Climat : Une vague de froid attendue sur l’Europe méridionale à partir du 24 avril

C’est suite au passage d’un puissant front froid sur l’Europe de l’ouest et l’Europe centrale ainsi que de la péninsule des Balkans que l’Europe méridionale semble concernée par ce système.

Il est prévu un retour de l’hiver avec des chutes de neige jusqu’en pleine ainsi que des gelées au sol.

Les agriculteurs devraient être vigilants et les SDF mis à l’abri.

Contactez les prévisions météo locales.

>>>Site Internet<<<

Climat : Grosses intempéries sur l’île de Tenerife

28 février 2017, Grosse tempête au large de l’île de Tenerife (Espagne) l’océan Atlantique se déchaîne.

Images impressionnantes.

Pendant ce temps-là, il se passe quelque chose de fou en Arctique…

En Arctique, il fait en moyenne 20°C de plus que les normales saisonnières, du jamais vu. À l’heure où la glace de mer devrait être en expansion, elle s’est contractée sous l’effet d’une exceptionnelle douceur. Conséquence directe, l’étendue de la banquise n’a jamais été aussi faible depuis le début des mesures et enregistre un retard de 2 millions de km² par rapport à la moyenne 1981-2010. 

capture-2016-11-23-a-17-35-18

Étendue des glaces en arctique. L’année 2016 pulvérise tous les records pour la période actuelle, l’étendue de la banquise enregistrant un retard de 2 millions de km² par rapport à la moyenne 1981-2010, et plus d’un million de km² avec le dernier record de 2012.

Se dirigerait-on vers la mort de l’hiver en Arctique ? En novembre la banquise est en pleine nuit polaire avec 24 heures d’obscurité chaque jour. Les températures devraient être en train de plonger, et la glace de mer en train de s’étendre. Au lieu de ça, les températures grimpent en flèche, et la glace continue de se rétracter. Comme nous le montre la courbe présentée ci-dessous, publiée par l’Institut météorologique danois, dans certaines zones, les températures de l’air mesurées ont atteint -5 °C, au lieu de -25°c habituellement à la même date au mois de novembre.

En rouge, l'évolution des températures quotidiennes moyennes de l'atmosphère durant l'année 2016 (les nombres « 50 », «100 », etc. indiquent les jours) au-dessus de 80° de latitude nord. La courbe verte est une moyenne de 1958 à 2002. © DMI

En rouge, l’évolution des températures quotidiennes moyennes de l’atmosphère durant l’année 2016 (les nombres « 50 », «100 », etc. indiquent les jours) au-dessus de 80° de latitude nord. La courbe verte est une moyenne de 1958 à 2002. © DMI

« De telles températures d’octobre et de novembre n’ont jamais été enregistrées en 68 ans de mesures », explique Jennifer Francis, climatologue à l’université Rutgers (États-Unis), dans un article de Climate Central. Un ensemble complexe de facteurs semble être en jeu, mais il semblerait qu’une météorologie inhabituelle et la fragilisation de la banquise explique en partie cette anomalie observée en Arctique.

Anomalie de température moyenne du 11 au 18 novembre. L'anomalie dépasse les 10 à 20°c sur tout le bassin arctique !

Anomalie de température moyenne du 11 au 18 novembre. L’anomalie dépasse les 10 à 20°c sur tout le bassin arctique !

Comme le suggère Ted Scambos, chercheur principal au National Snow et au Ice Data Center, deux grandes tempêtes enregistrées en août dernier dans la région ont aidé à briser la glace de mer, remuant ainsi les eaux plus chaudes des profondeurs. Cela implique le fait que de vastes zones de la surface de l’océan aient été exposées à la lumière du soleil pendant une période de temps plus longue que la normale. Mais alors que la glace est connue pour réfléchir la lumière du Soleil, les eaux de surface, plus sombres, l’absorbent facilement. Ainsi, l’eau déjà réchauffée par l’action d’agitation des tempêtes a pu se réchauffer encore, empêchant ainsi la formation de la glace de mer.

Aujourd’hui une partie de cette énergie absorbée est renvoyée dans l’atmosphère, et dans le même temps, une circulation atmosphérique inhabituelle a favorisé dans certains secteurs des vents de sud, expliquant ainsi les températures de surface enregistrées. Notons également qu’à l’autre pôle, en Antarctique, la glace de mer enregistre également des niveaux historiquement bas.

Climat & environnement : Un futur peu réjouissant. Les générations futures nous montreront du doigt !

Excellent document signé Thalassa.

Article en cours d’élaboration.

Environnement : L’effondrement et la fonte d’un glacier filmés en direct

Le photographe américain, James Balog, et son équipe partent en expédition au Groenland. Ils installent des caméras un peu partout dans le cercle Arctique et passent des années à rassembler des données concernant les changements des glaciers.

Un jour, alors qu’ils installent leur équipement pour réaliser un documentaire, ils espèrent juste avoir du beau temps afin de filmer les magnifiques paysages de glace. Ils ne se doutent pas un seul instant de ce qu’ils vont vivre : en face d’eux, la montagne de glace commence à bouger…

James Balog n’était pas vraiment convaincu que l’activité humaine joue un rôle important dans le changement climatique. En 2012, dans le documentaire Chasing Ice, il en parle ouvertement en ces termes : « Je ne pouvais pas croire que les humains pouvaient avoir un impact quelconque sur les bases de la physique et de la chimie de cette énorme planète. Ça paraissait peu probable, voire impossible. »

Mais après avoir été témoin de cette scène : un glacier présent depuis des milliers d’années et de la taille de Manhattan sombre sous les flots, les doutes du photographe s’envolent. Il est aujourd’hui intimement convaincu de l’implication humaine dans la catastrophe climatique que connait la planète terre.

On a tendance à l’oublier, pourtant nous vivons au sein d’un environnement dynamique et tous nos comportements ont un impact sur lui.

Il est grand temps d’en prendre conscience, de faire bouger les choses et de changer de comportement !

Je vous invite également à vous rendre sur cet article publié le 8 décembre 2016 sur ces pages, concernant le spectaculaire crash d’un iceberg au Groenland.

Stéphane Guibert

Environnement : Magnifique et puissante nature

Le mot tornade vient de 2 termes espagnols: « tronada » = orage et « tornar » = tourner. C’est le phénomène météorologique le plus violent, destructeur et sournois qui existe. C’est une tempête de petite dimension concentrant en peu d’espace énormément d’énergie. Elle détruit tout sur son passage. La ligne de démarcation entre la zone presque entièrement dévastée et la zone voisine, légèrement touchée, est très nette. La soudaineté, sa brève durée et le sentiment de complète impuissance devant cette force impitoyable en font une véritable ennemie.

Comparativement à un ouragan, la tornade agit sur une échelle beaucoup plus petite et dure beaucoup moins longtemps. Elle est toujours accompagnée d’un orage violent, précédée de pluie (pouvant aller jusqu’à 70 mm soudainement) et souvent de grêle et ordinairement suivie de fortes averses.

Sur la mer, la tornade s’appelle trombe d’eau ou trombe marine. Elle est plus fréquente mais souvent moins violente que la tornade, car les vents dépassent rarement 80 km/h. Elle est de couleur blanche plutôt que grise ou noire. Elle aspire l’eau dans son entonnoir.

Voici une petite compilation trouvée sur les réseaux sociaux toutefois, les images ou l’on voit des avions arrachés du sol me semblent provenir d’une super production hollywoodienne mais cela n’enlève rien à la toute puissance de dame Nature et au respect qu’on lui doit et qui malheureusement est bien trop souvent bafoué.

N’oubliez pas que si l’article vous plaît, vous avez la possibilité de le partager sur Facebook en cliquant sur le bouton « Share » en dessous de la vidéo

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Pour rappel : De la neige artificielle à Pékin

C’était en 2009

Les météorologues chinois sont parvenus aujourd’hui à recouvrir Pékin d’un manteau de neige, inhabituel pour la saison, dans le cadre de leurs efforts pour lutter contre une sécheresse persistante.

La neige, inhabituellement précoce, est tombée sur la capitale pendant la moitié de la journée avec des températures qui ne dépassaient pas 2° Celsius et des vents soutenus du nord, a indiqué l’agence Chine nouvelle.

La neige est tombée également dans les provinces de Liaoning et Jilin dans le nord-est ainsi que sur le port de Tianjin (est) qui a connu sa première neige automnale.

« Nous ne manquons pas une occasion de provoquer des précipitations depuis que Pékin souffre d’une sécheresse persistante » a déclaré Zhang Qiang, directeur du Bureau de Pékin pour la modification du climat, cité par Chine nouvelle. Les météorologues chinois provoquent des pluies depuis des années en injectant des substances chimiques dans les nuages.

De la neige artificielle à Pékin pour lutter contre la sécheresse eh bien je pense qu’ils y sont parvenus !

Le 23 juillet 2016, le nord de la Chine dont Pékin ont été frappés par des inondations sans précédent provoquant la mort d’au moins 170 personnes et des millions de déplacés.

Voilà donc un petit pied de nez à ceux qui ne croient pas aux épandages (Chemtrails)

Stéphane Guibert / Finalscape

http://www.finalscape.com/wp-content/uploads/2017/01/5-1.jpg
5
http://www.finalscape.com/wp-content/uploads/2017/01/3-1.jpg
3
http://www.finalscape.com/wp-content/uploads/2017/01/2.jpg
2
http://www.finalscape.com/wp-content/uploads/2017/01/1.jpg
1

Climat : Attention, grosse vague de froid attendue en France cette semaine

Moins neuf dans le Massif central et à Strasbourg, moins six à Toulouse, moins quatre à Marseille : un coup de froid est attendu la semaine prochaine sur la quasi-totalité de la France, conduisant le gouvernement à mettre en place «un pilotage national quotidien».

Les températures seront inférieures en moyenne de «quatre à huit degrés» aux normales saisonnières, selon Météo-France, qui ne s’attend toutefois pas à des records de froid.

«On n’est pas dans des températures exceptionnelles», souligne Patrick Galois, prévisionniste à Météo-France. «On peut parler de vague de froid d’intensité modérée, d’un bon coup de froid».

Rien à voir avec les «vagues de froid historiques comme celles de février 1956 ou de janvier 1985», explique-t-il. En 1985, par exemple, la température avait plongé à «moins 19 à Toulouse, la Garonne était prise par la glace».

Le coup de froid attendu, qui survient après une forte tempête hivernale, ne devrait pas non plus avoir la même intensité que la dernière vague de froid notable, en 2012, selon Météo-France.

C’est cependant la première fois depuis cette date que le pays connaîtra «un froid aussi généralisé et peut-être durable», précise Emmanuel Demaël, également prévisionniste à Météo-France.

Dimanche, les températures étaient déjà inférieures de deux à quatre degrés aux normales saisonnières, sauf en Bretagne. En milieu d’après-midi, douze départements étaient en vigilance orange: huit pour neige et verglas en Ile-de-France et quatre pour avalanches dans le Sud-Ouest. L’accès routier à la principauté d’Andorre a été fermé.

La vigilance orange a été levée en Corse mais 3.600 foyers y étaient privés d’électricité en raison de la neige.

Les températures vont chuter à partir de lundi, et surtout de mardi. Elles seront parfois fortement négatives la nuit et vont éventuellement le rester toute la journée.

«Il fera froid un peu partout mais le froid sera plus prégnant dans l’Est et le centre que vers l’Atlantique», précise Galois.

Le thermomètre devrait dégringoler jusqu’à moins 9 ou 10 à Strasbourg, moins 11 à Mulhouse, moins 10 à Dijon, moins 6 à Toulouse, moins 4 à Marseille.

«Les températures ressenties seront au plus bas mercredi et jeudi car il y aura plus de vent», précise M. Demaël. Ainsi, dans le Nord-est, une température de moins 10 conjuguée à une bise de 50 km/h, «donnera lieu à un ressenti de moins 20 environ».

Vigilance rouge pour vents violents dans cinq départements de la Seine-Maritime aux Ardennes

Quarante-six autres départements sont placés quant à eux en vigilance orange vent, verglas et neige en prévision de la vague de froid qui va toucher l’ensemble du territoire.

Climat : 1999, deux tempêtes dévastent l’Europe pendant les fêtes de fin d’année

Pour rappel :

Cette tempête était le 6ème avis annoncé depuis le début de l’année avec des vents qui devaient atteindre les 110 à 130 km par heure.

Au final, les vents ont atteint des records et les dégâts ont été considérables sur presque toute la France et une partie de l’Europe pour une catastrophe qui est devenue le quatrième sinistre le plus coûteux dans le monde depuis 1970, devant le séisme de Kobé du 17/01/1995 au Japon et après l’Ouragan Andrew du 24/08/1992 aux Etats-unis. Conséquences en France : 45 millions de m3 de chablis (sur un stock global d’environ 2 milliards de m3 ) 88 morts 3,5 millions de foyers privés d’électricité entre 9 et 15 milliards d’euros de dégâts.

Deux tempêtes dévastent l’ouest de l’Europe avec des vents soufflant jusqu’à plus de 170 km par heure dans les terres, du jamais vu depuis au moins 4 siècles !

Date symbolique pour un évènement climatique majeur!

C’est durant le réveillon qui devait nous séparer non seulement d’un siècle mais aussi d’un millénaire que dame nature nous démontra sa toute puissance.

Le changement climatique est désormais emblématique mais cette période de transition entre le 20ème et le 21ème siècle marquent le coup de glas d’ une civilisation trop sûre d’elle.

Nos actes irréfléchis depuis l’avènement de l’ère industrielle il y a de cela plus d’un siècle nous mènent aujourd’hui à des résultats écologiques qui met en évidence notre mépris de la nature et avec l’arrogance qui est la nôtre, en nous croyant supérieurs à la nature dont finalement nous faisons partie, nous épuisons et détruisons sans relâche les bienfaits qu’elle nous apporte.

A force de donner sans retour de notre part, la nature finira par se débarrasser du cancer de la planète que nous sommes par un simple revers de la main et ce jour, sans vouloir être pessimiste, est loin d’être aussi loin qu’on le pense !

Cette « tempête du siècle » comme les météorologues se plaisent à la désigner semble démontrer le point de départ, d’un point de non retour.

Stéphane Guibert / Finalscape