir à vivre avec le même train de vie. Aucun homme politique n’a le courage de le dire et c’est la que le bât blesse.

le moment va venir ou il va falloir expliquer clairement aux gens qu’un ménage ne peut pas vivre de la même manière avec un salaire de 10’000 Euros qu’avec un salaire de 1’000 Euros et il en va de même pour un pays.

Le simple remboursement des intérêts de la dette française implique une croissance de 4.7 % !

Où vont la France, l’Europe et l’Euro ?

Olivier Delamarche économiste et invité sur le plateau du média indépendant Meta TV nous ouvre les yeux sur un désastre économique imminent.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

La vidéo dans son intégralité sur Youtube :

R.S.I La grosse arnaque dévoilée par une comptable

Dans le cadre de son travail, une comptable dévoile les dérives du R.S.I qui est une entreprise privée et devrait normalement laisser aux assurés le choix d’aller à la concurrence.

Ce sont des milliers de petites et moyennes entreprises qui sont mises à mal chaque jour, des dépressions et même des suicides que cette entreprise provoque par l’entremise de pratiques bien à elle.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Économie : Un retour au Franc est inévitable

Analyse pertinente de l’économiste Charles Gave  pour qui, selon lui, un retour au Franc est inévitable.

L’Euro ne marche pas et ne pourra jamais fonctionner. L’Euro est une machine qui a été bâtie contre toutes les lois monétaires ce qui implique qu’il va falloir une fois ou l’autre retourner aux monnaies nationales et le fait que le front national l’ait dit avant les autres ne signifie pas pour autant que l’idée soit fausse.

L’Euro ne peut pas fonctionner car nous sommes confrontés à des productivités différentes entre les états et qu’il n’y a aucun mécanisme d’ajustement.

Exemple : En Italie le coup du travail est de 25 % plus élevé qu’en Allemagne et le coup du capital est plus bas en Allemagne qu’en Italie ce qui fait que tous les investissements se produisent en Allemagne et la croissance en Italie se met en berne.

A terme, l’Allemagne va faire faillite. Les Allemands qui ont suivi une politique mercantiliste depuis 10 ans en taxant la consommation et en subventionnant la production sont  devenus super compétitifs par rapport aux autres pays avec lesquels ils avaient des taux de change fixe. Ils ont développé mille milliards d’Euros d’excédent commercial vis à vis de ces pays de l’Euroland  et comme nous sommes dans une zone de payements fermée cela signifie que les allemands se sont embourbés dans mille milliards d’Euros de papier émis par les grecques, les français, les italiens etc… Ces mille milliards d’Euros valent aujourd’hui et à tout casser, 500 milliards si tout va bien. Le capital des banques allemandes est de trois cent milliards. Le rapprochement est  donc vite fait, le système financier allemand est aujourd’hui en faillite.

>>>Voir aussi l’article sur la Deutsche Bank<<<

L’Allemagne aujourd’hui est à la veille de rentrer dans une dépression.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Détachés ou déportés, l’esclavagisme comme si on y était

L’Europe, cette belle Europe qui signifie dans ses bienfaits entre autres arnaques, la libre circulation des biens et des services :

Et si nous nous attardions un peut sur le cas des travailleurs détachés, si nous cessions de nous cantonner sur notre confort personnel, notre égocentrisme et si nous faisions de notre nombril autre chose que le centre du monde ?

Le travailleur détaché est une aubaine pour celui qui l’emploi. Moins couteux, moins regardant sur ses conditions de travail et bien souvent de logement aussi, cette main d’œuvre qui vient le plus souvent des pays de l’Est permet aux entreprises qui font appel à ces travailleurs, des économies substantielles au détriment non seulement des travailleurs eux-même qui sont exploités mais aussi des demandeurs d’emplois locaux sur lesquels s’exerce un dumping salarial défiant toutes concurrences.

Si vous ne l’aviez pas encore compris, l’Espace Économique Européen met en concurrence des travailleurs au même titre que des soldats qui se tireraient dessus sans savoir vraiment pourquoi.

  • Le travailleur détaché permet aux entreprises d’augmenter leurs compétitivités.
  • La société prestataire reste assujettie au régime de sécurité sociale de son pays d’origine.
  • Les cotisations sociales d’un boucher Roumain détaché en Allemagne par une entreprise roumaine sont celles en vigueur en Roumanie.
  • Macron déclare :  » Je suis favorable à ce que la loi prévoie la capacité laissée aux partenaires sociaux de mener une négociation qui puisse en effet conduire à majorer beaucoup moins, voir pas du tout, les heures supplémentaires. »
  • C’est tout bénef ! Vive l’Europe !

Suisse :

Retour sur un scandale qui avait défrayé la chronique d’un pays si tranquille ne faisant pourtant pas partie de l’E.E.E mais pourtant pris en otage par des accords bilatéraux qui font de ce pays un parfait larbin de cette institution Européenne.

Les faits :

Scandale du Mont Pèlerin survenu en Suisse en 2013 alors que 37 travailleurs détachés tous venus d’Italie ce sont vu payés des clopinettes, vivant à 8 dans un deux pièces et n’ayant pas de quoi se nourrir dignement.

>>>Voir ou revoir l’article associé à cette vidéo<<<

Présidentielle 2017 : La France entre les mains d’un banquier d’affaires ?

Pour celles et ceux qui auraient l’intention de voter pour Manuel Macron car ayant été banquier d’affaires et ministre de l’économie on pourrait être mené à penser qu’il va bien gérer l’économie du pays, revenons un instant et en résumé sur le quinquennat de François Hollande et voyons ce que Macron a réalisé durant ces cinq années.

  • Dépense de 100 milliards d’Euros sur 5 ans et aucun effet sur la baisse du chômage.
  • Hausse du chômage de 30 %
  • Création du groupe  la Rotonde et mise en œuvre de deux mesures économiques (Pacte de responsabilité & CICE). L’État paye aux multinationales 7% de tous les salaires brut sans obliger les entreprises à embaucher. Cela représente 41 milliards d’Euros.
  • Le CICE qui devait créer 1 million d’emplois c’est avéré être 837’000 chômeurs de plus sur tout le quinquennat, soit une augmentation de 30% de chômeurs ou un coût total de 41 milliards d’Euros par année.

Il faut savoir qu’avec 41 milliards d’euros on pourrait engager 2,5 millions de personnes avec un salaire de 1’850 Euros Net par mois alors que le nombre de chômeurs atteint aujourd’hui 3,6 millions de personnes.

Macron et le pouvoir en place ne sont pas compétents pour gérer l’économie de la France. Pensez-y !

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Le cours de l’Or monte !,… Est-ce le présage d’une 3ème guerre mondiale ou d’un conflit nucléaire ?

A chaque fois que ça commence à devenir complètement instable dans le monde, les investisseurs se réfugient aussitôt et de manière instinctive sur les métaux précieux.

Donc, ce n’était évidemment pas une surprise d’assister à l’envolée des cours de l’or et de l’Argent lorsque les dirigeants mondiaux ont commencé à émettre la possibilité d’une 3ème guerre mondiale et d’un conflit nucléaire.

Le cours de l’Or vient d’atteindre un sommet de cinq mois ce mardi 11 Avril 2017, et alors que j’écris cet article, le cours de l’Or se situe à 1277,10 dollars l’once. Pour l’instant, le cours de l’argent est à 18,35 dollars l’once, et de nombreux analystes pensent qu’il s’apprête à faire un bond spectaculaire dans les semaines et les mois à venir alors que les tensions mondiales ne cessent de croître. La recherche de l’expression « entrer en guerre » n’a jamais été aussi élevée au cours des dernières années qu’aujourd’hui, et beaucoup de gens commencent à comprendre que les Etats-Unis pourraient bientôt être confrontés à des conflits militaires à la fois en Syrie et en Corée du Nord.

En réponse aux menaces persistantes de l’administration Trump, les Nord-Coréens promettent qu’ils n’hésiteront pas à utiliser les armes nucléaires s’ils étaient attaqués par l’armée américaine.

Et plus précisément, voici les menaces lancées par le journal officiel du régime Rodong Sinmun, « Notre puissante armée révolutionnaire surveille chaque mouvement de l’ennemi, et notre arsenal nucléaire est tourné vers les bases d’invasion américaines, non seulement en Corée du Sud et dans le théâtre des opérations du Pacifique, mais aussi sur le territoire américain même ».

La plupart des experts ne croient pas que la Corée du Nord aient des missiles capables d’atteindre la partie continentale des Etats-Unis, de sorte que ces menaces sont sans doute des paroles en l’air, mais ils peuvent certainement frapper Séoul, Tokyo et toutes les bases militaires américaines situées en Corée du Sud et au Japon.

Et même si les Etats-Unis étaient en mesure de localiser et de détruire toutes les armes nucléaires nord-coréennes dès les premières frappes, les Nord-Coréens auraient encore des milliers de canons et de roquettes avec lesquels ils pourraient viser Séoul. Les experts militaires ont estimé que la Corée du Nord pourrait tirer jusqu’à un demi-million de fois dans l’heure où ils seraient attaqués, et inutile de vous dire qu’une telle puissance de feu causerait des dégâts d’une ampleur jamais vue dans l’histoire moderne.

Personnellement, j’en viens à la conclusion qu’il est presque impossible de mener une attaque militaire conventionnelle sur la Corée du Nord sans que cela se traduise par des pertes massives en vies humaines.

Malheureusement, Donald Trump semble de toute manière déterminer à agir. Il y a quelques jours, nous avons appris qu’il « avait demandé à ses conseillers militaires un éventail complet d’options pour éliminer la menace nucléaire de la Corée du Nord », et hier, mardi , Trump s’est dit prêt à « résoudre le problème » nord-coréen sans la Chine…

Après avoir lancé 59 missiles Tomahawk sur une base militaire en Syrie, le président américain montre de nouveau les muscles. En effet, l’administration Trump s’est dite prête à se charger «seule» du problème des programmes nucléaire et balistique nord-coréens, si Pékin ne faisait pas rentrer dans le rang son turbulent voisin. «La Corée du Nord cherche des ennuis. Si la Chine décide d’aider, ça serait formidable. Sinon, nous résoudrons le problème sans eux ! USA», a réaffirmé le président américian ce mardi, sur Twitter.

Tout comme il l’a fait avec la Syrie, les paroles de Trump engagent maintenant l’Amérique à agir en Corée du Nord.

Espérons qu’il n’y ait pas une action militaire contre la Corée du Nord et ce aussi longtemps que possible, mais on peut être inquiet car Trump s’est vanté sur la chaîne Fox Business Network, d’avoir envoyé une « puissante armada » de navires vers les côtes de la péninsule coréenne.

« Nous envoyons une armada. Très puissante. Nous avons des sous-marins. Très puissants. Beaucoup plus puissants que le porte-avions. Voilà ce que je peux vous dire », a déclaré le président américain.

Parallèlement, on apprend que les Chinois ont déployé 150.000 soldats à leur frontière Nord coréenne tout en continuant à mettre en garde les deux parties contre une action militaire.

Pendant ce temps là au Moyen-Orient, la tension continue de grimper.

La Russie et l’Iran s’engagent à « répondre par la force » si les Etats-Unis frappent à nouveau en Syrie, mais l’administration Trump ne montre aucun signe de faiblesse. En réalité, le porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer est allé encore plus loin en laissant entendre que l’utilisation de « barils d’explosifs », une arme redoutée du régime, serait désormais elle aussi une limite à ne pas franchir. La Maison Blanche avait ensuite corrigé ses propos…

Mardi, Trump a expliqué au peuple américain « nous n’irons pas en Syrie », mais que ce serait-il passé s’il avait ordonné une nouvelle frappe de missiles et que les Russes et Iraniens avaient réagit en abattant des avions américains ou en ayant coulé un porte-avions ?

Je peux vous garantir que les membres des deux partis au Congrès auraient hurlé à la guerre si CNN avait commencé à balancer en continu les images d’un porte-avions américain coulant après avoir été frappé par les Russes ou les Iraniens.

une 3ème guerre mondiale pourrait éclater à n’importe quel moment au Moyen-Orient, et l’Amérique n’a aucun intérêt à s’engager la dedans en prenant le leadership. Selon Philip Giraldi, ancien officier de la CIA, les preuves continuent de s’accumuler sur le fait qu’Assad n’avait absolument rien à voir avec l’attaque chimique qui a tant bouleversé Trump…

Philip Giraldi, ancien officier de la CIA et directeur exécutif du Conseil pour l’intérêt national, a déclaré au Scott Horton Show que « les forces armées et les services du renseignement » au Moyen-Orient, qui sont en contact direct avec le terrain, disent que l’histoire que nous entendons tous, à savoir que ce serait le gouvernement syrien ou les Russes qui utilisent des armes chimiques sur des civils innocents, est un leurre.” ».

Giraldi a déclaré que les informations confirment largement le compte-rendu donné par les Russes à savoir qu’ils ont frappé un entrepôt où il y avait des rebelles – ceux-ci étant bien sûr liés à al-Qaïda – et où ils stockaient leurs propres produits chimiques et cela a finalement provoqué une explosion qui a causé ces pertes. Apparemment le renseignement est très clair sur ces faits.” » De plus, Giraldi souligne, qu’« Assad n’avait aucune raison de le faire. »

Les investisseurs qui anticipent déjà ce qui pourrait arriver sont déjà sortis des marchés actions et sont partis se réfugier sur les matières précieuses.

Car si l’Amérique entrait dans un conflit militaire direct avec la Russie et l’Iran en Syrie, alors les marchés financiers mondiaux s’effondreraient et l’or comme l’argent s’envoleraient.

John Embry – « Game over », … Les jeux sont faits !, … La catastrophe est imminente.

Larry Lindsey: « Ce dont nous sommes témoins aujourd’hui est inédit ! »

Et malheureusement aussi, nous pourrions assister au même scénario si les États-Unis décidaient d’attaquer la Corée du Nord et que cette dernière répondait en lançant des ogives nucléaires ou chimiques sur des cibles en Corée du Sud et au Japon.

Je ne m’attendais pas à ce que l’on se trouve au bord d’une 3ème guerre mondiale, moins de trois mois après l’investiture de Donald Trump à la Maison Blanche, mais ça semble bien être le cas.

De plus, la situation économique U.S n’est vraiment pas folichonne et l’Amérique n’a vraiment pas besoin d’une guerre actuellement. Sachez que la dette sur les cartes de crédit américaines vient de dépasser les 1.000 milliards de dollars, qu’une crise majeure est sur le point de frapper l’industrie automobile américaine, que des milliers de magasins de détail ferment partout en Amérique, que les fonds de pension américains sont littéralement sous-financés de plusieurs milliers de milliards de dollars, et enfin que la dette publique américaine vient d’atteindre le montant ASTRONOMIQUE de 20.000 milliards de dollars. Et n’oubliez que si les Etats-Unis n’ont pas encore dépassé ce seuil de 20.000 milliards de dollars de dette publique, c’est uniquement en raison du fait que le plafond de la dette américaine est déjà arrivé à échéance, et il ne reste plus que 4 jours législatifs au Congrès Américain pour trouver une solution s’il veut éviter une crise majeure. Et là, au mois de mars, l’économie américaine n’a créé que 98.000 emplois, le plus faible niveau de créations depuis dix mois et bien en-dessous des attentes des analystes (2 fois moins que ce qui était prévu). Et en même temps, les déficits budgétaires sont élevés et continuent de croître.

L’avenir qui se profile risque d’être très difficile, et les plus sages sont préparés avant que les choses ne se détériorent un peu plus et finissent par devenir incontrôlables.

>>>Source : Business Bourse<<<

Economie : Le progrès devait libérer l’homme de la contrainte du travail, c’est le moment de mettre en place le RBI

Suisse : Le RBI en bref 

L’idée: Salaire d’abord, travail ensuite. L’initiative sur le revenu de base inconditionnel (RBI) propose d’inscrire dans la Constitution une rente mensuelle à vie versée à tous les résidents suisses – avec et sans emploi, jeunes et retraités, riches et pauvres. Sans contrepartie. Le montant n’est pas officiellement chiffré, mais les initiants évoquent 2500 francs par mois pour les adultes.

Le fonctionnement: Si besoin, les assurances sociales – chômage, AVS et AI – complèteraient ce revenu de base en fonction du profil de chaque assuré. Il s’agirait d’un transfert de revenu pour la plupart des citoyens qui touchent un salaire ou bénéficient d’une assurance sociale au-delà du montant du RBI. Les réels bénéficiaires seraient ceux qui ne disposent pas d’un revenu ou d’une allocation, soit les étudiants, les femmes au foyer ou encore les sans-emploi.

Dans la vidéo: Paul Jorion explique pourquoi nous allons vers la fin du plein emploi. Mais comment alors garantir à tous un revenu décent ? À qui reviennent les fruits des gains de productivité ? Jorion mentionne l’idée d’une « rente à vie » notamment pour les travailleurs remplacés par les robots.