Santé publique : Les perturbateurs endocriniens, qu’est-ce que c’est ?

Spread the love

Phtalates, Chlordécone, composé polybromé, Bisphénol A les perturbateurs endocriniens portent des noms très compliqués mais ils sont présents sous forme de molécules dans des produits très simples dont on fait l’usage tous les jours. Ils servent par exemple à durcir le plastique, empêcher le vernis à ongles de se craqueler ou protéger les plantes des insectes.

Mais le problème avec les perturbateurs endocriniens c’est que comme leur nom l’indique, ces substances perturbent le système hormonal des gens. Pour comprendre ce qu’est un perturbateur endocrinien  il faut déjà comprendre ce qu’est une hormone et pour faire simple, une hormone est une substance chimique fabriquée par une glande comme l’hypophyse, la Tyroïde ou les ovaires. Ensuite, l’hormone circule dans le sang et vient stimuler différents organes du corps pour leur faire faire des choses; et ce sont ces stimulus qui contrôlent entre autres : la croissance, la puberté, la température corporelle, l’appétit, le sommeil ou la libido.

Comment les perturbateurs endocriniens s’y prennent-ils pour perturber ?

Ils utilisent deux méthodes : soit ils se font passer pour des hormones et en profitent pour envoyer aux organes des stimulus qui ne sont pas les bons, soit ils empêchent aux hormones d’accéder aux organes sur lesquels elles sont sensées influer.

Pourquoi ces perturbations posent-elles problèmes ?

Parce qu’elles sont soupçonnées de provoquer des cancers du sein, des testicules, des ovaires, de la prostate mais également le diabète, l’obésité ou la production de spermatozoïdes de mauvaise qualité. Toutes ces maladies sont liées au système hormonal lui-même perturbé par les perturbateurs endocriniens. En plus, ces perturbateurs sont vicieux à deux égards : D’une part, ils sont nocifs même à petite dose et d’autre part, ils ont la vie dure. Une fois rejetés dans l’environnement, ils survivent assez longtemps. Résultat, sans le savoir, on peut en toucher, en avaler ou même en respirer.

Ce qu’il faut aussi savoir sur ces perturbateurs c’est qu’ils jouent un rôle prépondérant lorsqu’une femme est enceinte en influant sur le développement du cerveau du fœtus et diminuant ainsi drastiquement le Q.I de l’individu à naître. Ce qui donne des gens atteints de crétinisme, terme aujourd’hui utilisé comme une insulte (crétin) mais qui s’avère être une maladie et qui va, dans les décennies à venir, engendrer une population au quotient intellectuel relativement bas. (Voir aussi l’article : Demain, tous crétins ?)

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Les perturbateurs endocriniens, qu’Est-ce que c’est ?

>>>Source de la vidéo<<<

Bande-annonse du documentaire : Demain, tous crétins

Une réflexion sur “Santé publique : Les perturbateurs endocriniens, qu’est-ce que c’est ?

  1. Thierry Theller dit :

    ANIMALISATION DE L’HOMME
    Les “réjouissances” civilisationnelles ont déjà commencées. Exemples, entre mille autres pareils : animalisation de l’homme via les ondes électromagnétiques ; pollution alimentaire (pesticides de toute nature, vaccins et particules chimiques déversées par les chemtrails,) ; recours permanent aux interdits médicaux pour bloquer toute tentative sérieuse de soins, tout en exposant la santé des citoyens à des méthodes souvent aussi invasives que dangereuses. Voire invalidantes ou mortelles.

    Or il ne fait aucun doute que, manifestement (pour qui veut s’y intéresser), ces procédés vont à l’encontre des intérêts vitaux de populations soit mal informées, soit avachies par le déferlement abrutissant d’une démagogie médiatico politique sans nom, désormais au seul service des “puissants” et des plus mal intentionnés.

    Aujourd’hui, si des pathologies – comme le cancer – sont la source d’immenses profits pour les fossoyeurs de la santé publique, il n’en demeure pas moins que des thérapies naturellement efficaces existent… surtout derrières les barreaux d’une omerta implacable : imposée par des lobbyistes “maraboutassiers” de la sphère des grippe-sous de type Big Pharma.

    Pour le coup, c’est ainsi que des malades outrageusement manipulés se retrouvent, à leur corps défendant, dûment et consciencieusement maraboutisés.
    C’est-à-dire, économiquement exsangues et physiquement… presque morts.

    Le reste est à l’avenant. Ainsi du projet d’effondrement cérébral généralisé des populations, ainsi que celui, programmé, d’abêtissement global des masses. Comment ? Au moyen de technologies morbides, à l’exemple des nouveaux compteurs électriques « Linky », dont nombre de spécialistes ou de neurologues impartiaux sont en mesure d’expliciter ses effets désastreux sur les défenses naturelles de l’organisme humain et, particulièrement, son impact meurtrier sur le système nerveux du cerveau tout entier.

    Moralité mondialiste : Un QI qui se fait la valise coûte moins cher et fait moins de bruit qu’une compagnie de CRS.

Laisser un commentaire