Téléphones portables : Quand les chinois nous baladent / Telefoane mobile : Când chinezii ne duc la plimbare / Cell phones : When the Chinese take us for a ride

Téléphones portables : Quand les chinois nous baladent

Un chargeur censé recharger plusieurs téléphones portables dont 5 batteries sur 6 ne contiennent que du sable !

Il n’y a pas de petits profits et les chinois sont passés maîtres en la matière !

Regardez bien la vidéo !

*****

Telefoane mobile : Când chinezii ne duc la plimbare

Un încărcător ar trebui să reîncarce mai multe telefoane mobile, dintre care 5 din 6 baterii conțin doar nisip !

Nu există profituri mici, iar chinezii sunt stăpâni în acest domeniu !

Uită-te bine la videoclip !

*****

Cell phones : When the Chinese take us for a ride

A charger supposed to recharge several cell phones, of which 5 out of 6 batteries only contain sand !

There are no small profits, and the Chinese are masters in this field !

Take a good look at the video !

G.S / FINALSCAPE

Total des vues : 280 

Il n’y a pas de petits profits / Nu există profituri mici /There are no small profits

  • Vidéo en Français sous-titrée en Anglais.
  • Video în Franceză cu subtitrări în Engleză.
  • Video in French with English subtitles

Il n’y a pas de petits profits

Le self service coûte cher !

Le consommateur, cette vache à traire !

Dans cet exemple et sur une moyenne de 235.44 jours ouvrables en tenant compte des jours fériés, le consommateur se fait avoir de 200.124 euros.

*****

Nu există profituri mici

Autoservirea este scumpă!

Consumatorul, vaca aceea de muls!

În acest exemplu și în medie la 235,44 zile de deschidere a magazinului, ținând cont de sărbătorile legale, consumatorul este jefuit cu 200.124 de euro.

*****

There are no small profits

Self service is expensive !

The consumer, that milking cow!

In this example and on average at 235.44 days of opening the store, taking into account the public holidays, the consumer is robbed with 200,124 euros.

Stéphane Guibert / Rares Mihai Florescu / Finalscape / VK

Total des vues : 338 , Vues aujourd'hui : 1 

Reprends-en une cuillère tant que tu consommes si non, restes muselé !

Reprends-en une cuillère tant que tu consommes si non, restes muselé !

Vous commencez à nuire à la santé publique bien plus que le tabac et l’alcool réunis  M’sieurs dames les élites et si vous voulez une insurrection, vous allez droit dans la bonne direction !

« On peut ôter son masque pour manger son pop-corn » au cinéma, rappelle la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot

Interrogée sur les mesures sanitaires dans les salles de spectacles et de cinéma, Roselyne Bachelot, ministre de la Culture a rappelé, ce vendredi, que tout a été mis en place pour respecter la règle du port du masque, obligatoire partout, et la distanciation sociale, imposée dans les salles de spectacle et de cinéma des départements en zone rouge. Elle a également souligné qu’il « est autorisé de consommer des confiseries dans les salles de cinéma, ce qui est un élément de rentabilité (des salles) ».

R’ajoutez-en quelques couches tant qu’on y est !!!!!

Et que les gens ne s’en rendent pas compte, cela frise  lindécence.!  Une grande farce de guignols ! Vous commencez vraiment à nous les briser grave, mais vraiment très grave ! (ndlr.)

Stéphane Guibert / Finalscape

 

Total des vues : 265 

Consommation : Se passer de lait, est-ce possible dans des pays comme la France ou la Suisse ?

Consommation : Se passer de lait, est-ce possible dans des pays comme la France ou la Suisse ?

Alors que le fromage fait partie de l’ADN de pays comme la France ou la Suisse, faire du fromage sans lait … Qu’en pensez-vous ?

« Est-ce que c’est à la vache laitière de céder sa place, pour qu’on puisse rouler en voiture? » Ce n’est plus un secret, l’industrie laitière est gourmande en énergie. Alors pour sauver la planète, doit-on abandonner les produits laitiers?

Les lobbies du lait nous poussent à en consommer  alors que de plus en plus d’associations tentent à démontrer que les produits laitiers sont nocifs pour l’organisme humain… Serions-nous prêts à nous passer de cet or blanc ?

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Crédit Vidéo : Radio Télévision Suisse

Alimentation : Le lait serait entre autres problématiques un accélérateur du cancer

De plus en plus montrés du doigt les produits laitiers qui depuis la fin de la dernière guerre mondiales étaient qualifiés comme étant des aliments indispensables pour notre santé semblent aujourd’hui quitter leur piédestal tant les études qui se multiplient depuis 25 ans à leur encontre tentent de démontrer leurs méfaits sur notre organisme.

Ce qu’il faut savoir entre autres et selon le journaliste  Thierry souccar ,c’est que les protéines qui composent le lait sont très actives et elles accélèrent la multiplication des cellules, ce qui peut avoir des impacts graves lors de cancers car les protéines contenues dans le lait jouent alors un rôle d’accélérateur des cellules malades, ce qui a été démontré expérimentalement et cliniquement.  Il existe des études épidémiologiques extrêmement convaincantes sur le sujet.

50% de la production mondiale d’antibiotiques est réservée à l’élevage, ces antibiotiques se retrouvent dans le lait que nous consommons.

Si nous nous penchons à présent sur nos enfants, ces êtres fragiles qu’il faut protéger envers et contre tout, sachez qu’en donnant constamment à ces chères têtes blondes du lait ou tout autre produit dérivé bourré de pesticides et d’antibiotiques pendant qu’ils sont en train de construire leur écosystème intestinal, on va détruire les bonnes bactéries de ces enfants et les affaiblir immunitairement durant toute leur vie.

Le lait de vache est destiné à un veau qui grandit de 0 à 300 kilos en l’espace de 6 mois. Ce lait contient donc des facteurs de croissance qui ne sont pas destinés à l’homme.

Décidément, il n’y a pas un jour qui se passe sans que l’on se rende compte à quel point la société de consommation dans laquelle nous évoluons est tapissée de mensonges éhontés de la part des lobbyistes qui se jouent de notre santé afin d’engranger des bénéfices toujours plus faramineux.

Une alimentation saine et équilibrée est le secret pour se sentir bien dans son corps et dans son esprit.

Stéphane Guibert / Finalscape

Total des vues : 272 

Consommation : Pendant que des bouches ne parviennent pas à se nourrir, certaines grandes enseignes se débarrassent de leurs invendus

Consommation : Pendant que des bouches ne parviennent pas à se nourrir, certaines grandes enseignes se débarrassent de leurs invendus

Société de consommation c’est l’hôpital qui se moque de la charité

2020 sera une année catastrophique. Je ne veux pas jouer les Nostradamus mais tous les signaux sont au rouge que ce soit sur le plan géopolitique, économique ou environnemental. Quand les générations futures verront notre mode de vie actuel ils se diront que le fait que l’espèce humaine ne ce soit pas éteinte tient du miracle, si  toutefois un miracle se produit …

L’addition qui va nous être présentée sera très lourde j’en ai bien peur !

Stéphane Guibert / Finalscape

Total des vues : 231 , Vues aujourd'hui : 1 

Le monde de la Conso : Mais quelle jouissance !

T’attends quoi pour le remplir ?

Une lampée d’hydrate de carbone à droite, une bonne dose de glyphosate à gauche mais que demande le peuple ?

Alors vas-y ! Ne te gênes pas et empoisonnes-toi ! Laborieusement, tu y vas lentement mais sûrement ! Allez et je t’en mets  une cuillère en plus et gratis si tu veux. C’est à mes frais ! C’est tellement bon ! Mmmmmmmmmmmmmmmm !

Bouffe et crève espèce de connard !

Vive la consommation et vive le

BLACK FRIDAY !

Stéphane Guibert / Finalscape

 

 

Total des vues : 244 

Black Friday : Cette année, c’est le vendredi 29 novembre. Get ready for the fight !

PETIT RETOUR EN ARRIÈRE ET POUR RAPPEL: C’ÉTAIT EN 2018

Black Friday : Avez-vous fait de bonnes affaires ?

Cette année, c’est le vendredi 29 novembre qu’aura lieu cette journée d’orgie de la consommation.

Petites infos utiles sur certains des produits pour lesquels vous vous battez presque lors de cette journée : « Le black Friday » :

La fabrication d’un T-shirt nécessite 250 grammes de coton qui pour être produit a besoin de 2’500 litres d’eau. Pour un jean, il faut compter 6’800 litres d’eau, ce qui est l’équivalent de la consommation d’une personne en 12 ans.

Il faut ajouter à cela les pesticides qu’utilisent les paysans afin d’optimiser leurs récoltes. 1/4 des produits phytosanitaires utilisés dans le monde sont destinés à l’industrie du coton. Cela vous surprendra-t-il si je vous dit que le premier producteur de coton au monde se trouve être la firme Monsanto ?

Ensuite, le transport : Le coton est récolté en Inde, filé au Pakistan, tinté en Chine et cousu en Turquie. Quand il arrive dans nos magasins, il a parcouru 65’000 kilomètres.

L’autre alternative : les vêtements synthétiques ; cela n’est guère mieux. À chaque lavage, ils perdent des microfibres de plastique ce qui au sein de l’écosystème représente l’équivalent de 50 milliards de bouteilles en plastique par an qui finissent dans les océans mais sous la forme de particules ultra fines. Ces particules sont ingérées par la chaîne alimentaire qui finit dans nos assiettes. Je vous laisse imaginer les conséquences sur notre santé à court ou moyen terme.

Économie VS Écologie : Il existe des alternatives comme par exemple le chanvre, plante avec laquelle il est possible notamment de produire des vêtements ou du plastique 100% bio dégradable.

Ce ne sont pas les producteurs qui sauveront ou détruiront la planète car ils répondent à une demande de plus en plus pressante, celle des consommateurs que nous sommes et plus particulièrement de ces “Fashion”, pas si victimes que ça, car consentantes et n’ayant de cesse que d’épater la galerie avec de nouvelles fringues.

À bon entendeur.

Stéphane Guibert  / Finalscape / Tous pour la vérité / VK

Total des vues : 312 

Et les monstres iront brûler en enfer !

Source de l’image

On leur doit beaucoup : Des cancers, la maladie de Parkinson, la mort de notre écosystème … On leur doit une fière chandelle.

On leur doit tout simplement et tout bonnement l’enfer sur terre !

Le Fric ! Le pouvoir ! Voilà ce qui engendre les convoitises les plus insidieuses et elles ont eu raison de la gent humaine.

Corruption et soif de pouvoir !

Vous vous en plaignez et pourtant vous continuez à vous en nourrir en consommant à longueur de journée.

C’est l’hôpital qui se fout de la charité.

Continuez à vous gaver braves gens. Vous ne savez pas à quelle sauce vous serez mangé !

L’enfer est pavée de bonnes intentions et vous en êtes les premiers bénéficiaires.

Alors bon appétit !

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

 

 

Total des vues : 287 

Consommation : Notre civilisation est passée maître dans l’art de transformer n’importe quel rite culturel en soupe commerciale. (Vidéo)

Première publication : 23 octobre 2017

Avec la mondialisation, du Japon à la France jusque dans les moindres recoins du monde, Halloween est souvent réduit à un prétexte pour vendre tout et n’importe quoi (le plus souvent du plastique made in China). Mais à l’origine, Halloween avait un sens plus profond, fixé dans les saisons et notre rapport “local” au temps et à la nature.

Vous êtes-vous déjà demandé d’où vient la fête d’Halloween? C’est une fête dont l’origine est clairement liée au déplacement des astres. Et ça a aussi à voir avec les saisons.

Avez-vous remarqué que la date de l’Halloween est située presque au milieu de l’intervalle de temps qui sépare l’équinoxe d’automne (autour du 22 septembre) du solstice d’hiver (environ le 21 décembre)? Avouez que vous n’aviez pas fait le lien!

Les Celtes

Il y a près de 2500 ans, pour les Celtes des îles britanniques, le cycle des saisons avait une importance capitale, car il était intimement lié au cycle terrestre de la vie et de la mort. Mais leur façon de déterminer les saisons était différente.

John Mosley de l’Observatoire Griggith, à Los Angeles, raconte que, chez les Celtes, les équinoxes et les solstices avaient lieu au milieu des saisons actuelles, alors que le début de chaque saison arrivait à des dates médianes. En réalité, ce qui importait était la division de l’année en deux parties : la lumière et la noirceur; comme si leur année ne comprenait que deux saisons.

Pour eux, la transition entre la partie lumineuse de l’année et la partie sombre représentait le début de l’hiver. Ça n’arrivait donc pas le 21 décembre, mais plutôt à l’une de ces dates médianes, soit entre le 5 et le 8 novembre.

Ils célébraient la veille de cette nouvelle saison avec une fête qu’ils nommaient Samain ou Samhain pour Summer’s end. Cette célébration annonçait la mort de l’été (ou de l’automne) et la fin des moissons.

À cette ère, le lien avec l’Halloween d’aujourd’hui n’est pas encore évident, mais en y pensant bien, ces concepts de mort et de moisson s’associent parfaitement aux couleurs noir et orange. Alors, on peut imaginer que la fête de Samain est à l’origine de l’Halloween, car les deux marquent en quelque sorte la transition entre été et hiver, lumière et ombre, vie et trépas.

Lire la suite

Total des vues : 238