L’image du jour : Le virus de la faim / Imagine a zilei : virusul foamei / Image of the day : The hunger virus

L’image du jour : Le virus de la faim

L’humanité a-t-elle une âme ? Rien n’est moins sur !

  • Il y a un virus qui tue 7’000 enfants par jour dans le monde… Son nom est (faim) et pourtant il y a un vaccin appelé (Nourriture), mais ils n’ont pas fait de bruit à ce sujet.

*****

Imagine a zilei : virusul foamei

Oare omenirea are suflet ? Nimic nu este mai puțin sigur !

  • Există un virus care ucide 7.000 de copii pe zi în lume … Numele său este (foamea) și totuși există un vaccin numit (mâncare), dar nu au făcut niciun zgomot în legătură cu asta.

*****

Image of the day : The hunger virus

Does humanity have a soul ? Nothing is less sure !

  • There is a virus that kills 7,000 children a day in the world … Its name is (hunger) and yet there is a vaccine called (Food), but they haven’t made any noise about it.

Stéphane Guibert / Rares Mihai Florescu / Finalscape / VK

Total des vues : 250 , Vues aujourd'hui : 1 

Des famines « aux proportions bibliques » à cause du covid-19

Des famines « aux proportions bibliques » à cause du covid-19

Dommages collatéraux dus au virus, des millions de personnes au bord de la famine

Les dégâts économiques et la désorganisation dus à la pandémie pourraient causer d’avantages de morts que le virus lui-même.

Avant la crise de la covid – 19, 130 millions de personnes étaient au bord de la famine voir pire dans le monde mais à cause de cette crise, 135 millions de personnes supplémentaires pourraient rejoindre ces chiffres catastrophiques.

Le nombre de personnes souffrant de mal nutrition a augmenté de 80% et cela touche 83 pays.

Il est à noter que ce reportage a été réalisé avant la fin 2000. Les chiffres doivent être vérifiés mais la tendance et les faits dans la réalité sont démontrés. Il est désormais probant que les dommages collatéraux liés à la crise covid seront bien plus meurtriers que le virus lui-même.

Une famine aux proportions bibliques … Le C O V I D responsable d’une deuxième vague planifiée ?

L’ONU cherche 3,6 milliards de dollars (3,4 milliards de francs) de plus pour financer son plan de réponse humanitaire mondial à la pandémie de Covid-19 et a mis en garde jeudi les pays développés contre «le coût de l’inaction» face au virus dans les contrées pauvres.

«Il y a un risque sérieux de multiples famines en fin d’année et en début d’année prochaine. Nous devons agir maintenant pour empêcher cela», a souligné lors d’une visioconférence de presse Mark Lowcock, secrétaire général adjoint de l’ONU pour les Affaires humanitaires.

Stéphane Guibert / Rares Mihai Florescu / Finalscape / VK

Total des vues : 118 

Un enfant meurt de faim toutes les 10 secondes dans le monde

Un enfant meurt de faim toutes les 10 secondes dans le monde

*****

A child dies of hunger every 10 seconds in the world

Savais-tu qu’après ta nuit de 8 heures de sommeil en te refaisant une beauté devant ton miroir le matin, 2’880 enfants étaient morts de faim ?

Ce n’est pas seulement un jour mais c’est chaque jour. La famine tue 1’051’200 enfants en une année pendant que tu fais de beaux rêves !

Did you know that after your 8 hour night’s sleep while doing a makeover in your mirror in the morning, 2,880 children were starved to death?

It’s not just a day but it’s every day. Famine kills 1,051,200 children in a year while you have sweet dreams !

Mon but n’est pas de te culpabiliser et je connais d’ailleurs les réponses toutes faites, le déni, c’est si facile et c’est ce que je condamne par dessus tout. L’ignorance est plus excusable que le déni.

Mais ignorer la souffrance en se cachant derrière un paravent d’impuissance est à mon sens le pire des crimes.

Les spéculateurs doivent payer pour leurs crimes contre l’humanité !

A bon entendeur !

My goal is not to make you feel guilty and i also know the ready-made answers, denial, it’s so easy and that’s what I condemn above all. Ignorance is more excusable than denial.

But ignoring suffering by hiding behind a screen of helplessness is in my opinion the worst crime.

Speculators must pay for their crimes against humanity !

Take it for your rank !

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Total des vues : 132 , Vues aujourd'hui : 1 

La famine tue un enfant toutes les 10 secondes dans le monde / Starvation kills a child every 10 seconds in the world

La famine tue un enfant toutes les 10 secondes dans le monde / Starvation kills a child every 10 seconds in the world

Ce n’est pas une théorie du complot ! / This is not a conspiracy theory !

Et si nous cessions de ne penser qu’à nous !

And if we stop thinking only about ourselves !

Il y a un virus dans le monde qui tue 8’500 enfants par jour

Ce virus bien plus important que « Covid-19 » s’appelle « la faim ». Son remède existe : « La nourriture » et jamais personne n’en parle.

There is a virus in the world that kills 8,500 children a day

This much larger virus than « Covid-19 » is called « hunger ». His remedy exists: « Food » and no one ever talks about it.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Vidéo :

Merci à Vangelis et au label RCA pour leur aimable autorisation.

Many thanks to Vangelis and RCA for tne kindly permission.

 

Total des vues : 100 

AU YÉMEN, CINQ ANS DE CONFLIT ET DE SOUFFRANCE

AU YÉMEN, CINQ ANS DE CONFLIT ET DE SOUFFRANCE

Le 25 mars 2020 marquait les cinq ans du conflit au Yémen. Cinq ans que les bombardements, la famine, les détentions et les tortures sont devenus le quotidien des civils yéménites.

Dans le cadre du conflit qui continue de faire rage au Yémen, les détentions illégales, allant des condamnations à mort fondées sur des motifs politiques, aux disparitions forcées et aux tortures infligées aux détenus dans les « sites noirs », restent monnaie courante.

Depuis le début du conflit en mars 2015, de très nombreuses personnes, dont des journalistes, des universitaires et des adeptes de la foi baha’i, ont été victimes de disparitions forcées et de détentions, principalement en raison de leurs activités en faveur des droits humains, de leur affiliation politique ou de leurs croyances liées à leurs convictions.

DISPARITIONS FORCÉES ET DÉTENTIONS ILLÉGALES

Les forces houthies ont arrêté des dizaines de personnes pour des accusations forgées de toutes pièces, notamment les adeptes de la foi baha’i, et beaucoup ont été condamnées à mort. Il est scandaleux qu’un aussi grand nombre de membres de la communauté baha’i risquent encore d’être exécutés pour leurs convictions et leurs activités pacifiques.

Au cours de 2019, les Houthis et leurs alliés ont intensifié leur recours au tribunal antiterroriste afin de régler leurs comptes sur le plan politique, prononçant bien souvent des condamnations à mort pour des accusations fallacieuses d’espionnage et d’« assistance à un pays ennemi », à l’issue de procès des plus iniques.

Dans le même temps, les forces des Émirats arabes unis et leurs alliés dans le sud du Yémen ont mis en place un réseau de sites de détention secrets où ils ont fait « disparaître » et ont torturé des dizaines de personnes, dans le cadre d’actes s’apparentant à des crimes de guerre.

DES SOUFFRANCES INFLIGÉES AUX CIVILS

Depuis 2015, toutes les parties au conflit au Yémen ont commis des violations répétées et graves du droit international humanitaire.

Les forces houthies, qui contrôlent de vastes portions du territoire, ont bombardé de manière aveugle des zones d’habitation et tiré sans discernement des missiles en Arabie saoudite.

La coalition emmenée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, qui soutient le gouvernement yéménite reconnu par la communauté internationale, bombarde des infrastructures civiles et mène des attaques aveugles, faisant des centaines de morts et de blessés parmi la population civile.

Les civils sont pris au piège au milieu du conflit et paient le prix fort des violences. À ce jour, plus de 233 000 personnes ont été tuées et blessées. La crise humanitaire qui ne cesse d’empirer a conduit environ 14 millions de personnes au bord de la famine. La situation est aggravée par des années de mauvaise gestion des affaires publiques, favorisant la pauvreté et causant d’immenses souffrances.

Inévitablement, étant donné que le conflit se prolonge et que tous les belligérants recourent à des méthodes illégales, les mécanismes d’adaptation de la population civile ont atteint le point de rupture. On estime que 22 millions de Yéménites ont actuellement besoin de l’aide humanitaire pour survivre.

Vidéo :

Merci à Vangelis et au label RCA pour leur aimable autorisation.

Many thanks to Vangelis and RCA for tne kindly permission.

Mise en ligne : Stéphane Guibert / Finalscape

Total des vues : 123 

Entre richesse et misère, le fossé se creuse inexorablement !

Entre richesse et misère, le fossé se creuse inexorablement !

Mise à jour : Samedi 02 mars 2019 – 20:25 –

Tant que l’homme aura de quoi se divertir, tant qu’il aura un steak dans son assiette et tant qu’il aura de quoi éblouir la galerie, rien ne changera.

L’extrême pauvreté qui touche la planète entière jure avec l’intolérable dédain des plus fortunés.

Que tu sois SDF ou « working poor », saches que ton malheur permet à une clique de nantis de se gaver sur ta précarité et cela n’est pas une fiction mais la vérité toute crue !

26 ! C’est le nombre de milliardaires dont la fortune équivaut à celle de la moitié de l’humanité. Les 26 plus riches de la planète détiennent donc autant d’argent que les 3,8 milliards des plus pauvres.

Je ne vais pas énumérer ici par ordre croissant ou décroissant la liste des plus grandes fortunes de la planète car la vidéo présentée dans ce billet s’y emploie très bien mais ce qu’il faut garder en mémoire c’est l’inacceptable : dans ce monde, c’est un enfant de moins de 10 ans qui meurt de faim toutes les 5 secondes !

Un triste état des lieux parmi tant d’autres lié à notre égocentrisme et notre amour démesuré de nous-mêmes, notre nombrilisme faisant de nous les êtres les plus abjectes de la création !

(Vidéos)

Lire la suite

Total des vues : 132 

Famine au Yémen : la plus grave depuis des décennies

Le Yémen est menacé par la plus grande famine de ces dernières décennies. Les Nations unies lancent un cri d’alarme. Des millions d’habitants pourraient mourir. Les enfants sont particulièrement menacés.

Des images qui ne sont plus exceptionnelles au Yémen, des images d’enfants affamés, presque inertes. Dans ce pays, un enfant meurt toutes les 10 minutes. 7 mio. de personnes souffrent de la faim et 21 mio. ont besoin d’aide humanitaire d’urgence.

Depuis plusieurs jours, le pays est soumis à un blocus total de la part de son voisin saoudien suite à un tir de missile qui a visé Riad. Les ports, les routes et les aéroports sont fermés afin d’éviter que les rebelles yéménites puissent se réarmer; mais c’est également la nourriture, le carburant, les médicaments et l’aide humanitaire qui ne sont désormais plus acheminés. Pour l’O.N.U, il faut lever ce blocus immédiatement.

Selon Mark Lowcock, secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires de l’O.N.U :

« Si ces mesures ne sont pas levées, il y aura une famine au Yémen, mais pas la famine qu’on a vu il y a quelques mois au Soudan du sud où des dizaines de milliers de personnes étaient touchées, pas comme celle qui a couté la vie à 250’000 personnes en Somalie en 2011. Ca sera la pire famine que le monde ait connu ces dernières décennies avec des millions de victimes. »

Une levée du blocus permettrait de tenter de gérer l’urgence mais sur le long terme, c’est bien une solution politique et diplomatique que les yéménites espèrent pour mettre fin à une guerre qui oppose depuis deux ans déjà forces gouvernementales et rebelles soutenus l’un par l’Arabie Saoudite et l’autre par l’Iran les deux grands ennemis du Moyen-Orient.

 

 

Total des vues : 157 

Economie : Quand la finance spécule sur les catastrophes naturelles

Je le disais et le répète :

« L’ETRE HUMAIN FINIRA PAR MONETISER SA PROPRE EXTINCTION »

Ca y est, on y est et on est en plein dedans !

Quand la finance spécule sur les catastrophes naturelles.

Les cat bonds, ce sont de nouveaux produits financiers qui spéculent sur les risques d’ouragan ou de tsunami.

C’est à peine croyable, mais il est aujourd’hui possible de spéculer sur les catastrophes naturelles, de gagner de l’argent sur les marchés selon qu’un tremblement de terre, un tsunami, un ouragan ou un typhon frappe ou non. On appelle ces nouveaux produits financiers, les cat bonds. Rien à voir avec des chats. « Cat », c’est pour catastrophes, « bonds » signifie obligation.

Des produits financiers risqués

Pourquoi ces cat bonds ? Les catastrophes naturelles au cours du XXè et du XXIè siècle n’ont cessé d’augmenter et leur coût a explosé. Par exemple, le tsunami au Japon, le 11 mars 2011, aurait coûté 150 milliards d’euros, l’ouragan Sandy dans l’Atlantique Nord, le 22 octobre 2012, 50 milliards d’euros. Comment ça marche ? Par exemple, un assureur émet des cat bonds pour couvrir les risques d’un ouragan et des investisseurs les achètent. Ces cat bonds sont des produits financiers risqués pourtant ils sont très populaires, car les rendements sont élevés, plus de 10% par an.

Il y a spéculation sur les denrées alimentaires, ce qui engendre des famines dans les pays les plus défavorisés.

(La spéculation alimentaire c‘est un enfant qui meurt de faim toutes les six secondes. L’agriculture mondiale dans l’étape actuelle de son devenir pourrait nourrir normalement 12 milliards d’êtres humains et un enfant qui meurt de faim aujourd’hui est un enfant assassiné !).

Il y a la spéculation sur la faillite d’un pays comme cela a été le cas pour la Grèce, ce qui engendre chaos et misère sociale.

(C’est pendant les crises financières les plus profondes que les grandes banques d’affaires, comme cela est le cas par exemple pour Goldman Sachs, font le plus de profits.)

Il y a maintenant la spéculation sur les catastrophes naturelles.

Mais jusqu’ou iront la cupidité et l’indécence humaine ? On dit que l’homme est un loup pour l’homme mais ce n’est pas vrai, les loups ne se dévorent pas entre eux, en ce qui nous concerne cela va bien au delà !

Le document vidéo qui suit résume ces trois aspects de la spéculation :

  • Spéculation sur les catastrophes naturelles (Source France Infos TV).
  • Spéculation sur la faillite d’un pays, la Grèce (Source France 5).
  • Spéculation alimentaire. (Jean Ziegler, ancien rapporteur spécial auprès de l’ONU sur la question du droit à l’alimentation dans le monde).

Et qui va inexorablement mener notre civilisation à sa perte sauf si les consciences se réveillent et se lèvent comme un seul homme pour une insurrection globale.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Total des vues : 112 

Jean Ziegler, Destruction Massive : Les responsables de la spéculation alimentaire devraient être transféré devant un tribunal de Nuremberg pour crimes contre l’humanité

Préambule :

«Toutes les 5 secondes, un enfant en dessous de 10 ans meurt de faim; 37 000 personnes meurent de faim chaque jour et, sur les 7 milliards de personnes que nous sommes, presque un milliard sont en permanence sous-alimentés. L’agriculture aujourd’hui pourrait nourrir 12 milliards d’êtres humains, quasiment le double de la population mondiale.

C’est-à-dire qu’aujourd’hui un enfant qui meurt de faim est un enfant assassiné.» Jean Ziegler (Ancien rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l’alimentation).

Le crime organisé de la faim dans le monde !

Le droit à l’alimentation qui est un droit fondamental est celui qui est le plus brutalement, le plus cyniquement, le plus massivement nié et violé.

Il n’y a plus de fatalité aujourd’hui concernant la faim dans le monde et un enfant qui meurt de faim est un enfant assassiné.

Qui sont les criminels ?

En Afrique Orientale et suite à une terrifiante sécheresse, 12 millions d’êtres humains sont au bord de l’anéantissement par la faim. Les Nations Unies qui sont sur place doivent refuser des gens par centaines aux portes des 17 camps qui devraient accueillir tous ces gens.

Le programme alimentaire mondial qui est l’organisation mandatée par les Nations Unies pour apporter l’aide alimentaire nécessaire a perdu la moitié de son budget en l’espace de deux ans. La cause en est que les grands états industriels qui sont les cotisants de ce programme ne payent plus.

Ce sont les spéculateurs qui ayant ruiné les marchés financiers, connaissent à leur tour de grosses difficultés et doivent être soutenus à coup de dizaines de milliards.  Par conséquent, Paris, Londres et Berlin ne sont plus en mesure d’apporter leur contribution pour que le programme d’aide alimentaire puisse subvenir aux besoins de tous ces gens qui meurent de faim chaque jour.

Autrement dit, les spéculateurs qui ont ruiné les bourses du monde en 2002, en 2007 par avidité et par folie devraient être transféré devant un tribunal de Nuremberg et jugés pour crimes contre l’humanité parce que ces spéculateurs tuent par centaines de milliers.

Ces spéculateurs sont tenus par une poignée de 10 multinationales

Le monde pourrait être un Paradis si la cupidité de l’homme ne le détruisait pas chaque jour un peu plus.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Total des vues : 130 

Yémen : Guerre, famine et chaos, pourquoi ce silence assourdissant de la part de nos médias ?

Il faut savoir qu’au Yémen, un enfant meurt de dysenterie ou de malnutrition toutes les 10 minutes !

L’Arabie saoudite peut particulièrement remercier la France dans sa guerre contre les rebelles houtis au Yémen.

« Control Arms » une coordination d’ONG a dénoncé les puissances occidentales, la France en tête qui vend à Riyad des armes qui font d’innombrables victimes civiles au  Yémen.

En France, pas de pleureuse médiatique et gouvernementale pour le Yémen. Ce conflit qui secoue ce pays et dans lequel la France est indirectement impliquée par ses ventes d’armes à l’Arabie Saoudite semble oublié du monde.

Mais qui s’intéresse aux yéménites ?

Affamés, meurtris, sans ressources, sans infrastructure, ils subissent les conséquences terribles d’une guerre civile qui les anéantit.

Dans un pays pauvre soumis à une guerre conduite par l’Arabie Saoudite et armée par l’occident, la population souffre de carences alimentaires graves.

Des écoles, des hôpitaux ont été détruits, des villes anéanties dans le silence des médias Mainstream.

Stéphane Guibert / Finalscape

Comprendre l’origine des conflits entre chiite et sunnite :

Lorsque l’on évoque le Proche et le Moyen-Orient, ces mots reviennent sans cesse. La Ligue arabe est composée essentiellement de pays sunnites, l’Iran est la grande puissance chiite, le clan de Bachar el-Assad représente la minorité alaouite de Syrie… Quelles sont les différences entre ces branches de l’islam ? Petit tour d’horizon.

1. Entre chiites et sunnites un… schisme en 632

Tant que le prophète Mahomet est en vie, l’islam ne forme qu’un seul et même courant. En 632, à sa mort, des divergences de vue apparaissent.

Les chiites et les sunnites ne lui reconnaissent pas le même successeur. Ceux qui choisissent Ali, gendre du prophète, deviendront les chiites, tandis que ceux, majoritaires, qui préfèrent suivre Abou Bakr, compagnon de Mahomet, deviendront les sunnites.

2. Une organisation du clergé très différente

Les chiites reconnaissent 12 imams, réputés infaillibles dans l’interprétation du Coran. Parmi ces 12 imams se trouvent les deux fils d’Ali. Les chiites croient que le douzième imam reviendra à la fin des temps pour juger les hommes.

Pour les chiites, le Coran est une œuvre humaine, alors que pour les sunnites il a un caractère divin. Au-delà du Coran, les sunnites sont également fidèles à la « sunna », les faits et gestes de Mahomet. À travers la sunna, les sunnites tentent d’imiter le Prophète. Ils considèrent que l’Histoire est prédéterminée, alors que les chiites accordent plus d’importance à la liberté individuelle.

Le chiisme se distingue également du sunnisme par l’existence d’un clergé très hiérarchisé. Alors que les sunnites acceptent que l’autorité politique et religieuse soit fondue dans une même personne (comme au Maroc où le roi est commandeur des croyants), chez les chiites le pouvoir politique doit compter avec le pouvoir, distinct, des autorités religieuses (les ayatollahs en Iran, par exemple).

3. Les sunnites ultra-majoritaires

Les sunnites constituent le courant majoritaire, et même très largement majoritaire, de l’islam. Dans le monde, les musulmans se divisent entre environ 85% de sunnites contre 15% de chiites.

Les chiites sont toutefois majoritaires en Iran, en Irak (de peu) et au Bahreïn.

Au Liban, les chiites sont aussi devenus récemment la communauté majoritaire (ils sont maintenant plus nombreux que les chrétiens et les musulmans sunnites).

Avec environ 20% de chiites, le Pakistan compte aussi un grand nombre de disciples d’Ali.

4. Les kharidjites, les alaouites, les druzes : de petites branches dissidentes

Le kharidjisme est une secte qui s’est constituée en 660. Comme le chiisme, elle est apparue au moment des querelles de succession après la mort de Mahomet. Les kharidjites ont reproché à Ali de s’en remettre à une décision humaine et non divine pour décider qui allait diriger la communauté. C’est d’ailleurs un kharidjite qui a assassiné Ali. Cette tradition est présente chez les Berbères du Maghreb.

Les alaouites sont une branche dissidente du chiisme, alaouite signifiant « partisan d’Ali ». Ils considèrent ce dernier comme l’incarnation de Dieu sur terre. Beaucoup moins rigoristes que les kharidjites, ils prient chez eux et boivent de alcool. Très peu nombreux, ils sont au pouvoir en Syrie, à travers le clan el-Assad.

Les alaouites partagent avec une autre communauté, celle des druzes, l’habitude de garder leurs rites secrets. Répartis entre le Liban, le Nord d’Israël et la Syrie, les 500 000 druzes pratiquent une religion non prosélyte : si l’on ne nait pas dans une famille druze, on ne peut devenir druze. Formant une branche « hérétique » du chiisme, à forte dimension ésotérique, les druzes croient que Dieu se manifeste périodiquement sous une forme humaine.

 

Total des vues : 174