Qatar : François Asselineau avait donc raison et ce, depuis trois ans.

C’est un coup de tonnerre diplomatique au Moyen-Orient. L’Égypte, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn ont annoncé la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar. L’émirat, qui doit organiser le Mondial de football en 2022 et qui n’a cessé ces dernières années d’accroître son poids dans la région, se retrouve mis au ban des pays du golfe Persique, en raison de son « soutien au terrorisme ». Il a en outre été exclu de la coalition arabe qui intervient au Yémen sous la direction de Riyad. Ce séisme diplomatique est intervenu 15 jours après une visite à Riyad du président américain Donald Trump qui a demandé aux pays musulmans d’agir de manière décisive contre l’extrémisme religieux.

Et voici les explications de François Asselineau, président fondateur du parti UPR

Politique : Alain Soral donne raison à François Asselineau concernant Marine Le Pen

Pour Alain Soral, le moment ou il c’est senti la plus mal à l’aise durant le meeting politique réside dans le fait qu’elle ne s’adressait non pas aux français mais aux « Beaufs«  » de ses meetings qui crient : « On est chez-nous » un moment donné, elle est la Madone des « Beaufs » et rien d’autre.

Elle est très capable de lire un discours écrit par quelqu’un d’autre, elle a un vocabulaire limité, elle cherche ses mots en fait, elle n’est pas très bonne et il y a une évidence dans tout cela c’est que Florian Philippot est meilleurs qu’elle, le numéro 2 du Front National est plus performant, plus cultivé, plus intelligent, plus fin dialectiquement que la numéro 1.

On est face à une héritière qui n’est la que parce qu’elle porte le nom de son père et qu’elle a été imposée mais qui n’a absolument pas la compétence pour porter le mouvement de l’opposition nationale qui regrouperait toute l’opposition nationale.

Elle c’est mise à dos des gens comme moi, comme Dieudonné sans compter les contradictions de démarrer une campagne sur une rupture radicale de l’Euro et l’Union européenne et de revenir en cours de route en « baragouinant » des trucs à deux entrées etc…  Ce qui donne presque raison à François Asselineau.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Front National : L’épouvantail diabolisé par les médias servant la cause de l’oligarchie mondialiste

La Gauche complice du Front National

Le Fn est apparu en 1984 aux Européennes lors desquelles le parti d’extrême droite, jusqu’alors inexistant dans le monde politique, a recueillli 10% des suffrages.

Fort de ce score inespéré, Mitterrand, alors Président de la République, demande à son Premier Ministre Laurent Fabius de changer le mode de scrutin législatif pour les élections de 1986 qui seront alors à la proportionnelle. La manœuvre a pour but de faire élire une Assemblée sans majorité puisque la droite serait marquée par un parti extrémiste avec lequel il ne doit pas faire alliance. A la même époque, toutes les émissions politiques télévisées, alors toutes dans le service public, font donner du Le Pen sur les ondes et se chargent de la publicité Nationale du FN.

Le petit jeu de Mitterrand a presque marché puisque la majorité RPR-UDF en 1986 ne tient qu’à quelques sièges. Là où le Mitterrand a marqué des points, c’est que l’élection de 1986 fait entrer à l’Assemblée Nationale 36 députés d’extrême-droite, Jean-Marie Le Pen en tête. Le FN y trouvera sa légitimité Républicaine et installera définitivement le FN dans la vie politique.

Aujourd’hui, la gauche demande un droit d’inventaire sur la période Mitterrand. Ils semblent oublier que les lois de cette période ont été votées par une majorité socialiste. La loi électorale de 1985 par exemple n’a pas eu besoin du 49.3 pour passer. Le Premier Secrétaire du PS d’alors s’appelait Lionel Jospin. Il était aussi député.

La gauche a besoin du FN

Aujourd’hui, la gauche a toujours besoin du FN puisqu’elle lui est au pouvoir grâce à la présence du parti de M. Le Pen. Le coup politique de Mitterrand porte ses fruits avec quelques années de retard.

Ainsi la majorité actuelle à l’Assemblée Nationale est due aux nombreuses triangulaires (plus de 70) lors des élections de 1997. Parmi ces triangulaires, 29 députés de gauche ont été élus alors même qu’ils n’avaient pas respecté la règle du « désistement républicain » dont la gauche nous rabâche pourtant les oreilles depuis les Régionales. Les 29, dont voici la liste, sont arrivé derrière le candidat RPR-UDF lors du premier tour, mais se sont malgré tout maintenu au second tour et ont été élus. Tous ont ainsi fait tombé des circonscription dont le député était RPR ou UDF, il y a même des récidivistes et… un ministre, en plus de la justice, c’est à dire le Garde des Seaux de la Constitution de la République !

Le Front National est une longue histoire dans la 5ème république et pas besoin d’avoir fait l’ENA pour comprendre ce qui se répète en France depuis 7 présidentielles à moins d’être complètement aveugle ou borné.

Le FN qui sert et qui a été mis en place par les intérêts économiques se positionne systématiquement au second tour.

Allègrement soutenu par une propagande savamment orchestrée dans les médias mainstream  soumis au capital, ceux-là même qui nous ont éduqué de manière à ce que nous diabolisions ce parti tout en faisant passer celles et ceux qui y adhèrent pour des Nazis, ce parti politique est l’épouvantail, le croque-mitaine qui jusqu’à ces élections a très bien servi la clique des holigarques qui a misé sur Macron, cette marionnette d’un néolibéralisme cannibale et assassin.  C’est tellement risible et simpliste !

François Asselineau en parle durant la conférence qu’il a donné juste après les résultats de la présidentielle ce dimanche 7 mai 2017.

Stéphane Guibert / Finalscape /VK

VOUS LES AVEZ JETÉS PAR LA PORTE, ILS REVIENNENT PAR LA FENÊTRE !

70% Un score de dictateur Africain !

Suite à ce résultat, gros coup de gueule Lionel Denis

Le coup de gueule de François Ruffin lors de la remise des Césars 2017, coup de gueule non diffusé par les médias principaux (TF1, France 2, BFM  etc…)

MASCARADE PRESIDENTIELLE : REACTION A CHAUD DE FRANCOIS ASSELINEAU

(Début de l’allocution à cinq minutes deux secondes)

La pertinence de cette vidéo est si explicite qu’elle se passe de commentaire.

Une fois n’est pas coutume.

Thierry Theller

Présidentielles 2017 : Quand le comptage des voies ne correspondent pas entre une ville et le ministère de l’intérieur

Ce coup de gueule m’interpelle. Truquages et manipulations à tout va !

Ce youtubeur, Saber solo nous montre les différences qu’il peut y avoir dans le comptage des votes entre la mairie de Périgny par exemple et le ministère de l’intérieur.

Dans cette ville de Périgny, François Asselineau arrive en seconde position, juste après Marine Le Pen alors que dans les résultats livrés par le ministère de l’intérieur, François Asselineau arrive en avant dernière position.

Ceci dans la seule ville de Périgny. Qu’en est-il dans le reste de la France ?

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Liste des candidats Voix % Inscrits % Exprimés
Mme Marine LE PEN 84 21,93 30,00
M. François ASSELINEAU 63 16,45 22,50
M. Emmanuel MACRON 45 11,75 16,07
M. François FILLON 42 10,97 15,00
M. Nicolas DUPONT-AIGNAN 18 4,70 6,43
M. Benoît HAMON 14 3,66 5,00
M. Jean-Luc MÉLENCHON 4 1,04 1,43
Mme Nathalie ARTHAUD 3 0,78 1,07
M. Philippe POUTOU 3 0,78 1,07
M. Jacques CHEMINADE 3 0,78 1,07
M. Jean LASSALLE 1 0,26 0,36
Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 383
Abstentions 89 23,24
Votants 294 76,76
Blancs 7 1,83 2,38
Nuls 7 1,83 2,38
Exprimés 280 73,11 95,24

résultats de la commune au 1er tour sur le site du ministère de l’intérieur :

Liste des candidats Voix % Inscrits % Exprimés
Mme Marine LE PEN 84 21,93 30,00
M. Jean-Luc MÉLENCHON 63 16,45 22,50
M. Emmanuel MACRON 45 11,75 16,07
M. François FILLON 42 10,97 15,00
M. Nicolas DUPONT-AIGNAN 18 4,70 6,43
M. Benoît HAMON 14 3,66 5,00
M. Jean LASSALLE 4 1,04 1,43
Mme Nathalie ARTHAUD 3 0,78 1,07
M. Philippe POUTOU 3 0,78 1,07
M. François ASSELINEAU 3 0,78 1,07
M. Jacques CHEMINADE 1 0,26 0,36

 

Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 383
Abstentions 89 23,24
Votants 294 76,76
Blancs 7 1,83 2,38
Nuls 7 1,83 2,38
Exprimés 280 73,11 95,24

>>>Tableaux Stop mensonges<<<

Sur Youtube :

Élection présidentielle Truquée?… 23% pour Macron

Politique : Quand François Asselineau démasque le CSA en directe

Lors d’un débat télévisé, François Asselineau déclarait que Macron qui avait 0 électeurs prouvés avait eu droit à 17’000 articles de journaux, 75 couvertures de magazines et des dizaines d’heures d’audience dans les grands médias. Le journaliste un peut embarrassé demande à François Asselineau ce qu’il sous-entend et le candidat rétorque qu’il sous-entend ce que tout le monde sait en France, c’est à dire que Macron a été promu médiatiquement pour être candidat à l’élection présidentielle.

On connait la suite n’est-ce pas ?

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Présidentielle 2017 : Réaction de François Asselineau après les résultats du premier tour.

Suite aux résultats du premier tour, voici le meeting de François Asselineau bien déçu mais très réaliste en ce qui concerne les conditions de campagne.

A l’origine du parti politique l’UPR qu’il a fondé il y a une dizaine d’années, François Asselineau était tout d’abord pris pour un complotiste et c’est au fil des années et de ses analyses que les médias ont commencé à s’intéresser à ce qu’ils ont coutume d’appeler « Le phénomène Asselineau ».

Les résultats de ce premier tour qui laissent le candidat à tout juste 1 % démontrent clairement que la campagne française se calque sur un système Américain fonctionnant à coup de publicité et de propagande. A ce sujet et pour rappel, le clip de campagne d’Emmanuel Macron, « La France en marche » était n’ayons pas peur des mots, un copié collé de celui du candidat à la maison Blanche Bernie Sanders.

Retour sur ce clip savamment disséqué par le petit journal.

>>>Voir ou revoir l’article associé à cette vidéo<<<

Comment ne pas remettre en question la logique et la raison des français lorsque l’on entend une femme déclarer qu’elle vote pour Macron sans connaitre son programme parce qu’il est séduisant et qu’il peut plaire aux femmes ? Comment ne pas se poser cette question légitime, à savoir : Vous êtes des centaines de milliers à descendre dans les rues contre la loi El Khomri et vous votez Macron ? Les français, du moins celles et ceux qui votent pour Macron seraient-ils victimes du syndrome de Stockholm ?

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Élections françaises, premier tour : Ya un truc

Une fois de plus, la France se retrouve dans ce qu’on pourrait appeler un deuxième tour de l’absurde. À peine les résultats sont-ils exprimés que les leaders d’opinion appellent à faire barrage contre Marine Le Pen dans un consensualisme « pro-Macron » assumé ou par défaut. Mais cette effervescence rend inaudible une crise de la démocratie qui se déroule sous nos yeux. Des milliers de citoyens crient leur colère. Leur désespoir n’émane pas du résultat, mais de la manière même dont ces élections se sont déroulées. Des élections entachées d’irrégularités, de bugs, de radiations de masse et de zones d’ombres si nombreuses que certains estiment légitimes de questionner la validité des résultats. Alors que les témoignages s’accumulent par milliers, venons-nous de passer dans autre dimension ?

Des inscriptions non prises en compte

Tout a commencé quand l’une de nos rédactrices nous a fait part de son sentiment un peu étrange. En novembre dernier, elle s’était inscrite sur les listes électorales, via le site service-public.fr avec la confirmation électronique que tout était validé dans les règles. Inquiète de ne pas voir sa carte électorale arriver, elle prend contacte avec sa mairie. Finalement, le 22 avril, la veille des élections, elle apprendra qu’elle n’était pas inscrite sur les listes électorales suite à des bugs sur le site gouvernemental qui n’avait pas assuré la transmission aux mairies (voir le document). Une histoire qui pourrait sembler anecdotique si elle ne faisait pas écho à des centaines, des milliers de témoignages exprimant la même chose : une impossibilité de voter au premier tour pour différentes raisons. Suite à la diffusion de la lettre qu’a reçue notre rédactrice, sur Facebook, une vagues de témoignages s’est abattue sur notre réseaux. Plus de 5000 commentaires, des centaines d’e-mails, tous témoignant de situations très similaires, uniquement pour notre média.

Intervention de François Asselineau

SONDAGES : LA PALME DE LA PARTIALITÉ MENSONGÈRE

S’agissant des disciples de l’ultra libéralisme et de leurs sondages truqués, la seule corde à leur arc qui leur reste encore, chacun le sait maintenant, c’est la désinformation télévisuelle à plein temps. Une désinformation à tout va. Une désinformation à tout prix. Mais une désinformation décervelante : faite de carcans aussi liberticides que mensongers. Sauf que cette désinformation-là, poursuit des étapes qui suivent, point par point, un processus machiavélique préétabli de longue date. En réalité, depuis le tout début de la construction européenne.

Grosso modo, ce processus, suivant un rituel désormais consacré, consiste en premier lieu à envelopper le cerveau des Français dans la touffeur d’un suaire médiatique cotonneux. Ensuite, de la même façon qu’une crapule dissimule un poignard dans le fourreau d’un parapluie : avant de l’emmancher dans le dos du chaland étourdit, il s’agit, dans un second temps, pour ces renégats européistes et anti-sociaux, d’estourbir ces « péquenots » de Français si insensibles aux sirènes du prêt-à-porter mondialiste. Ou, pour mieux dire, au désastre d’un capitalisme en surfusion totalitaire. Autrement dit : de réduire en miettes, par tout moyen occulte, tout repère permettant à ces mêmes Français de penser leur vie… librement.

C’est pourquoi, ce premier tour des présidentielles du 23 avril est si déterminant pour  la France et ses citoyens : soucieux du futur cadre de leur espace vital et des enjeux, tant économiques que sociaux, que représentent leurs suffrages.

Or, le 23 avril prochain, parvenue au carrefour de son destin, la France n’a plus le droit à l’erreur. En revanche, en fonction du futur chef d’État choisi, les Français auront droit soit à une nouvelle spéculation exacerbée des marchés, soit à une reprise guerrière de la barbarie extra nationale, soit à la confrontation militaro civile d’un pays en ébullition insurrectionnelle, soit à la reconquête de leur indépendance démocratique, dûment bâillonnée depuis la fin des trente glorieuses.

De ce point de vue, un proverbe déjà ancien, toujours d’actualité, nous prévient en ces termes : « Qui veut la fin veut les moyens ». Hélas, de cette ambiance kafkaïenne de choix politiques aussi orientés qu’improbables, il ressort, pour l’instant, que des sondeurs malveillants de la sphère oligarchique, dotés de moyens financiers considérables, sont en train de remporter la palme de la partialité mensongère.

D’ailleurs, ces derniers temps, en délicatesse d’intégrité professionnelle et aux ordres des tenants supranationaux du Nouvel Ordre Mondial, on a pu voir défiler sur les écrans TV, des arnaqueurs d’opinion de tout poil, rivaliser de subterfuges pour fausser les sondages et alimenter ainsi une rumeur sondagière : singulièrement propagée au détriment du seul candidat de la libération nationale. Autrement dit : du Frexit.

Sauf que, entre les mensonges des sondages et la vérité de la conscience française, il existe, n’en déplaise aux destructeurs des aspirations du peuple de France, un gros bémol.

Son nom ? François Asselineau.        

Thierry Theller

   

La vérité sort de la bouche de François Asselineau

C’est désormais au tour de François Asselineau. Le candidat de l’Union populaire républicaine est crédité de 0,5% des intentions de vote dans le sondage Harris Interactive pour France Télévisions qui a été publié ce matin.

Le dimanche 23 avril, les Français sont invités à se rendre aux urnes pour élire le prochain président de la République. A quelques jours de ce premier tour, la rédaction de France Télévisions propose une soirée spéciale. Les onze candidats se succèdent pour quinze minutes d’entretien individuel face à David Pujadas et Léa Salamé, dans le but de convaincre les citoyens sur leur projet pour la France. Pendant cet entretien, deux thèmes déterminés par la rédaction sont abordés. Les candidats disposent ensuite d’une carte blanche lors de laquelle ils peuvent aborder le sujet de leur choix.

Cette émission est disponible en replay intégral sur YouTube ou directement sur le site de Franceinfo : http://www.francetvinfo.fr/