Pour rappel : Un discours de Donald Trump qui ne sera jamais diffusé dans les médias Mainstream

Peut avant les élections américaines du 8 novembre 2016, Donald Trump déclarait la guerre à l’establishment, à la corruption et aux médias corrompus.

Ce discours peut conventionnel pour un homme multi millionnaire qui se lance à la conquête du  pouvoir laisse entrevoir s’il est élu, un imminence changement politique et géopolitique sur le plan mondial.

« La corruption doit cesser, les petits cadeaux entre lobbyistes et élus doivent cesser, nous devons entrer dans une ère de transparence, dans une ère ou vous, le peuple devez être écoutés et compris. »

C’est la première fois dans l’histoire des États-Unis d’Amérique qu’un président élu n’a  eu besoin durant sa campagne électorale d’aucun apport financier extérieur ce qui signifie que durant toute la période ou il exercera son mandat, il n’aura de comptes à rendre qu’ à son électorat, ce qui pourrait laisser entendre que les fausses promesses seront rigoureusement réduites car ne dépendant d’aucun organisme financier externe, il sera libre de ses mouvements. Il s’agit là d’une première historique où le pouvoir se sépare de la grande finance.

Trump sera-t-il le premier président à utiliser l’argent contre l’argent ?

A en écouter son discours, on serait amené à le penser toutefois, l’avenir nous le dira. En attendant, l’Establishment lié au club très fermé de la fondation Clinton est aux abois et a d’ailleurs fermé boutique suite au résultat victorieux de Donald Trump.

L’histoire de notre civilisation est arrivée à un tournant décisif et tout va désormais aller très vite; si vite qu’il nous faudra être très attentif pour ne rien manquer.

Si toutefois la désillusion devait rejoindre la déclaration de François Hollande qui déclarait que son ennemi était la finance nous serions alors à l’aube d’une insurrection générale car il s’agirait là de la goute d’eau faisant déborder le vase.

Voici la vidéo de ce discours hors normes que les médias Mainstream ne vous montreront jamais mais dont le visionnage est capital pour la suite et la compréhension de notre histoire.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

 

Etats-Unis : La fondation Clinton ferme boutique, les rats quittent le navire !

Pour ceux qui en doutaient encore, la Fondation Clinton de Washington DC est à la dérive (Daily Caller). 22 membres du personnel sont mis à la porte cette semaine (date de départ le 15 avril) et le reste va suivre incessamment. Beaucoup avaient déjà pris les devants et présenté leur démission.

La Fondation Clinton est gérée par Bill et présidée par Chelsea (la fille), pour permettre à Hillary de récolter de l’argent pour sa campagne et pour accroître leur fortune personnelle.

Il était devenu clair au cours de la campagne, notamment grâce aux emails « hackés par les Russes » et rendus publics par Wikileaks, que les Clinton vendaient les services d’Hillary contre des donations par des lobbies et des gouvernements étrangers (Algérie, Arabie saoudite,…) à la Fondation. De plus, le salaire de Bill était monstrueusement élevé et les frais de fonctionnement énormes. Le mariage somptueux de Chelsea avait été payé en partie par la Fondation.

Fait significatif: depuis qu’Hillary a perdu les élections, les donateurs ont totalement disparu. Peter Schweizer, l’auteur du livre « Clinton cash » (Clinton Cash) prédit que la Fondation fermera très prochainement ses portes.

OBAMA : LE COTE OBSCUR !

Obama, c’est trois bombes par heure, soit 72 bombes par jour.

Rien qu’en 2016, l’armée américaine a largué 26’171 bombes, la majorité en Irak, en Syrie mais aussi en Afghanistan, en Libye, en Somalie, au Yémen et au Pakistan.

Sous l’ère Obama, les frappes par drones ont été multipliées par 10. En 2008 il avait fait la promesse de mettre fin aux conflits initiés par Bush. Aujourd’hui les troupes ont bien été réduites en Irak et en Afghanistan mais leur présence globale a augmenté de 130% dans le monde. (Au total : 138 pays)

Le seul président à avoir été en guerre tout au long de son mandat.

Nobel de quoi déjà ?

Coup de chapeau à la RTS (Radio Télévisons Suisse) et à son magazine (Nouvo) qui déchire 🙂

SG / Finalscape

Mise en garde de Poutine : si vous assassinez Trump, je déchaînerai l’enfer sur l’Amérique

Un sombre et urgent rapport du ministère russe de la Défense (MoD), daté du 12/01/2017, affirme que le président Poutine a reçu un « avertissement grave » de son service de renseignements (SVR) indiquant que les éléments du «Deep State» (l’État Profond) des États-Unis s’apprêtent à assassiner le président élu Donald Trump afin de l’empêcher de prendre le pouvoir le 20 janvier et que la CIA accusera ensuite la Russie pour cet assassinat afin de justifier une déclaration de guerre contre la Russie. Suite à cela, le Président Poutine a ordonné l’activation en alerte de combat de tous les systèmes de défense anti aérienne, dont les centaines de S-400.

Le rapport indique que le président Poutine a reçu un briefing de haut niveau de l’ancien porte-parole de la défense allemande, Willy Wimmer, qui a déclaré : « Il y a un réseau de résistance contre le président (Trump qui sera en fonction le 20 janvier) … et ce qui se passe à Washington sonne comme le début d’une guerre civile » – ce qui a amené Poutine à ordonner ce branle-bas-de-combat et a amené le Ministère russe de la Défense à déclarer sombrement:

« Les équipes de combat SAM des forces aérospatiales de la Région de Moscou ont mis en service le nouveau système de missiles de défense aérienne S-400 Triumph et sont mainenant en mission de combat pour la défense aérienne de Moscou et de la région industrielle centrale de Russie« .

Se joignant à la fois au SVR et au porte-parole de la défense allemande Wimmer, l’écrivain et analyste Glenn Greenwald, a publié il y a quelques heures un article effrayant intitulé : « L’État profond se met en guerre contre le président élu, en utilisant des accusations non vérifiées, pendant que les Démocrates applaudissent. » et dans lequel il avertit que l’État profond américain «Est maintenant engagé dans une guerre ouverte contre le président dûment élu et déjà largement détesté, Donald Trump..  »

De son côté, le journaliste allemand, le Dr. Udo Ulfkotte a prévenu auparavant que «tous les médias dominants écrivent sous la pression directe de la CIA».

L’OTAN a directement répondu : dans une conférence de presse, les  militaires américains et de l’OTAN ont déclaré (vidéo) : « Préparez-vous à la 3ème guerre mondiale avec la Russie très prochainement« .  L’OTAN et les forces américaines renforcent, heure après heur, leurs forces militaires à la frontière russe, en installant des systèmes et des équipements antimissiles balistiques dans le but de provoquer une guerre nucléaire avec la Russie. Vidéo

 

L’organisation secrète américaine du «Deep State» a commencé ses opérations pour assassiner le président élu Trump cette semaine en fournissant à leurs médias mainstream de propagande et de « fausses nouvelles« , un document complètement faux alléguant que Trump est une « marionnette russe » sous le contrôle du président Poutine. Or, il s’avère que ce vil et bas de gamme document a été écrit par un ex-agent britannique du Mi6 nommé Christopher Steele.

Ce grossier mensonge a néanmoins eu son effet espéré par la CIA sur les peuples américain et occidentaux sans méfiance. Des dizaines de millions d’entre eux croient que ces mensonges sont vrais. D’ailleurs, les chaînes de télévision françaises ont, dans leur totalité, diffusé ce mensonge dans leurs infos du 12 janvier, ce qui montre qu’elles sont toutes aussi serviles et mensongères que leurs collègues américaines.

Rappelons que, durant la campagne présidentielle américaine, les agents du renseignement du « Deep State » ont cherché des mandats secrets pour espionner la campagne du président élu Trump, dont les ennemis ne comprennent pas seulement les extrémistes racistes soutenant la clique corrompue Obama-Clinton, mais inclut aussi des membres de son propre parti républicain. Le plus pernicieux d’entre eux est George Soros qui a financé toute la carrière du faucon-guerrier, le sénateur John McCain.

On note, en outre, que le président élu Trump a été aussi averti par le sénateur Chuck Schumer du parti démocrate, que la CIA « a des moyens de le renverser« . Cependant, Trump a ignoré cet avertissement en comparant ces comploteurs du « Deep State » aux nazis allemands.

Sachant que la CIA a déjà manipulé les élections dans 81 nations étrangères, sachant qu’elle assassiné le président JFK et réduit le président Reagan en loque humaine, il n’est pas douteux qu’elle puisse assassiner Trump (tout en en accusant la Russie) puis pour réinstaller Obama pour continuer le pouvoir sous la «règle de la loi martiale».

Et comme des milliers de chars américains, de véhicules blindés et de troupes continuent à inonder l’Europe toutes les heures, le ministère de la Défense a clairement averti ces monstres que «nous (Russes) interprétons cela comme une menace pour nous et comme des actions qui mettent en danger nos intérêts et notre sécurité « , et que si le président élu Trump était assassiné par ces comploteurs du  » Deep State « , la Russie n’aura plus d’autre choix que de lâcher « l’enfer sur l’Amérique«  pour empêcher ces élites globalistes occidentales sataniques de détruire notre planète entière.

 

OBAMA s’accroche. Le Commandant Général de la Garde Nationale de D.C. relevé de ses fonctions

Un ORDRE donné par l’équipe de transition de TRUMP relève de ses fonctions le général Erol Schwartz de la garde nationale de DC à partir de 12:01 PM, le 20 janvier.

Le départ forcé de Schwartz viendra au milieu de l’inauguration présidentielle qu’il a passé des mois à préparer aux côtés de la police, du Service Secret des États-Unis et d’autres hauts responsables du District.

« Le timing est extrêmement inhabituel », a déclaré Schwartz dans une interview vendredi matin, confirmant un mémo annonçant son renvoi qui a été obtenu par The Washington Post. Au cours de l’inauguration, Schwartz commanderait non seulement les membres de la garde de l’armée mais aussi 5.000 autres militaires non armées envoyées de partout du pays pour les aider. Il superviserait également l’appui aérien militaire protégeant la capitale nationale pendant l’inauguration.

Lorsqu’on leur a demandé ce qu’ils pensaient être « en place » par cet ordre inhabituel, les responsables du Pentagone ont été très prudents et gardés dans leurs réponses, demandant d’abord une garantie d’anonymat, ce qui a été accepté.

« Il y a des rumeurs selon lesquelles le président Obama ne veut pas partir. Cet ordre (de renvoi de Schwartz) assure qu’aucun commandant favorable à un tel mauvais choix ne sera en place pour aider Obama si ce dernier tente quelque chose de stupide. Dans toute l’histoire des États-Unis, c’est la première fois qu’un président sortant veut de tenter de rester au pouvoir après l’expiration de son mandat. Il n’y a pas de méthode légale pour un président de faire une telle chose. Pas de décret, pas de déclaration d’urgence, pas même la loi martiale ne servirait à prolonger le mandat d’Obama, qui expire à 12h00, heure de l’est des États-Unis, le 20 janvier. »

À 12 h 01, Obama ne sera tout simplement pas « président » plus.

« Personne dans l’armée n’appuiera Obama, s’il tentait de rester, il serait pris sous les armes et mené la porte », a déclaré un officier du Pentagone.

Si Obama ne se prépare pas à quitter le bureau ovale, c’est bien qu’il s’attend à l’élimination de Trump !

[Note: Bien qu’il soit strictement interdit par la loi fédérale américaine de menacer la vie d’un président élu, et bien que nous ayons trouvé sur Twitter plus de 1.800 menaces américaines d’assassinat du président élu Trump, aucune personne n’a été inculpée aux États-Unis. Est-ce que quelqu’un sait pourquoi?]

Voir aussi :

Les États-Unis continuent le déploiement de leurs troupes en Allemagne

(Vidéos en fin d’article)

Selon Euronews :

La nouvelle ne devrait pas réjouir Moscou. Des centaines de tanks et de camions militaires américains ont été débarqués ce vendredi dans le port de Bremerhaven, situé dans le nord de l’Allemagne.

Ce matériel sera ensuite acheminé par train jusqu’en Pologne pour être utilisé lors d’un exercice militaire de grande ampleur. 4000 soldats américains seront eux aussi déployés dans le cadre de l’opération “Atlantic Resolve”.

Cette opération vise surtout à rassurer les alliés américains des pays d’Europe de l’Est après l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014.

L’opération Atlantic Resolve se poursuit depuis plusieurs années maintenant. Elle permet d’assurer nos alliés des pays d’Europe de l’Est de l’engagement continu des États-Unis à leurs côtés. C’est aussi un signe de l’engagement des États-Unis et de l’Otan en matière de dissuasion et de maintien de la paix en Europe“, a déclaré le général de division américaine Tim McGuire qui est le commandant adjoint des troupes américaines déployées en Europe.

D’autres pays comme l’Allemagne, le Canada et la Grande-Bretagne devraient eux aussi envoyer des bataillons d’un millier de soldats chacun, dans les Pays-Baltes.

Avec agences (Reuters, AP)

Version Mainstream

Dans cette vidéo, le journaliste parle de rassurer les pays d’Europe de l’est après l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014. Ce qu’il a oublié de préciser, c’est que cette annexion avait été faite suite à un référendum en Crimée, ce que l’occident est loin de faire au Moyen Orient entre autres en se permettant d’envahir des pays souverains.

Piratage Elections: Moscou aurait interféré dans 20 pays

Le renseignement américain assure que la Russie est très active dans les cyberattaques.

Vladimir Poutine au Kremlin à Moscou, le 31 décembre 2016.

La Russie a tenté d’influencer le résultat d’élections dans une «vingtaine» de pays, a déclaré mardi le directeur du renseignement national américain James Clapper. Il n’a toutefois pas mentionné de quels pays il s’agissait.

S’exprimant devant la Commission du renseignement du Sénat américain, M. Clapper a estimé que la Russie demeurait un opérateur très actif dans le cyberespace sur l’ensemble de la planète.

Pour lui, les Russes ont émis la conclusion que l’élection de Donald Trump leur serait favorable, car comme homme d’affaires «il serait plus facile de conclure un accord avec lui» qu’avec les dirigeants démocrates. Il a aussi estimé qu’il ne pouvait pas exclure que la Russie tente d’installer de la pédo-pornographie dans des ordinateurs américains.

Egalement interrogé par la commission sénatoriale, le directeur de la CIA, John Brennan, a indiqué avoir mis en garde son homologue russe en lui expliquant que la Russie «jouait avec le feu». Ce dernier a précisé qu’il informerait le président russe Vladimir Poutine de cette remarque tout en démentant le piratage russe. (ats/nxp)


Les U.S.A débarquent encore en Europe pour attaquer la Russie !

Les U.S.A débarquent encore en Europe pour attaquer la Russie !

De nouveau, depuis le déploiement des premiers soldats et chars, hélicoptères, avions de guerre, de l’OTAN en Europe centrale et à la frontière avec la Russie, du printemps et de l’été 2016 (suite à la conférence de l’OTAN à Varsovie), les Etats-Unis débarquent du matériel lourd de guerre dans le port allemand de Bremerhaven. Les premiers navires de guerre pour l’année 2017 déchargent de nouveau des tanks et des armes. L’Allemagne, pays non souverain depuis la Première Guerre mondiale et surtout depuis la Seconde Guerre mondiale, qui vient de s’autoriser de pouvoir déclarer légalement la guerre à un Etat souverain, assure, grâce à son gouvernement collaborateur (L’Allemagne est un pays occupé-le peuple allemand n’est pas souverain), la logistique et l’encadrement des troupes U.S sur l’Europe centrale. Au même moment le commandement militaire russe retire ses forces militaires maritimes et de terre de la Syrie pour consolider son front occidental.+

Un troisième bateau U.S arrive ce dimanche. Des containers, des voitures militaires, chars, sont entreposés, de nouveau, dans une zone de sécurité devant le port de Bremerhaven et attendent d’être transportés sur les pays baltes, sur la Pologne, donc en direction de la frontière russe. Dimanche 8 janvier 2017 un nouveau transporteur de guerre U.S doit décharger ses armes et ses soldats. Un front est donc ouvert et surtout renforcé contre la Russie des frontières entre l’Estonie et la Lettonie mais aussi à partir de la Pologne et de l’Ukraine contre la Russie. L’Allemagne, qui n’est plus l’Allemagne du peuple allemand, est l’organisateur de ce déploiement pour les Etats-Unis. Depuis la conférence de l’OTAN de l’été 2016, Berlin est devenue le chef militaire des opérations pour les pays baltes en ayant obtenu une base militaire en Lituanie, pays situé juste à côté de la Russie avec Kaliningrad qui reste aux yeux de Berlin Königsberg.

4000 U.S soldats. Une brigade de chars avec 4000 soldats va être déployée sur l’Europe de l’Est durant ce mois de janvier 2017. Les troupes armées des pays occupés par l’OTAN (Lituanie, Lettonie, Estonie, Pologne, Ukraine, Allemagne…) vont devoir effectuer des exercices avec les soldats américains. Depuis mai 2016 les troupes locales s’entraînent à la guerre en envisageant une invasion de l’armée russe. L’outil de propagande de l’OTAN laisse publier des articles dans les journaux locaux pour préparer mentalement la population à une guerre en déclarant que c’est la Russie qui menace leurs pays !

Berlin autorise l’Allemagne à mener une guerre d’agression ! Le premier janvier 2017 la loi allemande vient d’être changée pour, dans le silence des média officiels français, mener ouvertement dans sa politique, dans ses média, avec son armée, une guerre contre un autre Etat. Un novum quand on connaît le statut particulier de l’Allemagne depuis la Seconde Guerre mondiale surtout que l’Allemagne n’a jamais signé de traité de paix ! La loi § 80 StGB (du Code pénal) interdisant à l’Allemagne de mener une guerre a été retirée ce premier janvier 2017. Déjà durant les bombardements de la Serbie autorisés par l’ancien ministre des Affaires étrangères, Joschka Fischer, Grünen (écolos!), sans avoir obtenu le feu vert de l’ONU, Berlin avait mené la guerre contre un autre Etat souverain (La Serbie) pour le compte des U.S.A et de l’OTAN par l’emploi de fausses accusations ! Le premier décembre 2016 le Bundestag avait légiféré sur la suppression du § 80 StGB. Berlin, peut donc être utilisée, comme vecteur de déclaration de guerre contre la Russie pour l’OTAN. C’est aussi pour cette raison que la Bundeswehr a obtenu le commandement militaire des troupes de l’OTAN pour les pays baltes avec une base. Faut-il rappeler que la base de Ramstein est le centre militaire des drones qui sont pilotés en Irak, en Syrie par les Etats-Unis et donc aussi sur le front russe ?

Olivier Renault

Europe : Ça y est, nous sommes sauvés, l’armée américaine arrive

L’armée américaine et la Bundeswehr allemande envoient des milliers de soldats en Europe de l’Est

Aujourd’hui, passage à niveau à Bahnübergang. Gruenwalder Straße à Guben en Allemagne


Un déploiement massif de troupes américaines et de l’OTAN en Pologne et dans les pays baltes est en cours. Selon une déclaration du Centre de presse et d’information de la Bundeswehr (les forces armées allemandes) le 30 décembre : « dans le cadre de l’opération OTAN “Atlantic Resolve”, trois navires de transport américains sont attendus à Bremerhaven la première semaine de janvier ».

La déclaration a noté qu’au début de novembre : « les soldats de la 3e Brigade de la 4e Division d’infanterie américaine ont commencé à charger les navires avec des véhicules et des conteneurs ». Dans l’ensemble, « plus de 2500 pièces de cargaison (des camions, des véhicules de combat, remorques, et conteneurs) [ont été] initialement expédiées vers l’Allemagne, puis transportées vers la Pologne et d’autres pays d’Europe centrale et orientale ». Le matériel doit « arriver dans la période du 6 au 8 janvier par transport maritime à Bremerhaven et sera ensuite transporté vers la Pologne par rail et des convois militaires d’ici le 20 janvier ».

Plus tôt ce mois-ci, le quotidien allemand Kieler Nachrichten a qualifié l’accumulation des armes d’« opération la plus importante de redéploiement de l’armée américaine en Allemagne depuis 1990 ». Plus de 2000 chars, obusiers, jeeps et camions sont déployés dans le cadre des exercices de l’OTAN en Europe de l’Est qui vont continuer pendant neuf mois.

Selon les déclarations faites par les forces armées américaines en Europe, 4000 soldats supplémentaires et 2000 chars d’assaut vont « contribuer à et renforcer la défense et la dissuasion de l’alliance ». Le colonel Todd Bertulis, directeur adjoint de la logistique du Commandement américain en Europe (EUCOM) à Stuttgart, a déclaré que l’opération veillera à ce que « la puissance de combat nécessaire soit apportée au bon endroit en Europe au bon moment ».

Le lieutenant-général Frédéric « Ben » Hodges, commandant des forces américaines en Europe, a déclaré : « Trois ans après que les derniers chars américains aient quitté le continent, nous devons les y remettre ». Il a fait la déclaration lors d’une visite à l’école de logistique de la Bundeswehr à Garlstedt, en Basse-Saxe. Il a déclaré aux journalistes que ces mesures étaient une « réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie et à l’annexion illégale de la Crimée ».

La Russie se prépare à la guerre, a affirmé le général. Tous les ministères russes, a-t-il déclaré : « se prépareront en conséquence, mobilisez-vous, si vous voulez ». Il a continué : « Cela ne signifie pas nécessairement qu’il doit y avoir une guerre, rien de tout cela n’est inévitable, mais Moscou se prépare à cette possibilité ».

Cette présentation tourne la réalité à l’envers. Le déploiement de troupes de combat américaines fait partie des préparatifs de l’OTAN en vue de la guerre contre la Russie, culminant d’une expansion continue vers l’est de l’OTAN depuis la dissolution de l’Union soviétique il y a 25 ans.

En Ukraine, ce n’est pas la Russie qui est l’agresseur, mais les États-Unis et l’OTAN. Washington et Berlin, en étroite collaboration avec les forces fascistes, ont organisé un coup d’État contre le président pro-russe, Viktor Ianoukovitch, au début de 2014, en installant un régime nationaliste et férocement anti-russe à Kiev. Ce mouvement a déclenché une rébellion séparatiste par les régions russophones de l’est du pays, que Moscou a soutenu et que le gouvernement de Kiev, soutenu par les armes et l’argent des occidentaux, a cherché, sans succès, à supprimer violemment.

Les événements en Ukraine ont été saisis par les États-Unis, l’Union européenne et l’OTAN pour imposer des sanctions économiques et diplomatiques et étendre considérablement les forces militaires de l’OTAN le long de la frontière occidentale de la Russie.

Avant l’inauguration de Donald Trump, le président élu des États-Unis le 20 janvier qui a appelé à une réduction des tensions avec la Russie afin de concentrer plus directement l’agression américaine sur la Chine, les forces opposées au sein de l’establishment militaire-renseignements et politique des États-Unis cherchent à intensifier la confrontation avec Moscou.

Cette semaine, le sénateur républicain John McCain a visité les États baltes pour leur assurer le soutien continu des États-Unis. Dans une interview diffusée par la radio estonienne, McCain a appelé à un renforcement des forces de l’OTAN contre la Russie et a déclaré que chaque « membre crédible » du Congrès américain voyait le président russe, Vladimir Poutine, « pour ce qu’il est : un voyou et un tyran et un agent du KGB ».

Dans cette escalade dangereuse contre une Russie dotée d’armes nucléaires, qui fait courir le danger d’une troisième guerre mondiale, la Bundeswehr joue un rôle central. « Sans le soutien de l’armée [allemande], nous ne pouvons aller nulle part », a déclaré le lieutenant général Hodges lors d’une comparution devant le Service commun de soutien de la Bundeswehr.

Le lieutenant-général Peter Bohrer, chef adjoint du Service interarmées de soutien, marquait son accord : « Dans le passé », a-t-il dit, « l’Allemagne était un État de première ligne. Aujourd’hui, nous sommes une zone de transit, et l’une de nos tâches principales est d’entreprendre un soutien commun […] Nous sommes ouverts à l’exécution de ces tâches avec nos partenaires américains ».

Après être arrivés en Allemagne, les soldats américains et leurs équipements lourds seront déplacés de Bremerhaven par le rail à travers le nord de l’Allemagne jusqu’à l’Europe de l’Est. Le bureau de presse de la Bundeswehr a annoncé : « Quelque 900 wagons avec du matériel militaire seront transportés en train de Bremerhaven vers la Pologne. Il y a également environ 600 pièces de fret qui seront transportées par train en Pologne à partir du terrain d’entraînement militaire à Bergen-Hohne. Près de 40 véhicules circuleront directement de Bremerhaven vers la Pologne ».

L’Allemagne, qui a écrasé l’Europe de l’Est dans sa guerre d’extermination il y a 75 ans, se prépare à envoyer des troupes de combat dans les pays baltes. En janvier, 26 chars, 100 autres véhicules et 120 conteneurs seront transportés en train vers la Lituanie.

Lors d’un entretien accordé au journal militaire allemand « Bundeswehr aktuell », le général Volker Wieker a confirmé que l’Allemagne s’était entendue avec les États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni lors du sommet de l’OTAN à Varsovie « pour que chacun prenne la tête d’un groupement tactique ». L’Allemagne enverra son 122e Bataillon d’infanterie. Il a ajouté que d’autres envois suivraient, « afin que nous atteignions une capacité dite opérationnelle complète d’ici le milieu de l’année ».

Ce que l’on entend par « pleine capacité opérationnelle » a été souligné par un exercice public de la Bundeswehr à Grafenwöhr, où le bataillon allemand s’est préparé au déploiement. Selon un rapport vidéo du Frankfurter Allgemeine Zeitung, les manœuvres impliquaient « une attaque ennemie sur la frontière russo-lituanienne ».

Le futur commandant du groupement tactique de l’OTAN en Lituanie, le lieutenant-colonel Christoph Huber, a expliqué le « but tactique » des manœuvres comme suit : « Les camarades de la Deuxième Compagnie ont mené avec succès la bataille ici […] gagnant du temps pour leurs camarades et ainsi détruisant les forces ennemies. C’est une formation de combat de haute intensité ».

(Article paru d’abord en anglais le 31 décembre 2016)

Géopolitique : Une troisième Guerre Mondiale plus qu’inévitable

Vu la situation économique mondiale qui se trouve être au plus mal, plus mal même qu’avant le crash de 1929, vu que les complots étasuniens et européens sont désormais affichés au grand jour, vu que les sponsors à l’armement des rebels d’Alep sont aujourd’hui démasqués et que pris de panique, ils courent dans tous les sens tels des poules à qui l’on vient de couper la tête, la machine s’emballe et un retour en arrière n’est plus possible.

La dette mondiale atteint des sommets jamais égalés et à force de faire imprimer de la fausse monnaie, c’est à dire faire tourner la planche à billets sans aucune contre partie, bientôt que ce soit l’Euro, le Dollar ou le Yen, ces devises n’auront plus la valeur que du papier.

Si l’on ajoute à cela ce qui se déroule en Inde actuellement avec un braquage sans précédent du peuple en lui confisquant or et argent afin d’éviter ou de limiter en tous cas une forte dévaluation des devises occidentales on sent bien au niveau économique que le système est à bout de souffle et que tous les moyens sont permis pour la globalisation d’un racket des plus pauvres.

Sur le plan Géopolitique et afin de cacher ses maladresses, l’occident censure dans un premier temps la presse Russe et abreuve le pauvre peuple que nous sommes de « Fake News » dont la dernière remonte à il y a deux jours avec cette information :

«Des hackers russes ont piraté un fournisseur d’électricité américain».

L’assassinat de l’ambassadeur de Russie à Ankara (Turquie) et pour terminer, l’expulsion de diplomates russes et la fermeture de deux centres culturels russes aux États Unis, les dés semblent bipés.

Comment voit-on la suite du déroulement des évènements ?

L’administration Obama va utiliser des Hackers pour justifier une attaque militaire contre la Russie (voir en fin d’article la vidéo sur la résolution 758), cela a d’ailleurs commencé avec cette affaire d’infiltration de hackers lors des élections US de novembre dernier et ensuite le soit disant hacking du réseau électrique américain par des hackers russes comme mentionné ci-dessus.

Obama déclarait il y a quelques temps qu’une attaque informatique des USA par la Russie serait considérée avec la même sévérité qu’une attaque militaire. Avisés à présent des magouilles et False Flag de l’OTAN et de ses alliés tout porte à croire qu’un énorme False Flag va être organisé sur le territoire Américain rendant ainsi l’investiture de Donald Trump impossible et permettant une prolongation artificielle de Barack Obama.

Comment se déroulera la guerre ?

S’agissant d’une attaque nucléaire, cela ne durera que l’espace de trois heures avec une Amérique du nord complètement anéantie alors que l’Europe subira une très importante destruction. Toutes les infrastructures seront complètement ou partiellement détruites. Cela n’est qu’un scénario évidemment mais certainement très proche de la réalité si une telle chose devait arriver.

Quels seraient les intérêts des puissants de tout détruire ?

Une régulation du monde menant à ce que certains appellent « le nouvel ordre mondial »  que Nicolas Sarkozy annonçait comme inévitable qu’on le veuille ou non alors qu’il était en place.

Il y aurait aussi des morts chez les dirigeants pourquoi prendre un tel risque ?

Rien n’est dû au hasard et des bases de retranchement ont été mises en place comme c’est le cas aux États-Unis avec par exemple 5 Walmarts (Monstres de la consommation) qui avaient été fermés simultanément pour de soit disant  problèmes de plomberie puis barricadés ou surveillés encore mieux que des forteresses, que la police et l’armée américaine protégeait par voie terrestre et aérienne.

Un autre Walmart fermé depuis plus de deux ans et qui est cette fois-ci est complètement barricadé accessible par une grande porte qui est constament sous haute surveillance.

Walmarts : Un réseau de plus de 4’500 km de tunnels et villes souterraines relient entre eux 5 walmarts mystérieusement fermés.

Résolution 758 votée en toute hâte par le congrès américain donnant l’autorisation au président Américain et au commandant des armées de déclarer la guerre à la Russie.

Tout ceci n’est qu’hypothèse et peut-être complotiste me direz-vous mais combien aujourd’hui de ces théories du complot ce sont avérées être justifiées avec le temps ?

La 3 ème guerre mondiale n’est quand à elle pas une théorie du complot car il suffit d’ouvrir un peut les yeux pour se rendre compte comme une évidence que nous sommes en plein dedans.

Stéphane Guibert / Finalscape / Thom Aldrin

Les USA expulsent 35 diplomates russes et ferment deux missions diplomatiques

35 diplomates russes devront quitter le territoire américain d’ici 72 heures suite à une décision des autorités du pays.Les Etats-Unis ont décidé d’expulser 35 diplomates russes de Washington et de San Francisco, a annoncé jeudi l’agence Reuters citant un représentant de l’administration américaine.

Les diplomates ont 72 heures pour quitter le pays. Le président américain Barack Obama a qualifié les diplomates expulsés d’agents secrets. Les autorités américaines ferment en outre les missions diplomatiques russes dans le Maryland et à New York qui, selon elles, auraient servi à mener des activités de renseignement, toujours selon la même source. Les diplomates se verront interdire l’accès des représentations diplomatiques en question le 30 décembre à midi. Plusieurs des 17 services de renseignement américains avaient antérieurement affirmé que des hackers russes avaient attaqué les sites d’organisations politiques américaines pendant la campagne présidentielle aux États-Unis pour aider le milliardaire Donald Trump à remporter l’élection. Le directeur du FBI James Comey n’a pas soutenu ces accusations.