Après les Etats-Unis, Israël se retire de l’Unesco

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Image: Keystone

Paris : L’Organisation  des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture a perdu deux membres en une journée.

Israël a annoncé jeudi se retirer de l’Unesco comme les Etats-Unis à cause du parti pris anti-israélien, selon lui, de l’organisation onusienne devenue un «théâtre de l’absurde».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu «a donné pour instruction au ministère des Affaires étrangères de préparer le retrait d’Israël de l’organisation, parallèlement aux Etats-Unis», a dit son bureau dans un communiqué. «L’Unesco est devenue le théâtre de l’absurde où l’on déforme l’histoire au lieu de la préserver», a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis, principal allié d’Israël, avaient annoncé auparavant leur retrait de l’Unesco, l’accusant d’être «anti-israélienne».L’ambassadeur d’Israël auprès des Nations unies, Danny Danon, avait salué la décision américaine comme le début d’une «nouvelle ère».

«Nous entrons dans une nouvelle ère aux Nations unies: celle où, quand on pratique la discrimination contre Israël, il faut en payer le prix», avait-il dit dans un communiqué fustigeant «les résolutions absurdes et honteuses adoptées par cette organisation contre Israël».

Jérusalem au coeur du conflit

Israël s’est emporté à maintes reprises contre des prises de position de l’Unesco. L’Unesco a provoqué la fureur israélienne en juillet en inscrivant la Vieille ville d’Hébron sur la liste du patrimoine mondial en danger et en caractérisant Hébron, en Cisjordanie occupée, comme ville islamique, alors que les juifs, dont quelques centaines y vivent aujourd’hui retranchés au milieu de 200’000 Palestiniens, revendiquent une présence de 4000 ans à Hébron.

Le gouvernement israélien s’est également indigné en voyant l’Unesco occulter, selon lui, le lien historique entre les juifs et Jérusalem. Jérusalem est au coeur du conflit israélo-palestinien. Israël en a annexé la partie orientale et palestinienne après la guerre des Six Jours et proclame tout Jérusalem sa capitale «indivisible».

Les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l’Etat auquel ils aspirent. Les sites les plus sacrés du judaïsme, le mur des Lamentations et le mont du Temple (l’esplanade des Mosquées, également troisième lieu saint de l’islam), se trouvent à Jérusalem-Est. (ats/nxp)

Politique : Macron révèle que l’Europe doit s’unire afin, entre autres, de luter contre des catastrophes de moins en moins naturelles.

Emmanuel Macron veut renforcer l’Europe dans la défense, l’asile et l’innovation.

Dans un discours à la Sorbonne, appelant à une «refondation» de l’UE, le président français plaide pour une force commune, ainsi qu’une régulation fiscale des géants d’Internet.

Emmanuel Macron :

«Face à l’internationale du terrorisme, l’Europe de la sécurité doit être notre bouclier», a-t-il insisté. Dans un registre proche, l’Europe doit aussi, selon Emmanuel Macron, mettre en place une «force européenne de protection civile qui mettra en commun nos moyens de secours et d’intervention qui permettra ainsi de répondre aux catastrophes de moins en moins naturelles».

Extrait du discours d’Emmanuel Macron :

Vidéo complète :

France : Sous Macron, le pays sera gouverné comme une mission de management

Flyer créé sous Hollande (G.S Finalscape)

Une grande confusion règne dans l’esprit des béats bêtas macronisés. Appelons-les « BBM »

Jusque dans les plus hautes sphères de l’État; les uns et les autres s’imaginent en effet que la France est une entreprise. Il faudrait être naïf pour être surpris d’une telle dérive.

Comment un banquier entouré d’anciens cadres d’entreprises pourrait considérer sa mission autrement que comme une mission de management ? Il aurait fallu pour cela qu’il dispose d’une intelligence développée ce qui n’est pas exigé par l’entreprise. N’ayant donc aucune compréhension de ce qui lui échappe, cette équipe managériale ramène toutes les questions politiques à ce qu’elle connait et transforme fort logiquement la république en société anonyme.

Le président directeur général est chargé de produire de la valeur pour les actionnaires; entendez les banques et les entreprises du CAC 40 entre autres. Un comité de direction, anciennement appelé conseil des ministres dont les membres sont pour la plupart sont issus des affaires, sont chargés d’imaginer la stratégie et de contrôler son exécution. Le management intermédiaire, entendez les députés (La République En Marche), ont pour mission de mettre en œuvre la stratégie en élaborant les règlements et processus adéquats.

Les BBM, collaborateurs zélés, soutiennent la stratégie avec un aveuglement militant qui n’a d’égal que leur surdité. Ce sont les seconds couteaux des actionnaires. On a vu tout récemment comment un « collaborateur » fut pressé de démissionner pour avoir fait preuve d’une audace toute militaire d’interroger la stratégie actionnariale. On assiste à la mainmise sauvage du management dans les services publics et notamment dans les hôpitaux ou désormais, on soigne les coûts.

L’impératif actionnarial s’applique à la France comme elle s’applique aux grandes entreprises : Une rentabilité du capital de 15% soit 5 fois la croissance mondiale. A cet effet, les actionnaires demandent au président de mener une politique austéritaire permettant en diminuant les dépenses publiques drastiquement, de redistribuer la richesse au capital et qu’importe le modèle social français. Le peuple n’a aucune existence dans une entreprise.

Que sont alors les citoyens dans l’entreprise France ?

Le 29 juin 2017, au détour d’un discours, Emmanuel Macron dit ceci :

« Une gare, c’est un lieu ou l’on croise des gens qui réussissent, et des gens qui ne sont rien. »

Soit ils sont des humains non nécessaires, des humains superflus; soit ils sont une variable d’ajustement.

Quant aux BBM, ils possèdent tous un marteau; ne nous étonnons pas que pour eux, tous les problèmes soient des clous.

L’entreprise France succède dorénavant à la république démocratique, un régime politique sans peuple. Combien de temps un tel régime pourra-t-il ignorer le peuple ?

Désintox : Terroristes – rétablir la vérité sur une phrase sortie de son contexte…

Cesla Amarelle « Il est insoutenable de laisser entendre que je soutiens des terroristes. « 

Publié hier sur ce site l’article : « La sécurité des terroristes plus importante que celle des Suisses? » a et comme je l’avais prévu suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux.

Cette phrase « Si la personne est en danger de mort dans son pays, nous n’avons pas le droit de la renvoyer. Même si c’est un terroriste » avait été sortie de son contexte.

Il m’aura fallu quelques secondes pour trouver ce que je vous propose de lire et c’est une fois de plus pour moi l’occasion de vous rappeler qu’il ne faut pas prendre comme pain béni tout ce que les médias vous disent.

Beaucoup d’entre eux sont rattachés à des partis politiques qui eux même dépendent de financiers peu scrupuleux ce qui fait que l’information peut être tronquée, arrangée, voir même complètement fausse (Fake) surtout en période électorale.

Que toutes celles et ceux qui ont réagi à l’article posté sur ces pages hier prennent la peine de lire ce qui suit.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Depuis plusieurs années, l’extrême droite me reproche une phrase clairement tronquée et citée dans un article paru dans le Matin au sujet de l’expulsion d’une personne soupçonnée de terrorisme. Quand j’ai prononcé cette phrase qui reflète la simple réalité du droit en vigueur, je ne pensais pas déclencher chez certains des réactions aussi vives. Cela étant, j’estime que le rôle d’une femme ou d’un homme politique n’est pas de faire dans l’angélisme ou de dire seulement ce qui plaît. J’entends ici préciser quel était mon propos au sujet de ce que l’on me reproche et expliquer ma position sur le sujet.

Sur le fond, cette phrase est totalement sortie de son contexte. J’avais été sollicitée par un journaliste en tant que professeure de droit constitutionnel pour lui expliquer le principe de non-refoulement inscrit tant dans la Constitution (art. 25) que dans la Convention européenne des droits de l’homme (art. 3). Je ne faisais que citer des arrêts du Tribunal fédéral et de la Cour européenne des droits de l’homme (entre autres : CEDH, Nassim Saadi c. Italie, Requête n° 37201/06, 28 février 2008 ; CEDH, Ben Khemais c. Italie, Requête n° 246/07, 24 février 2009).

Il est insoutenable de laisser entendre que je soutiens des terroristes. L’amalgame entre terroristes et réfugiés est aussi inacceptable puisque ces derniers fuient justement l’Organisation de l’Etat islamique. Les terroristes doivent être poursuivis, pourchassés, lourdement condamnés et punis pour leurs actes innommables. Ensuite, il faudrait également qu’ils soient expulsés quand cela est possible.

Il faut être clair : est-ce qu’on veut la loi du talion ou le respect du droit ? Moi je défends le respect du droit. Du point de vue de la sécurité et tant qu’il n’y a pas de meilleure solution internationale, je préfère qu’un terroriste fasse de la prison ici en Suisse, plutôt qu’il ne retourne dans sa cellule terroriste pour fomenter des attentats.

Retrouvez ci-dessous l’article paru dans le 20 décembre 2015 dans Le Matin Dimanche et mes réponses à ce sujet :

ntégralité du texte de cet article : 

Mmes Despot et Amaudruz prétendent que vous voulez accueillir tous les terroristes, c’est vrai?

C’est stupide et grossier. Cette phrase, publiée il y a un an, est sortie de son contexte. J’avais été sollicitée par un journaliste en tant que professeure de droit constitutionnel pour lui expliquer le principe de non-refoulement inscrit tant dans la Constitution que dans la Convention européenne des droits de l’homme. Je ne faisais que citer des arrêts du Tribunal fédéral et de la Cour européenne des droits de l’homme.

Il est insoutenable de laisser entendre que je soutiens des terroristes. L’amalgame entre terroristes et réfugiés est aussi inacceptable puisque ces derniers fuient justement l’Organisation de l’Etat islamique. Les terroristes doivent être poursuivis, pourchassés, lourdement condamnés et punis pour leurs actes innommables. Ensuite, il faudrait également qu’ils soient expulsés quand cela est possible.

N’y a-t-il pas des crimes, comme un acte de terrorisme, qui nécessite qu’on passe par-dessus le principe de non-refoulement ?

Non. L’article 25 de la Constitution fédérale dit que nul ne peut être refoulé sur le territoire d’un Etat dans lequel il risque la torture ou la mort. C’est un principe intangible qui existe dans toutes les démocraties. Remettre en cause ce principe, c’est admettre qu’on puisse utiliser la force de l’Etat pour tuer, ce qui n’est pas acceptable. L’Etat peut condamner et sanctionner lourdement, enfermer une personne à perpétuité, mais il ne peut pas toucher au droit à la vie. C’est le peuple qui l’a voulu: on pose des limites à l’Etat pour protéger les individus de ses dérives potentielles.

Il y a ce que dit la loi, mais vous, à titre personnel, n’avez-vous pas envie de renvoyer un terroriste quelles que soit les conséquences ?

En tant que démocrate, je défends la Constitution et ses valeurs. La Suisse peut déjà aujourd’hui expulser les terroristes et criminels étrangers. La limite essentielle est celle que je viens de vous donner. Dans les faits, la plupart des terroristes qui ont été arrêtés ne sont pas étrangers. La Suède vient pour la première fois de condamner deux Suédois à la réclusion à perpétuité pour actes terroristes commis en Syrie. C’est cela qu’il faut faire.

N’êtes-vous pas dans l’angélisme de gauche ?

Je suis parfaitement consciente de la menace que représente le djihadisme et de la nécessité de prendre des mesures pour y faire face. J’ai plaidé au Parlement pour que le groupe d’action de la Confédération de lutte contre le terrorisme djihadiste puisse intensifier son travail. Et j’ai été la première à demander un contrôle systématique par le Service de renseignements des demandeurs d’asile lorsqu’ils proviennent de certains pays.

Contrairement à l’UDC, je considère qu’il est contreproductif de faire de la surenchère sécuritaire par médias interposés. Ce parti prétend agir alors qu’il n’apporte aucune solution réelle. Nous devons mettre à profit tous les instruments existants, dont la loi. Le Code pénal permet de condamner à la réclusion à vie une personne qui commet des délits très graves, y compris à l’étranger. Certains actes préparatoires et la simple appartenance à une organisation criminelle sont punissables. Par ailleurs, la loi sur la nationalité prévoit que le Secrétariat d’Etat aux migrations peut retirer le passeport suisse à une personne si sa conduite porte atteinte aux intérêts ou au renom de notre pays.

La récupération politique d’une vieille citation, ça fait quoi ? C’est de bonne guerre ?

Mmes Despot et Amaudruz emploient ici des méthodes utilisées par l’extrême droite dans les années 1930, la période la plus sombre du siècle pour la démocratie et la dignité humaine en Europe. Elles utilisent un constat juridique que j’ai exprimé de bonne foi et le déforment pour me faire dire n’importe quoi. Obsessionnellement, depuis plusieurs mois. A cause de leur supercherie, j’ai reçu des insultes et des menaces qui dépassent toutes les limites. Alors qu’elles connaissent parfaitement le fin mot de l’histoire parce que je l’ai déjà à maintes fois expliqué, même lorsque Mme Amaudruz m’a interpellée au Parlement, elles continuent à allumer et à propager la haine. Rien qu’en vous répondant aujourd’hui, je risque de déclencher de nouvelles réactions virulentes. Il faut se demander pourquoi certains élus cherchent à déclencher ce climat d’extrémisme et de violence. En démocratie, tous les coups doivent-ils être permis?

Avouez que c’était malgré tout maladroit d’avoir pris l’exemple des terroristes…

Le jeune dont il était question était soupçonné de terrorisme, c’était légitime de citer des arrêts qui concernent ce type d’acte. Il ne faut pas être naïf. Gilles Keppel, le grand spécialiste français de l’Islam, est soumis au même traitement par Marine Le Pen. La stratégie de l’extrême droite est élaborée de longue date: on déforme une phrase en l’irriguant sur les réseaux sociaux pour provoquer une polémique et faire réagir. Puis, on la relance tout azimuts au moment où les gens sont à bout de nerfs après des attentats. C’est vrai que j’aurais pu me contenter d’une réponse vague. Mais si une élue du peuple ne peut pas citer la Constitution sans se faire écharper, il faut se demander ce que signifie la liberté d’expression dans notre pays.

Europe : la grande liquidation démocratique

La brutale répression du printemps grec en juillet 2015, l’enlisement en Espagne de Podemos après des débuts politiques prometteurs, le gouvernement du Bloc de gauche portugais sous surveillance étroite de la BCE, cinq mois de protestation contre la loi El Khomri, le Brexit…

Autant d événements en apparence très divers et que rien ne semble lier. Pourtant, ils renvoient tous à leur manière à la question lancinante et récurrente qui hante la construction européenne depuis ses débuts, celle de la démocratie, de son exercice et tout simplement de son avenir sur un continent qui l a vue naître.
Cet ouvrage veut révéler comment les étapes de la construction ont parcouru un étrange chemin marqué par la mise à distance de plus en plus brutale des peuples, jusqu à leur mise sous tutelle. L’acmé de cette violente dépossession s’est traduite par une brutalité inédite en temps de paix à l égard de la Grèce, devenue le laboratoire de la fabrique monstrueuse d un libéralisme désormais autoritaire.

L’Union européenne, dans ce voyage au bout de la nuit démocratique, peut-elle survivre ? L Angleterre, quittant le navire Européen, désignerait-elle alors l’avenir de l Union européenne : une future désintégration ?

Certes, des élections sont tenues, mais, étrangement, il n’est plus possible de déroger aux « réformes structurelles » pour élargir les frontières de la marchandisation. Le social n’est plus qu’une concession de la situation économique. Comment expliquer alors que l’Union européenne procède à cette apparente liquidation démocratique ? Dans ce voyage au bout de la nuit démocratique, l’UE peut-elle survivre ? Dans cet essai, Frédéric Farah explique comment les étapes de la construction ont parcouru un étrange chemin marqué par la mise à distance de plus en plus brutale des peuples, jusqu’à leur mise sous tutelle.

Analyse: «Est-ce qu’on ne pourrait pas en France, réunir autour d’une table des Pros et des Antis Euro pour discuter et montrer des arguments, enfin de vrais arguments…» Olivier Delamarche (Économiste)

Dans le même registre, Olivier Delamarche nous  parle de Macron comme de l’hologramme de Hollande.

Les questions suivantes sont abordées :

  • Pouvez-vous nous donner votre opinion sur les résultats du premier tour des élections présidentielles et comment percevez-vous les victoires d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen ?
  • Emmanuel Macron a rassuré les marchés et les acteurs  économiques. Comment analysez-vous la réaction des marchés ? « On a évité le pire » selon les commentateurs.
  • Les deux candidats seront-ils en mesure d’appliquer leurs programmes respectifs, au moins de manière partielle ?

Cela fait des lustres que nous ne sommes plus en démocratie en France et ce n’est pas avec l’élection de Monsieur Macron que nous allons y retourner.

France et la forfaiture de 2005 : Les tenants et les aboutissants (Cette Europe ouverte et sociale que l’on vous avait promis et qui ne profite qu’à ceux qui vous exploitent)

Forfaiture de 2005, le crime était presque parfait !

Petit rappel des faits :

  • Le 29 mai 2005, les Français votent à 55% contre le Traité de Constitution européenne.
  • Trois ans plus tard, le 13 décembre 2007,  faisant fi du vote populaire, Nicolas Sarkozy modifie la Constitution et fait voter la loi qui permet de ratifier le Traité de Lisbonne, copie conforme de la Constitution européenne rejetée lors du référendum. Un déni de démocratie qui marque une rupture entre les Français et les élites politiques et médiatiques.

Le traité de Lisbonne régit actuellement le fonctionnement de l’Union européenne. Adopté en 2009 après le rejet du traité établissant une constitution pour l’Europe (TECE), il adapte en profondeur les règles des anciens traités pour permettre une meilleure coordination à 27 Etats membres. Ainsi, le traité de Lisbonne rénove l’architecture des institutions, assouplit la prise de décision et renforce la représentation extérieure de l’Union.

Aujourd’hui, nous avons une bureaucratie Bruxelloise qui nous dicte ce que l’on doit manger, ce que l’on doit consommer, comment on doit penser et malheureusement, très peut de personnes se posent la question légitime :

« Avons-nous encore le droit de vouloir décider par nous-même et pour nous-même » ?

« Finalement, le peuple n’est pas souverain, celui qui sera souverain ça sera celui qui représente le peuple, la plus part du temps une petite oligarchie qui a fait sciences po, l’ENA, des gens qui finalement sont dans le même monde et qui sont tous des copains qui s’insultent à la télé et dès que l’émission est terminée, vont boire un coup, vont manger ensemble etc…

Arrêtons avec ce régime là ou alors disons-le franchement, c’est ce régime là que l’on veut; c’est à dire des gens qui prétendent nous gouverner mais qui finalement gouvernent pour eux et disant au peuple : Tais-toi ! C’est ce que fait d’ailleurs très bien la télévision car pour ces gens là, le peuple est bien mieux devant sa télévision, abruti par le foot, abruti par ces émissions ou tout le monde pense qu’il peut devenir un grand chef cuisinier, un grand chanteur et ou l’on Ubérise l’intelligence etc… »

(Voir la vidéo)

Tout est cousu de fil blanc et les plans d’une oligarchie désormais bien établie ayant su duper les peuples au travers de promesses électorales non tenues par les politiciens qui aujourd’hui ne sont plus que des marionnettes grassement rémunérées  ou par des chantages odieux obligeant les peuples à re voter et aujourd’hui la venue au pouvoir en France de l’enfant chéri des Rotschild, tout semble joué.

Ce document nous rappel à quel point les français sont roulé dans la farine depuis des lustres

Les réformes aujourd’hui se suivent et se succèdent et tout ce qui semble avoir été laissé aux français sont leurs yeux pour pleurer mais qui sait, peut-être trouveront-ils là aussi un moyen d’en tirer de l’argent.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Jacques Chirac qui en 1979 dénonçait une construction Européenne de l’impuissance, une Europe ouverte à toutes les crises du monde, une Europe non Européenne et dominée par des intérêts Germano-américains, une Europe du chômage importé, une Europe mollusque, sans corps et sans dessein véritable, une Europe ou les multinationales dictent leurs lois aux états et qui retourna sa chemise comme une crêpe avant le référendum de 2005.

Cuba a refusé de respecter à l’UNESCO une minute de silence pour les morts de l’Holocauste !

Lors de l’assemblée annuelle de l’UNESCO qui s’est tenue en Pologne, la représentante Cubaine a refusé de respecter une minute de silence pour les morts de l’Holocauste, accusant Israël de transformer l’assemblée en « cirque politique »

Carmel Shama-Hacohen, l’ambassadrice d’Israël à l’UNESCO, a déclaré : « Nous sommes réunis ici près de la plus large tombe de juifs mais aussi la plus profonde et la plus obscure des tombes que l’humanité n’ait jamais connues « , se référant à la Pologne, pays dans lequel sont morts des millions de juifs durant la Shoah.
Shama-Cohen a ensuite demandé aux délégués de se lever pour participer à une minute de silence pour les six millions de juifs assassinés durant la Shoah.
La représentante de Cuba a alors refusé de participer en déclarant :  » L’ambassadrice Israélienne n’a rien à exiger et surtout pas une minute de silence, sinon, je demanderais aux délégués d’observer une minute de silence à la mémoire de tous les Palestiniens morts à cause d’Israël ! »
Le lobby Palestinien a envahi les différentes instances de l’ONU, c’est tragique et honteux. Dommage que personne ne lui ait fait fermer sa gueule……surtout quand on sait ce que vivent les Cubains depuis les années 60 ! Il y avait largement matière à la remettre en place…..

Réaction opportune sur les réseaux sociaux :

La représentante Cubaine a eu raison sur le fond. Car pourquoi quand des juifs sont, aujourd’hui, agressés, tués, intimidés on appelle le chef du gouvernement israélien ? La question qu’il faut se poser est la suivante :

Les juifs de France sont-ils français ou israéliens? Au nom de quoi Netanyahou a-t-il été invité pour le 70e anniversaire de la Rafle du Vel’d’hiv, ou pour une cérémonie à la mémoire des victimes du supermarché casher, y avait il des israéliens parmi elles ? A moins que l’Etat Israélien soit une sorte de Vatican du judaïsme ? Ou que tout juif soit israélien mais alors pourquoi des milliers de juifs venus d’Ethiopie se sont fait refoulés d’Israël. C’est dans ce sens que je comprend la réaction palestinienne. Je voudrais citer un passage de l’article d’Isabelle Avran publié après la commémoration de la rafle du vel d’hiv : … Mais c’est l’invitation officielle faite au premier ministre israélien – une première – de participer à la commémoration qui a soulevé l’indignation de nombre d’organisations ou de personnalités. Celle de l’Union des juifs français pour la Paix (UJFP), d’abord. « Les Français juifs seraient-ils des citoyens à part ? » demande l’organisation dans un communiqué, commentant : « C’est ce que suggère notre Président en invitant un chef d’État étranger pour commémorer une tragédie française, la rafle du Vél’d’Hiv. » Rappelant ce qui s’est joué au Vél’d’Hiv, l’association interroge : « En quoi ce crime contre l’humanité « franco-français » concerne-t-il un chef d’État étranger ? À quel titre un chef d’État étranger pourrait parler au nom des victimes et de leurs proches ? […] Sauf à considérer que les juifs français sont des citoyens un peu différents, qu’ils ne sont pas tout à fait français et doivent être représentés par l’État d’Israël… Curieuse vision de notre République que nous présente-là son nouveau Président. »
Crimes et message de paix ?


L’UJFP et plusieurs autres associations, l’AFPS, « Trop c’est trop »… rappellent également que le premier ministre israélien, chef d’un gouvernement qui fait la part belle à l’extrême droite, et responsable de l’extension de la colonisation sur des terres confisquées en Palestine occupée, du siège imposé à la population de Gaza depuis plus de dix ans, de guerres qui ont ravagé cette population et son territoire, de coupures d’eau et d’électricité en dépit des besoins sanitaires élémentaires, d’arrestations de masse, dont celles de centaines d’enfants soumis à la torture, qui refuse la mise en œuvre des droits nationaux du peuple palestiniens comme du droit international, qui professe la différenciation des droits en Israël même entre juifs et Palestiniens, qui organise la répression contre les Israéliens militant en faveur de l’égalité des droits et la défense des droits humains… ce premier ministre-là, donc, ne saurait être le meilleur représentant d’un message de paix, de justice, de droit, de lutte contre le racisme quel qu’il soit. Cela ressemblerait même plutôt à une provocation.

France : La démission du général Pierre de Villiers suscite une onde de choc

Témoignant d’une réelle onde de choc, des milliers de messages de remerciement et de respect ont accompagné, mercredi 19 juillet, sur les réseaux sociaux, la démission du général Pierre de Villiers. Il ne s’est guère trouvé de voix pour abonder dans le sens de l’ancien ministre de la défense Jean-Yves Le Drian, qui a minimisé l’ampleur de la crise de ce 14-Juillet : « Je ne crois pas qu’il y aura de blessure durable, il y a un moment de crispation », a-t-il indiqué mardi sur CNews. Dans et en dehors de l’institution militaire, les regrets sont très vifs, et le sentiment d’un inutile gâchis, assez partagé.

Le président de la République, Emmanuel Macron, avec à ses côtés le nouveau chef d’état-major des armées, François Lecointre, devait effectuer jeudi sa deuxième visite aux forces de la dissuasion nucléaire, sur la base aérienne d’Istres (Bouches-du-Rhône). Les deux hommes vont s’employer à refermer le plus rapidement possible la pénible séquence, inédite sous la Ve République, qui a provoqué le départ du plus haut responsable militaire français.

Des sources proches de l’exécutif laissaient ainsi entendre, mercredi, que le chef de l’Etat pourrait décider d’adoucir les coupes de 850 millions d’euros dans le budget des armées, telles qu’elles ont été annoncées le 11 juillet par Bercy, en dégelant davantage de crédits que prévu d’ici à la fin 2017 au profit des armées.

« Il part dans la dignité »

« Le général de Villiers sort grandi, estime un officier de l’état-major parmi de nombreux autres. Il part dans la dignité. » « La vie militaire mérite d’être vécue », a conclu Pierre de Villiers dans une ultime lettre aux soldats publiée sur son compte Facebook de chef d’état-major des armées, mercredi. Le général a quitté ses bureaux de Balard, dans le 15e arrondissement de Paris, encadré par une haie d’honneur de plusieurs centaines de personnels. Dans une courte vidéo mise en ligne par son service de communication, on le voit longuement applaudi.

La ministre des armées, Florence Parly, qui était en déplacement auprès des aviateurs de l’opération Chammal déployés en Jordanie, a rendu hommage « à l’action du général de Villiers qui a conduit avec succès depuis le 15 février 2014 les opérations de la France sur tous les théâtres où les armées sont engagées, à l’étranger comme sur le territoire national et qui aura grandement contribué (…) à préparer l’avenir de notre défense ».

Celui-ci est garanti, a assuré le chef de l’Etat. « En 2018, il y aura l’augmentation budgétaire la plus importante sur les quinze dernières années », a-t-il déclaré mercredi sur France 2. Soit 1,5 milliard d’euros, portant le budget des armées à 34,2 milliards. « Je suis derrière nos soldats. » M. Macron a répété une nouvelle fois que la France atteindra un effort de défense équivalant à 2 % du PIB en 2025, en accord avec les engagements du pays pris dans l’OTAN depuis 2014.

Mais la surprise des coupes budgétaires imposées pour 2017 a accru les doutes qui pouvaient exister sur la faisabilité de cette ambition, alors même que les décisions déjà prises en 2016 par François Hollande après les attentats djihadistes ne sont pas financées. C’est de cette situation qu’a pris acte Pierre de Villiers en quittant son poste.

« Je considère ne plus être en mesure d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel je crois pour garantir la protection de la France et des Français, aujourd’hui et demain, et soutenir les ambitions du pays. » Les mots « aujourd’hui et demain » ont leur importance. Le modèle de l’armée française décidé par l’exécutif en 2013 devra changer, ou être financé. A tous égards, la tâche du général Lecointre, qui est selon les textes « le conseiller militaire du gouvernement », « responsable de l’emploi opérationnel des forces », s’annonce ardue.

Politique, Gérard Filoche : Macron est une anomalie de l’histoire !

Quand Macron devint ministre des finances sous Hollande, je postais cette image sur les réseaux sociaux :

Gérard Filoche :
Macron est une anomalie de l’histoire !
Avec Macron, c’est probablement un des pire régimes qui s’annonce et que l’on aura eu depuis la seconde guerre mondiale !

Les dés sont pipés !

Le patronat se frotte les mains, les ouvriers n’ont plus qu’à retrousser leurs manches et la fermer, ils ont voté, c’est ça la démocratie néolibérale !

Pauvres, apprenez à le rester et à le devenir encore davantage car les réformes qui s’annoncent vous concernent directement.

Macron veut libérer le travail, qu’en pensez-vous ?

Gérard Filoche :

Comment pouvez-vous dire qu’il veut libérer le travail ? Il veut exploiter davantage les travailleurs. Pour cela, il veut :

  • Permettre que les patrons puissent les licencier, les menacer.
  • Il veut que leurs CDI soient moins solides.
  • Que les licenciements soient plus rapides.
  • Qu’il n’y ait pas (même pour les patrons voyous et délinquants qui n’ont pas de motifs) qu’il n’y ait pas de répression contre eux aux prudhommes.
  • Il se fout aussi de l’hygiène et de la sécurité des conditions de travail puisqu’il veut quasiment faire disparaître les CHSCT (Comité d’hygiène, de Sécurité des conditions de travail).

Macron n’a jamais travaillé lui-même, c’est un trader et il voit le travail comme un trader voit les pépètes, l’argent.

Que pensez-vous de notre nouveau président ?

Gérard Filoche :

Emmanuel Macron c’est une anomalie de l’histoire, je ne sais pas comment la France a pu arriver à ce que par un mécanisme institutionnel, un homme de cabinet réussisse un putsch et quant il est président, il s’arroge tous les droits.

C’est probablement un des pires régimes qui s’annonce et qu’on aura eu depuis la seconde guerre mondiale, d’ailleurs il veut défaire tout ce qu’a fait le Conseil National de la Résistance. Il veut notamment casser le salaire brut. Les gens ne savent pas toujours, ils ne regardent pas forcément le haut de leur fiche de paie mais c’est ce qui leur permet de vivre toute la vie, le salaire brut. Avec le salaire net on vit au mois le mois, avec le salaire brut on vit toute la vie. C’est ce qui protège des aléas : du chômage, de la maladie, de l’accident et de la retraite. Et tout ceci va disparaître du bulletin de paie dans une manipulation assez gigantesque au mois de janvier 2018. En même temps, il ne veut pas de prélèvement de l’impôt à la source pour donner l’illusion aux gens que d’un côté il augmente un peut le salaire net et que de l’autre il baisse beaucoup le salaire brut. C’est un cadeau de probablement 450 milliards au MEDEF, le plus grand hold-up qui n’ait jamais été fait jusqu’à là contre les travailleurs.

Le reste dans la vidéo.

Gérard filoche lance une bouteille à la mer mais le plus ironique dans tout cela c’est que le mal est fait, les français (enfin certains français) ont voté pour leur propre bourreau. Je compatis pour celles et ceux qui devront subir, celles et ceux qui ce sont abstenus, celles et ceux qui on voté blanc ou encore voté pour un autre candidat.

Pour les « Macrophils », les victimes du système, les « Touches pas mon poste », les « Pokémons Go », les selfistes en tous genres, les matérialistes insatisfaits,  je leur souhaite ce qu’ils méritent à savoir :

Payer le prix de leur ignorance, de leur inintelligence, de leur égocentrisme démesuré, de leur arrogance sans borne et de leurs dénis démesurés. Ils font partie de ces gens qui ont tout eu sur un simple claquement de doigts, ces gens qui croient que l’abondance est sans limite. Pour ces gens-là, l’heure du désenchantement a sonné et bien plus durement que pour les autres, celles et ceux qui savent désormais à quoi s’en tenir et pour qui l’heure de la résistance est à synchroniser entre tous.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Politique : Emmanuel Macron et ce que ne vous disent pas les médias

Ils ont tous des cadavres dans les placards que ce soit avant, pendant et même après leur mandat.

Emmanuel Macron ne fait pas exception à la règle mais par les temps qui courent ou le capital se sent pris le couteau sous la gorge, sentant ses jours comptés, Emmanuel Macron, la coqueluche d’un électorat soumis aux médias mainstream, cet homme faisant figure de proue d’un système désormais reconnu comme étant défaillant et quasi moribond serait-il le dernier président d’un système politique inlassablement recommencé depuis des décennies de quinquennat ?

Voici de quoi éclairer les éternelles idiotes victimes d’un système qui c’est bien rigolé d’elles des années durant !

Qui est Emmanuel Macron ?

  • Macron, c’est l’ancien conseiller économique d’Hollande avant de devenir son ministre de l’économie.
  • C’est celui qui a fait passer sa loi travail et sa loi Macron à coup de 49.3 et qui doit ou dit vouloir aller encore plus loin.

Son bilan à l’heure actuelle ?

  • 600’000 chômeurs supplémentaires.
  • Alstom, fleuron français, vendu au géant américain General Electrics qui a aussi tôt supprimé 800 postes en France; il laisse une très lourde facture derrière lui. Il a été incapable de budgéter ses projets divers : (Salaires des fonctionnaires, plan pour l’emploi, les prisons, les policiers, Alstom, les jeunes, les intermittents etc…) Echec sur échec !
  • La France n’a cessé de perdre des parts de marché dans le commerce mondial sous son mandat, passant de 6 à 3 %. L’Euro n’y a rien changé.
  • Alors même qu’il l’a nié lors du débat, il est bien le ministre qui a engagé la vente de SFR à Patrick Drahi en octobre 2014. Cette vente a entrainé des licenciements par milliers, dégradations des conditions de travail, colère syndicale et départ des abonnés. Le nouveau propriétaire de SFR, Patrick Drahi, est aussi propriétaire de BFM, Libération, RMC, l’Express ainsi que d’autres grands médias qui n’ont cessé de faire campagne pour Macron.
  • Macron c’est celui qui a « oublié »  ses 3’000’000 d’Euros gagnés en 1 an et qui n’apparaissent plus dans sa déclaration de patrimoine. Aujourd’hui, Macron « serait » soupçonné d’évasion fiscale via des comptes offshore. Il rejette ses accusations en bloc.
  • Macron c’est celui qui vous parle de valeur du travail alors qu’il a été projeté à la banque Rothschild dès la fin de son parcours à l’ENA.
  • Macron c’est celui qui veut réduire l’impôt sur les grandes fortunes. Pour qui ? Pour Vous ?
  • C’est sous son mandat en 2015, que l’espérance de vie en France a reculé pour la première fois depuis 1969.
  • Macron c’est celui qui a avoué sur l’antenne de RTL ne pas avoir de programme contre le terrorisme.
  • Il est soutenu par l’UOIF, une structure liée aux frères musulmans et balance en off sur Beur FM son admiration pour Mohamed Saou, un islamiste radical.
  • Macron c’est celui qui est allé voir Angela Merkel, son mentor, pour la féliciter pour son accueil de 1’500’000 réfugiés dans son pays après 11 attentats perpétrés en Allemagne en 2016 dont 8 par des réfugiés.
  • Macron c’est celui qui affirme que rétablir les frontières, c’est faire le jeu du terrorisme.
  • Macron c’est celui qui a dit qu’il n’y avait pas de culture et d’art français et qu’avant l’Europe, la France était une « vallée de larmes et de sang ».
  • Macron c’est celui qui veut soumettre les français aux technocrates de Bruxelles qui, je le rappelle, ne sont pas élus par les peuples.
  • Macron c’est celui qui a affirmé que l’Europe actuelle était un modèle pour le reste du monde et que la France est le seul pays européen à ne pas avoir vaincu le chômage.
  • Macron c’est celui qui, lors d’un congrès des syndicats agricoles, a comparé les patrons à des éleveurs et les employés à du bétail.
  • Macron c’est celui qui considère que de déchirer la chemise d’un patron est bien plus grave que le licenciement massif de français et de délocalisation massive des entreprises.
  • Macron c’est celui qui nous explique que sans les « Uber », les chauffeurs de taxi seraient en train de dealer de la drogue.
  • Macron, c’est celui qui dit à deux boulangers (qui travaillent entre 40 et 48 heures par semaine) qu’il faut travailler pour se payer son costume Gucci à 15’000 Euros.
  • Macron c’est celui qui a traité les ouvrières GAD d’illettrées et les ouvriers du bassin du Nord d’alcooliques…

Le reste dans la vidéo.

Politique, politique…

On aime, on aime pas, reconnaissons que tout est fait pour embrouiller.

Personnellement je ne suis pas du tout Macron, j’estime qu’il fait partie d’un système capitaliste cannibale et qu’à terme, les gens n’auront plus qu’à se soumettre, payer, bosser et mourir.

Ce système n’a pas dit son dernier mot et avant de mourir, c’est par centaines de milliers que d’innocentes victimes vont succomber sous son implacable rouleau compresseur.

La vidéo qui suit est uniquement là à titre indicatif et en tant que rédacteur je n’adhère à aucun parti politique.

Stéphane Guibert / Finalscape /VK