Politique : Macron révèle que l’Europe doit s’unire afin, entre autres, de luter contre des catastrophes de moins en moins naturelles.

Emmanuel Macron veut renforcer l’Europe dans la défense, l’asile et l’innovation.

Dans un discours à la Sorbonne, appelant à une «refondation» de l’UE, le président français plaide pour une force commune, ainsi qu’une régulation fiscale des géants d’Internet.

Emmanuel Macron :

«Face à l’internationale du terrorisme, l’Europe de la sécurité doit être notre bouclier», a-t-il insisté. Dans un registre proche, l’Europe doit aussi, selon Emmanuel Macron, mettre en place une «force européenne de protection civile qui mettra en commun nos moyens de secours et d’intervention qui permettra ainsi de répondre aux catastrophes de moins en moins naturelles».

Extrait du discours d’Emmanuel Macron :

Vidéo complète :

Climat : Le futur ouragan Ophelia fonce vers les Açores puis le nord de l’Europe

Pour l’instant tempête tropicale, Ophelia va se muer en ouragan de catégorie 1.

Lorsque la tempête Ophelia atteindra les Açores, elle se sera muée en ouragan de catégorie 1. Actuellement à un millier de kilomètres de l’archipel, la perturbation file vers l’Europe, charriant des rafales à 145 km/h allant en s’intensifiant, selon Météo-France. Si la formation d’un ouragan en cette saison et à cet endroit n’a rien d’exceptionnel, c’est bien la trajectoire adoptée par Ophelia qui est remarquable.

Quand le phénomène passera entre l’archipel des Açores et Madère, en fin de semaine. Les prévisionnistes envisagent deux scénarios pour la suite des événements, résume La chaîne météo. Soit Ophelia suit les traces de Vince, son acolyte du 11 septembre 2005, soit il inscrit ses pas dans ceux de Flyod, comme en septembre 1993. Ce sont les restes de Nate, explique Gaétan Heymes, chef prévisionniste à Metéo-France, qui pousseront Ophelia vers l’Europe.

Une forte houle attendue en Bretagne

C’est la seconde hypothèse qui est privilégiée par les météorologues. En ce cas, Ophelia remontrait vers le Golfe de Gascogne et frôlerait la Bretagne puis les îles britanniques, passant par l’Irlande ou l’Ecosse. La première hypothèse le ferait transiter plus à l’ouest.

En passant au large de la Bretagne dimanche après-midi/soir aux alentours de l’île d’Ouessant, le reste d’ouragan rétrogradé en tempête produira une forte houle avec des creux jusqu’à huit mètres. Des vents à 200 km/h sont attendus. Si vous devez passer par la pointe bretonne à ce moment, il faudra faire attention.

En attendant, la France connaîtra ce week-end, sur une bonne partie du territoire un « sursaut estival » avec des températures allant jusqu’à 29° Celsius, à Biarritz.

Climat : Images impressionnantes des îles vertes britanniques et de la Floride après le passage de l’ouragan Irma

La NASA a diffusé des photographies satellitaires des îles Vierges britanniques avant et après le passage de l’ouragan Irma, le 10 septembre. On y voit le paysage verdoyant, disparu du jour au lendemain, laissant place à des terres brunies d’où toute végétation a été arrachée.

Les vents violents de cet ouragan de catégorie 5 ont tout balayé sur leur passage. Irma est passé sur ces îles juste avant de toucher la Floride. Les dégâts, comme dans les Antilles françaises, sont impressionnants et risquent d’être durables.

« Un ouragan nucléaire ». C’est en ces termes que le maire de Miami Beach a qualifié l’ouragan Irma qui a touché la Floride et Cuba ce week-end. Les autorités avaient anticipé son passage en évacuant 6,3 millions de personnes, un record aux Etats-Unis.

Mais l’ouragan les a prises par surprise en déviant d’abord vers Cuba où il a fait de nombreux dégâts. Il s’est ensuite dirigé vers Miami puis a touché la Côte ouest, dans le golfe du Mexique.

Ce changement de route lui a fait perdre de la puissance mais n’a pas empêché destructions et montée des eaux. Donald Trump a déclaré la Floride zone sinistrée et s’y rendra dans les prochains jours. En attendant, l’ouragan continue sa course. Rétrogradé en catégorie 1 ce lundi, il se dirige vers la côte est de l’Etat avec des vents à 155 km/h.

Le Monde.fr avec Reuters

Climat : La Havane, inondée « comme jamais » par l’ouragan Irma

Les violentes rafales de l’ouragan Irma ont balayé dans la nuit La Havane et ses deux millions d’habitants, provoquant d’importantes inondations et l’interruption de l’alimentation électrique.

La capitale cubaine, qui borde le détroit de Floride, a essuyé dans la nuit de puissantes bourrasques atteignant parfois plus de 150 km/h et subi des pénétrations maritimes sans précédent, ont annoncé les autorités, précisant que les effets d’Irma continueraient à être ressentis dans la capitale jusqu’à lundi.

Au niveau du Malecon, le célèbre boulevard de bord de mer havanais, « la mer a avancé comme jamais elle ne l’avait fait auparavant », a affirmé à la télévision nationale Mercedes Lopez Acea, présidente du conseil de défense national de La Havane.

Par endroits, notamment dans le quartier du Vedado, près du centre-ville, l’eau avait avancé sur plus de 500 mètres vers l’intérieur, ont constaté les journalistes de l’AFP. Certains sinistrés n’hésitaient pas à s’aventurer dans l’eau pour se signaler aux secouristes et policiers circulant dans la zone.

« Oui, nous avons eu peur. Les rafales de vent étaient très fortes, ce n’est qu’aujourd’hui, à la lumière du jour, que nous avons pu faire le point (…) Il y a pas mal de dégâts », a déclaré à l’AFP Yasel Vargas, cuisinier de 35 ans, interrogé devant sa maison dans la rue inondée de San Lazaro, dans la vieille ville.

Ernesto Loza, petit entrepreneur de 49 ans, a eu plus de chance. Assis sur le seuil de sa maison, l’eau s’est arrêtée juste au pas de sa porte. « Cela fait 49 ans que j’habite ici, c’est la première fois. Il y a toujours eu un peu de pénétration de la mer, mais jamais autant, à ce niveau ».

Par ailleurs, Mme Lopez Acea a fait état de nombreuses chutes d’arbres et de branches ainsi que de dommages sur le réseau électrique, qui demeurait coupé dimanche matin dans la plupart des quartiers.

Le système de distribution d’eau et le réseau téléphonique filaire étaient aussi perturbés, a-t-on constaté.

La responsable a aussi rapporté que des « effondrements partiels ou complets d’habitations » avaient été recensés dans la ville et la province. Mais elle n’a pu fournir de chiffre dans l’immédiat ni se prononcer sur d’éventuelles victimes.

Avant de filer samedi soir vers la Floride, l’ouragan Irma a provoqué des inondations jusque dans La Havane et semé de nombreuses destructions dans le centre et l’est de Cuba, selon les autorités cubaines. L’agriculture et les infrastructures touristiques ont subi des dommages, a-t-on ajouté de même source.

Climat : Quand la nature nous rappel à quel point nous sommes si petit

Images impressionnantes d’une nature qui se déchaîne et nous rappel à quel point nous sommes minuscules.

A force de vouloir lui imposer notre mode de vie et de l’obliger à passer par là ou l’on veut qu’elle passe, un jour ou l’autre, cette grande dame reprendra ses droits.

L’ouragan Irma n’est que le prémisse d’une longue succession d’évènements auxquels l’on doit s’attendre ces prochaines années.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Climat : Après le passage de l’ouragan Irma, l’île de St. Martin détruite à 95 %

L’île française de Saint-Martin est « détruite à 95% », après le passage de l’Ouragan Irma, a indiqué, pour sa part, le président du conseil territorial, Daniel Gibbs. « C’est une catastrophe énorme. 95% de l’île est détruite. Je suis sous le choc. C’est affolant », a déclaré le président du conseil territorial, joint sur son portable par Radio Caraïbes International.

 Les premières rafales, qui ont dépassé 300 km/h, ont frappé les îles en début de matinée, heure de Paris, ainsi que d’impressionnantes vagues, de 10 à 12 mètres, et des pluies diluviennes (entre 200 et 400 mm).

« Irma est un ouragan exceptionnellement dangereux avec des vents moyens entre 250 et 300 km/h […] C’est la première fois que l’arc antillais voit arriver un ouragan si puissant et potentiellement destructeur !!! », indique Météo France sur son site internet.

L’œil du cyclone, d’environ 50 km de diamètre, est resté environ 1h30 sur Saint-Barthélemy avant d’atteindre Saint-Martin.

Vidéo :

  • Allocution du président Macron
  • Message d’alerte et coup de gueule de la part d’un résident qui dit vouloir prendre les armes
  • Météo, situation générale

Gros coup de gueule de la part d’un résident

Selon ce résident, les médias mentent et les gens commencent à s’armer !

Mais aussi du côté des habitants :

Selon ce résident, les médias mentent et les gens commencent à s’armer !

Ce ne sont pas 10 morts, ce sont des milliers de corps qui flottent !

« Je vous en supplie, on a jamais vu ça, c’est le chaos total ! »

Les messages de détresse en provenant de Saint Martin (territoire français) s’accumulent !

Les scènes de pillages se sont multipliées et les témoignages des résidents font froid dans le dos. Nombre d’entre eux parlent de coups de feu dans les rues et d’habitations dévalisées alors que des familles s’y trouvent. Certains quartiers ont été rasés, d’autres n’ont ni eau ni électricité. Impossible de fuir pour les habitants. « Les prix des billets atteignaient les 4500€! » explique une habitante.

Entre colère et détresse, les habitants de Saint Martin se demandent comme une telle situation, due en partie au manque de soutien logistique, est possible sur le territoire français alors que la tempête était attendue depuis plusieurs jours. Ils réclament une aide d’urgence à la hauteur d’un pays développé comme l’est la France.

Alors imaginez-vous le même scénario sur le continent non pas après un désastre climatique mais un désastre économique !!!???

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Environnement : Disparition de l’océan sur les côtes des Bahamas suite à l’ouragan Irma

 

Disparition de l’océan ! Un phénomène rare causé par l’ouragan « Irma », l’eau a littéralement été aspirée par la dépression.

L’ouragan Irma a été d’une telle violence que l’eau a été aspirée loin des côtes des Bahamas. Toutefois, un météorologue a expliqué que l’eau attirée par le phénomène de basse pression vers le centre de la tempête devrait reprendre sa place après l’évènement et qu’aucun risque de tsunami n’est à craindre.

Des images extraordinaires des Bahamas montrent que le littoral a reculé beaucoup plus loin que la normale en exposant ce qui est habituellement appelé le plancher océanique.

La vidéo qui suit démontre l’ampleur du phénomène, un océan complètement retiré ou l’on peut apercevoir les coquillages par milliers.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Economie : Quand la finance spécule sur les catastrophes naturelles

Je le disais et le répète :

« L’ETRE HUMAIN FINIRA PAR MONETISER SA PROPRE EXTINCTION »

Ca y est, on y est et on est en plein dedans !

Quand la finance spécule sur les catastrophes naturelles.

Les cat bonds, ce sont de nouveaux produits financiers qui spéculent sur les risques d’ouragan ou de tsunami.

C’est à peine croyable, mais il est aujourd’hui possible de spéculer sur les catastrophes naturelles, de gagner de l’argent sur les marchés selon qu’un tremblement de terre, un tsunami, un ouragan ou un typhon frappe ou non. On appelle ces nouveaux produits financiers, les cat bonds. Rien à voir avec des chats. « Cat », c’est pour catastrophes, « bonds » signifie obligation.

Des produits financiers risqués

Pourquoi ces cat bonds ? Les catastrophes naturelles au cours du XXè et du XXIè siècle n’ont cessé d’augmenter et leur coût a explosé. Par exemple, le tsunami au Japon, le 11 mars 2011, aurait coûté 150 milliards d’euros, l’ouragan Sandy dans l’Atlantique Nord, le 22 octobre 2012, 50 milliards d’euros. Comment ça marche ? Par exemple, un assureur émet des cat bonds pour couvrir les risques d’un ouragan et des investisseurs les achètent. Ces cat bonds sont des produits financiers risqués pourtant ils sont très populaires, car les rendements sont élevés, plus de 10% par an.

Il y a spéculation sur les denrées alimentaires, ce qui engendre des famines dans les pays les plus défavorisés.

(La spéculation alimentaire c‘est un enfant qui meurt de faim toutes les six secondes. L’agriculture mondiale dans l’étape actuelle de son devenir pourrait nourrir normalement 12 milliards d’êtres humains et un enfant qui meurt de faim aujourd’hui est un enfant assassiné !).

Il y a la spéculation sur la faillite d’un pays comme cela a été le cas pour la Grèce, ce qui engendre chaos et misère sociale.

(C’est pendant les crises financières les plus profondes que les grandes banques d’affaires, comme cela est le cas par exemple pour Goldman Sachs, font le plus de profits.)

Il y a maintenant la spéculation sur les catastrophes naturelles.

Mais jusqu’ou iront la cupidité et l’indécence humaine ? On dit que l’homme est un loup pour l’homme mais ce n’est pas vrai, les loups ne se dévorent pas entre eux, en ce qui nous concerne cela va bien au delà !

Le document vidéo qui suit résume ces trois aspects de la spéculation :

  • Spéculation sur les catastrophes naturelles (Source France Infos TV).
  • Spéculation sur la faillite d’un pays, la Grèce (Source France 5).
  • Spéculation alimentaire. (Jean Ziegler, ancien rapporteur spécial auprès de l’ONU sur la question du droit à l’alimentation dans le monde).

Et qui va inexorablement mener notre civilisation à sa perte sauf si les consciences se réveillent et se lèvent comme un seul homme pour une insurrection globale.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Climat : Ouragan Irma : des prévisions météo impressionnantes pour Miami Beach

Une vue satellite d’Irma prise le 6 septembre. L’ouragan doit frapper la Floride à partir de samedi.

(Reuters/Courtoisie NOAA National Weather Service National Hurricane Center)

Les conditions météo à Miami Beach s’ annoncent dantesques pour le week-end à venir, alors que la Floride se prépare à être frappée par l’ouragan Irma.

Avertissement du maire de Miami : Ca sera un ouragan d’une puissance Atomique !  « Vous devez absolument quitter Miami Beach que vous soyez résident ou touriste, il n’y aura pas de service public. »

Pour se rendre compte de l’intensité d’un monstre comme Irma, un simple tableau de prévisions météo permet parfois d’en dire bien plus que toutes les cartes satellites et messages d’alerte. Alors que l’ouragan touchera la Floride ce week-end, nous avons récupéré les prévisions à Miami Beach de vendredi à lundi sur le site spécialisé des surfeurs et windsurfeurs Windguru, l’un des plus pointus en terme de prévisions de vent et de vagues sur les zones littorales. Le résultat est saisissant, autant par la brutalité que par l’intensité du phénomène.

Ce vendredi, le vent se lève. Mise à part l’installation d’une couverture nuageuse haute et la levée du vent à la mi-journée, rien n’annonce ce vendredi l’arrivée d’un ouragan. La hauteur des vagues est normale (un mètre environ) et il ne pleut pas.
Samedi, ça dégénère. Les choses devraient commencer à se corser sur la journée de samedi : le vent passera de 25 noeuds (46 km/h) à 45 noeuds (83 km/h) avec des rafales à 58 noeuds (107 km/h) sur la journée. Sous les nuages d’altitude, viendront peu à peu se loger des nuages de moyenne altitude, et, enfin, un plafond de basse altitude, accompagné de sérieuses ondées (7,4 mm de pluie entre 17 heures et 20 heures). Une mer de tempête se formera progressivement, et la hauteur des vagues dépassera les 5 m en fin de journée.

Dimanche matin, des vagues de 14 m ! Mais c’est véritablement dimanche que la force de l’ouragan devrait se déchaîner. Le vent atteindra les 220 km/h en rafale à 8 heures, avec des vagues à 12,7 m de haut, et un niveau de précipitation record de 124 mm en trois heures !
Dimanche midi, la traversée de l’oeil. On voit très nettement ensuite dans ce tableau de prévisions (et dans la représentation du vent sur l’échelle de Beaufort, ci-dessous) quand l’oeil du cyclone devrait passer au dessus de Miami Beach : vers 11 heures, le vent chute brusquement à 19 noeuds (35 km/h) et change ensuite complètement de direction. A 14 heures, il se lève à nouveau et souffle dans la direction opposée. A 20 heures, le site prévoit une couverture nuageuse de 100% à haute, moyenne et basse altitude, des conditions extrêmes que seul un ouragan peut réunir.

Retour à la normale le lundi. Les prévisions pour lundi montrent ensuite un progressif retour à la normale, avec des éclaircies dès l’après-midi.

Ironie de ces prévisions, le site Windguru attribue à ce week-end cauchemardesque la note de 3/3 pour aller surfer, une notation automatique qu’il ne faudra évidemment pas prendre à la lettre. Mercredi, un jeune surfeur de 16 ans a été tué à la Barbade en tentant de surfer au passage d’Irma.

Climat : Plus de 1 000 personnes sont mortes des inondations en Inde, au Népal et au Bengladesh cet été.

Plus de 1 000 personnes sont mortes des inondations en Inde, au Népal et au Bengladesh cet été. Selon les Nations unies, près de 41 millions de personnes ont été affectées par les inondations.

Plus de 1’000 personnes sont mortes à cause des inondations en Asie du Sud-Est cet été, dont près de la moitié dans le nord de l’Inde. Et ce n’est pas fini :

Mardi, après 4 jours de pluie, les eaux sont soudainement montées à Bombay. Près de 300 millimètres de pluie sont tombés en quelques heures dans la métropole de 18 millions d’habitants faisant craindre de nombreuses victimes.

Alors que le monde s’émeut des inondations au Texas, les ONG craignent une catastrophe humanitaire en Asie du Sud.

Au total, près de 41 millions de personnes, en Inde, au Bangladesh et au Népal ont été affectées par les inondations,  selon l’ONU ce sont les pires inondations depuis des années dans la région.

La mousson fait près de 700 morts !

Une vingtaine d’Etats indiens sont touchés par les pluies saisonnières qui ont débuté en juin.

Des inondations en Inde liées à la mousson ont provoqué la mort près de 700 personnes et le déplacement de millions d’autres, a rapporté lundi la presse indienne. Par ailleurs, la foudre a fait au moins 21 morts.

Dans le seul Etat du Gujarat (ouest), le bilan des morts a grimpé à 213 après la découverte d’une centaine de corps durant le week-end, contre quelque 120 victimes estimées la semaine dernière. Le reflux des eaux a permis aux sauveteurs d’accéder à des zones reculées. Les autorités indiennes s’attendent à voir encore augmenter ce bilan.

Une vingtaine d’Etats sont touchés par les pluies de mousson qui ont débuté en juin. Le Bengale occidental ainsi que les Etats de l’Arunachal Pradesh et de l’Assam, dans le nord-est, de Jharkhand et du Bihar, dans l’est, ont aussi été affectés par des inondations et des glissements de terrain.

Dans l’Odisha (est), au moins 18 personnes sont mortes foudroyées et trois autres ont perdu la vie dans l’Etat de Jharkhand. La majorité travaillait dans les rizières, selon l’Autorité locale en charge de la gestion des catastrophes. Le département national de météorologie a prévenu que de nouveaux orages étaient encore attendus mardi.