Environnement : Des traces radioactives de ruthénium détectées en Suisse et en Europe

La région de Cadenazzo, près de Locarno (TI). [Alessandro Della Bella – Keystone]

De mystérieuses traces de pollution au ruthénium-106 ont été détectées en Suisse et dans plusieurs pays européens ces derniers jours, sans présenter de danger pour la population. Cette substance radioactive proviendrait de Russie.

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a confirmé mardi la présence de traces de ruthénium-106 à Cadenazzo, au Tessin, la semaine passée. Identifiée le 25 septembre, la concentration de cette substance a augmenté jusqu’au 3 octobre avant de décroître.

Ces valeurs confirment celles qui ont été relevées par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) en France, ainsi qu’en Allemagne, en Italie et en Autriche.

Pas de danger

L’OFSP précise que ces concentrations sont restées inférieures aux limites et n’ont pas contaminé les denrées alimentaires.

D’après l’IRSN, qui se fonde sur des données météorologiques, la source de cette pollution radioactive se trouverait en Russie, au sud de l’Oural. Moscou n’a pour sa part fourni aucune information à ce sujet.

L’IRSN exclut la possibilité d’un accident sur un réacteur nucléaire, car d’autres substances radioactives auraient été détectées. Il pourrait s’agir d’un incident lors du traitement de déchets nucléaires.

Source :

Je profite de ce billet pour rebondir sur un sujet déjà abordé sur ce site :

« Nucléaire, la loi du mensonge »

Un reportage d’investigation sur deux accidents faisant partie des accidents les plus graves de l’histoire qui se sont produits à la centrale nucléaire de St Laurent-des-Eaux. L’un c’est produit en 1969 et l’autre en 1980. Ces faits ont été cachés au grand public et les retombées aujourd’hui affectent toujours l’environnement et la santé.

Résumé de la vidéo:

Nous sommes parti à la chasse aux radiations. Dans notre ligne de mire, des traces de contamination radio actives.

La centrale nucléaire de Saint Laurent des eaux fait partie des sites dangereux en France. Le grand public ne le sait pas mais en réalité, dans cette centrale, deux accidents nucléaires majeurs ont eu lieu.

En 1969 et en 1980

Deux événements qui font partie des dix plus graves accidents nucléaires dans le monde. Des accidents passé sous silence par EDF.

Le nucléaire a fait la promesse qu’il était une énergie propre.

Le nucléaire est une industrie qui a la mauvaise habitude de camoufler ses problèmes derrière des questions de vocabulaire.

Pour les déchets radio actifs, Recyclables et recyclés sont des termes à prendre avec précaution.

Omissions ou mensonges, le grand public n’a jamais été informé pleinement des failles du nucléaire…

Regardez ce reportage que j’ai balancé sur des serveurs que la censure n’affectera pas.

P.s. La bande son défaille à certains endroits et je vous prie de bien vouloir m’en excuser mais ce document malgré les défaillances techniques mérite d’être visionné dans son intégralité.

Pour avoir accès à certaines vidéos, il est nécessaire d’avoir un compte sur le réseau social VK (L’inscription est simple et rapide)

>>>Voir l’article initial<<<

Science et vie : Essais nucléaires : les Etats-Unis dévoilent des images hallucinantes

Terrifiant. Les images des essais nucléaires américains, effectués entre 1945 et 1962, qui viennent d’être déclassifiées, montrent les effets dévastateurs, de la bombe H. Qu’elles aient lieu dans le Pacifique, le désert du Nevada ou en altitude, ces explosions rappellent les plus impressionnantes scènes de films de science-fiction. Sauf qu’il s’agit ici de la réalité.

L’image est incroyable. Une boule de feu, gigantesque, rapide, qui enfle et file vers la surface de notre planète. En dessous, un relief, qui semble en comparaison minuscule, bientôt happé par l’explosion nucléaire initiée en altitude.

Les États-Unis ont mené plus de 200 essais nucléaires entre 1945 et 1962. Lesquels ont été filmés sous tous les angles pour les besoins de la science et de l’armée américaine. Ces images étaient jusqu’ici classées « confidentiel défense ». Elles viennent d’être déclassifiées, à l’image de la vidéo présentée ci-dessous :

Toutes témoignent de la violence, de la disproportion, de l’énormité d’une explosion nucléaire, alors même que les armes qui existaient alors étaient bien moins puissantes que celles aujourd’hui détenues par les États-Unis, la Russie, la France, la Chine, le Royaume-Uni, Israël, l’Inde, le Pakistan et la Corée du Nord.

Pas moins de 6 500 films ont été localisés par le laboratoire national de Lawrence Livermore. De son côté, le physicien spécialiste des armes Greg Spriggs a restauré les pellicules, certaines ayant souffert du temps, comme l’explique le Huffington Post.

4 200 films ont été numérisés, 750 déclassifiés et un premier échantillon de ces vidéos a été publié sur YouTube.

La bombe larguée sur Hiroshima, le 6 août 1945, avait une puissance de 15 kilotonnes (soit l’équivalent de 15 000 tonnes de TNT). La plus forte bombe utilisée par les Américains, lors de l’opération « Teapot » (essais nucléaires atmosphériques au-dessus du désert du Nevada), en 1955, était de 43 kilotonnes. La plus forte bombe nucléaire aujourd’hui disponible a une puissance de 57 mégatonnes – soit 1 325 fois plus que celle de cette vidéo :

>>>Voir aussi<<<

Nucléaire : Asphyxié par le nucléaire, le groupe EDF dans la tourmente & Nucléaire : La politique du mensonge

Actualité chargée pour EDF : le tiers des 58 réacteurs français est aujourd’hui à l’arrêt, les anomalies se multiplient sur le parc et l’EPR de Flamanville a du plomb dans l’aile. Les signes de la faillite du nucléaire français se font toujours plus nombreux. Une nouvelle étude d’analyse financière sortie le 17 novembre vient enfoncer le clou : elle révèle une entreprise en très mauvaise santé financière qui minimise de graves problèmes.

source

Déjà évoqué sur ce site, ce préoccupant problème du mauvais état du parc nucléaire Français met à l’arrêt un grand nombre de ces centrales et avec l’hiver qui pointe le bout de son nez, EDF risque de connaître un gros soucis pour l’approvisionnement de ses clients.

Pour commencer et pour rappel, ce que nous disait Tatiana Jarzabek de la chaîne Youtube « Le Fil d’Actu »

Stéphane Guibert / Finalscape

vk

Et pour terminer :

A voir ou à revoir aussi si les problèmes liés au nucléaire vous préoccupe :

Spécial investigation « Nucléaire : La politique du mensonge »

Durant trente ans, EDF a négligé l’entretien des 58 centrales nucléaires françaises. Selon la Cour des Comptes, le coût de la rénovation du parc électro-nucléaire s’élève aujourd’hui à 110 milliards d’Euros. La facture d’électricité des Français devrait donc continuer de grimper ces dix prochaines années. Le journaliste a enquêté sur le nucléaire français présenté par l’Etat comme sûr, propre, et bon marché. Il met notamment en lumière les problèmes de stockage des centaines de milliers de tonnes d’uranium appauvri à Bessines dans le Limousin, comme à Tricastin dans la Drôme, mais également les incidents de fusion des réacteurs de Saint-Laurent-des-Eaux dans le Loire-et-Cher, dissimulés par les autorités en 1969 et en 1980.

source

>>> Revoir l’article <<<

vk

Pour rappel : Une bombe à neutron larguée au Yémen par un avion israélien aux couleurs saoudiennes

Première publication : Mai 2015

Par Gordon Duff et Jeff Smith,

Une vidéo reçue en provenance du Yémen, dont on pense qu’elle a été prise le 20 mai 2015, et montre une explosion qui, après analyse par des experts en armes nucléaires, est, avec une très forte probabilité, une bombe à neutrons qui ne pouvait être qu’une attaque israélienne.

vk

vk

Analyse :

  1. Ce n’est pas une bombe conventionnelle de 2000 livres. Elle est beaucoup plus grosse.
  2. C’est soit une très grosse MOAB (Massive Ordnance Air Blast Bomb: bombe de destruction massive par souffle) supérieure à 4 000 lb ou??? Le poids maximum pour un F-15 / 16 est d’environ 2 000 lb par support de lancement de bombe, ce qui rend le déploiement d’un MOAB impossible.
  3. Il apparait qu’il s’agit d’une petite bombe à neutrons. La taille, la couleur, les effets lumineux, la durée de la boule de feu suspendue dans les airs et le très grand champignon atomique, sont les principaux signes qui peuvent nous y faire penser. L’appareil CCD qui a filmé les images s’est mis à « scintiller » (détection des Neutrons) avec des flashs de pixels blancs dans la vidéo. Quand une photo contient des flashs de pixels blancs, c’est parce qu’elle est frappée par des neutrons de l’explosion de la boule de feu nucléaire. Ils surchargent le circuit électronique de la CCD, produisant des éclairs blancs. Si les radiations sont trop élevées, elles brûlent la puce. Il y a eu de gros problèmes avec cela au Japon avec les caméras des robots de Fukushima à cause du niveau très élevé de radiations.
  4. Le transport de la bombe a très probablement été effectué par un F-16 de l’armée israélienne repeint en avion saoudien. Ils ne cachent même plus l’utilisation du nucléaire, ils refusent juste de l’admettre publiquement. Et l’AIEA ne fait rien ou ne dit rien. C’est le crime de guerre par excellence. L’ONU se contente de l’ignorer à moins que les États-Unis, la France ou la GB se plaigne… La Russie et la Chine ne disent rien.
  5. C’est maintenant la deuxième utilisation connue d’armes nucléaires au Yémen par l’Arabie Saoudite…

Post-scriptum :

  1. Le champ de la caméra est évalué à environ 6 à 8 km du point d’impact, si l’on se réfère sur le timing de l’onde de choc.
  2. L’Arabie Saoudite ne possède pas de F-16. L’avion censé avoir servi à larguer la bombe au Yémen était un F-16. Les photos et la signature acoustique confirment que le bruit des moteurs provient d’un seul chasseur à réaction de type F-16.

Jeff Smith est un physicien nucléaire et ancien inspecteur de l’AIEA.

Traduit par Avic – Réseau International

http://www.veteranstoday.com/2015/05/21/358343/

source

France : 1/3 du parc des centrales nucléaires est obsolète et devrait être arrêté par souci de sécurité

Le Fil d’actu nous parle du problème grave de sécurité lié à l’obsolescence d’un tiers du parc français des centrales nucléaires.

En fin d’article un reportage d’investigation sur deux accidents faisant partie des accidents les plus graves de l’histoire qui se sont produits à la centrale nucléaire de St Laurent-des-Eaux. L’un c’est produit en 1969 et l’autre en 1980. Ces faits ont été cachés au grand public et les retombées aujourd’hui affectent toujours l’environnement et la santé.

Les deux vidéos qui suivent sont à voir absolument

Stéphane Guibert / Finalscape

Ça chauffe pour le nucléaire français. Quelques jours après le « feu vert » de la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, au prolongement de 10 ans de la durée de vie des centrales, l’Allemagne, le Luxembourg et la Suisse pointent du doigt la sureté de nos installations.

Ségolène Royal a-t-elle mis le feu aux poudres ? Quelques jours après  ses déclarations sur le prolongement de 10 ans de la durée de vie des centrales, voilà que s’amoncellent les critiques, surtout les inquiétudes sur l’état des installations françaises.

source

vk

fb

Spécial investigation « Nucléaire : La politique du mensonge »

vk

Durant trente ans, EDF a négligé l’entretien des 58 centrales nucléaires françaises. Selon la Cour des Comptes, le coût de la rénovation du parc électro-nucléaire s’élève aujourd’hui à 110 milliards d’Euros. La facture d’électricité des Français devrait donc continuer de grimper ces dix prochaines prochaines années. Le journaliste a enquêté sur le nucléaire français présenté par l’Etat comme sûr, propre, et bon marché. Il met notamment en lumière les problèmes de stockage des centaines de milliers de tonnes d’uranium appauvri à Bessines dans le Limousin, comme à Tricastin dans la Drôme, mais également les incidents de fusion des réacteurs de Saint-Laurent-des-Eaux dans le Loire-et-Cher, dissimulés par les autorités en 1969 et en 1980.

source