Coup de Gueule, Le déni : Mot clef des collabos du système

Spread the love

Définition du mot « Déni » :

Une stratégie de défense. Différent du refoulement, le déni est une stratégie de défense qui mène à éviter, sinon à nier une réalité.

– Abattage sadique du bétail.

– Famine en Afrique.

– Colonisation de la Palestine.

– Déforestation en Amazonie.

– Changement climatique.

– Profit à tout prix etc…

Notre société est gravement malade, atteinte par un mal que nourrissent l’égoïsme et l’hypocrisie.

Le déni est le mot magique derrière lequel tous les bien-pensant à savoir, le 95 du 99 %  d’entre nous se cache pour continuer à vivre tranquillement sans se poser de questions.

Quand on leur parle en leur démontrant par « a+b » à quel point nos comportements  de consommateurs sont désastreux pour l’environnement, pour notre avenir et à fortiori pour celui de nos enfants, à l’invariable réponse qui est « Qu’est-ce qu’on peut faire ? » Je rétorque :

« Le jour où vous aurez le nez dans votre caca et que vous serez en train de suffoquer dedans, conséquence directe de votre déni et de votre inaction, votre question sera-t-elle toujours la même ou, pris par un sentiment de remords, dans l’urgence et votre instinct de survie à l’affut, ne vous direz-vous pas plutôt : – Je dois faire quelque chose maintenant !Bande d’hypocrites !  »

Le monde est en train de mourir sous nos yeux et ce monde que nous laissons aux générations futures n’est rien d’autre qu’un enfer que nous leur programmons en connaissance de cause tout en nous assurant par dessus le marché et comme si cela ne suffisait pas, qu’aucune porte de sortie ne leur soit ouverte. Ne sommes-nous pas monstrueux ?

Les générations futures auront de quoi nous montrer du doigt en nous accusant de crime contre l’humanité. Celles et ceux qui seront encore vivant seront jugés et condamnés, les autres le seront post mortem.

Vivre dans le déni, c’est scier la branche pourrie sur laquelle nous sommes assis tout en continuant à consommer et procréer sans se soucier du lendemain.

Allez les Matrixés, bonne bourre et joyeuse fin

La Fourmi n’est pas prêteuse ;
C’est là son moindre défaut.
Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
Vous chantiez ? j’en suis fort aise :
Et bien ! dansez maintenant.

Jean de la Fontaine

Moralité dans tout cela si tant est que l’on puisse appeler cela moralité :

« L’être humain ira jusqu’à monétiser sa propre extinction et seul un crash dans lequel une multitude sera sacrifiée pourrait nous être salvateur !

Ne nous voilons plus la face. »

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Laisser un commentaire