Santé publique : Lactalis aurait poussé un laboratoire à lui fournir des résultats positifs

D’après les révélations d’Europe 1 lundi 19 février, l’entreprise agro-alimentaire au cœur d’un scandale sanitaire aurait multiplié pendant des années les pressions sur le laboratoire chargé de détecter les allergènes dans ses produits.

Voilà peut-être un nouvel élément d’explication au scandale sanitaire qui touche Lactalis, géant de l’agro-alimentaire qui a commercialisé du lait infantile contaminé aux salmonelles. Europe 1 révèle ce lundi 19 février que durant des années, l’entreprise aurait exercé de fortes pressions sur le laboratoire nantais chargé de contrôler la conformité de ses produits aux normes anti-allergies. Un ancien salarié de l’officine scientifique confie même que les membres du labo se disaient « souvent entre [eux] qu’un jour, un scandale sanitaire allait arriver« .

Le labo avait pour tâche de détecter les allergènes (gluten, fruits à coque, œufs) contenus dans les produits de Lactalis. Et le mécanisme décrit par Europe 1 est aussi simple que choquant : Lactalis était un « très gros client » du laboratoire basé en Loire-Atlantique, le contrat liant les deux parties se chiffrant à « plusieurs millions d’euros« . Les analyses scientifiques rendues se devaient donc d’être « satisfaisantes » pour le géant industriel, qui aurait été contraint de procéder à la destruction de plusieurs tonnes de produits en cas de résultats négatifs. Un employé glisse ainsi avoir eu « peur de Lactalis« .

Des échantillons « passés en boucle jusqu’à ce que le résultat nous intéresse »

Pour parvenir à ces résultats satisfaisants, un salarié raconte que « des échantillons spécifiques revenaient » et qu’ils étaient « passés en boucle jusqu’à ce que le résultat nous intéresse« . Les techniciens auraient ainsi été poussés à reproduire leurs analyses jusqu’à ce que celles-ci valent feu vert sanitaire pour le groupe agro-alimentaire. Un traitement de faveur qui aurait été réservé à Lactalis, sans aucune mesure avec celui
administré aux « clients lambda« .

Or, d’après des membres du laboratoire, la multiplication des tests sur un même produit leur enlève tout intérêt scientifique. « Plus vous re-testez le même échantillon, plus on peut passer d’une barrière à une autre. C’est ce petit jeu qui permet de passer sous la barre, alors qu’on était au-dessus« , confie-t-il à Europe 1. Au point qu’un ancien employé déclare même avoir carrément demandé à Lactalis s’ils « voulaient un test négatif » : « On ne met rien dans l’échantillon, on l’analyse, et comme ça, il sera négatif« .

Depuis un an et demi, les tests de Lactalis ont été transférés dans un autre laboratoire du même groupe, situé en Italie, pour des « raisons de coûts et de stratégie« . Pas très rassurant.

Vidéo : Fin de l’émission Cash Investigation où un responsable de la multinationale Lactalis répondait aux questions d’Élise Lucet.

Source de la vidéo : Cash Investigation

Agriculture & Santé publique : L’union européenne va assouplir les exigences pour l’obtention du label Bio

Nous ne fonçons plus dans le mur, nous avons le dos au mur !

On se souviendra de l’épisode ou suite à un mélange d’huile de vidange dans les vinaigrettes et les huiles comestibles en 2007, l’UE r’ehaussa l’acceptance des huiles d’hydrocarbure à raison de 10% dans les produits alimentaires.

Et si on en remettait une couche ?

Le conseil européen agricole c’est penché sur de nouvelles mesures assouplissant les normes de qualité dans l’agriculture Bio.  Des pesticides dans les produits Bio européens est un projet qui a été lancé en 2014 par les ministres concernés et pourrait bouleverser en profondeur ce mode d’agriculture. Le texte présenté aux 28 ministres de l’UE doit définir les modes de production, de transformation, de conservation et de commercialisation dans toute l’Europe, un texte qui pourrait mettre fin à l’avenir du Bio en France dans sa forme actuelle et dont le marché connait une croissance exponentielle.

Ce nouveau projet de règlement prévoit notamment que les productions qui sont contaminées par des pesticides ne seront plus forcément déclassés du label Bio. Pour un marché qui a obtenu 22% de plus en 2016  les société de l’agrochimie qui ont certainement joué un rôle primordial dans cette étude se réjouisses d’ores et déjà de cette nouvelle manne qui s’offre à eux.

Vidéo :

  • Manque de volonté des politiques face aux lobbies avec nos enfants qui ingurgitent au quotidien près de 128 résidus chimiques dont 36 pesticides et personne ne fait rien bien au contraire. Les perturbateurs endocriniens sont notamment montrés du doigt dans cette partie de la vidéo.
  • Natacha Polony nous parle des bananes qui viennent d’Équateur ou de République Dominicaine qui ont interdiction d’utiliser certains pesticides dangereux pour la santé. Quand vous achetez une banane bio qui vient de ces régions, ces fruits ont été cultivés avec 14 pesticides qui sont interdits pour les bananes conventionnelles en France. L’Europe accepte tout de même l’appellation Bio en raison du principe d’équivalence.
  • Coup de gueule de la part d’un grand cuisinier : « Des salopards de lobbyistes se sont emparés de la planète.
  • Le conseil européen agricole c’est penché sur de nouvelles mesures assouplissant les normes de qualité dans l’agriculture Bio.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Sources :

IZAP4U

Libre Actu

Polony TV

TV Libertés

Vaccins : M. Macron, nos bébés ne sont pas des cobayes !

« Je suis mère de famille et j’ai vacciné mes deux premiers enfants sans difficulté.
Mais la réforme des 11 nouveaux vaccins obligatoire est juste TERRIFIANTE !
Car voici ce qu’on vous cache : »

Madame Monsieur,

 

Je m’appelle Nathalie Beaufrère, j’ai 36 ans et suis enceinte d’une petite fille.

J’ai vacciné mes deux premiers bébés avec le DTPolio, sans me poser de question.

Mais aujourd’hui, je suis terrifiée pour mon enfant à naître.

Au 1er janvier 2018, le gouvernement a prévu d’obliger tous les bébés à se faire injecter 11 vaccins obligatoires.

Cela représente 31 doses de vaccins, entre la naissance et l’âge de 18 mois.

Dans ces 31 doses, 25 doses contiennent de l’aluminium, un métal toxique pour le cerveau.

Et dans ces 31 doses, il y a 3 doses d’hépatite B, une maladie sexuellement transmissible qui ne concerne pas les nourrissons.

Je n’ai rien contre la vaccination, mais cela m’a paru étrange, anormal.

Alors j’ai demandé à notre médecin de famille ce qu’il pensait de cette réforme.

Ce qu’il m’a répondu est tout simplement effrayant.

Il m’a dit, les yeux dans les yeux, qu’il s’attendait à des dégâts cent fois plus graves que ceux causés par le vaccin Rotavirus, qui avait causé des morts.

Vous vous en souvenez peut-être, c’était il y a seulement 5 ans.

Le Rotavirus est un vaccin contre la gastro-entérite du nourrisson. En 2013, il avait été inscrit sur la liste des vaccins officiellement recommandés par notre Haut Conseil à la Santé Publique.

Cela veut dire que tous les parents français étaient officiellement invités à donner le Rotavirus à leur bébé de moins de 6 mois.

Mais en 2015, le Haut conseil à la Santé Publique a fait brutalement marche arrière.

Entre-temps, les résultats d’une étude officielle étaient tombés :

Ce vaccin avait causé la mort d’au moins 2 nourrissons, en plus d’avoir causé de très graves effets secondaires chez des dizaines d’autres !

Tout cela pour éviter de simples « gastros », qui n’ont jamais tué un bébé !

D’après mon médecin, les nouveaux vaccins obligatoires sont comme le Rotavirus : pas assez testés, et très risqués pour nos nourrissons.

Aucun scientifique n’a étudié sérieusement l’impact de 31 injections sur des bébés qui n’ont même pas 1 an et demi.

Peut-être que le gouvernement reviendra en arrière dans quelques années, comme pour le Rotavirus.

Mais à ce moment-là, il sera trop tard. Des centaines de bébés seront peut-être morts ou handicapés à vie.

Et c’est pourquoi je vous demande d’agir avec moi pour demander au gouvernement de renoncer à ce projet dangereux d’obligation généralisée.

Nous devrions avoir le choix d’accepter ou de refuser ces nouveaux vaccins, c’est notre liberté de parent et de citoyen.

Si notre pays était menacé par des épidémies graves, je comprendrais qu’on puisse prendre le risque de tant de vaccins.

Mais ce n’est absolument pas le cas !

La dernière fois qu’on nous a annoncé une pandémie, c’était la grippe A H1N1.

Nos politiques avaient alors dépensé un demi-milliard d’euros de vaccins, pour le plus grand profit des laboratoires pharmaceutiques.

Alors qu’au final, cette grippe avait fait 5 fois moins de victimes que la banale « grippe saisonnière » !

Aujourd’hui, il n’y a pas la moindre menace d’épidémie.

Il n’y a même jamais eu aussi peu de victimes de la rougeole, de la coqueluche ou de la méningite !

Et pourtant, c’est précisément le moment choisi par nos politiques pour obliger tous les parents à injecter 11 vaccins à leur nourrisson !

Alors qu’à chaque nouveau vaccin, le risque d’accident grave augmente !

Plus vous injectez de vaccin, plus vous prenez le risque que votre bébé souffre d’une forte fièvre.

En juin 2015, un bébé de 7 mois est décédé de convulsions suite à une fièvre de plus de 40°C, apparue juste après l’injection d’un vaccin.

Avec 11 vaccins, ce genre de drame se produira de plus en plus souvent.

C’est écrit noir sur blanc sur la notice du Prevenar, un des futurs vaccins obligatoires :

« Lors de l’administration concomitante de PREVENAR et des vaccins hexavalents (diphtérie, tétanos, coqueluche acellulaire, Haemophilus B, hépatite B) une fièvre supérieure à 38° a été rapportée chez 28,3% à 48,3% des nourrissons… »

Vous avez bien entendu : avec tous ces vaccins obligatoires, pas loin de la moitié de nos bébés vont risquer des fièvres angoissantes et dangereuses !

Et ce n’est pas tout.

Les vaccins peuvent aussi provoquer des réactions allergiques mortelles.

Prenez le vaccin contre la rougeole, cultivé sur œuf. Si votre bébé a le malheur d’être allergique à l’œuf, le vaccin peut déclencher une réaction gravissime, qui peut le tuer.

Une seconde avant le vaccin, votre enfant était en pleine santé. Quelques heures après, un médecin en blouse blanche vous annonce qu’il est mort.

C’est rare, mais cela arrive.

Et je n’accepte pas l’idée que cela puisse arriver à mon futur bébé.

Je suis prête à prendre quelques risques pour protéger mes enfants contre des terribles maladies comme le tétanos ou la polio.

Mais je ne comprends pas qu’on puisse jouer avec la vie de nos bébés pour des maladies comme la rougeole ou la rubéole.

Et je refuse catégoriquement qu’on risque la vie de nos enfants à cause de l’hépatite B !

L’hépatite B est une maladie d’adulte, sexuellement transmissible. Comme le SIDA, elle frappe les adultes qui ont des comportements à risque.

Pourquoi obliger à vacciner nos bébés, qui ne sont pas concernés ?

C’est incompréhensible, car le vaccin contre l’hépatite B est le plus risqué de tous les vaccins.

Tout récemment, un rapport officiel a établi qu’il avait causé la mort de plusieurs bébés chinois en pleine santé.

Pour nos autorités, 2 morts pour des millions de doses injectées, c’est « insignifiant ».

Mais pour une maladie comme l’hépatite B, que les nourrissons ne risquent absolument pas de contracter, c’est encore beaucoup trop !

C’est comme si vous jouiez à la roulette russe avec votre bébé.

Avez-vous vraiment envie de le faire, s’agissant de l’hépatite B ?

Trouvez-vous normal que l’Etat vous force à le faire, contre votre gré ?

Ne pensez-vous pas que vous avez le droit, en tant que parent, de choisir si, oui ou non, vous souhaitez vacciner votre enfant contre cette maladie d’adulte ?

Et le plus grave, c’est que ce vaccin contre l’hépatite B contient de l’aluminium, un métal toxique pour le cerveau, le foie et les reins.

Et ce n’est pas le seul nouveau vaccin obligatoire dans ce cas.

Avec la réforme, on s’apprête à injecter 25 doses contenant de l’aluminium à des bébés de moins de 18 mois !

Il faut savoir que chez les adultes, une seule dose d’aluminium vaccinal peut causer une maladie terrible, appelée myofasciite à macrophages.

Par exemple, le 22 juin dernier, le Tribunal administratif de Caen a accordé 1,2 millions d’euros à une ancienne infirmière pour la dédommager des dégâts de cette maladie, causée par un vaccin contenant de l’aluminium.

Du jour au lendemain, sa vie était devenue un enfer. Elle avait mal partout, elle avait à peine la force de sortir de son lit, et son cerveau ne fonctionnait plus.

Tous ces dégâts ont été causés par une seule dose d’aluminium vaccinal, chez un adulte.

Alors imaginez le risque qu’on fait courir à nos bébés en leur injectant 25 doses de vaccins contenant de l’aluminium !

C’est contraire au principe de précaution le plus élémentaire !

Pour l’industrie pharmaceutique, l’avantage de l’aluminium est qu’il permet de réduire son coût de fabrication et de gagner plus d’argent.

Mais cela ne justifie pas de mettre en danger la population !

Tout récemment, le journal Le Parisien a révélé que l’Agence du Médicament avait reconnu les dangers potentiels de l’aluminium dans un avis officiel daté du 8 mars 2017.

Mais cet avis avait été tenu secret, et il a fallu qu’un journaliste du Parisien mette la main dessus pour qu’il soit rendu public !

Il faut dire que l’information sur les vaccins est trop souvent manipulée.

Les médecins qui ont le malheur de critiquer l’aluminium vaccinal peuvent se retrouver radiés, du jour au lendemain, et se retrouver sans emploi ni le moindre revenu pour faire vivre leur famille.

C’est ce qui est arrivé au grand Professeur de médecine Henri Joyeux, qui a été radié de l’Ordre des médecins le 10 juillet 2016, simplement parce qu’il avait demandé aux autorités de remettre en circulation un vaccin DtPolio sans aluminium.

Voilà pourquoi vous n’entendez presque jamais de critiques de la vaccination dans les médias.

Voilà pourquoi les médecins n’osent pas dénoncer publiquement la réforme annoncée.

Et voilà pourquoi j’ai décidé de prendre mes responsabilités de mère de famille et d’enregistrer cette vidéo, pour rompre l’omerta et informer tous les parents et grands-parents de ce pays !

Suisse : Si la santé n’a pas de prix, elle a un sacré coût pour les assurés

Avec des salaires pouvant atteindre 1 mio de francs par année, certains médecins spécialisés pèsent très lourd du côté des primes d’assurance-maladie.

Alain Berset, président de la confédération intervient au micro de la RTS.

Source : Radio Télévision Suisse

Vaccins : Le business avant tout

Le business avant tout, voilà le monde dans lequel nous nous enfonçons chaque jour un peu plus.

La vidéo que je vous propose dans cet article est édifiante, elle n’a pas pour but de vous faire peur mais elle est là pour vous ouvrir les yeux sur une société monstrueuse qui n’a plus de limite tant qu’il y a de l’argent derrière.

L’être humain monétisera sa propre extinction

Vidéo :

Préconiser la désobéissance civique tant qu’on a pas la réponse à nos questions. Tous les vaccins destinés à l’humain sont bourrés de nanoparticules qui sont tellement toxiques que rien qu’en France, il y a 48’000 décès chaque année qui sont directement liés à cette problématique.

Les vaccins sont donc bourrés de ces nanoparticules et les autorités ne bougent pas (voir le projet de loi dit : Droit à l’erreur. ndlr.) Tout cela en plus de l’aluminium, en plus du mercure. Rien que pour le mercure, les doses sont 5’000 fois plus élevées que ce qui est autorisé dans l’eau et on ne fait rien, le business doit se faire, on ne doit pas toucher au chiffre d’affaire de la pharmacom qui est de 42 milliards rien que cette année.

La santé des enfants, on ne peut pas fermer les yeux sur les 8’000 cas d’autisme supplémentaires par an sans compter les différentes maladies qui y sont liées.

Nous nous retrouvons dans l’obscurantisme dont les lobbies veulent nous accuser alors que l’obscurantisme se trouve de l’autre côté.

Le reste dans la vidéo qui devrait être partagée sans modération.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Alimentation : Vous aimez vos enfants et petits enfants tout en les empoisonnant. La méchante reine est parmi nous

Quoi de plus normal que de gaver nos enfants et petits enfants de sucreries ne serais-ce qu’en voulant leur témoigner de notre affection pour eux, quoi de plus normal que de les empoisonner pour les remercier de l’affection qu’ils nous portent ?

Les bombons aussi jovials et inoffensifs qu’ils paraissent sont le pas vers un empoisonnement global sous des apparences mauve et guimauve.

Les additifs et les nanoparticules décryptées.

Bienvenue dans le monde réel !

Santé publique : Un vaccin injecté à 730 000 enfants pourrait amplifier les effets d’une maladie mortelle.

730’000 enfants ont reçu un vaccin qui risque d’amplifier la maladie mortelle qu’il est censé prévenir. Une étude provoque de graves inquiétudes à propos du vaccin contre la dengue aux philippines.

« LONG Philippine Volunteers Against Crime and Corruption » affirme avoir été informée de la mort de 3 enfants ayant reçu le vaccin.

Selon la firme pharmaceutique Sanofi, aucun décès n’a été recensé après injection de son vaccin. Elle reconnait cependant que son vaccin expose les patients qui n’ont jamais contracté la dengue à un risque d’aggravation des symptômes.

La dengue est une des causes principales de maladie est de mortalité infantiles en Asie et en Amérique latine. Les enfants ne seront peut-être pas les seules victimes.

Dans un climat de méfiance et d’inquiétude, ce fiasco risque de menacer les efforts de vaccination dans le monde entier.

Santé publique : La ministre de la santé Agnès Buzyn assume ses responsabilités

« Je vais vous dire devant tout le monde ici que je vais parfaitement assumer cette responsabilité que de sauver la vie de dizaines d’enfants et de jeunes par an.  Et ces familles ne pourront même pas me remercier mais ce n’est pas grave. Je pense que quand on regarde le débat sur la vaccination, il faut regarder qui est l’émetteur ; et qui prend des risques. Eh bien, je prends les risques que je dois prendre pour sauver la vie des enfants et je l’assume. Quand on prend la décision de désinformer l’opinion public, qu’on fait circuler de fausses informations et que des familles hésitent et ne font pas vacciner leurs enfants et que ces familles perdent un enfant d’une méningite, aujourd’hui elles ne peuvent pas se retourner contre ces distileurs (Pardon Madame la première ministre mais on dit : Distillateurs. ndlr) de mauvaises informations. Donc les pouvoirs publics prennent leurs responsabilités, je l’assume et j’en suis fière.  »

Agnès Buzyn : Ministre de la santé sous Macron

Nous prenons acte Madame la Ministre mais la responsabilité qu’est la votre n’engage que celles et ceux qui vous croient.

Rappelons nous l’affaire du sang contaminé et comment l’affaire  fut étouffée.

De l’aluminium dans le corps d’un enfant de moins de deux ans à raison de plus de 1’440 microgrammes ne serais-ce que dans les 3 vaccins initialement obligatoires :

Ainsi que les 3 vaccins qui leurs sont en général associé :

Alors que l’on sait que l’eau pour être considérée comme potable ne doit pas en contenir plus de 100 microgrammes par litre et qu’au delà le liquide devient dangereux pour la santé humaine.

En injectant ces 6 valences à un nourrisson, il reçoit une dose d’aluminium qui est entre 20 et 40 fois supérieure à celle autorisée pour l’eau.

Le reste dans la vidéo :

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Bob Marley : Il plébiscitait le chanvre et il avait raison ! Retour sur un des plus gros mensonges de l’industrie dans son entièreté

Bien qu’en le consommant (fumer) abusivement, le cannabis peut avoir sur la santé des retombées négatives comme notamment des crises de tachycardie, une baisse du Q.I de 3 à 6 points chez l’adulte et jusqu’à 8 points chez les plus jeunes, Bob Marley  en consommait et il en faisait même sa marque de fabrique ; cela augmentait son inspiration et c’était pour-lui une manière de faire le pied de nez au système contre lequel il se révoltait.

Bob Marley disait que l’herbe était bonne pour tout et qu’il ne comprenait pas les gens qui lutaient contre.

Il devrait être vivant aujourd’hui pour défendre son point de vue car il avait oh combien raison. Je profite donc de cette petite parenthèse pour publier à nouveau le billet que j’avais consacré aux bienfaits du chanvre et dénoncer par la même occasion le mensonge dans lequel nous sommes plongé depuis plus de 75 ans au nom des multinationales toutes confondues.

Bob Marley : Un génie de la musique et un prophète dans son genre

Que l’hypocrisie cesse !

Le Cannabis diabolisé à l’avenue des industries pétrochimiques, pharmaceutiques, forestières et textiles ne cesse de nous éblouir tant ses vertus thérapeutiques et les possibilités dans tous les domaines de la production de matières premières sont nombreuses.

Pour celles et ceux qui encore attachés aveuglément à un système basé sur la corruption et les mensonges, voici un petit billet qui n’a rien d’une théorie du complot. Les informations citées dans cet article sont tirées de faits historiques et scientifiques dûment établis et prouvés.

Pour Rappel :

Je commence ce billet afin de rétablir pour celles et ceux qui ne le sauraient pas la vérité concernant le cannabis qui est la fleur du chanvre. cette plante miraculeuse et qui peut pousser partout a effectivement été diabolisé puis interdite. Il faut surtout savoir que toute l’économie des États-Unis était basée sur la culture du chanvre et que jusqu’en 1’800 les taxes pouvaient même être payées avec  cette matière première. Cerise sur le gâteau, il était même  illégal de ne pas en faire pousser.

Que c’est-il passé ?

En 1930, les États-Unis ont inventé le mot marijuana en disant qu’il s’agissait d’une drogue dangereuse venant du Mexique.

Qui est derrière cette prohibition ?

Je ne vous surprendrai pas en vous disant que les industries pétrolières, forestières, pharmaceutiques et textiles qui sont à l’origine de cette propagande avaient tout intérêt à voir disparaître cette manne pour ainsi dire gratuite.

Que peut-on obtenir avec le chanvre ?

Pour ainsi dire, tout ! On peut remplacer presque tous les produits provenant de l’industrie pétrolière comme par exemple, le biodiesel; on peut avec la résine fabriquer un  plastique bio dégradable. Pour la petite histoire, un des modèles de voitures d’ Henry Ford de 1941 était construit en résine de chanvre qui est dix fois plus solide que l’acier et roulait au biodiesel de chanvre.

Le papier fabriqué avec du chanvre.

En 1916 le gouvernement américain disait que depuis les années 40 tout le papier serait fabriqué avec du chanvre afin d’endiguer le massacre des forêts. Une étude démontrait que 4’o46 m² de chanvre à la production équivaut à 16’592 m² de forêts. petite anecdote, la constitution américaine a été rédigée sur du papier de chanvre. La fabrication du papier ne demande pas de blanchissement au chlore. ce papier peut être recyclé entre 7 et 8 fois en comparaison au papier issu du bois qui lui ne peut pas être recyclé au delà de 3 fois.

Le chanvre peut être utilisé dans la construction. Une maison faite en chanvre sera 6 fois plus solide qu’une maison construite en béton tout en n’en pesant que la moitié et en étant trois fois plus souple. Imaginez donc des maisons faites en cette matière dans des régions sujettes à des secousses sismiques importantes telles que le Japon par exemple. De plus, le chanvre est auto isolant ce qui implique beaucoup d’économies d’énergie. Il résiste à la pourriture, au fongus et aux insectes, ininflammable il résiste aussi à l’humidité.

Le chanvre est une des plantes ayant le plus de vertus médicinales telles que des fonctions anti psychotiques, anti épileptiques, anti cancer, anti bactérien, anti diabétique, stimulation des os, anti inflammatoires etc… Les bienfaits médicaux ne s’obtiennent pas en le fumant mais en le vaporisant ou en le mangeant.

La culture de chanvre ne demande aucun traitement particulier ce qui bannit tous les intervenants chimiques dont a besoin l’agriculture made in Monsanto. La fleur femelle du chanvre est un insecticide naturel qui tue purement et simplement l’insecte parasite qui s’y aventurerait. La fibre de chanvre permet la fabrication de tout ce qui est issu de l’industrie textile.

Découvrez cette vidéo de Gabriel Luneau humaniste et écologiste convaincu.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Alimentation et Santé : Faire plier les industriels nous incombe

Dans le cadre d’une démarche personnelle « C’est à nous de faire plier les industriels » je suis à la recherche de producteurs de charcuterie sans Nitrite de sodium afin de les répertorier et de les référencer pour faciliter à celles et ceux qui cherchent une alternative aux grandes surfaces une manière de se nourrir sainement.

Vous pouvez contacter le site au moyen du lien de contact dans le menu de gauche

D’avance merci.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK