Education : L’impossible révolte des peuples d’occident – Réveillez-vous !

Spread the love

Malgré les crises, malgré les inégalités, malgré le règne de la finance, les peuples d’occident restent passifs, comme anesthésiés par le système médiatique, politique et consumériste.

« La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans mur dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader.
Un système d’esclavage ou, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude  » – Le meilleur des mondes

Aldous Huxley

La croissance, essentielle à la domination de la finance nécessite des travailleurs consommateurs dociles et manipulables. La télévision les divertis par les jeux, les séries, le voyeurisme de la téléréalité et un flot d’informations brutes sans aucune analyse ne jouant que sur la force des images, l’émotionnel et les peurs primaires. On y fait l’apologie de l’oligarchie, des idoles, du consumérisme, de la légèreté, du sexe et de la bêtise.

Consommer c’est être libre et heureux, réfléchir est futile et ennuyeux.

Le vocabulaire est réduit, le sens des mots dévoyé de sorte qu’il n’est plus possible de penser la réalité. L’éducation est réduite à une forme de conditionnement à la servitude et d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensées limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations futiles, moins il peut se révolter.

La destruction des états nations, de la cellule familiale, l’abnégation des identités culturelles, religieuses et sexuelles sont les moyens de supprimer tous leurs repaires aux individus. Ils n’ont alors ni l’environnement social et institutionnel ni les ressources mentales pour s’opposer à la domination mondiale des multinationales et de l’oligarchie financière, politique et capitalistique.

Il faut comprendre que la télévision, la radio et la presse sont des médias unidirectionnels alors que l’Internet est multidirectionnel. Les médias unidirectionnels sont maîtrisés par un petit nombre de personnes soigneusement sélectionnées par les oligarchies politiques et financières afin de délivrer des programmes servant leurs intérêts. L’opinion du citoyen est ainsi formaté, maîtrisé, contrôlé; à l’inverse, sur l’Internet, tous les intellectuels, philosophes et journalistes peuvent s’exprimer, partager leurs analyses et le citoyen peut librement choisir ses sources d’informations, partager ses opinions et en débattre.

Pour maîtriser la liberté de l’Internet, l’oligarchie crée une fausse dissidence sous la forme de médias qui sembles subversifs, comme Mediapart, Rue 89, Le canard enchaîné, le magazine Marianne ou encore des organisations comme Wiki leaks dont la fonction est de canaliser les citoyens les plus critiques sur des sujets sans importance, d’organiser leur indignation, de monter les uns contre les autres et de décrédibiliser les analyses réellement subversives. Et quand le prêt à penser perd trop de terrain, la liberté d’opinion et d’expression n’existent plus. L’Internet tout entier est diabolisé au nom de la démocratie, de la république ou encore de la lute contre un terrorisme fictif ou fabriqué.

Les grands médias qualifient de Raciste, de Terroriste, de Fasciste, de Xénophobe, d’Antisémite, de Négationniste, de Conspirationniste ceux qui analysent les faits, critiquent le système et tentent d’en exposer les fondements. Ces grossiers amalgames visent à empêcher le public d’écouter leurs discours, d’étudier leurs arguments et de débattre de leurs idées. Tout comme ce sont les banques qui dissident de ce qui doit être financé en fonction de leurs intérêts, dans les médias dominants, c’est l’oligarchie qui décide l’information qui doit être diffusée en fonction là aussi de ses propres intérêts…

Le reste dans la vidéo

Laisser un commentaire