JL. MÉLENCHON : GRISBI ET PROMESSES ÉLECTORALES

Il existe, dans les arrière-cuisines de la politique française de bas étage, un personnage qui, depuis plus de trente ans, officie en tant que chef cuistot populiste. Ce personnage, fort en gueule, est cependant réputé pour son habileté à camoufler ses gâte-sauces mensongers derrière un bagou chromé nickelé digne d’un Goebbels, le très officiel ministre allemand du 3ème Reich à la propagande et à l’Éducation du peuple.

À distance d’un bon trois-quarts de siècle de ce propagandiste de haut vol : grand spécialiste des coups tordus, de la démagogie et de la manipulation des masses, on voit actuellement s’agiter dans les eaux troubles de la politique française, un authentique acrobate du boniment égalitariste, nommé Mélenchon, dont la rhétorique atteint aujourd’hui de vertigineux sommets de sornettes, de postures et de faux semblants, tous à la hauteur de son culot bonimenteur et de ses acrobaties verbales.

L’ennui, c’est que ce révolutionnaire d’ambiguïté et de fausse facture humaniste, ce gourou prêcheur d’oracles à bon compte, ce généreux pourvoyeur de paniers percés et de chèques en blanc délavés jusqu’à la corde, ne soit que la copie conforme d’un F. Hollande, aujourd’hui aussi rutilant qu’un vieux kopek démonétisé.

De plus, pour ceux qui ne le sauraient pas encore, cet habitué des loges maçonniques, ami du très vénérable J. Attali : petit frérot mondialiste de la famille des trois points, ne dérogera sûrement pas à ses anciennes habitudes lucratives qui, après ses sempiternels tours de manège électoralistes, seront ce qu’elles ont toujours été. C’est-à-dire, une fois les élections pliées, et en attendant 2022, la continuation pépère de ses très profitables activités au… Parlement européen (!!!). Sans oublier, n’est pas F. Asselineau qui veut, le surplus acquis par la mise à l’encan de quelques brouettées de suffrages destinées au maintient pérenne de sa florissante et juteuse situation financière.

D’autant que chez les dirigeants trotskistes, c’est un fait bien établi : on ne confond pas le grisbi avec les promesses électorales qui, elles, évidemment, sont toujours gratuites. 

C’est sans doute ce qui explique pourquoi ce cher Mélenchon, aux arrière-pensées pécuniaires destinées à son seul usage, tient tant à se montrer aux yeux de ses admirateurs exaltés, si prodigue en propos vides et en paroles creuses. Et, par là même, parvient, d’élections en élections — le temps de débiter ici et là quelques fantaisies de son cru —, à relooker son standing de privilégié en mode de vie humble et modeste.

C’est pourquoi, à son exemple, et celui de ses amis du sérail européiste, les aventuriers stakhanovistes de la tromperie politique n’ont pas vraiment de souci à se faire. Du moins, tant que leurs groupies, leur fans et leurs soutiens continuent à bien tenir le Cap de leur crédulité béate… Jusqu’aux élections suivantes ?

Aussi, pour ce qui est de la fin des festivités électives, et à titre de gratitude, afin d’éviter toute déprime militante et avant que chacun ne rentre chez lui le cœur gros de déception, il se murmure qu’au soir du 23 avril, une marmite « mélenchonnée » à ras bord de graillons mondialistes, de peaux de pieuvres atlantistes et de grosses têtes de poissons européistes, sera offerte à l’occasion de la clôture des bureaux de votes, à 20 heures très précises.

Et le veau gras promis… de l’indépendance nationale ??? 

Ah bon ? Quel veau gras… ???

2 réflexions sur “JL. MÉLENCHON : GRISBI ET PROMESSES ÉLECTORALES

  1. Thierry Theller dit :

    Syllogisme : Tous les hommes sont mortels, Socrate est un homme, donc Socrate est mortel. (Descartes)

    Variante frappée au coin du bon sens : Tous les francs-maçons sont mondialistes, Mélenchon est franc-maçon, donc Mélenchon est mondialiste.

    Questions : A-t-on déjà vu un malfrat être ami de la probité ?

    A-t-on déjà vu un escroc être partisan de l’honnêteté ?

    A-t-on déjà vu la Franc-maçonnerie : mondialiste, apatride et supranationale, prendre position pour le bien public des nations ?

    Le constat ici est sans appel, Mélenchon : le franc-maçon, ami de l’argent, se moque des nigauds qui le soutiennent, ou, pire, qui votent pour lui.

Laisser un commentaire