Science et vie : Les transports de demain

Comment nous déplacerons nous demain ? Entre le respect de l’environnement, la crise automobile et les difficultés de circulation, inventeurs et constructeurs bouillonnent d’idées pour changer nos modes de déplacement. En voici quelques-unes.

Segway et General Motors ont annoncé le 7 avril leur collaboration pour la fabrication d’un véhicule futuriste, le PUMA. Une petite révolution dans la manière de se déplacer, selon eux. Reste que ces entreprises ne sont pas les premières à explorer de nouvelles pistes dans ce domaine. Petit aperçu des véhicules qui pourraient débarquer sur nos routes…

Au moment du lancement de son Gyropode, l’entreprise Segway, leader dans le secteur du transport personnel, avouait que ce nouveau véhicule allait révolutionner « le transport de demain« . Utilisé par la police en Italie ou pour les touristes à Nice, le Gyropode n’a pas encore envahi nos rues. Mais la concurrence est bien là.

Le gyropode de Segway est utilisé par la police

Le Winglet succède à l’I Real
A commencer par Toyota qui n’est pas en reste. Le constructeur japonais est venu concurrencer le Gyropode de Segway avec le Winglet Personal Transporter. Ce scooter vertical est le premier gadget développé par le groupe depuis sa prise de contrôle de la filière robotique de Sony. Le corps du véhicule, qui ne mesure que la taille d’une feuille de papier A3, abrite un moteur électrique, deux roues et des capteurs internes qui surveillent la position de l’utilisateur et s’adapte pour lui assurer davantage de stabilité.

Le nouveau concept de Toyota vient concurrencer le PUMA de GM et Segway

Debout sur l’engin, l’utilisateur peut aller devant, en arrière et tourner sur lui-même par le simple mouvement de son corps. Le véhicule est alors sans danger car entièrement contrôlé par la personne et permet de circuler dans les espaces les plus exigus ou les plus surpeuplés.

Trois modèles ont été élaborés par le constructeur pour permettre à chacun d’utiliser l’engin selon ses priorités (loisir, sportif…). Testé à l’automne 2008 à l’aéroport international de Nagoya (Centrair) et dans la préfecture d’Aichi en bord de mer. D’autres tests sont prévus en 2009 au centre commercial Tressa à Yokohama City pour évaluer la réaction des non utilisateurs. Son lancement serait prévu pour 2010.

Le constructeur japonais avait déjà proposé d’autres concepts de transport personnel du futur. Le PM, première version du transport personnel de Toyota, a été montré pour la première fois en 2003 et reposait sur les techniques de communication entre voitures, tandis que l’I-unit et l’I-swing introduits deux ans plus tard évoluaient vers un moyen de transport personnel capable d’interagir plus librement avec l’environnement immédiat.

En 2007, on découvrait l’I Real, fauteuil sur trois roues, dans lequel il suffit de s’asseoir et de se pencher à droite ou à gauche, selon la direction désirée. Pour varier les plaisirs, il existe deux vitesses, soit lente pour la ville (6km/h) soit rapide (30 km/h). En mode rapide, le véhicule s’allonge en reculant sa roue pour abaisser le centre de gravité et augmenter la stabilité.  Le véhicule peut se faufiler facilement entre les piétons, car le conducteur se trouve à la même hauteur qu’eux. En outre, des capteurs surveillent la présence des piétons et des obstacles, les prévenant de son arrivée avec des capteurs sonores.

I Swing :  troisième génération de transport personnel chez Toyota / I Real : proposé avec deux vitesses différentes

Co voiturage à moto
Le covoiturage connaît un véritable essor, alliant économie, facilité et convivialité. Gert-Jan van Breugel, designer, a crée une moto taxi à propulsion électrique. « La City Swing est une moto hybride avec des sièges pour trois personnes. Elle est plus rapide, plus économique et moins polluante que les autres motos, car elle fonctionne au bio-éthanol », explique son créateur. 65% plus petite qu’un taxi, elle permet de mieux se faufiler dans la circulation.

Dans le domaine de la moto toujours, l’allemand Peraves propose une moto Eco mobile ou Monotracer, mélange de moto, de voiture et à allure d’un bobsleigh à roulettes. Dotée d’une coque extérieure et de la climatisation, elle dispose d’un moteur d’une puissance égale à celui d’une Porsche (130 chevaux). Grâce à sa forme aérodynamique, les conducteurs, assis dans des sièges de voitures, peuvent s’incliner en virages comme les motos de course, jusqu’à 55 degrés. Reste que son prix est estimé à 52 000 euros HT.

Une moto à la puissance d’une Porsche

A chacun son transport
Le vélo du futur sera électrique. Ultra Motor a lancé l’A2B, un vélo électrique à l’allure d’un scooter à gaz, fonctionnant avec une batterie au lithium ion, rechargeable sur une prise standard. Conçu spécialement pour la circulation dans les villes américaines, le vélo est ultra léger, du fait de sa fabrication en aluminium. Il permet d’atteindre une vitesse maximale de 30km/h sur une distance de 30 km. Une seconde batterie peut doubler l’autonomie du véhicule.

Schwinnbike, en collaboration avec Honda, a annoncé la création de Tailwind, un vélo hybride, rechargeable en sept minutes sur une prise spéciale ou trente minutes sur une prise standard.

Reste encore le skate board électrique, que commercialise par exemple Altender. Grâce à une télécommande, l’utilisateur fait avancer ou reculer la planche. Distribué en plusieurs modèles, il peut atteindre 35 km/h et existe même en version 4X4.

Rouler à 35 km/h en skate, c’est possible

Idées folles
Autre concept innovant : le Magic Wheel. Conçu par une société britannique AllisEasy, ce monocyle, à mi-chemin entre la trottinette sans guidon et le skate board, n’a pas de selle. Toute la conduite repose sur l’équilibre de l’utilisateur. 2quipé d’une transmission de deux vitesses, de quatre roues motrices et de huit amortisseurs, il permet de s’aventurer sur tous les terrains et d’avancer à une vitesse maximum de 20km/h.

Le Cajun Crawler est un autre mode de transport fou. Il ne fonctionne pas grâce à des roues mais à plusieurs pattes mécaniques articulées. Le principe est simple : on monte dessus et on peut avancer comme sur une trottinette ou un Segway. Plus lent que le Segway, il permet de tourner très rapidement.

Encore du nouveau dans le futur
General Motors ne compte pas se contenter du projet avec Segway. Il a parrainé le projet « Le dernier mile » du  Massachusetts Institute of Technology (MIT) pour « atténuer la pollution de l’énergie électrique et élargir l’espace public limité par la pliage et l’empilage des véhicules ».

Voiture électrique de deux places, alimenté par des batteries au lithium ion, il est conçu dans une optique de système de partage des voitures avec des kiosques dans les villes pour les garer, en les « pliant » les unes sur les autres. Une solution aux problèmes de stationnement et de conduite dans les embouteillages urbains. D’un point de vue technologique, chaque roue a son propre moteur, sa direction et son freinage. Un système central est exploité pour la production d’énergie et la commande par ordinateur. Différentes versions pourraient être élaborées, s’adaptant à la conduite différente parfois selon les endroits.

Environnement : Découverte d’une larve dévoreuse de plastique

Nouvel espoir pour l’environnement: une larve dévoreuse de plastique. C’est la revue Current Biology qui nous l’apprend: des chercheurs ont découvert que la larve d’un papillon très répandu était capable de biodégrader extrêmement rapidement le polyéthylène, une des matières plastiques les plus résistantes et les plus polluantes au monde.

Cette larve, dite de la fausse teigne de la cire (Galleria mellonella), un papillon très répandu, est un parasite des ruches, une sorte de grosse chenille qui se niche dans la cire d’abeille partout en Europe.

Découverte par hasard de sacs criblés de trous

La chercheuse qui a découvert la fonction inédite de cet insecte est une apicultrice amateur. Elle s’est rendue compte que les sacs plastiques dans lesquels elle plaçait la cire des ruches infectées par ces larves étaient rapidement criblées de trous.

En quelques heures, un sac plastique peut quasiment disparaître. La larve n’ingère pas seulement le plastique, elle le transforme ou le brise chimiquement avec une substance produite par ses glandes salivaires.

Cette découverte pourrait donc être un outil important pour éliminer les déchets en plastique qui s’accumulent dans les décharges et les océans!

Jusqu’à 400 ans pour se décomposer

Le polyéthylène est en effet surtout utilisé pour l’emballage et compte pour 40% de la demande totale des produits plastiques en Europe dont 38% se retrouvent dans des décharges.

Mille milliards de sacs plastiques sont utilisés dans le monde chaque année et chaque individu utilise en moyenne chaque année plus de 230 de ses sacs, produisant plus de 100 000 tonnes de déchets.

Actuellement, le processus de dégradation chimique de ces déchets plastiques avec des produits très corrosifs comme l’acide nitrique peut prendre plusieurs mois. Or, d’autres observations avec un sac de supermarché au Royaume-Uni, soumis à une centaine de ces larves, ont montré que celles-ci pouvaient endommager le plastique en moins d’une heure.

Laissés dans la nature, il faut environ un siècle pour que ces sacs de plastique se décomposent complètement. Pour les plastiques les plus résistants, ce processus peut prendre jusqu’à 400 ans.

110 millions de tonnes de déchets en plastique dans les océans

Environ huit millions de tonnes de plastique sont déversées tous les ans dans les mers et océans du globe, selon une étude publiée en 2015 dans la revue américaine Science.

Il pourrait y avoir jusqu’à 110 millions de tonnes de déchets en plastique dans les océans. Des petits fragments sont absorbés par les poissons et les autres espèces marines, qui finissent par en mourir

Reste désormais à synthétiser la substance produite par cette larve pour pouvoir la fabriquer à l’échelle industrielle.

Chine : Magnifique nature, James Cameron s’en est inspiré pour son film Avatar

Notre planète recèle des trésors et des paysages dignes des plus beaux comptes de fées. Le réalisateur James Cameron l’a bien compris et s’en est inspiré pour son film « Avatar »

Pas besoin de quitter notre galaxie pour être propulsé dans des décors féériques puisque c’est en Chine que ce réalisateur de génie est allé s’inspirer pour créer les décors de ce succès incontournable du cinéma Hollywoodien qu’est « Avatar »

Le blogueur EUGENE KASPERSKY s’y est rendu et nous dévoile cette magie plus qu’ancestrale.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Croyez-moi, en Chine, il y a beaucoup de choses à voir. Je me suis offert un cadeau pour mes 50 ans et j’ai passé quelques jours dans ce pays. Préparez-vous à être époustouflé quand vous verrez les endroits qui suivent !

Comme je vous en ai déjà parlé sur ces cyberpages, il est plutôt surprenant que la plupart de ces endroits « à visiter » ne soient pas vraiment connus du grand public. Les monuments historiques qui ont eu suffisamment de chance pour survivre à la révolution culturelle sont célèbres, notamment ceux qui se trouvent à Pékin et dans les alentours, comme la grande muraille de Chine, la ville de Lhassa, etc. Toutefois, il y a beaucoup plus à voir dans ce pays et la plupart des endroits qui valent la peine d’être visités sont inconnus du grand public. Demandez autour de vous qui les connaît et vous verrez bien les réactions. Peut-être que certaines personnes connaissent le mont Kailash, mais rien de plus !

Oups. Oui, je suis sûr que je suis en train de me répéter. Je me suis déjà plaint de cette situation il n’y a pas si longtemps. Par conséquent, sans plus attendre, je vais vous montrer un autre bout de la Chine inconnue !

Aujourd’hui, je vais vous parler de Wulingyuan. Ce n’est pas qu’un simple endroit à visiter, il pourrait très bien se trouver sur ma liste du Top 20 des plus beaux lieux du monde. De plus, « on y trouve de nombreux parcs nationaux, comme le parc national forestier de Zhangjiajie« .

De gigantesques colonnes en pierre s’élèvent d’un endroit en contrebas que l’on ne peut pas apercevoir. Elles sont irrégulières, abruptes et il y a de la végétation verte qui pousse dessus. Ce paysage est complétement époustouflant et éblouissant ! De plus, il est toujours aussi beau, peu importe le temps qu’il fait : on ne peut pas dire la même chose de certains endroits au Kamtchatka.

Quand le ciel est couvert, ces colonnes en pierre sont entourées d’un brouillard blanc. On n’arrive donc plus à distinguer les distances car le cerveau n’est plus capable de les évaluer. Elles ne peuvent pas être admirées avec un esprit rationnel, mais seulement avec les émotions. Puis, soudainement, le soleil apparaît et le paysage prend une toute autre allure : les détails et les couleurs ressortent, mais le cerveau n’est toujours pas capable de fonctionner correctement ! Regardez les contrastes dans certaines des photos ci-dessous…

La hauteur de ces colonnes est incroyable : elles font plusieurs centaines de mètres. Celle qui se trouve sur la photo qui suit fait 1080 mètre de hauteur, soit plus qu’un kilomètre ! D’ailleurs, elle s’appelle Avatar Hallelujah Mountain, mais je vous en dirai plus par la suite. Toutes les arches de pierre sur les photos à venir sont à une hauteur impressionnante, à environ 1 000 mètres. Vous pouvez les traverser à pied si vous en avez le courage.

Science et vie : Il jette sa télé par la fenêtre devant l’inspecteur des impôts

Marre de payer la redevance télé ? voici une solution simple et efficace .
Un contrôle de redevance audiovisuelle tourne mal : il jette sa télé par la fenêtre devant l’inspecteur des impôts !

Il y a quelques semaines, Fred a été victime d’un contrôle de redevance audiovisuelle à son domicile. Un inspecteur des impôts est venu vérifier s’il ne possédait pas de télé comme indiqué sur sa déclaration. Mais dans la chambre du fils, le contrôleur est tombé sur un téléviseur. Il a donc demandé au père de famille de payer la redevance. « Vu qu’il y a une télévision, potentiellement, on peut regarder la télé », explique l’homme.

Une injustice selon Fred puisque la télé a été acheté par son fils afin de jouer à la console. Le téléviseur ne sert donc pas à regarder les chaînes puisqu’il n’est connecté à aucune antenne ou box. Pour ne pas payer la redevance, le père a alors pris la décision de jeter la télé par la fenêtre sous les yeux du contrôleur du fisc. « Vous allez noter cher monsieur qu’au 1er janvier 2017, il n’y avait pas de télé… (BOOM) et au 1er janvier 2018, il n’y aura pas de télé non plus ! »

Science et vie : L’homme est-il un loup pour l’homme ?

L’histoire du monde semble écrite pour illustrer cet adage. Pourtant, des voix scientifiques s’élèvent depuis une vingtaine d’années contre cette vision de la nature humaine.

Chercheurs en psychologie, primatologie, mathématiques ou neurosciences, ils mènent des expériences novatrices qui contredisent cette thèse et inventent le vocabulaire d’une autre histoire.

Quelques extraits de ‘Vers un monde altruiste ?’ de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade.
Ça ne dure que 13 minutes et ça fait réfléchir.

Science et vie : H.A.A.R.P Théorie du complot ou sommes-nous vraiment manipulés ?

Tout comme les Chemtrails, H.A.A.R.P est un sujet à controverses souvent désigné comme un danger s’attaquant à l’environnement et à la race humaine toute entière par la sphère conspirationniste.

C’est en 1990 en Alaska que H.A.R.P fut construit, constitué de 180 antennes couvrant 14 hectares, ces antennes permettent d’étudier l’ionosphère qui est la couche supérieure de l’atmosphère. Les travaux qui y sont menés relèvent de la recherche fondamentale mais pourraient avoir également des finalités en matière de télécommunication. Les chercheurs qui y travaillent sont des savants ou des étudiants issus de diverses universités dans le monde.

Il est important de savoir que tous les deux ans HARP organise une journée de portes ouvertes. Il existe une demi douzaine de stations analogues à travers le monde et notamment en Russie, en Norvège, au Pérou ou encore au Tadjikistan.

Pour les théoriciens du complot et comme le démontre la vidéo, HAARP représente beaucoup plus que cela.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

La première « Eglise de Satan » française ouvrira bientôt ses portes à Paris – 6.000 fidèles sont attendus

L’église ouvrira ses portes dans un somptueux appartement du XVIe arrondissement et promet d’offrir aux gens « un autre type d’expérience cléricale ».

La première « Church of Satan » (Eglise de Satan) ouvrira à Paris dès le mois d’octobre, provoquant une vague de protestation au sein de la sphère cléricale. Jusqu’à présent les satanistes de France n’avaient que quelques forums et groupes de discussion pour échanger leur foi et leurs convictions. Mais grâce à une pétition qui a longuement circulé sur Internet, ramenant 236.000 signatures en faveur de la création d’une Church of Satan officielle sur le territoire français, le projet a été accepté par les différentes autorités compétentes.

Jean-Louis Ludwig, le fondateur de la FCOL (French Church of Lucifer)  s’est exprimé face au président de la commission d’évaluation et de contrôle des religions de France(CECRF) :

« Nous n’avons pas de prédicateur. Personne n’est là pour nous imposer une manière de faire ou de vivre, Nous donnons un espace aux gens pour qu’ils se découvrent eux-mêmes en totale liberté, pour qu’ils soient capables de se regarder dans le miroir et de s’accepter. Le monde nous renvoie beaucoup de haine, alors que nous voulons simplement cohabiter. Le satanisme Laveyen est non-déïste. Ses fidèles ne se plient devant aucune divinité, pas même le diable. Il n’y aura pas non plus de messes noires ou de sacrifices d’animaux.»

Pourtant, selon les information que SecretNews a réussi à obtenir, le symbolisme de l’église sera tout ce qu’il y a de plus satanique : des figures de créatures à cornes, des anges déchus, des crucifix renversés, un Baphomet. L’immeuble choisi revêt également une importance historique non négligeable. Il a été le théâtre de 12 exécutions de personnes accusées de sorcellerie au XVIIème siècle.

Bien que l’église n’ouvrira aux 6.000 fidèles attendus ses portes que le 30 Octobre, elle a déjà attiré les foudres des riverains.

Malgré les critiques, les dirigeants de la FCOL ont déclaré qu’ils refusaient de baisser les bras : « Même si on nous tire dessus, nous ne laisserons pas ça nous décourager, » a marqué Jean-Louis sur la page Facebook du groupe. « Les lucifériens ne plient jamais.

Science et vie : Essais nucléaires : les Etats-Unis dévoilent des images hallucinantes

Terrifiant. Les images des essais nucléaires américains, effectués entre 1945 et 1962, qui viennent d’être déclassifiées, montrent les effets dévastateurs, de la bombe H. Qu’elles aient lieu dans le Pacifique, le désert du Nevada ou en altitude, ces explosions rappellent les plus impressionnantes scènes de films de science-fiction. Sauf qu’il s’agit ici de la réalité.

L’image est incroyable. Une boule de feu, gigantesque, rapide, qui enfle et file vers la surface de notre planète. En dessous, un relief, qui semble en comparaison minuscule, bientôt happé par l’explosion nucléaire initiée en altitude.

Les États-Unis ont mené plus de 200 essais nucléaires entre 1945 et 1962. Lesquels ont été filmés sous tous les angles pour les besoins de la science et de l’armée américaine. Ces images étaient jusqu’ici classées « confidentiel défense ». Elles viennent d’être déclassifiées, à l’image de la vidéo présentée ci-dessous :

Toutes témoignent de la violence, de la disproportion, de l’énormité d’une explosion nucléaire, alors même que les armes qui existaient alors étaient bien moins puissantes que celles aujourd’hui détenues par les États-Unis, la Russie, la France, la Chine, le Royaume-Uni, Israël, l’Inde, le Pakistan et la Corée du Nord.

Pas moins de 6 500 films ont été localisés par le laboratoire national de Lawrence Livermore. De son côté, le physicien spécialiste des armes Greg Spriggs a restauré les pellicules, certaines ayant souffert du temps, comme l’explique le Huffington Post.

4 200 films ont été numérisés, 750 déclassifiés et un premier échantillon de ces vidéos a été publié sur YouTube.

La bombe larguée sur Hiroshima, le 6 août 1945, avait une puissance de 15 kilotonnes (soit l’équivalent de 15 000 tonnes de TNT). La plus forte bombe utilisée par les Américains, lors de l’opération « Teapot » (essais nucléaires atmosphériques au-dessus du désert du Nevada), en 1955, était de 43 kilotonnes. La plus forte bombe nucléaire aujourd’hui disponible a une puissance de 57 mégatonnes – soit 1 325 fois plus que celle de cette vidéo :

>>>Voir aussi<<<

Incroyable mais vrai, l’homme volant de Marseille interdit de vol en France !

Après l’affaire du chirurgien algérien boycotté par la France, voici l’homme volant de Marseille interdit de voler et menacé de prison !

Tandis que de nombreux pays feraient tout pour acquérir cette incroyable invention, la France, elle, lui met des bâtons dans les roues… Explications.

Certes, nul n’est prophète en son pays. Mais, là, tout de même, la France aurait été bien avisée de faire une exception ! En interdisant à Franky Zapata d’expérimenter son incroyable machine, elle se prive tout simplement d’un inventeur hors du commun…

Franky Zapata est l’inventeur de la planche volante. Un appareil futuriste dont les démonstrations ébahissent le monde entier. Seulement voilà, depuis quelques jours, l’Iron Man de Marseille n’a plus le droit de voler dans l’hexagone. Résultat : il est à deux doigts de quitter le pays.

Samedi dernier, France 3 Provence-Alpes a consacré un reportage aux déboires de l’homme-volant. Regardez, c’est impressionnant :

Et si on récompensait l’audace et l’imagination plutôt que de leur mettre des bâtons dans les roues ?

Culture & Cinéma : L’allégorie de la caverne dont s’inspirèrent les producteurs de Matrix

Nous vivons dans un monde basé sur le mensonge et la corruption. Ce qui fait la force de ce système c’est que la plus part d’entre nous en sommes inconscient et cette inconscience englobe notre déni et nos peurs du lendemain.

Envahis jour après jour par des images futiles de luxe et d’abondance que nous n’atteindront jamais pour la plus part d’entre nous, des images de notoriété et de pouvoir dont seules nos pensées inavouées nous permettent l’accès, nous marchons dans la vallée des larmes qu’est notre vie. Nous sommes aveuglés par de faux espoirs sans savoir exactement où nous allons et sans but réel.

Platon nous mettait sur la voie 2’000 ans avant notre ère en nous dévoilant l’allégorie de la caverne :

« La caverne est un endroit glauque et sordide où vivent des hommes enchaînés qui n’ont pas conscience de leur état de servitude.

Il leur est projeté sur un mur auquel ils font face, des images ou des ombres qui dépeignent le monde dans lequel ils vivent. N’ayant aucune conscience propre, ces hommes sont persuadés que ce qui leur est montré est la réalité.

Un jour, un homme plus courageux, plus audacieux que les autres se rend compte qu’un autre chemin que celui qui lui est imposé est possible. Il brise alors ses chaînes et emprunte ce nouveau chemin.

Péniblement, il arrive à l’extérieur  et se rend compte alors que le monde qu’on lui montrait en bas n’était qu’une illusion.

Il vit la lumière, les couleurs, il sentit les odeurs et se rendit compte que les images qu’on lui montrait dans la caverne n’étaient que les ombres de la réalité et comprit qu’on lui mentait, qu’on le manipulait.

En retournant dans la caverne, émerveillé par ce qu’il venait de vivre il dévoila sa découverte et fut tué. »

Platon nous dévoila Matrix plus de 2’000 ans avant notre ère !

Matrix :

Ce film visionnaire  nous dévoile une caverne du futur.  Aujourd’hui, nous sommes en quête d’un Néo  pour nous sauver de la servitude à laquelle nous sommes tous enchaîné. Ce Néo ne viendra pas tant que nous n’aurons pas compris qu’il sommeil en chacun d’entre nous.

« Choisis la pilule bleu et tout s’arrête; après tu pourras faire de beaux rêves et pense ce que tu veux !

Choisis la pilule rouge, tu restes au pays des merveilles et on descend avec le lapin blanc au fond du gouffre ! »

Stéphane Guibert / Finalscape / VK