Bio, vous avez dit bio ? / Organic, ai spus organic ? / Organic, did you say organic ?

Bio, vous avez dit bio ?

Tout ce qui brille n’est pas de l’or ! Méfiez-vous !

*****

Organic, ai spus organic ?

Nu tot ce sclipeste este din aur ! Fiți atenți !

*****

Organic, did you say organic ?

Not all that glitters is made of gold ! Beware !

Stéphane Guibert / Rares Mihai Florescu / Finalscape / VK

Total des vues : 127 

Alimentation : Les dangers de la charcuterie au Nitrite de Sodium / Nutriție : Pericolele cărnii de nitrit de sodiu / Food : The Dangers of Sodium Nitrite Cured Meats

Alimentation : Les dangers de la charcuterie au Nitrite de Sodium

Des milliers de cancers colorectal chez l’adulte et de leucémies chez l’enfant pourraient être évités sans nitrite de sodium ou aditif E 250.

Achèteriez-vous du jambon ou toutes autres charcuteries dont la couleur est grise avec quelques reflets verts ? Non bien sur et les industriels de la charcuterie le savent très bien. C’est la raison pour laquelle notre bon jambon tout rose contient un ingrédient essentiel, le Nitrite de Sodium (Additif e250) qui donne à la viande cette couleur rose si « appétissante » pour le consommateur, vous et moi.

Le problème avec cet aditif, c’est qu’il est au cœur d’un enjeu sanitaire très important. Il est suspecté de jouer un rôle dans le développement du cancer colorectal, le troisième cancer le plus mortel. C’est un phénomène qui se déroule durant la digestion. En avalant un morceau de charcuterie, les molécules de nitrite vont réagir avec les protéines de la viande. Elles vont avoir tendance à se transformer en substances très dangereuses, les nitrosamines qui sont connues pour causer des dommages dans le gros intestin. Cela peut provoquer des ruptures de l’ADN ou faire muter les cellules en cellules pré-cancéreuses.

Si la viande ne contenait pas cet additif  le nitrite, cela correspondrait à plusieurs milliers de cancers en moins en Europe chaque année.

Cependant, les industriels on un argument de masse en faveur du nitrite, c’est son rôle contre le botulisme. Il s’agit d’une bactérie qui s’attaque au système nerveux et qui peut s’avérer être mortelle. Toutefois, des industriels qui fabriquent de la charcuterie sans nitrite ça existe comme au Danemark par exemple et les clients qui consomment la viande sont en pleine forme. Il y a 25 ans qu’un bio chimiste fabrique de la charcuterie sans nitrite et depuis, les autorités de santé publique n’ont recensé aucun cas de botulisme lié à la charcuterie. Le botulisme était un souci dans l’industrie de la viande il y a un siècle, alors que les usines et les abattoirs n’étaient pas aussi propres qu’aujourd’hui, cette bactérie n’affecte plus personne de nos jours.

A la question du PDG de Herta France, (Filiale du groupe Nestlé), est-ce que la fabrication de charcuterie sans nitrite serait possible ?

« C’est extrêmement dangereux, je ne le ferai jamais, je ne prendrai jamais cette responsabilité si je n’ai pas 100% de certitude que je n’aurai pas de cas de botulisme. »

Si l’on compare le nombre de cas de botulisme chez les consommateurs qui mangent de la viande sans nitrite et le nombre de cancers chez ceux qui consomment de la charcuterie au sel nitrité, il n’y a pas photo.

« C’est aux consommateurs qu’il incombe de faire plier les industriels car si la viande au Nitrite de Sodium existe, c’est qu’il y a une forte demande et c’est par nos gestes de tous les jours que nous arriverons à vivre dans un monde plus propre, plus respectueux de la vie et de l’environnement ; donc meilleur pour nous. »

Beaucoup de producteurs locaux ce sont mis au « Bio » que ce soit en France, en Suisse ou en Belgique et c’est l’occasion pour nous, consommateurs de soutenir des entreprises locales tout en contribuant à la protection et au respect de notre environnement.

*****

Nutriție : Pericolele cărnii de nitrit de sodiu

Mii de cancere colorectale la adulți și leucemii la copii ar putea fi prevenite fără nitrit de sodiu sau aditivul E 250.

Ați cumpăra șuncă sau orice alt salam a cărei culoare este gri, cu câteva reflexii verzi? Nu, desigur, iar producătorii de carne rece știu asta foarte bine. Acesta este motivul pentru care sunca noastră bună, roz, conține un ingredient esențial, nitrit de sodiu (aditiv e250), care conferă cărnii acea culoare roz atât de „apetisantă” pentru consumator, pentru dumneavoastră și pentru mine.

Problema cu acest aditiv este că se află în centrul unei probleme de sănătate foarte importante. Se suspectează că joacă un rol în dezvoltarea cancerului colorectal, al treilea cel mai mortal cancer. Acesta este un fenomen care are loc în timpul digestiei. Înghițind o bucată de mezeluri, moleculele de nitriți vor reacționa cu proteinele din carne. Vor tinde să se transforme în substanțe foarte periculoase, nitrozamine despre care se știe că provoacă leziuni în intestinul gros. Acest lucru poate provoca rupturi de ADN sau poate determina mutarea celulelor în celule precanceroase.

Dacă carnea nu ar conține acest nitrit aditiv, acest lucru ar corespunde cu câteva mii de cancer mai puține în Europa în fiecare an.

Cu toate acestea, industria are un argument de masă în favoarea nitriților și acesta este rolul său împotriva botulismului. Este o bacterie care atacă sistemul nervos și poate fi fatală. Cu toate acestea, producătorii care produc carne fără nitriți există ca în Danemarca, de exemplu, iar clienții care consumă carne sunt într-o formă excelentă. Un biochimist produce carne fără nitriți de 25 de ani și de atunci, autoritățile de sănătate publică nu au identificat niciun caz de botulism legat de carne. Botulismul era o preocupare în industria cărnii cu un secol în urmă, în timp ce fabricile și abatoarele nu erau la fel de curate ca și astăzi, bacteriile nu afectează pe nimeni astăzi.

Întrebat, CEO-ul Herta France, (filială a grupului Nestlé) : ar fi posibilă producția de cârnați fără nitriți ?

„Este extrem de periculos, nu îmi voi lua niciodată această responsabilitate dacă nu sunt 100% sigur că nu voi avea un caz de botulism”.

Dacă comparați numărul de cazuri de botulism la consumatorii care consumă carne fără nitriți și numărul de tipuri de cancer la cei care consumă carne sărată cu nitriți, nu există nicio imagine.

„Depinde de consumatori să-i facă pe industriași să se plece, deoarece dacă există carne cu nitrit de sodiu, este pentru că există o cerere puternică și prin acțiunile noastre de zi cu zi vom ajunge să trăim într-o lume mai curată, mai respectuoasă față de viață și mediu inconjurator; deci mai bine pentru noi. »

Mulți producători locali au devenit „ecologici”, fie în Franța, Elveția sau Belgia, iar aceasta este o oportunitate pentru noi consumatorii de a sprijini întreprinderile locale, contribuind în același timp la protecția și respectul pentru mediul nostru.

…..

Food : The Dangers of Sodium Nitrite Cured Meats

Thousands of colorectal cancers in adults and leukemias in children could be prevented without sodium nitrite or the E 250 additive.

Would you buy ham or any other charcuterie whose color is gray with some green reflections? No, of course, and the delicatessen industry knows it very well. This is the reason why our good all pink ham contains an essential ingredient, Sodium Nitrite (Additive e250) which gives the meat that pink color so « appetizing » for the consumer, you and me.

The problem with this additive is that it is at the heart of a very important health issue. It is suspected to play a role in the development of colorectal cancer, the third deadliest cancer. This is a phenomenon that takes place during digestion. By swallowing a piece of cold meats, the nitrite molecules will react with the proteins in the meat. They will tend to turn into very dangerous substances, nitrosamines which are known to cause damage in the large intestine. This can cause DNA breaks or cause cells to mutate into pre-cancerous cells.

If the meat did not contain this additive nitrite, this would correspond to several thousand fewer cancers in Europe each year.

However, the industry has a mass argument in favor of nitrite, and that is its role against botulism. It is a bacteria that attacks the nervous system and can be fatal. However, manufacturers who manufacture nitrite-free meats exist as in Denmark, for example, and customers who consume the meat are in great shape. A biochemist has been making nitrite-free meats for 25 years and since then, public health authorities have not identified any cases of botulism linked to meats. Botulism was a concern in the meat industry a century ago, while factories and slaughterhouses weren’t as clean as they are today, the bacteria don’t affect anyone today.

To the question asked to the CEO of Herta France, (Subsidiary of the Nestlé group), would the production of sausages without nitrite be possible ?

« It is extremely dangerous, i will never take this responsibility if i am not 100% sure that i will not have a case of botulism. »

If you compare the number of cases of botulism in consumers who eat nitrite-free meat and the number of cancers in those who consume nitrite-salted meats, there is no picture.

« It is up to consumers to make the industrialists bow because if Sodium Nitrite meat exists, it is because there is a strong demand and it is through our everyday actions that we will arrive to live in a cleaner world, more respectful of life and the environment; therefore better for us. »

Many local producers have gone “organic” whether in France, Switzerland or Belgium and this is an opportunity for us, consumers to support local businesses while contributing to the protection and respect for our environment.

Guillaume Coudray

Stéphane Guibert / Rares Mihai Florescu / Finalscape / VK

Total des vues : 186 

Des parasites dans la viande de porc, bon appétit ! / Paraziți în carne de porc, « bon appétit ! » / Parasites in the pork meat, « Bon appétit! »

Des parasites dans la viande de porc, « Bon appétit ! »

*****

Paraziți în carne de porc, « Bon appétit ! »

*****

Parasites in the pork meat, « Bon appétit! »

Abatages de masse et maltraitance animale, les conséquences se retrouvent dans nos assiettes.

Abatorizare în masă și abuz de animale, consecințele se regăsesc pe farfurii.

Mass slaughter and animal abuse, the consequences are found on our plates.

G.S / FINALSCAPE

 

Total des vues : 238 

Comme si les masques ne suffisaient pas, du silicone dans les frites. Envoyez donc vos gosses au casse pipe, on aura paix !

Comme si les masques ne suffisaient pas, du silicone dans les frites. Envoyez donc vos gosses au casse pipe, on aura paix !

La vidéo que je vous présente ici a évidemment été retirée de Youtube !

Du silicone dans les frites de McDonald’s ? Voilà qui ressemble étrangement à l’une de ces nombreuses légendes urbaines dont l’enseigne est victime depuis des années. Vous savez, comme cette rumeur qui prétend que ses hamburgers contiendraient des pastilles anti-vomitives. Sauf que, cette fois, il ne s’agit pas d’un fake, mais de la réalité. Une information édifiante qui ouvre un peu plus grand encore nos yeux de consommateurs éclairés.

Pour une enquête intitulée La pomme de terre dans tous ses étatsFrance 5 s’est intéressée de très près aux french fries du fast-food américain. Et ce que les journalistes nous confirment est à peine croyable : oui, McDonald’s met bel et bien du silicone dans l’huile servant à cuire ses frites, le même que l’on trouve dans les joints de salle de bain…

Officiellement, ce drôle de choix culinaire (tout à fait légal et considéré comme non nocif) est justifié pour des raisons de sécurité à l’égard des employés de la marque, le silicone limitant les projections d’huile. Mais, officieusement, il répondrait surtout à des considérations économiques, le silicone allongeant la durée de vie de l’huile…

Explications dans cet extrait de La pomme de terre dans tous ses états. Regardez, on a du mal à y croire tellement c’est gros et, pourtant…

Alors, pour être tout à fait juste, vu que l’usage du E 900 (huile de silicone) est autorisé, on suppose que McDonald’s n’est pas la seule entreprise de restauration à en profiter… Mais ce détail n’est pas vraiment de nature à nous rassurer.

On croit manger des pommes de terre… et on avale du silicone ! Puisqu’un consommateur éclairé en vaut deux, merci France 5 et vive les frites maison !

Vous baignez dans la connerie et les mensonges on a l’impression que ça vous plait !

Tout savoir sur la pomme de terre de sa production à sa consommation et vous n’êtes pas au bout de vos surprises, bonnes et mauvaises.

Plus j’avance dans la vie et moins je comprends l’être humain.

Stéphane Guibert / Rares Mihai Florescu / Finalscape / VK

 

Total des vues : 389 

En France il y a la cuisine au beurre, en Chine ils ont la cuisine au pénis d’animal

En France il y a la cuisine au beurre, en Chine ils ont la cuisine au pénis d’animal

Sacrés Chinois… Après la chauve-souris…le pangolin…ils mangent aussi…ça !

Pénis de chien, de cerf ou même de cheval, un restaurant à Pékin en a fait sa spécialité. Pour nous, occidentaux cela peut paraître incroyable voir même écœurant mais en Chine, ces mets sont très prisés.

Merci à Jeau-Claude Bourret pour le partage >>>

On connaissait la cuisine moléculaire, voici la cuisine testiculaire… C’est la spécialité du restaurant Guolizhuang de Pékin qui décline sur sa carte toutes sortes de mets à base d’organes génitaux d’animaux mâles.

Pénis de cheval, phallus d’âne, testicules de bouc, de chien ou de taureau, il y en a pour tous les goûts. A moins que vous ne préfériez les organes du bélier, du yak, voire du serpent et du phoque qui possèdent deux pénis.

Les adeptes de cette cuisine « vergétarienne » ? Des hommes – surtout des fonctionnaires et des hommes d’affaires, selon le chef – qui espèrent améliorer leurs performances sexuelles. Car, en Chine, les pénis et testicules d’animaux sont réputés bons pour la santé, mais surtout aphrodisiaques…

Selon l’AFP, le tarif de ces préparations délicates, cuisinées en ragoût, peut s’éléver jusqu’à 200 dollars. Les organes, découpés, sont servis sur un lit de laitue, en ragoût ou en bouillon.
Et, selon la nutritionniste attitrée du resto, le pénis de cerf reste le plus apprécié : en effet, l’animal, réputé pour avoir de multiples partenaires, aurait un phallus très aphrodisiaque, mais plutôt difficile à mâcher. Trop vigoureuse, la bête ?

Total des vues : 133 

ENVIRONNEMENT : Plastique à gogo, bon appétit !

ENVIRONNEMENT : Plastique à gogo, bon appétit !

Ténia dans les sushis, plastique dans le poisson … Il est bien loin le temps de mon enfance où l’on pouvait manger ce que l’on voulait les yeux fermés. !

Pesticides dans les fruits et légumes, OGM, pollution au plastique, eaux radioactives … mais où allons-nous ? Quel bel héritage laissé à nos enfants et petits enfants. Nous pouvons être fiers d’être à l’origine de notre propre extinction !

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Total des vues : 125 

Maltraitance animale : La production laitière en 5 minutes

Maltraitance animale : La production laitière en 5 minutes

C’est tellement mignon ! (Ironique)

Retranscription de la vidéo :

Puisque nous sommes tous très occupés, je vais vous expliquer comment marche l’industrie laitière en cinq minutes :

Comme les autres mammifères, les vaches ne produisent du lait que lorsqu’elles sont enceintes ou ont un bébé. Alors l’industrie laitière insémine les vaches dès l’âge de 12 mois encore, encore et encore pour qu’elles puissent produire du lait. Et c’est un processus plutôt commun.

D’abord, il faut branler des taureaux. Des fois à la main ou avec un éléctro-éjaculateur qui est en fait un gode géant pour bœufs qu’on lui enfonce dans l’anus jusqu’à éjaculation. Cette semence est collectée puis insérée dans le vagin d’une vache à l’aide d’un long tube. le plus souvent, quand elle est coincée dans une cage que l’on appelle « cage à viol » pour l’industrie laitière. Et ils mettent leur poing bien au fond dans l’anus de la vache ! Histoire de détendre la zone. Pour faire en sorte que l’insémination soit bien efficace.

Quand le bébé naît, il est presque immédiatement pris à sa mère et enfermé dans un enclos. Parce que s’il restait avec sa mère il boirait le lait alors que cette merde est pour nous.

Les liens qu’une vache a avec son petit sont puissants et remplis d’affection. Des fois elle pleure plusieurs jours à la recherche de son bébé mais personne n’en a rien à foutre.

Si le petit est un mâle, sa gorge est tranchée et il finit à la boucherie. Et si c’est une fille, elle deviendra une machine à lait, comme Maman.

Les vaches de l’industrie laitière sont donc enceintes toutes leurs vies pour qu’elles produisent du lait. Ça provoque vieillissement prématuré, épuisement, et mamites, Une maladie douloureuse mais commune. C’est une inflammation des mamelles et parfois, une infection. Le pus et le sang sont souvent mêlés au lait, du coup c’est souvent filtré, mais pas complètement. Parce qu’en Europe, Nouvelle-Zélande et au Canada, jusqu’à 40’000 cellules somatiques sont autorisées dans chaque millilitre de lait de vache.

  • Et aux Etats-Unis ? 750’000 cellules somatiques par millilitre sont autorisées !
  • Au Brésil  ? 1 million par millilitre de lait sont autorisées !

Et les cellules somatiques, sont pour la plupart du temps, des globules blancs la même chose que ce qui sort d’un bouton d’acné. Donc tu peux appeler ça … du pus. Plus il y a de bactéries dues aux infections et aux inflammations, plus il y a de cellules somatiques. Mais ne vous inquiétez pas, il y a une limite.

Lorsque l’une de ces vaches est trop fatiguée, émotionnellement ou physiquement, elle s’effondre. Ces vaches sont appelées « les lâcheuses » et elles sont traînées, peu importe le procédé, pour être tuées puis vendues, pour du bœuf ! C’est commun, même dans les fermes dites bio, que les vaches « lâches » après 4 ou 5 années de production de lait ininterrompues. Mais dans tous les cas, la production de lait diminue après cette durée, donc si les vaches tiennent encore debout, elles seront quand même tuées pour des hamburgers ou de la viande.

Tu comprends, l’industrie laitière est l’industrie de la viande.

Parce que chaque vache laitière dont tu as acheté le lait, finit sur les étagères de ton supermarché.

Alors si vous êtes végétarien, vous allez vouloir réfléchir à tout ça. Quand tu es élevé pour la viande, tu grandis juste et t’es tué ensuite. Mais si tu es une vache laitière, tu es sexuellement exploitée, émotionnellement et physiquement épuisée jusqu’à ce que tu n’en puisses plus, et enfin tuée pour devenir de la viande. Ça m’a l’air bien pire.

Et la durée d’une vache qui n’a pas été exploitée ? 20 à 25 ans !

Et pour ce qui est du calcium et des protéines, études après études, après études, après études, prouvent que les personnes consommant plus de produits laitiers ont beaucoup plus de fractures et ont un plus grand risque d’ostéoporose. Et en plus il y a des dizaines de sources  de calcium et de protéines végétales. Tu n’as donc vraiment pas besoin de sucer le pis d’une vache.

L’industrie laitière c’est frayé un chemin dans l’éducation, les programmes nutritionnels et les médias pour nous convaincre que nous avons besoin de boire du lait.  Mais quand à l’école, on te dit que le lait est bon pour toi, c’est pas parce que des gens ont prouvé ça, mais parce que l’industrie laitière a donné beaucoup d’argent pour que toi et tes enfants entendent ce message à l’école, à la télé, sur les panneaux publicitaires, dans les magazines, et pour que vos médecins, qui n’ont que quelques heurs de cours en nutrition, vous disent de boire du lait.

Vous voyez, le lait des rhinocéros est pour les bébés rhinocéros. Le lait de chien ? Pour les chiots. Le lait de chat ? Pour les chatons. Le lait de rat ? Pour les ratons. Et le lait de vache ? C’est pour les humains ? Non ! C’est pour les veaux.

Et les végans sont fous ? Les produits laitiers sont putain d’effrayants !

Essayez le lait d’amandes, de chanvre, de soja, de lin, de riz, de noix du brésil, de noix de macadamia ou de noix de cajoux. N’importe quel lait, sauf le lait animal.

Total des vues : 291 , Vues aujourd'hui : 1 

Intolérance à la lactose ? Et si vous essayiez la fondue végane ?

Intolérance à la lactose ? Et si vous essayiez la fondue végane ?

Même sans être végane, combien sommes-nous à devoir nous priver d’une bonne fondue à cause de notre intolérance à la lactose ? La fondue végane pourrait être une alternative intéressante … (G.S)

Une fondue suisse 100% végane, garantie sans aucun produit d’origine animale. De quoi fâcher les puristes, mais réjouir les antispécistes ?

Crédit Vidéo : Radio Télévision Suisse

Page Facebook de la crèmerie >>>

Mise en ligne : Stéphane Guibert / Finalscape

Total des vues : 123 

Maltraitance animale : LE GAULOIS

LE GAULOIS

C’est la 3ème enquête DxE France dans un élevage de poulets Le Gaulois. Cette fois-ci nos enquêteurs ont découvert un pile de cadavres de poulets au contact des animaux vivants, en total contradiction des règles de biosécurité.

Après avoir regardé ces images vous ne mangerez plus de poulet ou par déni, vous ne visionnerez pas cette vidéo comme le font d’ailleurs le 90% des consommateurs.

Stéphane Guibert / Finalscape

Total des vues : 150 

ALIMENTATION : Riz Basmati: un alarmant cocktail de pesticides!

GENÈVE SUISSE

Le service de la consommation et des affaires vétérinaires (SCAV) du canton de Genève a mené une campagne de contrôle de la contamination en pesticides sur 30 échantillons de riz Basmati vendu à Genève. La moitié des échantillons testés ne respectait pas les exigences en matière de résidus de pesticides.

Durant cette campagne menée à l’automne 2019, 30 échantillons de riz Basmati prélevés dans des épiceries spécialisées ont été contrôlés par le service de la consommation et des affaires vétérinaires du canton de Genève (SCAV). L’attention du SCAV s’est portée en 2019 sur les épiceries spécialisées exclusivement, car des campagnes menées en 2017 et 2018 avaient suggéré des risques plus importants dans ce canal de distribution que dans la grande distribution. Les contrôles ont porté sur la vérification des teneurs de plus de 450 pesticides différents.

Teneurs en pesticides

Les analyses ont mis en évidence que seuls 10 échantillons de riz Basmati se sont révélés exempts de pesticides, dont 6 étaient issus de la culture biologique. Pour 5 autres échantillons, des résidus ont été retrouvés mais les normes en vigueur étaient respectées. En revanche, 15 échantillons, soit 50% des échantillons testés, contenaient un ou plusieurs pesticide(s) au-delà des valeurs maximales autorisées. 4 riz, dont 2 soit disant issus de la culture biologique, contenaient 3, 4 ou 5 pesticides dépassant la valeur maximale. Tous les riz non conformes ont fait l’objet d’une contestation de la part du SCAV et ont été assortis d’une interdiction immédiate de commercialisation.

Effet cocktail?

Selon l’évaluation toxicologique, si un risque immédiat pour la santé des consommateurs a pu être écarté, la situation reste préoccupante de par le nombre important d’échantillons non conformes mais aussi le nombre de pesticides retrouvés par échantillon. En effet, parmi les 20 échantillons dans lesquels des substances ont été détectées, 13 échantillons contenaient entre 6 et 12 substances. Le risque de consommer simultanément de nombreuses substances est difficilement évaluable en raison d’un potentiel « effet cocktail ».

Au vu du très fort taux de produits qui ne respectent pas la législation, la nécessité de contrôler fréquemment les épiceries spécialisées se confirme. Les contrôles dans ce domaine seront renforcés à l’avenir et des exigences supplémentaires seront imposées aux entreprises pour améliorer leur autocontrôle.

Source : Ville de Genève

Total des vues : 137