Appel du ministre de la transition écologique Nicolas Hulot à la population française : Nous devons faire quelque chose c’est urgent !

Difficile pour cet homme rattaché à la cause de la planète de se mouvoir au sein d’un gouvernement qui n’a rien d’un enfant de cœur en matière du non respect de l’environnement.

Souhaitons-lui bonne chance !

Document vidéo :

  • Allocution du ministre de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot
  • Une petite startup philippine invente les emballages comestibles.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

« Je tiens à ce que la société française accorde autant d’importance à la reconquête de la biodiversité qu’elle en donne à la lutte contre le changement climatique, car nous ne pouvons réussir le défi du climat sans l’appui des écosystèmes qui sont nos premiers alliés dans cette lutte. »

Environnement : Je t’aime moi non plus, Nicolas Hulot tranche en faveur de l’un de ses mécènes

Plage de La Baule : NicolasHulot tranche en faveur de Veolia, mécène de l’une de ses fondations.

Depuis l’attribution de la gestion de la plage de La Baule au géant français des déchets et de l’eau, les commerçants dénoncent l’augmentation de la redevance. Nicolas Hulot a décidé toutefois de confirmer la concession de Veolia.

Le 23 août 2017, le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot s’est dit opposé à la remise en cause de la concession de la plage de La Baule (Loire-Atlantique) à Veolia, en raison notamment des pénalités financières que cela impliquerait.

Or, en consultant le site de la Fondation pour la nature et l’homme (ex-Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l’homme), créée précisément par l’ancien animateur et producteur télévisé, il apparaît que le géant français de la gestion de l’eau et des déchets figure parmi les mécènes. De quoi jeter un doute sur l’impartialité de la décision du ministre.

Source :

Santé : Perturbateurs endocriniens, la France capitule. merci Nicolas Hulot

 

L’expression perturbateur endocrinien (PE, ou aussi « leurre hormonal », « xénohormone », « disrupteur endocrinien[1] », etc.) a été créée en 1991 par Theo Colborn pour désigner toute molécule ou agent chimique composé, xénobiotique ayant des propriétés hormono-mimétiques et décrit comme cause d’anomalies physiologiques, et notamment reproductives.

Source : Wikipédia

Notre Ami Nicolas Hulot désormais rattaché à la cause des lobbies vient d’enterrer plus de dix ans de lutte majeure pour notre santé en se rangeant du côté des lobbies chimiques.

Les perturbateurs endocriniens sont des produits chimiques qui perturbent notre système hormonal en engendrant des problèmes de fertilité, des cancers de toutes sortes, des baisses significatives du QI chez les jeunes, des malformations chez les nourrissons etc …

Ces substances sont partout, dans les shampoings, dans les cosmétiques, dans la nourriture, dans les plastiques, dans les sofas afin d’éviter qu’ils prennent feu. Ils ne fonctionnent pas comme la généralité des autres produits toxiques comme c’est le cas par exemple pour l’alcool ou le tabac lorsque plus on consomme, plus on s’expose à des risques de maladies, mais attendent le moment propice ou l’organisme est confronté à une baisse de ses défenses naturelles pour attaquer. Femme enceinte et puberté par exemple.

L’Allemagne est le pays qui a le plus d’intérêts à défendre les lobbies chimiques car une grande partie de son économie tourne autour de cette industrie comme par exemple avec le groupe BASF qui est le plus grand groupe chimique au monde et dont le chiffre d’affaire représente à lui seul plus que celui de Monsanto et Bayer réunis qui tout le monde le sait ont réalisé une méga fusion afin d’empoisonner et soigner en même temps pour engendrer encore plus de bénéfices.

Hullot vient de faire un revirement à 180 degrés en se rangeant du côté des lobbies chimiques.

Merci Hullot

Stéphane Guibert / FinalscapeVK

Brigitte Bardot : « Nicolas Hulot est un vendu et un lâche ! »

Nicolas Hulot que tous les amis de la nature croyaient acquis à leurs causes déchantent de jour en jour depuis son accession au sein du gouvernement français.

Après le quiproquo entre la géo-ingenierie et la théorie des chemtrails, voici que « BB » lui lance un singlant message suite à la réintroduction dans l’hexagone, de la chasse aux loups et aux sangliers.

Stéphane Guibert

Brigitte Bardot s’est trouvé un nouveau gibier à abattre : Nicolas Hulot, le tout nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, longtemps compagnon de route des défenseurs de l’environnement et de la cause animale. « Hulot est un vendu et un lâche ! » tonne BB dans les colonnes de Var-Matin. « Il n’a pas de parole. Je suis écœurée de voir comment il retourne sa veste. » La raison d’une telle colère ? L’autorisation de la reprise de la chasse au sanglier cet été en France, notamment dans le Var, alors que des hectares de maquis et de forêts ont brûlés dans tout le sud-est de la France. Fin juillet, la fondation Bardot demandait donc au ministre de repousser l’ouverture de la chasse et des battues, « pour protéger et non détruire les rescapés de cet été meurtrier ».

Mais Nicolas Hulot n’a pas souhaité accorder un quelconque moratoire, ce qui a rendu furieuse la pasionaria des animaux. « Je suis hors de moi ! lâche Brigitte Bardot dans Var-Matin. Humainement parlant, on n’a pas le droit de faire ça ! Comment peut-on encore tuer des animaux après tout ce qu’ils ont subi ? poursuit-elle. Ces fanatiques de la gâchette sont les djihadistes du monde animal… Ils me font peur. »

Environnement : Chemtrails et géoingénérie, Nicolas Hulot fait la différence

C’était en 2015 :

Lors de la conférence de presse en Auvergne et de la conférence publique du même jour, deux questions lui ont été posées : L’une  sur la géoingenierie et l’autre sur les chemtrails…Voici ce que M. Hulot a répondu :

Lors d’une conférence de presse, Nicolas Hulot déclarait qu’il se méfiait des programmes de géoingénérie comme de la peste et lors d’une conférence publique, alors qu’une question sur les chemtrails est lâchée, ce même Nicolas Hulot déclare qu’il ignore tout mais qu’il s’agit d’un sujet sur lequel il est souvent interpellé. Il ajoute enfin qu’il n’y croit pas une seconde.

La Géoingénérie qui n’est autre que l’épandage de produits chimiques par des avions et les chemtrails seraient donc et selon le conférencier, deux choses totalement différentes.

Intéressant …

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Fondation Nicolas Hulot : Evasion fiscale en Europe

Ce que tout le monde devrait savoir à propos de l’évasion fiscale…
Il est possible de financer la transition énergétique.

Un plan de transition écologique, économique et social est nécessaire pour réorienter notre modèle économique.

Mais financer les investissements de la transition coûte cher. Comment trouver ces financements quand les acteurs bancaires et financiers sont focalisés sur le court terme ?

Au cours du 21e siècle, nous devrons bifurquer vers une société qui, loin de se focaliser sur l’opulence matérielle, tendrait à la recherche de l’épanouissement humain dans la limite des ressources disponibles sur notre planète. Un plan de transition écologique, économique et social est donc nécessaire pour réorienter notre modèle économique. Une des dimensions essentielle de ce plan sera de trouver les ressources pour financer les investissements écologiques, la baisse radicale de notre dépendance à l’énergie et l’apport de solutions à la crise sociale.

Seulement, comment trouver ces financements quand les acteurs bancaires et financiers sont focalisés sur le rendement de court terme et que le secteur public est paralysé par le mur de la dette ?

Pour répondre à cette question la Fondation Nicolas Hulot a lancé début 2010 un groupe de travail qui a abouti à la proposition Financer l’avenir sans creuser la dette. Celle-ci a été soumise au débat lors d’un séminaire de réflexion organisé en mars 2011. Le présent document est la version actualisée des propositions suite à ce séminaire.

Constat

Il faudrait débloquer 600 milliards d’euros d’investissements entre 2012 et 2020 pour financer la transition. Or, les caisses des Etats sont vides et les retours sur ces investissements sont trop longs ou trop chers pour intéresser les acteurs privés. De plus, l’activité financière passe désormais avant l’avenir économique, social et écologique. Inscrits dans les traités, les niveaux de déficit, de dette ou le fonctionnement de la banque centrale sont rigoureusement encadrés et dictent la politique monétaire européenne. Or, en 2008, la plupart des grands principes de la politique monétaire ont été mis de côté pour sauver le système financier. Pourquoi ce vent de non conformisme est-il abandonné quand vient le tour de la dette publique ?

Nos propositions

Redonner à L’État son autonomie financière pour mener une politique d’investissements de grande ampleur : permettre l’emprunt à la Banque centrale.

Afin de redonner aux États les moyens d’investir dans le sens de l’intérêt général, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme propose d’adopter des méthodes non conventionnelles semblables à celles utilisées pour sauver les acteurs du système financier. En pratique, il s’agit de redonner aux États la possibilité de faire ce que font les banques privés : emprunter à taux nul ou très faible à la Banque centrale. La politique monétaire redeviendrait, ainsi, un instrument de politique économique à part entière.

Mettre en place un outil de financement contrôlé démocratiquement et réservé aux investissements de transition

Afin de contrôler son usage, l’emprunt à la banque centrale serait fléché vers les projets d’un plan d’investissements de transition mis en œuvre par une agence publique d’investissements, seule habilitée à recevoir ce type de financements.

Enfin, la politique monétaire doit être encadrée démocratiquement, en considération du choix des investissements qui seront stratégiques pour le futur. La mise en oeuvre de l’outil de financement que nous proposons doit donc s’accompagner d’un débat citoyen permettant de ré-ancrer les valeurs d’humanisme et d’écologie au cœur de notre société. Un processus de concertation nationale et régionale massif permettrait de déterminer les critères et les grands domaines d’investissements. Ils pourraient, par exemple, porter sur la construction de logement, la décarbonisation de l’économie, les infrastructures écologiques mais aussi former des chômeurs ou des employés des secteurs sinistrés aux emplois de demain.