L’Europe enterre la liberté d’expression en limitant l’activité des médias russes !

Tout en poursuivant une campagne visant à dénigrer la Russie par le biais de leurs propres médias, les autorités occidentales veulent développer des mesures contre les médias russes. Sputnik est parmi les premiers sur la liste.

vk

Les débats sur la situation en Syrie et en Turquie, sur le renforcement de la défense européenne, ainsi que sur les mesures pour contrer les médias russes, y compris Sputnik et RT, figurent à l’ordre du jour d’une session plénière de quatre jours du Parlement européen qui s’ouvre lundi à Strasbourg.

La question concernant les médias russes fait partie d’une résolution du Parlement européen mise au vote pour le 23 novembre prochain. Le document affirme que la Russie promeut une propagande hostile contre l’Union européenne. Notons que les auteurs de la résolution mettent la campagne antirusse sur un pied d’égalité avec la lutte contre le groupe terroriste État islamique (Daech) tout en exhortant les États-membres de l’UE à assurer un financement supplémentaire du projet.

Auparavant, le portail européen EU Observer avait annoncé que le groupe de travail de l’UE chargé de « faire face à la Russie » pourrait obtenir des fonds s’élevant à un million d’euros.

En outre, le projet de résolution prévoit de renforcer, y compris financièrement, la chaîne de propagande européenne et antirusse Euronews.

Le document sur les médias russes stipule que la Russie, « ayant pour objectif d’affaiblir et de diviser l’Union européenne, utilise un large éventail de mesures et d’instruments ».

Les autorités européennes vont examiner la question de la « propagande russe » dans le contexte d’une véritable guerre de l’information menée par l’Occident contre la Russie. En particulier, l’Occident accuse faussement la Russie de bombarder des sites occupés par la population civile en Syrie dans le cadre de sa campagne contre Daech.

source