Lanceurs d’alertes : Une blogueuse anticorruption assassinée

Malte: assassinat d’une blogueuse anitcorruption

Daphne Caruana Galizia, une blogueuse maltaise à l’origine d’accusations qui avaient provoqué des élections anticipées en juin, a été assassinée lundi.

 Une blogueuse maltaise, Daphne Caruana Galizia, à l’origine d’accusations de corruption qui avaient provoqué des élections anticipées en juin, a été tuée lundi par une bombe placée sous sa voiture, a annoncé le Premier ministre maltais, Joseph Muscat.

Un acte «barbare»

Lors d’un point presse, M. Muscat (centre-gauche), dont l’entourage proche a été la cible de violentes attaques de Mme Caruana Galizia, a dénoncé un acte «barbare» et ordonné aux forces de l’ordre de concentrer toutes leurs ressources pour que ses auteurs soient traduits en justice.

«Ce qui s’est passé aujourd’hui est inacceptable à de nombreux niveaux. Aujourd’hui est une journée noire pour notre démocratie et notre liberté d’expression», a-t-il déclaré. «Je n’aurai de cesse que justice soit faite», a-t-il promis, appelant l’île à l’union. Agée de 53 ans, Mme Caruana Galizia a travaillé comme chroniqueuse dans plusieurs médias maltais mais était surtout connue pour le blog dans lequel elle a dénoncé plusieurs affaires de corruption.

Série de scandales

Début juin, le Parti travailliste de M. Muscat, au pouvoir depuis 2013, avait remporté une large victoire lors d’élections législatives anticipées convoquées à la suite d’une série de scandales impliquant des proches du Premier ministre, et dans la révélation desquels Mme Caruana Galizia avait joué un rôle central.

Le ministre de l’Energie, le chef de cabinet de M. Muscat et jusqu’à l’épouse du Premier ministre ont été soupçonnés de détenir des comptes off-shore révélés dans le cadre du scandale des Panama Papers.

M. Muscat a catégoriquement démenti les accusations et promis de démissionner si les accusations étaient démontrées.

Puissante explosion

Au printemps, le magazine Politico avait classé Mme Caruana Galizia parmis les «28 personnalités qui font bouger l’Europe», la décrivant comme «un WikiLeaks entier en une seule femme, en croisade contre le manque de transparence et la corruption à Malte».

Lundi vers 15H00, une puissante explosion a détruit la voiture dans laquelle elle circulait près de son domicile, propulsant la carcasse calcinée du véhicule dans un champ voisin.

Agriculture et résistance : La guerre des graines et la lute qu’il faut mener contre le dictat des grands semenciers

Quand les profits immédiats passent avant tout le reste et que rien n’est entrepris pour luter contre, alors l’avenir ne peut que s’annoncer sombre et douloureux.

Heureusement, il existe des résistants à tout cela, des résistants que nous nous devons de connaître, soutenir et protéger.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Voici un film utile. Un film qui donne les clés pour comprendre comment des multinationales veulent confisquer le vivant. Un film qui donne envie de se battre pour sauver notre indépendance alimentaire.

Les graines sont-elles une marchandise ou un bien commun de l’humanité au même titre que l’eau ou l’air ? Dans un avenir très proche, les agriculteurs n’auront peut être plus le droit de replanter leurs propres graines. En Europe, une loi émerge pour contrôler l’utilisation des semences agricoles… Derrière cette confiscation, 5 grands semenciers qui possèdent déjà la moitié du marché des graines et cherchent à étendre leur privatisation.

L’histoire que nous révélons dans ce documentaire, c’est celle d’une guerre silencieuse, méconnue et dont l’enjeu est pourtant crucial : notre indépendance alimentaire.

« La Guerre des Graines »

Un film de Stenka Quillet et Clément Montfort

Une production ON Y VA ! media

avec la participation de France Télévisions

du CNC et de TV5 MONDE

avec l’aide de Nova Spot

« La Guerre des Graines » Sur Youtube

« La Guerre des Graines » Sur VK

Découvrez « la Gandhi des graines » : Vandana Shiva

De l’Inde à Bruxelles, en passant par les campagnes françaises et l’Ile du Spitzberg à 1000 kms du Pôle Nord, Stenka Quillet et Clément Montfort enquêtent sur cette Guerre des Graines qui menace plus d’un milliard d’agriculteurs sur la planète.

Les réalisateurs rencontrent des paysans qui doutent, des militants qui tentent d’alerter les opinions publiques et des politiques qui discutent les futures lois. Monsanto, leader sur le marché des semences leur ouvre exceptionnellement la porte de la plus grande usine en Europe.

Sur la scène internationale, Vandana Shiva incarne le combat pour la liberté des graines. Cette scientifique et militante éco-féministe indienne a été classée parmi les cent femmes les plus influentes de la planète par The Guardian en mars 2011. En 1993, elle a reçu le prix Nobel alternatif, un prix décerné chaque année par une Fondation Suédoise à 4 lauréats, “qui offrent des réponses pratiques et exemplaires aux défis les plus urgents auxquels nous devons faire face aujourd’hui”. Vandana Shiva sillonne la planète pour expliquer pourquoi il est important de protéger la liberté d’accès aux graines.

Elle a lancé en 2012 une Déclaration pour la liberté des semences et participé partout dans le monde à des événements pour rassembler les gardiens de semences. Son credo: la liberté des graines garantit l’indépendance des agriculteurs et la souveraineté alimentaire des humains.

Médias : La journaliste AUDE LANCELIN virée sur pression de HOLLANDE balance tout !

Au niveau de la presse en général, nous nous retrouvons dans une situation d’avant guerre.

La journaliste Aude Lancelin ancienne rédactrice en chef en second du journal l’Obs, licenciée en mai 2016 et auteur du livre « Le monde libre » nous dévoile les coulisses sombres du monde des médias mainstream dont les ficelles sont tirées par les politiques et le monde de la finance.

Elle déclare que François Hollande qui devrait s’occuper de la Syrie ou du chômage de masse entre autres s’occupe énormément des journalistes, de leurs carrières et de leurs vies privées. Il s’occupe énormément de ce qu’il qualifie comme étant « Sa Presse » et dont l’Obs fait partie. François Hollande entretien des liens directs avec 70 % des journalistes, il passe 30 % de sont temps avec des journalistes. Il n’est pas rare qu’il recase un journaliste dans une rédaction et qu’il se mêle de la vie même d’un média.

Le système est aujourd’hui en train de détruire le métier de journaliste, les rédactions sont gérées comme si l’on était chez Danone ou comme si l’on parlait de lessive. Le capitalisme n’a jamais été aussi puissant dans cette profession qu’en ce moment et nous sommes revenus à la situation d’avant guerre à savoir que l’ensemble des médias se trouvent sous la coupe du CAC 40 et donc que l’information est à présent dispensée par lui.

Le journalisme est aujourd’hui brimé et surveillé par tout ce qui fait la beauté de notre système, l’oligarchie, le capitalisme, la franc-maçonnerie et la corruption en est le fond de caisse.

Stéphane Guibert / Finalscape /VK

Mafia et corruption : L’industrie pharmaceutique

Quand la mafia prend le contrôle politique d’un pays et notamment celui du ministère de la santé, ce dernier ne prend plus compte des intérêts de la sécurité sanitaire de la population mais de ceux de l’industrie pharmaceutique et des grandes assurances. C’est malheureusement la triste réalité.

Il y a 30 ans, la sécurité sociale était là pour soigner purement et simplement les gens et ce quels que fussent leurs revenus. Aujourd’hui, cette même sécurité sociale est devenue une entité commerciale qui doit générer des profits coûte que coûte.

On doit cela aux traités européens qui ce sont insidieusement mis en place par de mini accords successifs décidés en toute discrétion et qui ont été signés par les pays membres.

Voilà donc une fois de plus, une Europe néolibérale qui avance comme une machine sans âme ni conscience à l’encontre des peuples.

Combien de temps cela va-t-il encore durer ?

Mise à jour de l’article le 25 février 2017 à 21:06 : Une liste de médicaments mis sous surveillance en 2013 :

Source : protégée.

Médicaments sous surveillance

2 avr. 2013 mis à jour

SANTÉ

Dans la foulée du scandale du Mediator, les autorités sanitaires ont rendu publique lundi une liste de plusieurs dizaines de médicaments placés sous « surveillance renforcée », en raison de leurs « signaux de risques » ou de leur commercialisation récente. Voici cette liste complète.

La liste de dizaine de médicaments et de douze familles de médicaments sous surveillance, publiée lundi par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), couvre un spectre très vaste. Elle comporte des médicaments utiles et d’autres contestables, parmi lesquels certains voient leur « mort annoncée« .

La liste des « 77 » recoupe une liste de 59 médicaments (dont deux retirés du marché) déjà inscrits dans un programme de surveillance appelé plan de gestion de risque. Mais la publication simultanée de douze familles de médicaments augmente considérablement le total des produits évoqués. Vaccins antigrippaux, pandémique et saisonnière, vaccins contre l’hépatite B (enquête depuis 1994 sur l’éventuelle survenue de maladies auto-immunes…) font partie de ces familles. Y figurent aussi des collyres destinés à dilater la pupille avant un examen du fond de l’oeil (risque d’intoxication, particulièrement chez le petit l’enfant), des sclérosants veineux, ou encore des « biphosphonates » prescrits notamment pour l’ostéoporose féminine et qui comportent un risque de nécrose de l’os de la mâchoire. La liste des 77 donne une idée du « ménage à faire », comme certains le réclament.

Dans les faits, il est prévu :
 – Le retrait d’un médicament anti-insomnie, le Noctran, pour cause de mélange inutile à risque.
– La disparition annoncée par la direction de l’Afssaps du vaso-dilatateur buflomédil déjà sur la sellette.
– Le suivi renforcé du Multaq, utilisé pour des troubles du rythme cardiaque, après le signalement de cas d’hépatites graves, notamment aux Etats-Unis. Ce médicament est commercialisé en France depuis fin octobre 2010.
 – La réévaluation bénéfices/risques d’Alli (orlistat), médicament vendu sans ordonnance pour maigrir, faite au niveau français, est maintenant dans les mains européennes. Ce médicament d’automédication est suivi notamment pour « mésusage important ». – Réévaluation également pour l’antidiabétique Actos qui continue à être surveillé (risques cardio-vasculaires et de cancer de la vessie).
– Examen en mars par le Comité technique des Centres d’Evaluation et d’Information sur la Pharmacodépendance du cas du somnifère Stilnox et de ses génériques (zolpidem), objet d' »abus » et de « mésusages ».
– Surveillance de la Ritaline (méthylphénidate et autres noms de marque) donnée aux enfants hyperactifs « en raison de cas d’abus et d’usage détourné ». Cette surveillance va être complétée d’un examen en avril par le CTPV (comité technique de pharmacovigilance. Avec mise en place prochaine d’un groupe de travail ad hoc afin d’élaborer des recommandations pour le « bon usage » de la molécule de méthylphénidate.
 – Poursuite de la surveillance des médicaments contre l’acné de type Roaccutane (isotrétinoïne et génériques) en raison de risques psychiatriques et tératogènes (malformations du foetus). – La contraception d’urgence (pilule Ellaone) et des vaccins contre le cancer de l’utérus ou la méningite font partie du lot des 77. Le 77e produit ajouté à liste des 76 initialement prévus est le Colokit, utilisé pour la préparation du colon à des examens radiologique ou endoscopique qui fait l’objet d’un suivi renforcé (troubles rénaux, lésions gastriques…).

La liste par médiaments et classes de médicaments

LES MEDICAMENTS SOUS SURVEILLANCE

  • – ACTOS® (pioglitazone)
  • – ALLI® (orlistat)
  • – ARCOXIA® (étoricoxib)
  • – ARIXTRA® (fondaparinux sodique)
  • – BLEU PATENTE V
  • – BYETTA® (éxénatide)
  • – CELANCE® (pergolide)
  • – CERVARIX® (vaccin anti-HPV)
  • – CHAMPIX® (varénicline)
  • – CIMZIA® (certolizumab pegol)
  • – COLOKIT (phosphate de sodium, comprimés)
  • – CYMBALTA® (duloxétine)
  • – Dextropropoxyphène (DI-ANTALVIC®, PROPOFAN® et génériques)
  • – EFIENT® (prasugrel)
  • – ELLAONE® (ulipristal)
  • – EQUANIL®, méprobamate RICHARD
  • – EXJADE (déférasirox)
  • – Fentanyl cp ou spray nasal (EFFENTORA®, INSTANYL®, ABSTRAL®)
  • – FERRISAT® (fer dextran)
  • – FONZYLANE® & Génériques (buflomédil)
  • – GALVUS® (vildagliptine) EUCREAS® (vildagliptine + metformine)
  • – GARDASIL® (vaccin anti-HPV)
  • – GLIVEC® (Imatinib)
  • – HEXAQUINE® et médicaments contenant de la quinine
  • – INTRINSA® (testostérone)
  • – ISENTRESS® (raltégravir)
  • – Isotrétinoïne et génériques
  • – JANUMET® (sitagliptine, metformine) JANUVIA® (sitagliptine)
  • – KETUM® et génériques (kétoprofène)
  • – LANTUS® (insuline glargine)
  • – LEVOTHYROX® et génériques (levothyroxine)
  • – LIPIOCIS® (esters éthyliques d’acides gras iodés (iode 131) de l’huile d’oeillette)
  • – LYRICA® (prégabaline)
  • – MEPRONIZINE® (méprobamateacéprométazine)
  • – MEOPA (oxygène, protoxyde d’azote) (ANTASOL®, ENTONOX® , KALINOX®)
  • – METHADONE AP-HP sirop et gélules
  • – Méthylphénidate (RITALINE®, CONCERTA®, QUASYM®, AMM RITALINE®, AMM RITALINE P®, AMM CONCERTA®, AMM QUASYM®)
  • – Minocycline (MYNOCINE® et génériques)
  • – MULTAQ® (dronédarone)
  • – NEXEN® (nimésulide)
  • – Nitrofurantoine (FURANDATINE®, FURADOÏNE® MICRODOÏNE®)
  • – NOCTRAN® (acépromazine, acéprométazine, clorazépate)
  • – Saxagliptine
  • – ORENCIA® (abatacept)
  • – PARLODEL® et génériques (bromocriptine)
  • – PEDEA® (ibuprofène injectable)
  • – Pholcodine et spécialités
  • – PRADAXA® (dabigatran)
  • – PRAXINOR® (théonédraline / caféine)
  • – PREVENAR 13® (7 sérotypes)
  • – PRIMALAN® (méquitazine)
  • – PROCORALAN® (ivabradine)
  • – PROTELOS® (ranélate de strontium)
  • – PROTOPIC® (tacrolimus)
  • – REVLIMID® (Lénalidomide)
  • – RIVOTRIL® (clonazépam)
  • – ROACTERMA® (tocilizumab)
  • – ROHYPNOL® (flunitrazépam)
  • – SORIATANE® (acitrétine)
  • – STABLON® (tianeptine)
  • – STELARA® (ustekinumab)
  • – STILNOX® et génériques (zolpidem)
  • – SUBUTEX® et génériques (buprenorphine)
  • – THALIDOMIDE CELGENE®
  • – TOCTINO® (alitrétinoïne)
  • – Tramadol (spécialités en contenant)
  • – TRIVASTAL® (piribédil)
  • – TYSABRI® (natalizumab)
  • – VALDOXAN® (agomélatine)
  • – VASTAREL® (trimétazidine)
  • – VFEND® (voriconazole)
  • – VICTOZA (liraglutide)
  • – XARELTO® (rivaroxaban)
  • – XYREM® (oxybate de sodium)
  • – ZYPADHERA® (olanzapine)
  • – ZYBAN® (chlorhydrate de bupropion)
  • – ZYVOXID® (linézolide)

LES CLASSES DE MEDICAMENTS VISEES

  • – AGONISTES DOPAMINERGIQUES (piribédil, pramipexole, ropinirole, apomorphine, cabergoline, pergolide, lisuride, bromocriptine, bensérazide, entacapone)
  • – ANTI DEPRESSEURS INHIBITEURS DE LA RECAPTURE DE LA SEROTONINE (fluoxétine, fluvoxamine, sertraline)
  • – ANTI-TNF (HUMIRA®, ENBREL®, REMICADE®…)
  • – BIPHOSPHONATES (FOSAMAX® : acide alendronique
  • – FOSAVANCE® : acide alendronique
  • – LYTOS® : clodronate de sodium
  • – CLASTOBAN® : clodronate de sodium
  • – CLODRONATE DE SODIUM G GAM®: clodronate de sodium
  • – DIDRONEL®: etidronate sodique
  • – BONVIVA®: acide ibandronique
  • – BONDRONAT® : acide ibandronique
  • – DESTARA® : acide ibandronique
  • – AREDIA®: pamidronate de sodium
  • – ACTONEL®: risédronate monosodique
  • – SKELID®: tiludronate disodique
  • – ZOMETA®: acide zolédronique
  • – ACLASTA®: acide zolédronique)
  • – Collyres mydriatiques anticholinergiques
  • – Immunoglobulines IV
  • – SCLEROSANTS VEINEUX : AETOXISCLEROL® (Lauromacrogol 400), LAUROMACROGOL 400 KREUSSLER® (Lauromacrogol 400), MICROSCLEROL®, SCLEREMO® (Glycérine + alun de chrome), TROMBOVAR® (Teradécyl sulfate de sodium)
  • – Solutés de Dialyse Péritonéale BAXTER (EXTRANEAL®/ DIANEAL®/NUTRINEAL®)
  • – VACCINS ANTI-GRIPPAUX (MUTAGRIP®, VAXIGRIP®, TETAGRIP®, INFLUVAC®, IMMUGRIP®, AGRIPPAL®, GRIPGUARD®, PREVIGRIP®, FLUARIX®)
  • – VACCINS ANTI-GRIPPE A (H1N1) (CELVAPAN®, PANDEMRIX®, FOCETRIA®, PANENZA®)
  • – VACCINS ANTI-HEPATITE B (GENHEVAC®, ENGERIX B®, HBVAXPRO®, TWINRIX®, INFANRIX HEXA®, FENDRIX®)
  • – VITAMINE D, A, C et E spécialités

Stéphane Guibert / Finalscape / VK