Brigitte Macron a été mariée à un certain … Mais qui est vraiment ce banquier de profession, issu d’un milieu bourgeois.

Quand elle rencontre le jeune Emmanuel Macron, Brigitte est mariée à un certain André-Louis Auzière avec qui elle a trois enfants.

Emmanuel et Brigitte Macron, c’est 24 ans d’écart et presque autant d’amour. Avant de rencontrer Emmanuel, celle que l’on surnome « Bibi » mène une toute autre vie.  A l’époque, rient ne la destinait à devenir une potentielle future dame de Frrance., en effet : elle est alors professeur de français, mariée à André-Louis Auzière, le père de ses trois enfants, Sébastien, Laurence et Tifaine.

Qui est André-Louis Auzière, l’ex-mari de Brigitte Macron ?

Dans sa première vie, Brigitte Macron a été mariée à un certain André-Louis Auzière. Ensemble ils ont eu trois enfants, Sébas­tien, Laurence et Tiphaine. Mais qui est ce banquier qui l’a séduite lorsqu’elle était jeune fille ?

Le 7 mai prochain, la France a élu son époux président de la Répu­blique face à Marine Le Pen. Brigitte Macron a-t-elle pu imagi­ner son fabu­leux destin le jour où elle a rencon­tré Emma­nuel Macron ? Sûre­ment que non ! À l’époque mariée et mère de trois enfants, cette profes­seure de français d’Amiens a pour­tant bel et bien succombé aux charmes de son étudiant, malgré les 24 ans qui les séparent.

À cette époque, elle vit encore avec André-Louis Auzière, le père de ses enfants, Sébas­tien, Laurence et Tiphaine. Mais qui est vrai­ment ce banquier de profes­sion, issu d’un milieu bour­geois. Né à Éséka au Came­roun en 1951, André-Louis Auzière passe ses premières années dans cette ancienne colo­nie française, où son père, commis­saire aux comptes, travaille. De retour en France, il fait la rencontre d’une certaine Brigitte Trogneux, de deux ans sa cadette, qu’il épouse le 22 juin 1974.

La céré­mo­nie est célé­brée au Touquet, où la famille de son épouse possède une propriété. Le couple a tout pour être heureux et part s’instal­ler l’année suivante à Stras­bourg, où André-Louis a été muté. Les deux tour­te­reaux commencent alors à fonder une famille. En 1975, naît leur fils Sébas­tien. Puis, deux ans plus tard, c’est au tour de Laurence de voir le jour, la même année qu’Emma­nuel Macron, un de ses futurs cama­rades de classe

Les années passent et la famille Auzière revient dans la ville natale de Brigitte, Amiens, où elle accou­chera en 1984 de Tiphaine, aujourd’hui soutien incon­di­tion­nel du candi­dat d’En Marche. Celle que la presse étran­gère surnomme « Bibi » a une vie de famille bien rangée où rien ne dépas­se… Jusqu’à l’année 1993, date de sa rencontre avec Emma­nuel Macron, alors âgé de 16 ans. Que s’est-il passé dans la tête de cette respec­table profes­seure, qui a décidé de tout plaquer pour vivre un amour impos­sible ?

Selon Anne Fulda, auteure du livre Emma­nuel Macron, un jeune homme si parfait, la vie trop parfaite de Brigitte aux côtés de son mari a fini par la lasser. Si elle évite d’évoquer André-Louis Auzière « par pudeur », cela ne fait aucun doute que « ce dernier ne la rendait certai­ne­ment pas heureuse ». En face, elle est séduite par la fougue et l’intel­li­gence de son étudiant et finira par craquer pour lui, malgré l’oppo­si­tion de la mère du jeune homme.

À l’époque, la rumeur de cette rela­tion fait beau­coup de bruit à Amiens, au point d’arri­ver aux oreilles d’André-Louis Auzière. Et alors que les parents d’Emma­nuel Macron envoient leur fils pour­suivre ses études à Paris, le couple se sépare. La future Brigitte Macron part elle aussi s’instal­ler à Paris. Dans la capi­tale, elle finit par retrou­ver son jeune amou­reux, étudiant à l’ENA, avec qui elle s’instal­lera en 2004… Puis, en 2007, Emma­nuel Macron épouse sa Brigitte au Touquet, là-même où 33 ans plus tôt, elle avait dit oui à André-Louis Auzière.

Macron veut prolonger l’état d’urgence jusqu’en novembre et adopter une nouvelle loi sécuritaire

Le président de la République a fait savoir qu’il demanderait aux chambres de prolonger l’état d’urgence jusqu’au 1er novembre. Emmanuel Macron a aussi déclarer vouloir une nouvelle loi pour renforcer «la sécurité face à la menace terroriste».

Emmanuel Macron demandera au Parlement la prolongation de l’état d’urgence, qui devait arriver à échéance le 15 juillet, jusqu’au 1er novembre.

«Le président de la République a décidé que le Parlement serait saisi d’une prolongation de l’état d’urgence jusqu’au 1er novembre», a déclaré la présidence à l’issue d’un Conseil de défense, avant d’annoncer que «dans les prochaines semaines» un texte législatif pour renforcer «la sécurité face à la menace terroriste hors état d’urgence» sera étudié par les chambres.

«Pour concrétiser ses engagements», Emmanuel Macron a également «donné des instructions pour la mise en place du centre de coordination des services engagés dans la lutte contre le terrorisme, dont l’organisation sera arrêtée, sous son autorité, par le Conseil de défense et de sécurité d’ici au 7 juin», a poursuivi la présidence.

Toujours selon l’Elysée, Emmanuel Macron a une nouvelle fois «souligné la solidarité qui unit la France et le Royaume-Uni dans la lutte contre le terrorisme» après l’attentat qui a fait 22 morts dont des enfants, à la sortie d’un concert le 22 mai au soir à Manchester.

«Le Conseil a examiné les moyens d’apporter toute l’assistance possible à l’enquête menée par les autorités britanniques», a ajouté la présidence, précisant qu’Emmanuel Macron avait étudié les implications de cette nouvelle attaque terroriste sur les mesures de protection mises en œuvre pour assurer la sécurité des Français et contribuer à celle des partenaires de la France.

Source :

Histoire : 8 Mai 1945 : Massacre de Sétif !

Le jour même où la France est libérée, elle réaffirme dans le sang sa domination coloniale en Algérie : 45.000 morts à Sétif, Guelma, Kherrata et dans tout le Constantinois…

Le 8 mai 1945 signifie la fin du nazisme. Il correspond aussi à l’un des moments les plus sanglants de l’histoire nationale. La répression colonialiste venait d’y faire ses premiers accrocs face à une population farouchement déterminée à se promouvoir aux nobles idéaux de paix et d’indépendance.

Faim, famine, chômage et misère semblaient résumer la condition sociale de la population musulmane algérienne colonisée par la France, population surtout agricole souvent déplacée car les colons s’étaient saisis des meilleures terres, et de plus dans une période de guerre, de sécheresse et de récoltes décimées par les acarides. « Des hommes souffrent de la faim et demandent la justice… Leur faim est injuste. » écrivait Albert Camus début 1945 dans Combat.

Le 8 mai 1945 fut un mardi pas comme les autres en Algérie. Les gens massacrés ne l’étaient pas pour diversité d’avis, mais à cause d’un idéal. La liberté. Ailleurs, il fut célébré dans les interstices de la capitulation de l’état-major allemand. La fin de la Seconde Guerre mondiale, où pourtant 150.000 Algériens s’étaient engagés dans l’armée aux côtés de de Gaulle. Ce fut la fin d’une guerre. Cela pour les Européens. Mais pour d’autres, en Algérie, à Sétif, Guelma, Kherrata, Constantine et un peu partout, ce fut la fête dans l’atrocité d’une colonisation et d’un impérialisme qui ne venait en ce 8 mai qu’annoncer le plan de redressement des volontés farouches et éprises de ce saut libertaire.

Sétif
Fontaine Ain El Fouara

Sétif, mardi 8 mai 1945

Dès 8 heures du matin, une foule estimée aux environs de 10.000 personnes était rassemblée devant la mosquée de la gare. Puis elle entamait son élan rue des Etats-Unis pour se diriger vers le centre-ville, rue Georges Clémenceau… Pacifiques, dépités et désarmés, les paisibles manifestants scandaient des slogans de paix et de liberté. « Indépendance », « Libérez Messali Hadj », « L’Algérie est à nous ». Ils s’étaient donnés pour consigne de faire sortir pour la première fois le drapeau algérien. La riposte fut sanglante.

Pourtant, profitant du jour du marché hebdomadaire, ce 8 mai 1945, les organisateurs avaient rappelé aux paysans venus des villages de déposer tout ce qui pouvait être une arme (couteau, hache, faux…). Derrière les drapeaux des alliés, c’étaient les écoliers et les jeunes scouts qui étaient au premier rang suivis des porteurs de la gerbe de fleurs, et les militants suivaient juste derrière pour éviter tout débordement de la masse paysanne.

A la vue d’un drapeau algérien vert et blanc, qui avait été déployé en cours de route, les policiers avaient jailli du barrage et avaient attaqué la foule pour s’emparer du drapeau. Un militant avait expliqué que le drapeau étant sacré, il est impossible de le remiser une fois sorti. Le maire socialiste de la ville supplie de ne pas tirer. Mais c’est à ce moment que tout dérape quand un inspecteur tire, tue celui qui portait ce drapeau à ce moment-là et deux coups de feu en soutien de la part d’Européens partent du café de France. Dans la panique provoquée par les premiers coups de feu, à d’autres fenêtres des Européens tirent à leur tour sur la foule.

« On a tiré sur un jeune scout » ! Ce jeune « scout » fut le premier martyr de ces incidents : Saâl Bouzid, 22 ans, venait par son souffle d’indiquer sur la voie du sacrifice la voie de la liberté. K. Z., âgé alors de 16 ans, affirme non sans amertume à ce propos : « Il gisait mourant par-devant le terrain qui sert actuellement d’assiette foncière au siège de la wilaya. Nous l’avons transporté jusqu’au docteur Mostefaï… et puis… » L’émotion l’étouffe et l’empêche de continuer…

Bien que la panique ait gagné l’ensemble des manifestants, un militant avait sonné le clairon pour que la gerbe de fleurs soit déposée. Cela se passait à 10 heures du matin. Le car de la gendarmerie ayant eu du retard était arrivé en fonçant en direction des manifestants fauchant les présents.

Surgit alors la préparation du massacre des Algériens. Une milice d’Européens est formée à qui on donne des armes ; l’armée, la police et la gendarmerie sont déployées… C’est une véritable chasse à toutes personnes musulmanes.

Le 9 mai, à Sétif, ce sont 35 Algériens qui ont été abattus parce qu’ils ne savaient pas qu’un couvre feu avait été établi. Le rapport du commissaire divisionnaire, M. Bergé, expliquait que chaque mouvement jugé suspect provoquait le tir : « les musulmans ne peuvent circuler sauf s’ils portent un brassard blanc délivré par les autorités et justifications d’un emploi dans un service public. »

Économie : Le remboursement des intérêts de la dette en France implique une croissance de 4.7 %

La croissance de la France stagne à 0.7 % alors que durant les années 50 – 60 elle était 10 fois supérieure. C’est durant ces années fastes qu’on été mises en places des assurances sociales telles que le chômage, la maladie etc… On essaye de vous faire croire aujourd’hui qu’en gagnant 10 fois moins on va réussir à vivre avec le même train de vie. Aucun homme politique n’a le courage de le dire et c’est la que le bât blesse.

le moment va venir ou il va falloir expliquer clairement aux gens qu’un ménage ne peut pas vivre de la même manière avec un salaire de 10’000 Euros qu’avec un salaire de 1’000 Euros et il en va de même pour un pays.

Le simple remboursement des intérêts de la dette française implique une croissance de 4.7 % !

Où vont la France, l’Europe et l’Euro ?

Olivier Delamarche économiste et invité sur le plateau du média indépendant Meta TV nous ouvre les yeux sur un désastre économique imminent.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

La vidéo dans son intégralité sur Youtube :

Europe : Le jour ou la France est mourrue ! (Vidéo à voir et partager sans modération)

Jacques Chirac qui en 1979 dénonçait une construction Européenne de l’impuissance, une Europe ouverte à toutes les crises du monde, une Europe non Européenne et dominée par des intérêts Germano-américains, une Europe du chômage importé, une Europe mollusque, sans corps et sans dessein véritable, une Europe ou les multinationales dictent leurs lois aux états et qui retourna sa chemise comme une crêpe avant le référendum de 2005.

Voyons aujourd’hui grâce au document qui suit ce qu’est réellement l’Europe pour les peuples !

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Exposé vulgarisé. Comprendre simplement les institutions de l’Union européenne, quelle place la France y tient et quelles en sont les conséquences.

1) Précision :

– La commission propose les lois au parlement européen et au conseil de l’UE (article 251 et 289 du TFUE). Le Parlement et le Conseil de l’Union peuvent demander à la Commission qu’elle légifère dans un domaine. Mais la commission, qui a le monopole du droit d’initiative, peut ignorer cette demande.

– Aucun référendum n’a de valeur « intrinsèque » vis-à-vis de l’UE car SEULE la commission a le droit de légiférer et d’exécuter…

– Le parlement de l’UE est exclu de tout avis sur la fiscalité et les recettes de l’UE (article 311 du TFUE)

– Pour que le parlement censure ou démette la Commission, il faut la majorité des membres du parlement et les 2/3 des suffrages exprimés (Articles 17-8 et 234 du TFUE)

– L’article 293 du TFUE stipule que le Conseil de l’Union « ne peut prendre un acte constituant, amendement de la proposition que statuant à l’UNANIMITE». Le Conseil de l’Union ne peut donc s’opposer à la Commission qu’à l’unanimité!

– Les traités européens ne peuvent être modifiés (sauf cas mineurs) qu’à l’unanimité (article 48 du TUE). Comme aucun Etat n’a les mêmes intérêts (ex: fiscalité du Luxembourg, monnaie pour l’Allemagne, différences entre pays de l’est et de l’ouest, du nord et du sud…)… les traités ne peuvent être modifiés.

– Il y a 20000 lobbyistes pour 28 commissaires européens à Bruxelles.
http://www.lesoir.be/1116573/article/…

– 75 à 80% des lois nationales viennent de l’UE.
https://www.youtube.com/watch?v=c0Iqa…

– Viviane Reding : Il n’y a plus de politiques intérieures nationales !
https://www.youtube.com/watch?v=yBRCZ…

Message d’un contributeur :
– Raw Dog nous a fait remarquer qu’il serait plus juste de parler de « Cotisations » plutôt que de « charges sociales ». Entendons-le donc ainsi durant la video.
La discussion fait avancer le débat. Merci à lui.

2) C’est encore mieux quand c’est source :

– Articles du Traité sur l’Union Européenne (TUE) et du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne (TFUE) :
http://eur-lex.europa.eu/legal-conten…

–   Programme national de réforme pour 2015
http://www.economie.gouv.fr/files/pro…

–   Programme national de réforme pour 2016 :
http://proxy-pubminefi.diffusion.fina…

–   Recommandation du Conseil en date du 14 juillet 2015 (tout un symbole pour les français en matière de liberté , lol !!!) : http://ec.europa.eu/europe2020/pdf/cs…

– Bilan européen amenant la France à prendre des mesures sur son économie .
http://ec.europa.eu/europe2020/pdf/cs…

Sur VK :

Sur Youtube :

UN HOMO MALEFICUS MALEFICUS NOMMÉ MACRON

Avec Macron : l’homo maleficus maleficus, c’est la bouche de miel au dessus d’un cœur de fiel, c’est aussi un joli buisson de rosiers derrière lequel se dissimulent les loups de Wall Street.

Avec Macron, les petits bourgeois et les fauchés de chez faucheman seront contents, tous les coups bas mondialistes leur sont d’ores et déjà gratuitement réservés.

Avec Macron, c’est le droit pour la France de pouvoir s’embarquer pour le Cap de mauvaise espérance…  Sans ticket de retour.

Avec Macron, à coup sûr, c’est : à moi la thune et la galette, à toi les miettes et les poubelles !

Avec le Macron des banques, les contes de fées sociaux sont à la sincérité ce que sont les croûtes eczémateuses collées au corps d’un top model.  

Avec Macron : son projet, son programme et ses propos laxatifs, c’est, ipso facto, la garantie d’une diarrhée sociale à haut risque ! C’est pourquoi, voter « contre-remboursement »  reste donc le meilleur garant sanitaire en état d’assurer nos arrières…

Et Mme Le Pen ? Pas de soucis, après les élections, et en attendant 2022, elle va reprendre tranquillement sa riche cueillette de talbins chez son fournisseur habituel du Parlement européiste.

 

Citations et aphorismes.

« Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de loups. » [Agatha Christie.]

« Le capitalisme porte en lui la guerre comme les nuages noirs portent l’orage. » [Jean Jaurès.] Lien : https://vimeo.com/99236165

« Plus un peuple est éclairé, plus ses suffrages sont difficiles à surprendre. […] Même sous la Constitution la plus libre, un peuple ignorant est esclave. » [Condorcet.]

« La désinformation est devenue une arme de guerre assumée. Avant, on essayait de tromper l’ennemi ; mais aujourd’hui, c’est la population qui est systématiquement et ouvertement induite en erreur.» [Peter Scholl-Latour..]

« La réponse aux fausses informations, ce n’est pas la censure, c’est plus d’informations, discutées en commun. Trop de gens dépendent d’une seule source, comme Facebook, pour s’informer. Lorsque vous allez sur votre page Facebook, c’est Facebook qui décide quelles nouvelles vous voyez sur votre page. Ils créent plus de silence qu’ils ne créent d’informations. Vous comprenez à quel point il est dangereux qu’une entreprise puisse avoir assez de pouvoir pour remodeler notre façon de penser. Nous devons utiliser et répandre l’idée que la pensée critique importe maintenant plus que jamais, étant donné que les mensonges semblent devenir très populaires. Si les gens utilisaient plus de sources pour s’informer, la vérité l’emporterait. » [Edward Snowden.]

« À l’avenir, on fera aimer aux gens leur servitude, ce qui produira une dictature sans pleurs, une sorte de camp de concentration sans douleur pour des sociétés entières, avec des citoyens privés de leurs libertés mais qui aimeront cette situation, parce qu’ils seront détournés de tout désir de se rebeller par la propagande ou le lavage de cerveau, appuyé ou non par des méthodes pharmacologiques. » [Aldous Huxley, 1961.]

Thierry Theller

R.S.I La grosse arnaque dévoilée par une comptable

Dans le cadre de son travail, une comptable dévoile les dérives du R.S.I qui est une entreprise privée et devrait normalement laisser aux assurés le choix d’aller à la concurrence.

Ce sont des milliers de petites et moyennes entreprises qui sont mises à mal chaque jour, des dépressions et même des suicides que cette entreprise provoque par l’entremise de pratiques bien à elle.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

« Plagiat » ou « clin d’œil », d’où vient le copié-collé du discours de Marine Le Pen?

Lors de son grand meeting à Villepinte lundi, Marine Le Pen a prononcé des pans entiers d’un discours de François Fillon.

Comment Marine Le Pen s’est-elle retrouvée à prononcer mot pour mot, lundi, des pans entiers d’un discours de François Fillon? La candidate a-t-elle plagié sans vergogne le texte de son adversaire du premier tour ou s’agit-il d’un malencontreux concours de circonstances? Selon RTL, il s’agirait de la deuxième explication.

Même si l’entourage de la candidate s’est attaché à évoquer « un clin d’œil », volontaire donc, la journaliste de la radio Pauline de Saint-Rémy rappelle que parmi les personnes qui ont fourni « des notes » à Marine Le Pen pour son discours, se trouve Paul-Marie Couteaux qui était un soutien de François Fillon jusqu’au premier tour.

Le candidat Les Républicains écarté du second tour faute de voix suffisantes, Paul-Marie Couteaux -essayiste, ancien député européen souverainiste et fondateur du SIEL, parti proche du FN- s’est ensuite rapproché de la candidate d’extrême droite.

« C’est un vulgaire plagiat », tonne le camp Fillon

Et selon les informations de RTL, il a participé activement à l’écriture du discours de François Fillon, le 15 avril dernier, au Puy-en-Velay. D’où la concordance des discours entre les candidats, à trois semaines d’intervalle. Une concordance dont s’amuse l’intéressé, dans deux tweets: « Il est bien que [Marine Le Pen et François Fillon] s’exprimant sur la vocation universelle de la France le fassent dans les mêmes termes […] d’inspiration gaulliste, [qui] sont ceux de mon ouvrage ‘L’Europe vers la Guerre' ».

Présidentielles 2017 : Quand le comptage des voies ne correspondent pas entre une ville et le ministère de l’intérieur

Ce coup de gueule m’interpelle. Truquages et manipulations à tout va !

Ce youtubeur, Saber solo nous montre les différences qu’il peut y avoir dans le comptage des votes entre la mairie de Périgny par exemple et le ministère de l’intérieur.

Dans cette ville de Périgny, François Asselineau arrive en seconde position, juste après Marine Le Pen alors que dans les résultats livrés par le ministère de l’intérieur, François Asselineau arrive en avant dernière position.

Ceci dans la seule ville de Périgny. Qu’en est-il dans le reste de la France ?

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Liste des candidats Voix % Inscrits % Exprimés
Mme Marine LE PEN 84 21,93 30,00
M. François ASSELINEAU 63 16,45 22,50
M. Emmanuel MACRON 45 11,75 16,07
M. François FILLON 42 10,97 15,00
M. Nicolas DUPONT-AIGNAN 18 4,70 6,43
M. Benoît HAMON 14 3,66 5,00
M. Jean-Luc MÉLENCHON 4 1,04 1,43
Mme Nathalie ARTHAUD 3 0,78 1,07
M. Philippe POUTOU 3 0,78 1,07
M. Jacques CHEMINADE 3 0,78 1,07
M. Jean LASSALLE 1 0,26 0,36
Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 383
Abstentions 89 23,24
Votants 294 76,76
Blancs 7 1,83 2,38
Nuls 7 1,83 2,38
Exprimés 280 73,11 95,24

résultats de la commune au 1er tour sur le site du ministère de l’intérieur :

Liste des candidats Voix % Inscrits % Exprimés
Mme Marine LE PEN 84 21,93 30,00
M. Jean-Luc MÉLENCHON 63 16,45 22,50
M. Emmanuel MACRON 45 11,75 16,07
M. François FILLON 42 10,97 15,00
M. Nicolas DUPONT-AIGNAN 18 4,70 6,43
M. Benoît HAMON 14 3,66 5,00
M. Jean LASSALLE 4 1,04 1,43
Mme Nathalie ARTHAUD 3 0,78 1,07
M. Philippe POUTOU 3 0,78 1,07
M. François ASSELINEAU 3 0,78 1,07
M. Jacques CHEMINADE 1 0,26 0,36

 

Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 383
Abstentions 89 23,24
Votants 294 76,76
Blancs 7 1,83 2,38
Nuls 7 1,83 2,38
Exprimés 280 73,11 95,24

>>>Tableaux Stop mensonges<<<

Sur Youtube :

Élection présidentielle Truquée?… 23% pour Macron

VOTE DES EX ABSTENTIONNISTES

Et si les ex abstentionnistes mettaient tout le monde d’accord, en votant massivement pour celui qui, dans cette campagne présidentielle, donne réellement des boutons au petit monde de richissimes viandards qui, depuis des décennies, nous mènent par le bout du nez ?

D’autant que, à chaque élection importante, quantité de “Le Penˮ et de “Mélenchonˮ, qui n’ont jamais été que des leurres certifiés – ô combien ! – par une très longue expérience politique, sont mis en place pour égarer les citoyens au moyen de la peur et de la désinformation : sans doute pour mieux les orienter sur le candidat des prédateurs oligarchiques, censé être, lui, en capacité de berner le plus grand nombre d’électeurs. C’est sans doute aussi pourquoi, faute d’arguments dans leur guerre psychologique contre François Asselineau, le recours au stratagème des sondages bidonnés leur est devenu médiatiquement incontournable.  Sauf qu’ici, il n’est nul besoin d’être un Sherlock Holmes aguerri, pour deviner les arrière-pensées de ces “serial trickstersˮ politiques en mal d’enfumage électoraliste.

En effet, cousu de fil blanc, leurs procédés finassiers se révèlent être des plus simples, voire simplistes. Ils consistent, tout spécialement, à l’encontre de F. Asselineau, à rabâcher, au son des trompettes sondagières, un pourcentage, à tout le moins hors norme et peu fiable : situé entre le zéro infini et une énormité mensongère, parfaitement saugrenue, qui ne peut que laisser songeurs les plus candides de nos concitoyens.

Toutefois, cette manipulation comptable est, de toute évidence, destinée à tromper les électeurs de bonne foi afin de les induire en erreur en leur donnant à penser que le candidat référencé par la haute finance bancaire ne saurait être que le seul à pouvoir remporter les suffrages. C’est, donc, au seul moyen de ce détournement de vote que cette arnaque élective est rendue possible. Le simple fait d’y croire, conduit nécessairement à tomber dans le piège tendu par la nomenklatura euro atlantiste, composée d’oligarques sans conscience ni scrupule. Et, surtout, contribue à porter au plus haut sommet de l’État, un personnage qui ressemble davantage aujourd’hui à un simulacre présidentiel qu’à un homme d’État en charge de hautes et lourdes responsabilités étatiques. Or, à s’en crever les yeux, François Asselineau, lui, est un homme de responsabilités. C’est-à-dire, un futur chef d’État potentiellement structuré. Et non sa caricature !

C’est pourquoi, aujourd’hui, le Frexit se montre déjà comme le contraire d’une vue de l’esprit. Autrement dit : une réalité aux antipodes d’un esclavagisme européiste. Un esclavagisme que les ennemis d’une France, qui, en dépit et contre tout, veut rester libre, ont tenté et tentent encore, d’un bout à l’autre de leur existence mafieuse, de lui imposer contre son gré.

Sauf qu’à présent, chez le plus grand nombre de citoyens français, la réalité du Frexit ne se perçoit plus autrement que comme un gage de liberté…  inéluctable.

Pour conclure, deux questions :

– Peut-on gagner contre la volonté du peuple ?

– Peut-on gagner contre la volonté d’ex abstentionnistes, résolus à s’asseoir dans la nouvelle embarcation historique du Frexit qui s’annonce, loin de la corruption politicienne d’une Europe bankstérisée jusqu’aux yeux ?

Thierry Theller