Palestine : Un Palestinien de 12 ans raconte la détention et les mauvais traitements infligés par des soldats israéliens (Vidéo)

Abdullah Dwaik, 12 ans, était en route vers la maison de ses grands-parents à Hébron au début de l’année, lorsqu’il est tombé sur une scène chaotique de soldats israéliens arrêtant d’autres enfants qui ont fini avec Dwaik, yeux bandés et menottés sur une base de l’armée israélienne.

« J’ai continué à marcher, mais ensuite j’ai vu des soldats devant moi et derrière moi, puis un groupe de soldats est sorti de leurs jeeps », a déclaré Dwaik dans une interview de Christian Peacemakers Team (CPT), une collection d’internationaux. qui se portent volontaires pour surveiller les violations des droits de l’homme en Cisjordanie.

Dans un enregistrement de l’interview, la vidéo coupe entre Dwaik racontant les événements du 13 octobre 2017 et des photos de soldats détenant à la hâte les mineurs. Au début, les enfants sont rassemblés dans les rues non pavées d’Hébron. Les soldats les amènent à un poste de contrôle voisin. Le CPT a identifié le poste comme : point de contrôle 56, une traversée de l’armée israélienne qui divise Hébron en deux où une partie est placée sous le contrôle sécuritaire du gouvernement palestinien et une partie est sous la juridiction de l’armée israélienne.

Des images plus récentes montrent des soldats qui enferment rapidement les mineurs à l’intérieur d’une cage métallique située au poste de contrôle.

Une foule se rassemble et la prise suivante montre une trentaine de soldats, des journalistes et des passants palestiniens se trouvent dans la zone. La scène est assez calme pour que les soldats ne semblent pas faire attention aux spectateurs et aux journalistes.

Dans un rapport d’incident quotidien compilé par le gouvernement palestinien, l’événement a été enregistré alors que « les forces israéliennes avaient attaqué la ville d’Hébron », sans noter que des enfants avaient été arrêtés.

Les détails exacts de ce qui s’est passé lorsque Dwaik a été détenu ne sont pas expliqués. Sa narration est épissée entre les tirs des enfants palestiniens dans et autour de la cage: « Les soldats nous ont traînés au poste de contrôle puis à la base militaire. Ils nous ont battus et ensuite ils nous ont menottés et nous ont bandé les yeux « , a déclaré Dwaik.

Ensuite, il explique que lui et les autres ont été détenus pendant trois heures dans une base de l’armée à Hébron avant d’être libérés:

 « Tous sont entrés, presque dix soldats. Les soldats ont frappé les 18 d’entre nous. Ils nous ont frappés fort et ont frappé certains des autres garçons et d’autres ont été touchés dans les yeux. Certains des garçons ne pouvaient pas voir ou marcher. Ils ont frappé un garçon de dix ans et l’ont jeté par terre et ils lui ont dit que s’ils le revoyaient, il serait arrêté. Ils nous ont menacés et ont dit qu’ils nous arrêteraient à nouveau et qu’ils démoliraient notre maison. Ils m’ont pris et m’ont interrogé et m’ont demandé de donner les noms d’autres garçons. J’ai dit que je ne sais pas et ils ont commencé à me menacer. Et m’a dit de leur dire que je pourrais être relâché sans danger ou qu’ils arrêteraient mon père. J’avais peur et j’aurais aimé que ma famille soit avec moi. Ofer, le colon, a été autorisé à être à l’intérieur avec nous et nous a regardé. « 

Palestine : Des centaines d’enfants palestiniens maltraités, Israël continue de maltraiter et de torturer les enfants palestiniens.

Il n’est pas une journée sans que des hommes, des femmes ou des enfants palestiniens soient torturés dans les centres d’interrogatoire et les prisons d’Israel, mais aussi dans leur vie quotidienne.

Les rapports d’associations, y compris israéliennes, de juristes internationaux, d’ONG comme l’UNICEF ou l’ACAT, se suivent et se ressemblent sur leur caractère systématique et sur leur variété : coups, privation de sommeil, de WC, de douches, de vêtements propres, positions douloureuses, viols et menaces de viol, séances d’interrogatoire qui peuvent durer jusqu’à 75 jours pour les Palestiniens (règles qui n’existent pas pour les juifs arrêtés ou détenus), confinement solitaire pendant des semaines, des mois, voire des années, cellules insalubres, glaciales ou étouffantes, fouilles à nu la nuit, non traitement des malades, privation de visites, et d’études, … mais aussi démolitions des maisons familiales, arrestations avec des chiens d’attaque, non restitution des corps des victimes palestiniennes. L’imagination de l’occupant israélien est fertile quand il s’agit de torturer toute une population.

Témoignage de Alaa, 14 ans, arrêté le 21 novembre 2015

« Soudainement, les soldats m’ont attrapé vers la porte de ma maison. Ils m’ont ensuite emmené au bureau d’interrogatoire à Etzion. Pendant l’interrogatoire, ils m’ont accusé de jet de pierres, j’ai tout nié.  L’interrogateur m’a dit : On va déchirer tous tes livres et on va t’empêcher de lire. Je lui ai répondu que non et que je voulais lire, puis, il a commencé à m’insulter et à me frapper.

Le lendemain de mon arrivée à Ofer, ils m’ont amené devant un juge. Ils nous réveillaient à 5 heures du matin pour aller au tribunal et ils nous ramenaient à la prison vers 11 heures.

Quatre soldats qui m’ont arrêté ont dit à l’enquêteur qu’ils m’avaient vu jeter des pierres. Ensuite, à la cour militaire d’Ofer, j’ai eu 7 audiences. C’est au bout de la septième audience que j’ai demandé une négociation de ma peine. J’étais fatigué de faire des aller-retour entre la prison et le tribunal. J’ai demandé à l’avocat de négocier la peine car quatre soldats m’accusaient. L’avocat a essayé d’ajourner le procès pour pouvoir négocier la peine. Ils voulaient me donner 8 mois mais je n’ai eu finalement que 2 mois de prison.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Témoignages de deux mineurs palestiniens violentés lors de leur arrestation.

Plateforme Palestine La case Prison (Bande annonce)

Plateforme Palestine La case Prison (Documentaire)

« Palestine : la case prison » est un documentaire de Franck Salomé sur la situation des prisonniers politiques et d’opinion palestiniens au regard du droit international.
A travers des interviews d’anciens détenus et de leurs familles, ainsi que de juristes palestiniens, israéliens et internationaux et d’anciens soldats israéliens, le documentaire montre l’utilisation systématique par l’armée israélienne de la prison comme arme de répression contre la lutte des Palestiniens pour leurs droits et pour la création d’un Etat palestinien viable et indépendant. Les Palestiniens emprisonnés le sont pour des motifs politiques.

Palestine : Naplouse- incursion militaire nocturne

18 octobre 2017

Les soldats de l’occupation sioniste ont envahis cette nuit le centre ville de Naplouse, provoquant des affrontements avec les Palestiniens.

Ils ont tiré de 2h à 5h30 du matin des bombes assourdissantes des rubber bulet et des grenades de gaz. Des snipers étaient également présents.

Une incursion avait lieu au même moment au camps de réfugiés de Dheisheh à Bethleem.
Conséquences, un jeune asphyxié par le gaz, 23 Palestiniens arrêtés dans toute la west bank et la fermeture des quartiers généraux de « Transmedia et de Pal Media » à Naplouse, Ramallah, Bethléem et Hébron à l’aube, après avoir confisqué leur équipement.

L’ordre de fermeture est de 6 mois !

Vidéo : Images de Dounia, correspondante permanente

October 18th. 2017

Soldiers of the Zionist occupation invaded the center of Nablus this night, causing clashes with the Palestinians.

They fired sound bombs, rubber bulet and gas grenades from 2am to 5.30am, and snipers were also present.
An incursion took place at the same time at the Dheisheh refugee camp in Bethlehem.

As a result, a Palestinian youth from Nablus intoxicated, 23 Palestinians arrested in all west bank and the official closure of « Transmedia and Pal Media » in Nablus, Ramallah, Bethlehem and Hebron at dawn after confiscating their equipment . The closing order is 6 months!

Camera : Dounia, permanent correspondent

Vidéo du jour : Solidarité Palestine

Le drapeau de la Palestine, le 15  octobre 2017, au sommet du monadh coin (Mt Keen), glenesk, aberdeenshire, Écosse
Altitude : 939 m / 3,081 pi.

Science et vie : La réponse d’enfants Palestiniens quand on leur demande le nom de la capitale d’Israël

(Source de l’image)

Les enfants Palestiniens sont très intelligents et très lucides. Ils savent exactement ce qui leur arrive, connaissent leur histoire et l’histoire du colonisateur israélien.

Palestine : Vidéo de la manifestation hebdomadaire dans le village de Kafr Qaddoum

Suivie par le média Indépendant Lies Breaker, Dounia participe chaque vendredi aux manifestations pacifistes qui sont organisées contre l’occupation illégale de la Palestine.

Cette semaine, dans le village de Kafr Qaddoum, jour de l’Eid.

« Ma vidéo de la manifestation hebdomadaire dans le village de Kafr Qaddoum, ce Vendredi 01/09/17 (jour de l’Eid) où les soldats ont réprimé en descendant jusqu’en bas du village, en s’en prenant aux civils qui ne manifestaient pas, les gardant en otage le temps de reculer et en tirant dans le jardin d’une maison où un enfant de 14ans à été blessé au ventre par rubber bullet.« 

Visitez la page consacrée à Dounia sur Finalscape

Palestine : Ce que l’on ne vous dit pas dans les médias ou qui passe comme de simples faits divers

Une petite palestinienne âgée de 8 ans a été fauchée par un colon. Cette petite fille n’a pas survécu à ses blessures.

27 août 2017, vers midi sur la Route 90 prêt de Naplouse au niveau du checkpoint de hamra dans le village de Beit Dajan, une petite palestinienne âgée de 8 ans a été fauchée par un colon. Cette petite fille n’a pas survécu à ses blessures.

Elle s’appelait Asil Tariq Abu Oun, originaire du village de Jaba (district de Jenin).

Le 10 aout, un colonel israélien avait renversé délibérément 4 enfants à Silwan occupé, Hamza Tayser Abu Sbeih, âgée de 6 ans, Yousif Mazin Raman 9 ans, Amir Tayser Abu Sbeih 9 ans et Anas Himoni 11 ans étaient victimes de blessures importantes et les militaires n’avaient rien fait pour porter secours aux enfants.

Omar Ahmad Issa, un Palestinien de 37 ans, a été tué de la même façon, dans la ville d’al-Khader, à 5 kilomètres à l’ouest de Bethléem, ce 7 juillet, près d’un point de contrôle menant à Jérusalem-Est occupée al- Quds.

Et pour rappel :

Décès de la jeune Nawaf  suite à la fusillade survenue le 1er. juin 2017 dans le village de Ya’Bad. Criblée d’une douzaine de balles tirées par des colons israéliens, la jeune fille a succombé à ses blessures.

Noof, jeune Palestinienne de 14 ans, assassiné par les forces de l’occupation sioniste le 01/06/17. Paix à son âme.

>>>Voir l’article<<<

>>>N’hésitez pas à vous rendre sur la page qui est consacrée à Dounia<<<

VÉHICULES UTILISÉES COMME ARME PAR DES COLONS TERRORISTES EN ISRAEL C’EST PRESQUE QUOTIDIEN :

« L’arme low-cost dde prédiliction récemmemnt adoptée par les terroristes en Europe semble être le véhicule à moteur.
Il est terriblement facile de susciter la panique et le chaos avec une masse mécanique d’acier qui se déplace à grande vitesse et heurte une foule.
La même arme a également été déployée récemment aux États-Unis. Mais où est-ce que ça se produit assez fréquemment mais n’est jamais rapporté dans les médias américains et occidentaux ????
En Israël bien sûr. Encore cette semaine, une gamine de 8 ans a été tuée par un colon en Cisjordanie. Et ce qui est pire, il n’y a JAMAIS une enquête ou une arrestation ou une poursuite pour le coup Des meurtres de palestiniens commis par des colons en Israël. Ces actes sont carrément négligés voire tolérés par le gouvernement israélien « .
*************************************************************************
CARS USED AS WEAPONS IN ISRAEL ON REGULAR BASIS
From Martin Love:

« The random weapon of choice among terrorists in Europe of late seems to be a vehicle. That’s awfully easily to create mayhem with, a hunk of steel moving at speed through a crowd. The same tool has been deployed in the US, too. But where does this happen rather frequently and goes unreported in the US media? In Israel. Just this week a 7 year old girl was killed by a settler in the West Bank. And what’s worse, there is NEVER an investigation or arrest or prosecution for cold blooded murders of Palestinians by settlers in Israel. Such acts are virtually condoned by the Israel government. »

Pour rappel : Un enfant Palestinien de 13 ans grièvement blessé par balles par la police de l’occupation Israélienne à Jérusalem.

Afin de ne pas oublier ceux qui dans l’ombre souffrent le martyre. C’était en octobre 2015.

Un enfant Palestinien de 13 ans est grièvement blessé par balles par la police de l’occupation Israélienne à Jérusalem, il a finalement succombé à ses blessures.

La vidéo est filmée par un colon qui insulte l’enfant en langue arabe lui souhaitant la mort.

A la décharge de la police israélienne, cet enfant aurait tenté d’en poignarder un autre ce qui expliquerait pourquoi on lui a tiré dessus.

Cette information doit être néanmoins vérifiée. Ce qui reste inacceptable c’est cette souffrance permanente et ces innombrables victimes, hommes, femmes et enfants dont le bilan ne cesse de s’alourdir jour après jour.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

État de notre monde : Palestine, Corne d’Afrique, Syrie, quand les enfants payent le lourd tribut de la folie humaine !

Ces images pour nous souvenir que le déni est plus violent que la plus violente des violences.

Les mots n’ont plus de sens face aux horreurs de notre monde !

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Palestine : Arrestation d’un jeune palestinien de 6 ans alors qu’il était chez-lui en train de prendre un bain.

Palestine faits divers :

Mohammed ABASSI, 6 ans, originaire de la ville de Silwan (quartier de Jérusalem EST), à été arrêté aujourd’hui par les forces de l’occupation sioniste, alors qu’il se baignait chez lui.
Ils l’ont kidnappé en lui interdisant de prendre vêtements et chaussures.