Etienne Chouard et Myret Zaki nous parlent d’une Europe sans l’Union Européenne et des coûts du capital

A l’approche de l’élection présidentielle de 2017, une réflexion du tandem Chouard, Zaki

Nous n’avons pas besoin de l’argent des riches pour financer nos activités.

En économie, on parle globalement des coûts du travail mais jamais des coûts du capital car sans avoir à creuser, en se penchant tout simplement sur les dividendes qui sont reversés aux actionnaires il est tout à fait légitime de se dire que les richesses qui sont produites par les salariés sont à des années lumières d’être réparties équitablement entre la classe moyenne et les riches ce qui rentre violemment en contradiction avec l’intérêt général et ce n’est plus tenable.

Sur le plan politique, un Frexit que Marine Lepen préconise mais qui ne figure pas dans son programme, un Jean-Luc Mélenchon qui propose quand à lui un programme qui ressemble beaucoup à celui d’Alexis Tsipras et qui prétend que l’on peut améliorer les choses en demeurant dans l’Union Européenne, Etienne Chouard qui est un fervent Europhobe considère cela comme une arnaque car si l’on regarde avec du recul ce qui c’est passé en Grèce à l’époque du référendum et les résultats que cela donne aujourd’hui, on est très loin d’une victoire du peuple grecque sur les banques.

Le seul dont le Frexit fasse partie d’un des axes centraux de son programme est François Asselineau et c’est d’ailleurs pour cette simple raison qu’il est complètement ostracisé par les médias Mainstream.

Stéphane Guibert / Finalscape /VK

 

La vidéo complète

Sur Youtube : Chaîne fermée

 

 

Union Européenne : A qui profite le crime

Les problèmes liés à la France aujourd’hui tiennent du fait que les français ne dirigent plus leur pays.

La France est dirigée par une oligarchie depuis Bruxelles pour la commission européenne, depuis Francfort pour la banque centrale européenne et depuis Washington pour l’OTAN.

Pour la prétendue construction européenne qui nous a été imposée depuis le 25 mars 1957 nous disons qu’il ne s’agit pas d’une opération d’origine française comme on veut nous le faire croire, mais en fait d’une stratégie américaine de vassalisation du continent européen qui a été mûrement réfléchie après la seconde guerre mondiale.

D’ailleurs, à partir d’une politique qui avait été lancée dès les années 20 en Allemagne puis dans les années 30 et 40 par l’Allemagne hitlérienne et l’Italie mussolinienne et transmutée après la seconde guerre mondiale en une volonté des États-Unis de dominer le continent européen.

« En ces temps de tromperie universelle dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

George Orwell – 1984

Quand je disais il y a dix ans que ce que Hitler n’avait pas obtenu par la force était en train de s’accomplir au travers de traités mortifères et d’une diplomatie corrompue, on me prenait pour un fou ou pour un complotiste. Il ce trouve que les faits semblent aujourd’hui me donner raison.

Merci à Peeter More pour la vidéo

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

 

Europe : 5 bonnes raisons de rester dans l’UE

5 RAISONS DE RESTER DANS L’UNION EUROPÉENNE…

L’UNION EUROPÉENNE CE N’EST PAS COMPLIQUÉ, NON…

L’Union Européenne c’est l’avenir (il parait)
Mais l’avenir de qui au juste ?
Voyons ce que les articles du T.F.U.E nous proposent…

Source principale : http://eur-lex.europa.eu/legal-conten

Sans rire, c’est aussi le constat que l’Union européenne ne pourra pas prendre les mesures nécessaires aux réformes structurelles qu’elle doit prendre depuis sa création.

Des réformes qui ne pourront pas être validées à l’unanimité des 28 états membres, tant les intérêts des uns vont à l’encontre des intérêts des autres. (Voir l’évasion fiscale, cadenassée par Junker et le Luxembourg, voir la Belgique qui bloque la directive européenne qui lutte contre l’optimisation fiscale des multinationales… chaque état défend son pré carré.)

On y voit aussi clairement, que le législatif des états membres a été confisqué par des technocrates non élus, mais bien sélectionnés par les lobbys des multinationales, des lobbys des industries de l’agroalimentaire, les lobbys pharmaceutiques et aussi certains groupes de pression politique comme le groupe Bildelberg, pour ne pas le citer.

Des dossiers, des traités, des lois préparés directement par les lobbys et soumis au parlement, des traités comme le CETA, ou le TTIP mis sous secret pour éviter que le peuple ne puisse se révolter et ne mette l’Europe dehors.

Jacques Jordens

Les États-Unis continuent le déploiement de leurs troupes en Allemagne

(Vidéos en fin d’article)

Selon Euronews :

La nouvelle ne devrait pas réjouir Moscou. Des centaines de tanks et de camions militaires américains ont été débarqués ce vendredi dans le port de Bremerhaven, situé dans le nord de l’Allemagne.

Ce matériel sera ensuite acheminé par train jusqu’en Pologne pour être utilisé lors d’un exercice militaire de grande ampleur. 4000 soldats américains seront eux aussi déployés dans le cadre de l’opération “Atlantic Resolve”.

Cette opération vise surtout à rassurer les alliés américains des pays d’Europe de l’Est après l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014.

L’opération Atlantic Resolve se poursuit depuis plusieurs années maintenant. Elle permet d’assurer nos alliés des pays d’Europe de l’Est de l’engagement continu des États-Unis à leurs côtés. C’est aussi un signe de l’engagement des États-Unis et de l’Otan en matière de dissuasion et de maintien de la paix en Europe“, a déclaré le général de division américaine Tim McGuire qui est le commandant adjoint des troupes américaines déployées en Europe.

D’autres pays comme l’Allemagne, le Canada et la Grande-Bretagne devraient eux aussi envoyer des bataillons d’un millier de soldats chacun, dans les Pays-Baltes.

Avec agences (Reuters, AP)

Version Mainstream

Dans cette vidéo, le journaliste parle de rassurer les pays d’Europe de l’est après l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014. Ce qu’il a oublié de préciser, c’est que cette annexion avait été faite suite à un référendum en Crimée, ce que l’occident est loin de faire au Moyen Orient entre autres en se permettant d’envahir des pays souverains.

Les U.S.A débarquent encore en Europe pour attaquer la Russie !

Les U.S.A débarquent encore en Europe pour attaquer la Russie !

De nouveau, depuis le déploiement des premiers soldats et chars, hélicoptères, avions de guerre, de l’OTAN en Europe centrale et à la frontière avec la Russie, du printemps et de l’été 2016 (suite à la conférence de l’OTAN à Varsovie), les Etats-Unis débarquent du matériel lourd de guerre dans le port allemand de Bremerhaven. Les premiers navires de guerre pour l’année 2017 déchargent de nouveau des tanks et des armes. L’Allemagne, pays non souverain depuis la Première Guerre mondiale et surtout depuis la Seconde Guerre mondiale, qui vient de s’autoriser de pouvoir déclarer légalement la guerre à un Etat souverain, assure, grâce à son gouvernement collaborateur (L’Allemagne est un pays occupé-le peuple allemand n’est pas souverain), la logistique et l’encadrement des troupes U.S sur l’Europe centrale. Au même moment le commandement militaire russe retire ses forces militaires maritimes et de terre de la Syrie pour consolider son front occidental.+

Un troisième bateau U.S arrive ce dimanche. Des containers, des voitures militaires, chars, sont entreposés, de nouveau, dans une zone de sécurité devant le port de Bremerhaven et attendent d’être transportés sur les pays baltes, sur la Pologne, donc en direction de la frontière russe. Dimanche 8 janvier 2017 un nouveau transporteur de guerre U.S doit décharger ses armes et ses soldats. Un front est donc ouvert et surtout renforcé contre la Russie des frontières entre l’Estonie et la Lettonie mais aussi à partir de la Pologne et de l’Ukraine contre la Russie. L’Allemagne, qui n’est plus l’Allemagne du peuple allemand, est l’organisateur de ce déploiement pour les Etats-Unis. Depuis la conférence de l’OTAN de l’été 2016, Berlin est devenue le chef militaire des opérations pour les pays baltes en ayant obtenu une base militaire en Lituanie, pays situé juste à côté de la Russie avec Kaliningrad qui reste aux yeux de Berlin Königsberg.

4000 U.S soldats. Une brigade de chars avec 4000 soldats va être déployée sur l’Europe de l’Est durant ce mois de janvier 2017. Les troupes armées des pays occupés par l’OTAN (Lituanie, Lettonie, Estonie, Pologne, Ukraine, Allemagne…) vont devoir effectuer des exercices avec les soldats américains. Depuis mai 2016 les troupes locales s’entraînent à la guerre en envisageant une invasion de l’armée russe. L’outil de propagande de l’OTAN laisse publier des articles dans les journaux locaux pour préparer mentalement la population à une guerre en déclarant que c’est la Russie qui menace leurs pays !

Berlin autorise l’Allemagne à mener une guerre d’agression ! Le premier janvier 2017 la loi allemande vient d’être changée pour, dans le silence des média officiels français, mener ouvertement dans sa politique, dans ses média, avec son armée, une guerre contre un autre Etat. Un novum quand on connaît le statut particulier de l’Allemagne depuis la Seconde Guerre mondiale surtout que l’Allemagne n’a jamais signé de traité de paix ! La loi § 80 StGB (du Code pénal) interdisant à l’Allemagne de mener une guerre a été retirée ce premier janvier 2017. Déjà durant les bombardements de la Serbie autorisés par l’ancien ministre des Affaires étrangères, Joschka Fischer, Grünen (écolos!), sans avoir obtenu le feu vert de l’ONU, Berlin avait mené la guerre contre un autre Etat souverain (La Serbie) pour le compte des U.S.A et de l’OTAN par l’emploi de fausses accusations ! Le premier décembre 2016 le Bundestag avait légiféré sur la suppression du § 80 StGB. Berlin, peut donc être utilisée, comme vecteur de déclaration de guerre contre la Russie pour l’OTAN. C’est aussi pour cette raison que la Bundeswehr a obtenu le commandement militaire des troupes de l’OTAN pour les pays baltes avec une base. Faut-il rappeler que la base de Ramstein est le centre militaire des drones qui sont pilotés en Irak, en Syrie par les Etats-Unis et donc aussi sur le front russe ?

Olivier Renault

Europe : Ça y est, nous sommes sauvés, l’armée américaine arrive

L’armée américaine et la Bundeswehr allemande envoient des milliers de soldats en Europe de l’Est

Aujourd’hui, passage à niveau à Bahnübergang. Gruenwalder Straße à Guben en Allemagne


Un déploiement massif de troupes américaines et de l’OTAN en Pologne et dans les pays baltes est en cours. Selon une déclaration du Centre de presse et d’information de la Bundeswehr (les forces armées allemandes) le 30 décembre : « dans le cadre de l’opération OTAN “Atlantic Resolve”, trois navires de transport américains sont attendus à Bremerhaven la première semaine de janvier ».

La déclaration a noté qu’au début de novembre : « les soldats de la 3e Brigade de la 4e Division d’infanterie américaine ont commencé à charger les navires avec des véhicules et des conteneurs ». Dans l’ensemble, « plus de 2500 pièces de cargaison (des camions, des véhicules de combat, remorques, et conteneurs) [ont été] initialement expédiées vers l’Allemagne, puis transportées vers la Pologne et d’autres pays d’Europe centrale et orientale ». Le matériel doit « arriver dans la période du 6 au 8 janvier par transport maritime à Bremerhaven et sera ensuite transporté vers la Pologne par rail et des convois militaires d’ici le 20 janvier ».

Plus tôt ce mois-ci, le quotidien allemand Kieler Nachrichten a qualifié l’accumulation des armes d’« opération la plus importante de redéploiement de l’armée américaine en Allemagne depuis 1990 ». Plus de 2000 chars, obusiers, jeeps et camions sont déployés dans le cadre des exercices de l’OTAN en Europe de l’Est qui vont continuer pendant neuf mois.

Selon les déclarations faites par les forces armées américaines en Europe, 4000 soldats supplémentaires et 2000 chars d’assaut vont « contribuer à et renforcer la défense et la dissuasion de l’alliance ». Le colonel Todd Bertulis, directeur adjoint de la logistique du Commandement américain en Europe (EUCOM) à Stuttgart, a déclaré que l’opération veillera à ce que « la puissance de combat nécessaire soit apportée au bon endroit en Europe au bon moment ».

Le lieutenant-général Frédéric « Ben » Hodges, commandant des forces américaines en Europe, a déclaré : « Trois ans après que les derniers chars américains aient quitté le continent, nous devons les y remettre ». Il a fait la déclaration lors d’une visite à l’école de logistique de la Bundeswehr à Garlstedt, en Basse-Saxe. Il a déclaré aux journalistes que ces mesures étaient une « réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie et à l’annexion illégale de la Crimée ».

La Russie se prépare à la guerre, a affirmé le général. Tous les ministères russes, a-t-il déclaré : « se prépareront en conséquence, mobilisez-vous, si vous voulez ». Il a continué : « Cela ne signifie pas nécessairement qu’il doit y avoir une guerre, rien de tout cela n’est inévitable, mais Moscou se prépare à cette possibilité ».

Cette présentation tourne la réalité à l’envers. Le déploiement de troupes de combat américaines fait partie des préparatifs de l’OTAN en vue de la guerre contre la Russie, culminant d’une expansion continue vers l’est de l’OTAN depuis la dissolution de l’Union soviétique il y a 25 ans.

En Ukraine, ce n’est pas la Russie qui est l’agresseur, mais les États-Unis et l’OTAN. Washington et Berlin, en étroite collaboration avec les forces fascistes, ont organisé un coup d’État contre le président pro-russe, Viktor Ianoukovitch, au début de 2014, en installant un régime nationaliste et férocement anti-russe à Kiev. Ce mouvement a déclenché une rébellion séparatiste par les régions russophones de l’est du pays, que Moscou a soutenu et que le gouvernement de Kiev, soutenu par les armes et l’argent des occidentaux, a cherché, sans succès, à supprimer violemment.

Les événements en Ukraine ont été saisis par les États-Unis, l’Union européenne et l’OTAN pour imposer des sanctions économiques et diplomatiques et étendre considérablement les forces militaires de l’OTAN le long de la frontière occidentale de la Russie.

Avant l’inauguration de Donald Trump, le président élu des États-Unis le 20 janvier qui a appelé à une réduction des tensions avec la Russie afin de concentrer plus directement l’agression américaine sur la Chine, les forces opposées au sein de l’establishment militaire-renseignements et politique des États-Unis cherchent à intensifier la confrontation avec Moscou.

Cette semaine, le sénateur républicain John McCain a visité les États baltes pour leur assurer le soutien continu des États-Unis. Dans une interview diffusée par la radio estonienne, McCain a appelé à un renforcement des forces de l’OTAN contre la Russie et a déclaré que chaque « membre crédible » du Congrès américain voyait le président russe, Vladimir Poutine, « pour ce qu’il est : un voyou et un tyran et un agent du KGB ».

Dans cette escalade dangereuse contre une Russie dotée d’armes nucléaires, qui fait courir le danger d’une troisième guerre mondiale, la Bundeswehr joue un rôle central. « Sans le soutien de l’armée [allemande], nous ne pouvons aller nulle part », a déclaré le lieutenant général Hodges lors d’une comparution devant le Service commun de soutien de la Bundeswehr.

Le lieutenant-général Peter Bohrer, chef adjoint du Service interarmées de soutien, marquait son accord : « Dans le passé », a-t-il dit, « l’Allemagne était un État de première ligne. Aujourd’hui, nous sommes une zone de transit, et l’une de nos tâches principales est d’entreprendre un soutien commun […] Nous sommes ouverts à l’exécution de ces tâches avec nos partenaires américains ».

Après être arrivés en Allemagne, les soldats américains et leurs équipements lourds seront déplacés de Bremerhaven par le rail à travers le nord de l’Allemagne jusqu’à l’Europe de l’Est. Le bureau de presse de la Bundeswehr a annoncé : « Quelque 900 wagons avec du matériel militaire seront transportés en train de Bremerhaven vers la Pologne. Il y a également environ 600 pièces de fret qui seront transportées par train en Pologne à partir du terrain d’entraînement militaire à Bergen-Hohne. Près de 40 véhicules circuleront directement de Bremerhaven vers la Pologne ».

L’Allemagne, qui a écrasé l’Europe de l’Est dans sa guerre d’extermination il y a 75 ans, se prépare à envoyer des troupes de combat dans les pays baltes. En janvier, 26 chars, 100 autres véhicules et 120 conteneurs seront transportés en train vers la Lituanie.

Lors d’un entretien accordé au journal militaire allemand « Bundeswehr aktuell », le général Volker Wieker a confirmé que l’Allemagne s’était entendue avec les États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni lors du sommet de l’OTAN à Varsovie « pour que chacun prenne la tête d’un groupement tactique ». L’Allemagne enverra son 122e Bataillon d’infanterie. Il a ajouté que d’autres envois suivraient, « afin que nous atteignions une capacité dite opérationnelle complète d’ici le milieu de l’année ».

Ce que l’on entend par « pleine capacité opérationnelle » a été souligné par un exercice public de la Bundeswehr à Grafenwöhr, où le bataillon allemand s’est préparé au déploiement. Selon un rapport vidéo du Frankfurter Allgemeine Zeitung, les manœuvres impliquaient « une attaque ennemie sur la frontière russo-lituanienne ».

Le futur commandant du groupement tactique de l’OTAN en Lituanie, le lieutenant-colonel Christoph Huber, a expliqué le « but tactique » des manœuvres comme suit : « Les camarades de la Deuxième Compagnie ont mené avec succès la bataille ici […] gagnant du temps pour leurs camarades et ainsi détruisant les forces ennemies. C’est une formation de combat de haute intensité ».

(Article paru d’abord en anglais le 31 décembre 2016)

Union européenne : L’Europe a perdu sa légitimité et devient une dictature molle

Pour Charles Gave économiste et entrepreneur français sur le plateau de BFM TV  affirme que l’Union européenne est une dictature molle dirigée par des technocrates non élus en faveur d’autres technocrates.

Pour l’intervenant de cette vidéo, Charles Gave, le fait que l’Europe implose est une bonne nouvelle.

Il déclare que ce qui est en train de se passer en ce moment en Europe est une atteinte totale à la démocratie. Pour lui, on a transféré toute une série de pouvoirs à des gens non élus, les technocrates de Bruxelles, le pouvoir monétaire, le pouvoir sur les frontières etc…

Pour l’Angleterre et suite au Brexit, le peuple a préféré être dirigé par des parlementaires anglais qu’ils peuvent virer plutôt que par des technocrates européens qu’ils ne peuvent pas virer.

L’Europe est un enfumage mafieux élaboré par une idéologie sioniste qui regroupe une oligarchie formée de financiers peut scrupuleux jouant à une sorte de jeu de « Monopoly » tout en s’amusant du triste sort de celles et ceux, citoyens lambda qui morflent la poussière chaque jour et qui lutent pour survivre.

L’Europe telle qu’on la connait aujourd’hui, rares sont les citoyens qui la plébiscite.

Stéphane Guibert/Finalscaoe