Economie et marchés de libre échange : Comprendre les tribunaux d’arbitrage

On en parle ici depuis des années, les tribunaux d’arbitrage liés aux marchés de libre échange ne servent que les multinationales qui n’ont de cesse que de se sucrer sur le dos des consommateurs sans tenir compte ni de leur sécurité ni de leur bien être et encore moins de leurs intérêts.

Leur devise :

Achète, consume, consomme et crève ! (c’est tout ce que l’on te demande)

Sans oublier tous les tracas politico médiatiques qui y sont liés et qui nous relèguent, nous, les modestes, les incultes, nous le peuple, au rang de chair à canon sociale car sachez que pour 500 SDF qui meurent dans une misère absolue, c’est un magnat de la finance qui se goinfre à outrance. C’est le sport national là haut et ils nous aiment pour ça !

Si l’on sait que la totalité des marques existantes sur cette planète sont représentées par 10 labels, c’est à dire, deux labels par continent et qu’à partir du moment ou ces élites se plantent et font exploser une bulle dans le système, c’est à nous les gueux modernes d’en payer l’addition… !

Infographie exhaustive qui montre l’emprise qu’ont ces 10 entreprises sur la nourriture que nous consommons.

Les tribunaux d’arbitrage sont conçus pour assurer aux pollueurs, aux pourvoyeurs de mort et de misère sociale une immunité absolue et un dédommagement total à partir du moment ou un lanceur d’alertes, un journaliste qui a des couilles ou un média alternatif oserait se mettre en travers de leur chemin.

Quelques exemples :

  • Le Mexique qui a essayé de faire une taxe , c’est fait condamné par ces tribunaux à 180 millions d’Euros d’amende à payer aux multinationales américaines.
  • L’Equateur qui a voulu remettre la main sur ses ressources minières et pétrolières et qui a dénoncé des contrats vieux de plus de 20 ans et  qui c’est fait condamné par ces mêmes tribunaux à 1.7 milliards d’Euros d’amende.
  • Philip Morris a essayé de poursuivre l’Uruguay et l’Australie parce qu’ils voulaient faire des paquets neutres.

Le message est clair :

Le prix à payer pour leurs grandes bouffes, c’est le sacrifice de dizaines voir de centaines de citadins qui faisant confiance au système se retrouvent projetés dans la spirale infernale de la misère car rien n’est plus rentable que la détresse humaine, leurs profit se fait au détriment de celles et ceux, les esclaves, nous, qui inconsciemment ou sciemment continuons à faire leur jeu.

Nous devons réaliser que notre existence n’est liée qu’au bien être et au profit de cette élite qui non seulement nous utilise mais aussi et surtout nous regarde avec mépris.

Un retour en arrière est malheureusement impossible car nous sommes tous trop engagés dans ce système mortifère, la machine c’est emballée et ne s’arrêtera que lorsqu’elle aura atteint le bout de son chemin, le mur dans lequel nous fonçons, toutes catégories confondues.

Nous devons nous réveiller et nous préparer à l’inéluctable, la fin d’un système dont ils vont une fois de plus essayer de prendre le contrôle à nos dépends.

Résistance !

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Science et vie : L’incroyable intelligence de la pieuvre

Les pieuvres sont incroyablement intelligentes :

  • Elles peuvent ouvrir des pots à vis.
  • Résoudre des casse tête.
  • Naviguer dans des labyrinthes.

Chaque pieuvre possède un cerveau constitué d’un demi milliard de neurones, elles sont capable de supporter plus que le poids de leur propre corps, suivant les circonstances, elles sont capable de changer de couleur mais elles sont également immunisées contre certains poisons. Certaines d’elles vont jusqu’à imiter la forme humaine. Elles peuvent détecter la lumière à l’aide de protéines pigmentaires se trouvant sur leur peau.

Les pieuvres sont les premières créatures intelligentes à être apparues sur la terre il y a plus de 400 millions d’années et elles possèdent 10’000 gènes de plus que nous les humains.

L’UE ainsi que la Grande Bretagne interdisent toutes interventions chirurgicales sur ces animaux et ce, sans anesthésie, en raison de leur intelligence et de leurs capacités cognitives.

Avant que la folie humaine nous prive de cette créature encore méconnue et dont beaucoup de gens ont peur en raison de légendes vieilles comme le monde, intéressons-nous à Madame Octopussy , elle en vaut la peine.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

 

France : La démission du général Pierre de Villiers suscite une onde de choc

Témoignant d’une réelle onde de choc, des milliers de messages de remerciement et de respect ont accompagné, mercredi 19 juillet, sur les réseaux sociaux, la démission du général Pierre de Villiers. Il ne s’est guère trouvé de voix pour abonder dans le sens de l’ancien ministre de la défense Jean-Yves Le Drian, qui a minimisé l’ampleur de la crise de ce 14-Juillet : « Je ne crois pas qu’il y aura de blessure durable, il y a un moment de crispation », a-t-il indiqué mardi sur CNews. Dans et en dehors de l’institution militaire, les regrets sont très vifs, et le sentiment d’un inutile gâchis, assez partagé.

Le président de la République, Emmanuel Macron, avec à ses côtés le nouveau chef d’état-major des armées, François Lecointre, devait effectuer jeudi sa deuxième visite aux forces de la dissuasion nucléaire, sur la base aérienne d’Istres (Bouches-du-Rhône). Les deux hommes vont s’employer à refermer le plus rapidement possible la pénible séquence, inédite sous la Ve République, qui a provoqué le départ du plus haut responsable militaire français.

Des sources proches de l’exécutif laissaient ainsi entendre, mercredi, que le chef de l’Etat pourrait décider d’adoucir les coupes de 850 millions d’euros dans le budget des armées, telles qu’elles ont été annoncées le 11 juillet par Bercy, en dégelant davantage de crédits que prévu d’ici à la fin 2017 au profit des armées.

« Il part dans la dignité »

« Le général de Villiers sort grandi, estime un officier de l’état-major parmi de nombreux autres. Il part dans la dignité. » « La vie militaire mérite d’être vécue », a conclu Pierre de Villiers dans une ultime lettre aux soldats publiée sur son compte Facebook de chef d’état-major des armées, mercredi. Le général a quitté ses bureaux de Balard, dans le 15e arrondissement de Paris, encadré par une haie d’honneur de plusieurs centaines de personnels. Dans une courte vidéo mise en ligne par son service de communication, on le voit longuement applaudi.

La ministre des armées, Florence Parly, qui était en déplacement auprès des aviateurs de l’opération Chammal déployés en Jordanie, a rendu hommage « à l’action du général de Villiers qui a conduit avec succès depuis le 15 février 2014 les opérations de la France sur tous les théâtres où les armées sont engagées, à l’étranger comme sur le territoire national et qui aura grandement contribué (…) à préparer l’avenir de notre défense ».

Celui-ci est garanti, a assuré le chef de l’Etat. « En 2018, il y aura l’augmentation budgétaire la plus importante sur les quinze dernières années », a-t-il déclaré mercredi sur France 2. Soit 1,5 milliard d’euros, portant le budget des armées à 34,2 milliards. « Je suis derrière nos soldats. » M. Macron a répété une nouvelle fois que la France atteindra un effort de défense équivalant à 2 % du PIB en 2025, en accord avec les engagements du pays pris dans l’OTAN depuis 2014.

Mais la surprise des coupes budgétaires imposées pour 2017 a accru les doutes qui pouvaient exister sur la faisabilité de cette ambition, alors même que les décisions déjà prises en 2016 par François Hollande après les attentats djihadistes ne sont pas financées. C’est de cette situation qu’a pris acte Pierre de Villiers en quittant son poste.

« Je considère ne plus être en mesure d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel je crois pour garantir la protection de la France et des Français, aujourd’hui et demain, et soutenir les ambitions du pays. » Les mots « aujourd’hui et demain » ont leur importance. Le modèle de l’armée française décidé par l’exécutif en 2013 devra changer, ou être financé. A tous égards, la tâche du général Lecointre, qui est selon les textes « le conseiller militaire du gouvernement », « responsable de l’emploi opérationnel des forces », s’annonce ardue.

L’image du jour

« L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde« .

Géopolitique : Instauration de la démocratie à Mossoul en Irak

Voilà comment se passe le transfert de la démocratie à Mossoul (Irak).

Ces images se passent de tous commentaires.

Il faut aussi savoir à défaut de s’en souvenir :

La nuit du 26 Février, 41 jours après le début de la guerre, les avions et les hélicoptères américains attaquent des milliers d’irakiens civils et soldats, en fuite vers le Koweït. Le bombardement commence à minuit et dure des heures. Il n’y aura pas de rescapé.

Le lendemain, les pools des reporters filment 80 kilomètres de route jonchés de milliers de carcasses de voitures, de bus, de camions et d’une poignée de tanks.

Les cadavres ne seront jamais dénombrés.

Les États-Unis sont accusés de crime de guerre mais l’affaire ne sera jamais portée devant un tribunal international.

Seulement 10 entreprises contrôlent notre alimentation

Lorsque l’on fait ses courses au supermarché, notre argent est destiné à l’une des multinationales suivantes : Coca-Cola, Mondelez, Mars, Unilever, Kraft, General Mills, Nestlé, PepsiCo, P&G, Johnson & Johnson, Danone et Kellogg’s.

Pour illustrer ceci, Oxfam International a réalisé une infographie exhaustive qui montre l’emprise qu’ont ces 10 entreprises sur la nourriture que nous consommons.

Avec ce graphique, il est possible de faire le lien entre plusieurs marques que l’on croyait indépendantes. Ainsi, la marque Tropicana appartient au groupe PepsiCo, l’eau San Pellegrino appartient à Nestlé, l’eau Evian à Danone, etc…

Face à cette mainmise des multinationales sur l’alimentation, Oxfam International conseille :

« Les plus grandes entreprises de nourriture et de boissons au monde ont beaucoup de pouvoir, mais vous en avez plus. Et parce qu’ils n’utilisent pas le leur pour aider les communautés pauvres ou la planète, vous pouvez utiliser le vôtre pour changer la façon dont elles font affaire ».

Par conséquent, il nous est tout à fait possible d’arrêter d’enrichir ces grands groupes. La meilleure solution reste d’éviter les aliments transformés et les produits industriels et de privilégier les petits producteurs locaux.

Un zoo chinois donne un âne vivant en guise de repas aux tigres

Dans un zoo chinois, les soigneurs ont lancé sous les yeux ébahis des visiteurs un âne vivant dans l’eau pour rassasier l’appétit des tigres. Une scène choquante qui n’a pas manqué de soulever des plaintes.

Un visiteur du zoo de Changzou, situé à proximité de Shanghaï, a filmé la scène. Les images montrant deux tigres s’amuser avec l’âne avant de le dévorer ont fait le tour de la toile. Le festin a duré pas moins de trente minutes avant que l’animal ne succombe à ses blessures.
En réalité, la pauvre bête a subi ce sort funeste suite à la décision des investisseurs qui estimaient que malgré leurs recommandations et l’argent investi, aucune plus-value n’avait pu être relevée. De plus, un soigneur a témoigné anonymement, selon De Standaard, assurant qu’il était déjà arrivé que des mammifères vivants soient donnés en guise de repas, en vue de restreindre le budget nourriture des animaux.
Un mouton qui attendait la même fin a pu être sauvé in extremis. Malheureusement, les faits ne sont pas exceptionnels. Il arrive régulièrement que les soigneurs donnent des animaux vivants en pâture à des carnivores pour amuser le public.
Attention, ces images peuvent choquer.

Le Sionisme est une religion et gare aux antisionistes !

Je reviens un instant sur mon article précédent, « Le sionisme » et sur ce que je dis depuis des années :

Nous sommes devenus les esclaves de ce qui devrait nous servir et les banques sont aujourd’hui des églises dont le mortier des hôtels est issu du sang de l’innocence.

Par sa déclaration, Macron ne fait que conforter ce que je clamais haut et fort il y a plus de 30 ans dans une nouvelle que j’avais intitulé « Lettre à Dieu ».

Hier, il était encore temps; aujourd’hui, le ver est dans le fruit !

Déclaration d’Emmanuel Macron sur le sionisme :

« Nous ne cèderons rien à l’antisionisme car il est la forme réinventée de l’antisémitisme »

Eh oui, les faits sont là et bien établis. On ne touche pas au pouvoir de l’argent et tout ce qui l’accompagne : corruption, dévastation et destruction sans être aujourd’hui taxé d’antisémitisme.

Le mot « GRAVISSIME » n’a même plus de sens.

Pour Finalscape, Stéphane Guibert

 

Emmanuel Macron : Nous ne cèderons rien à l’antisionisme

Histoire de se mettre bien en forme tôt le matin :

Alors que le sionisme n’est ni une religion ni une nationalité, mais c’est l’idéologie de la domination par l’argent, ex banquier de Rotschild, homme politique propulsé aux sommets du pouvoir par les lobbies de la finance,

Emmanuel Macron président de la France déclare :

« Nous ne cèderons rien à l’antisionisme car il est la forme réinventée de l’antisémitisme » fin de citation.

En plein dans son élément.

Pour Finalscape, Stéphane Guibert

Fakes : Quand la magie du son et de l’image nous font avaler n’importe quoi

Comment ne pas oublier cette vidéo qui, sous le règne de Hollande fit le buzz ?

Un parlementaire Helvétique se moquant ouvertement du gouvernement français suite à un projet de loi concernant les retraites ?

Qui n’a pas commenté ou du moins ne c’est pas dit que les français étaient devenus incurablement débiles ?

Cette vidéo, la voici :

Ce document a été visionné des dizaines de milliers de fois sur Youtube ou Facebook et bien que les sous-titres ne correspondaient pas à la réalité, personne n’avait pris la peine de vérifier quoi que ce soit tellement les gens voulaient y croire.

Oui, l’occasion était trop bonne et chacun y a mis de sa plume afin de dénigrer encore d’avantage quelqu’un qui était au plus bas dans les sondages, François Hollande.

Seulement voilà, la vidéo était un Fake et en voici la preuve en images :

Énormément de commentaires sont postés sur de simples titres d’articles et bien trop souvent, des commentaires sont apportés aux commentaires qui finalement dénaturent complètement l’article lui-même.

Nous vivons une époque où l’information va tellement vite que les gens ne prennent plus la peine d’un peut de recul et tout particulièrement sur les réseaux sociaux.

Nous devrions nous engager mutuellement à une certaine étique car c’est de cette manière seulement que nous arrêterons d’avancer à reculon.

Stéphane Guibert pour Finalscape