Humour : Macron, je ne fais pas de cinéma

Spread the love

François Hollande nous aura fait bien rire durant son mandat, en matière d’humour Macron marque un point malgré lui 🙂

Un citoyen qui devait se croire sur la croisette interpelle Macron en lui demandant comment s’appelle le film dans lequel il est en train de tourner.

G.S

Une réflexion sur “Humour : Macron, je ne fais pas de cinéma

  1. Thierry Theller dit :

    MACRON 1er
    Sire, je voudrais vous féliciter
    il en a fallu du courage
    Pour décider de ponctionner
    De leurs soi-disant avantages
    Tous ces bienheureux retraités.
    *
    Il est vrai qu’ils sont redoutables
    Et pour tout dire presque enragés
    Avec leurs béquilles, leurs bandages
    Sans parler des chaises percées.
    *
    Il y a même un bon côté
    Peu s’en iront à l’abordage
    Afin d’incendier l’Elysée
    Ou de construire des barrages.
    Et puis ils vont bientôt crever
    Alors pourquoi donc s’en priver ?
    *
    Peut-être vous a-t-il échappé
    Ce que fut leur enfance dorée?
    *
    La deuxième guerre mondiale
    Avec son lot de privations
    De bombardements, un régal
    Pour qui aime les films d’action.
    *
    Et ensuite ce fut l’école
    Où l’on passa bien peu de temps
    Pas comme certains guignols
    Qui n’en sortent qu’à 27 ans.
    *
    Souvent après c’était l’usine
    Où l’on entrait à 14 ans
    Quarante-huit heures par semaine
    Quinze jours de congés payés …
    Vraiment l’existence rêvée.
    *
    Votre service militaire
    Dites-moi où l’avez-vous fait ?
    Pour nous, 28 mois d’une guerre
    Trente mille jeunes y sont tombés
    Mais cela n’est pas votre affaire
    Pour le résultat qu’on connait.
    *
    Alors pourquoi donc se gêner
    Pressurons les tous ces nantis
    Pour pouvoir mieux distribuer
    Aux arrivants de ces pays
    Qui jamais n’auront travaillé
    Ni cotisé, que nenni.
    *
    Pour ce qui est du logement
    Mon Dieu que nous fûmes gâtés
    A six dans l’appartement
    D’à peine soixante mètres carrés
    Sans aucune des commodités
    Qu’on accorde généreusement
    Même aux nouveaux arrivés.
    *
    Sans doute l’histoire de France
    N’est pas votre tasse de thé
    Elle fût traitée en votre absence
    Ou bien vous l’avez oubliée.
    *
    Pas nous !
    Un jour, vous vous en apercevrez…

    **************************

    Ce texte m’a été envoyé par ANDRÉE AUBERT

    Quelle belle plume bien affutée !…

Laisser un commentaire