PALESTINE

L’art. 7 du « Statut de Rome » (traité international de 1998 qui qui institue la Cour Pénale Internationale) dispose que l’apartheid constitue un crime contre l’humanité constitué par «des actes inhumains (…) commis dans le cadre d’un régime institutionnalisé d’oppression systématique et de domination d’un groupe racial sur tout autre groupe racial ou tous autres groupes raciaux et dans l’intention de maintenir ce régime». Il s’agit d’un crime imprescriptible et qui en principe ne peut en aucun cas faire l’objet d’une amnistie.

Dounia, Une Française qui se voue corps et âme à la cause palestinienne.

Cette page lui est intégralement consacrée.

Dounia fait partie de ces français expatriés et qui viennent  en aide aux populations locales. Hors mis ses activités indépendantes dans toute la Cisjordanie occupée , Dounia est volontaire pour l’association tanweer à Naplouse, une association culturelle de solidarité mais qui intervient également pour le soutien aux agriculteurs, aux prisonniers, aux familles des prisonniers ainsi qu’ aux familles des martyrs.

Dans l’agriculture, l’association Tanweer se mobilise auprès des femmes pour la plantation du thym, (le zaatar)

Dans les villages qui sont souvent envahis par les colonies juives et dont les arbres ont été brûlés par les collons, l’association s’attelle à la replantation mais également à la récolte des olives. Ces récoltes constituent une grande partie des revenus de la population locale. Ce qu’il faut savoir, c’est que si un palestinien ne travail pas sa terre durant 3 ans, cette dernière revient automatiquement aux collons.

Tanweer intervient également en faveur des bédouins et des familles démunies en se rendant dans  la ville de Naplouse et notamment dans les camps de réfugiés pour des distributions de vêtements et de colis alimentaires que l’association s’apprête d’ailleurs à distribuer durant le ramadan puis toute l’équipe manifestera contre l occupation.

Dounia est donc bénévole et ses moyens de subsistance se résument par quelques donations. Pour que Dounia puisse faire des « Lives » via le média indépendant « Lies Breaker » elle doit se déplacer dans des conditions risquées et onéreuses.

Finalscape suit depuis plusieurs mois déjà le travail admirable et courageux de cette femme qui au péril de sa vie souvent, témoigne du quotidien de ce peuple que le monde diplomatique et le monde tout court semble impunément vouloir sacrifier su l’hôtel du sionisme, de la finance.

>>>A suivre : Comment aider financièrement Dounia<<<

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Mise à jour : vendredi 22 juin 2017

Aujourd’hui et comme chaque vendredi, les forces de l’occupation ont réprimé la Manifestation hebdomadaire dans le village de Kafr Qaddoum, un jeune résistant de 17 ans à été gravement blessé à la main par rubber bullet.
Il est actuellement à l’hôpital où il doit subir une Opération chirurgicale.

Compte VK associé

Mise à jour : vendredi 19 mai 2017

Ce qu’en France on qualifie d’attentat, en Palestine on appelle ça de la démocratie !

Naplouse- URGENT! INFO! SVP LISEZ ET PARTAGEZ!!

Cette nuit les forces de l’occupation sont venu arrêter mon ami Yousef يوسف موسى ديريه, ambulancier, dans lequel la voiture de colon c’est encastré hier, juste après avoir foncé dans la foule et avant de tuer le jeune Moataz, à Huwwara (Naplouse).
Il est accusé d’avoir empêché la voiture du colon de s’enfuir, alors qu’il ne pouvait pas bouger et que les soldats eux même avait plaqué la véhicule de l’assassin!
Ils ont confisqué son ambulance, sachant que Yousef a été le 1er. témoin de l’action terroriste de ce colon.
En revanche, le colon meurtrier n’a pas été en inculpé.


C’est un homme bon et juste, cet ambulancier avait sauvé la vie d’ un couple de colon ayant fait un grave accident de voiture il y a quelques semaines.
Ci dessous la vidéo de surveillance concernant les faits, en France on avait appelé cela un attentat concernant Nice, ici on nomme ça démocratie ?!

Dounia / VK

Mise à jour : Samedi 13 mai 2017

27eme jour de grève de la faim pour les prisonniers Palestiniens.. Et la solidarité du peuple jour après jour…

A Awarta notre moment photo avant de se faire surprendre par l’occupation sioniste… (police, militaires et camion de skunk water)..

Mise à jour : Vendredi 12 mai 2017

1er rassemblement dans le village d’Awarta ou nous avons dépassé la porte qui clôture le village afin que les PALESTINIENS prient dans la zone militaire fermées.
Nous nous rendrons ensuite sur la route réservée au colons.

En voici quelques reflets filmés

Le blog dans sa continuité :

Palestine : Direct avec Laeticia Dounia, Sur la route de Bil3in

Manifestation pacifique a Bil3in, toute la Palestine se réuni pour fêter les 12 ans de résistance du village, ou nous marcherons pacifiquement jusqu’au mur de l’apartheid et ou les forces de l’ occupation attendront les Palestiniens, comme chaque Vendredi.

La Manifestation

Ce qu’il est important de savoir c’est que régulièrement, des soldats israéliens pénètrent dans les maison palestiniennes en brûlant les serrures au chalumeau et enlèvent des enfants. Afin de les faire taire ils font « Chut » en les menaçant avec des M 16, ils leurs bandent les yeux et les emmènent.

Occupation palestinienne : Interview exclusive de celui qui a filmé le meurtre de Abdel al Sharif.

Interview exclusive de Imad Abu Shemsya, le courageux Palestinien qui a filmé le meurtre de Abdel Fatah al Sharif par le soldat franco-israelien « Elor Azaria » condamné le 20/02/17 à 18 mois ferme.

Si un palestinien jetais des pierres, il pourrait écoper de 20 ans de prison !

L’exécution a eu lieu le 24/03/16 à 30 mètres de chez lui, la vidéo a pu faire le tour du monde et elle est la seule preuve de cet homicide volontaire.

Témoignage :

Un grand merci à  Dounia pour cette interview.

Saluons le courage de la résistance palestinienne

Sur la photo, Dounia en compagnie de Salha âgé de 12 ans, fils de Imad Abu Shemsya qui a filmé l’exécution de Abdel Fatah al Sharif par le soldat franco-Israélien : Elor Azzaria

Il faut saluer ces héros de l’ombre qui au quotidien lutent contre l’occupation Juive sioniste; celles et ceux qui au péril de leurs vies, hommes, femmes et même enfants sans contre partie tentent d’informer un monde aveuglé par l’illusion de la propagande et de la publicité c’est à dire nous, sur une réalité qui n’a rien à voir avec le confort et et l’opulence de nos vies d’occidentaux inconscients, endormis et soumis à un capitalisme Kanibal.

Ce peuple palestinien qui est en première ligne de mire, qui au fil des jours, des mois et des années, qui au fil des massacres et des meurtres dont il est victime est finalement plus conscient que chacun d’entre nous sur la triste réalité de ce monde. Ce peuple volontairement sacrifié sur l’hôtel de la finance par une oligarchie démoniaque (et le terme est faible) et qui se fait l’ambassadeur de la souffrance et de l’injustice comme c’était le cas pour le peuple juif lors de la seconde guerre mondiale.

Le professeur Norman Finkelstein se fustige en disant qu’Israël utilise la souffrance du peuple juif pour perpétrer les massacres qu’il commet contre les palestiniens. Il a à ce sujet écrit un livre intitulé « L’industrie de holocauste »

A quand la reconnaissance de cela si l’on se dit humain ?

Dounia fait partie de cette résistance qui jour après jour tente de dévoiler les violences, les tortures, les barbaries, les démolitions de maisons et les vols d’enfants commis par la junte Juive sioniste.

Faisant partie du média indépendant Lies Breaker,  qui soutient inconditionnellement les opprimés et que je tiens à saluer au passage que Dounia tente d’atteindre le maximum d’entre nous.

Dounia, car c’est comme cela qu’elle veut qu’on l’appelle risque chaque jour sa vie en diffusant des « lives » pour dévoiler aux yeux du monde ce qui se passe derrière le mur de la honte.

Chapeau bas Dounia !

Voici un live tourné le vendredi 17 février 2017 célébrant le 12 ème. anniversaire de la résistance pacifique dan le village de Bil’in.

Si vous avez un Cœur, à défaut de partager cet article, likez-le ne serais-ce que pour vous dédouaner de l’indifférence grandissante.

Merci pour eux.

La Palestine, ce peuple martyre au nom d’un capitalisme Mortifère et inhumain !

Voici un documentaire que Dounia m’avait suggérer de regarder et que je tiens à partager avec vous :

« 5 caméras brisées »

Emad, paysan, vit à Bil’in en Cisjordanie. Il y a cinq ans, au milieu du village, Israël a élevé un « mur de séparation » qui exproprie les 1700 habitants de la moitié de leurs terres pour « protéger » la colonie juive. Les villageois de Bil’in s’engagent dès lors dans une lutte non-violente pour obtenir le droit de rester propriétaires de leurs terres. Emad filme ce conflit dès le début pendant cinq ans. Avec sa caméra, il établit la chronique intime de la vie d’un village en ébullition, dressant le portrait des siens, famille et amis, tels qu’ils sont affectés par ce conflit sans fin.

(Bande annonce)

Et voici un extrait du film

Palestine la case Prison : Les forces de l’occupation traumatisent un enfant de 8ans

Cet enfant Palestinien de 8 ans, Sufiyan Abu Hitah, venait d’arriver dans la maison de ses grands-parents, il en est ressorti se rendant compte qu’ il avait perdu un jouet qu’il avait acheté sur le chemin, quand un groupe de 15 soldats de l’occupation sioniste lui sont tombé dessus et l’ont traîné en chaussettes dans le quartier « al Harika », afin d’identifier des jeunes qui auraient jetés des pierres et des cocktails Molotov dans la colonie sioniste « illégale » Kiryat Arba.
Sa maman Amani raconte: «J’ai vu plus de quinze soldats autour Sufiyan, deux d’entre eux le tenaient par les deux bras en le faisant glisser vers la porte de Kiryat Arba, quelques voisins étaient déjà rassemblés dans la rue et essayaient de sauver Sufiyan qui tremblait de peur» (Témoignage reporté par B’Tselem).
Amani à supplié aux forces de l’occupation de lui rendre son fils, ils lui ont répondu que si elle voulait le récupérer il fallait qu’il donne les noms des enfants qui avait tiré des pierres, bien malgré le fait qu’elle leur explique que l’enfant ne vivait pas ici mais qu’il était simplement en visite chez sa famille.
L’enfant est ressorti de la colonie en pleurant, sa maman continuait de leur demander la libération de son fils en vain.
B’Tselem a rapporté qu’ après que les soldats aient traîné le garçon à la rue Jabal Juhar, une femme locale a essayé de tirer l’enfant de leurs mains.
«Pendant ce temps, plusieurs autres femmes se sont rassemblés autour des soldats de l’occupation.

Finalement, plus d’une heure après, elles ont réussi à libérer Sufiyan et le ramener à sa mère».
« Rapport d’ un porte-parole de l’armée israélienne a déclaré à Ma’an qu’ après un examen initial de l’incident, il a été conclu qu’un cocktail Molotov a été lancé à la communauté de Kiryat Arba, que forces de l’occupation qui ont été appelés à en renfort ont attrapé un suspect.
<< En raison du fait que le suspect était mineur>>, il a été rammené à la maison de ses parents.
Il a été noté dans l’examen initial que les forces n’ont pas demandé à l’enfant de les diriger vers d’autres suspects », bien que la vidéo soit une preuve du contraire!

Témoignages de jeunes palestiniens violentés par les forces de l’occupation sioniste.

Palestine : La case prison

La jeunesse palestinienne affronte les troupes de l’occupant pour marquer sa solidarité avec les grévistes de la faim

 Iz 16 ans, vivant au camp de réfugiés d’Askar est l’un des danseurs du groupe de Dabka « Mashael Falasteen ». Il c’est fait kidnapper dans la nuit du 27/04/17, au domicile de ses parents respectifs, par les forces de l’occupation sioniste.