Histoire : Les incroyables similitudes entre les présidents Lincoln et Kennedy

Les incroyables similitudes entre ces deux hommes sont à couper le souffle !

Voyez plutôt :

– Adam Lincoln fut élu au congrès en 1846.

– John F. Kennedy fut élu au congrès en 1946.

– Abraham Lincoln fut élu président en 1860.

– John Fitzgerald. Kennedy fut élu président en 1960.

– Les noms Lincoln et Kennedy contiennent 7 lettres.

– Tous les deux étaient impliqués dans la défense des droits civiques.

– Leurs épouses perdirent un enfant alors que le couple présidentiel résidait à la maison Blanche.

– Tous les deux furent assassinés un vendredi et tous les deux furent assassinés par derrière d’une balle dans la tête.

– Le secrétaire de Lincoln s’appelait Kennedy et le secrétaire de Kennedy quand à lui s’appelait Lincoln.

& Tous les deux furent assassinés par des sudistes et tous les deux ont été succedés par des sudistes.

– Les deux successeurs s’appelaient Johnson.

– Le successeur de Lincoln est né en 1808, le successeur de Kennedy est né en 1908.

L’assassin de Lincoln est né en 1839, l’assassin de Kennedy est né en 1939.

– Les deux assassins étaient connus par trois noms.

– Lincoln à été abattu au théâtre Ford, Kennedy à été abattu dans une voiture Lincoln, faite par Ford.

Bien troublant tout cela et que de coïncidence n’est-ce pas ?

Jérusalem Est, monstre prière dans la mosquée de Al-Aqsa

Dans la nuit du mercredi au jeudi 22 juin 2017, environ 300’000 fidèles musulmans de la Cisjordanie occupée, de Jérusalem Est et de pays étrangers ont prié à la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem Est occupée.

Parmi tous ces pélerins, nombreux arrivaient de pays tels que :

La Malaisie, la Turquie, l’Afrique du Sud, la France, la Russie, le Royaume uni, la Jordanie et l’Indonésie.

Economie et pour rappel : La monnaie alternative Bitcoin va-t-elle s’effondrer?

Dans le monde de la stratosphère digitale, l’importance prise par Bitcoin, une initiative qui prétend venue du Japon, appelée Bitcoin, ne permet plus d’ignorer cette tentative de créer une monnaie parallèle.  De manière assez étrange, les autorités monétaires restent plutôt silencieuses au risque de voir cette bulle informatique qui ne repose sur rien leur exploser en plein visage. Le droit de «battre monnaie » est cependant un privilège régalien ou de souveraineté. La seule explication possible est l’embarras profond dans lequel se trouvent les institutions monétaires. Le Trésor américain a entame une enquête le mois dernier.

Il faut dire que la méfiance face aux banques et aux responsables de la politique monétaire n’est pas totalement étrangère au succès de cette initiative.

Une monnaie speculative qui fluctue de manière erratique

La valeur d’un Bitcoin est basée sur ce que les parties veulent bien lui donner. Il ya donc dans ce domaine, les chasseurs et les pigeons. Depuis mi-mars, la valeur du Bitcoin est passée de 45 à 250 dollars, pour se replier à 72 dollars. Les pigeons ont acheté leur Bitcoin à 250 dollars et perdu en quelques jours les deux tiers de leur mise.

Loin de se limiter à une fonction de paiement électronique qui, en elle-même, serait suspecte, le Bitcoin semble devenir un instrument de réserve qui, à défaut d’institution d’émission et de banque centrale, risque d’attirer les naïfs dans la nacelle étroite des manipulateurs de matches. Il semblerait que 20 millions de Bitcoin soient en circulation. Il y aurait donc eu une perte de valeur de  près de 3,5 milliards de dollars.

Le Bitcoin est donc une fausse monnaie dont le caractère spéculatif est un multiple des fluctuations des monnaies réelles, émises par les autorités monétaires et soutenues par l’économie du pays émetteur. Lorsque le château de cartes s’effondrera, il n’y aura donc personne pour ramasser les morceaux et les acheteurs crédules auront perdu des milliards qui seront dans les poches de ceux qui tirent les ficelles, de plus en plus grosses de cette gigantesque fraude potentielle.

Qui est derrière Bitcoin ?

Les tentatives de structuration de cette activité en croissance exponentielle devraient à elles-seules, attirer l’attention. Une fondation Bitcoin a été créée. Cela veut-il dire qu’aucun objectif de lucre n’est derrière cette nouvelle monnaie ? Non, cela veut dire que Bitcoin n’a ni fonds propres, ni substance financière et, étant une fondation, elle n’aura aucune transparence ni gouvernance.

Il n’y a donc aucun filet de sécurité dans Bitcoin qui ne vaut que la confiance (béate) de ceux et celles qui croient    une monnaie qui peut s’échanger librement sans contrainte. L’inventeur de l’Idée est un pseudonyme japonais, Satoshi Nakomoto, qui n’est peut être pas japonais du tout.  Selon le Chairman et Executive Director, Peter Vessenes, qui en est egalement le Trésorier ( !) il s’agit de la communauté la plus excitante, dynamique entrepreneuriale et énergiséequ’il ait rencontrée.  Ce « serial entrepreneur » qui a créé une société de développement en Afrique peut-il même parler au nom de Bitcoin ? Son curriculum sur le site de la fondation brille par des affirmations de responsabilités sans que le nom des sociétés auxquelles il a été associé soit précisé. Tout cela est éminemment suspect.

Il est urgent de s’abstenir : l’enquête ne fait que commencer.

Bitcoin ressemble de plus en plus à une gigantesque fraude dont le Conseil d’Administration ou les représentants sont mystérieux. Il y a même un crypto économiste (!) qui prétend être professeur à a la George Washington University. Son Chef Scientiste, Gavin Anderson se déclare être un libertaire.

Bitcoin est une devise virtuelle, a déclaré le département du trésor américain le mois dernier : elle n’a donc pas de valeur officielle, et ne constitue pas un moyen de paiement legal.  FinCen, qui enquête sur les crimes financiers aux Etats Unis, est en charge du dossier. Cela donne une idée de ce qui se prépare. L’enquête qui devra permettre de démanteler ce qui semble être une aventure informatique, sans valeur économique autre que la confiance que sont prêts à lui faire les détenteurs de cette devise.

Bitcoin précise que sa mission est de créer un monde financier stable : il a explosé sous une volatilité inquiétante ces dernières semaines. Selon un des observateurs, Steven Strauss, professeur adjoint à la Harvard Kennedy School, qui a analyse dans Huffington Post, neuf éléments de confiance qui sont nécessaires pour que le Bitcoin survive.  Croire à ces neuf éléments dépasse l’entendement.

La roche tarpéienne est proche du capitole. Il est urgent de se dégager de ce piège qui va exploser à la face des naïfs qui ont suivi un discours populiste qui cachait mal les intérêts financiers de ses créateurs.

La premiere inculpation pour une fraude de type Ponzi sur le Bitcoin a ete prononcee le 24 juillet.


Interview Natacha Polony : Le journalisme et polony.tv. Hommage après son éviction d’europe 1 et PP.

Interview Natacha Polony : Le journalisme et polony.tv. Hommage après son éviction d’europe 1 et PP.

Natacha Polony a accepté, dans cette vidéo interview, de répondre à toutes les questions politiquement incorrecte de Jean-Patrick Grumberg.

© Dreuz.info 17/04/2017

Bienvenue sur Polony TV

Vous faites peut-être partie de ceux qui considèrent que les journalistes sont une profession dans laquelle on ne peut pas avoir confiance, rassurez-vous, c’est très répandu en France. Et nous-même, journalistes, nous nous posons la question des conditions d’exercice de notre métier, c’est pourquoi nous nous sommes réunis à quelques uns et avons fondé « Polony TV »; parce que des naufrages médiatiques il y en a eu beaucoup, il y en a eu beaucoup trop ces dernières années.

Ca commence en 2005 avec le référendum sur le traité constitutionnel et puis ça continue ensuite ces dernières années avec le Brexit, l’élection Trump mais pas seulement, ce sont tous les sujets qui passent en dessous des écrans radar, ceux qui ne sont jamais traité ou quand ils le sont, de manière totalement anecdotique, ce sont des pans entiers du territoire français qui ne sont pas explorés et ce sont surtout des citoyens qui ont l’impression que les journalistes ne voient pas ce que eux voient et qui ont l’impression que les médias se donnent pour mission de dire le bien et le mal et non pas de décrire le plus honnêtement possible la réalité; parce que c’est ça, normalement, le journalisme.

Alors nous, nous nous sommes réunis et avons fondé « Polony TV ».

Pourquoi ?

Parce que « Polony TV » est un média libre qui va vous parler de ce que vous voyez réellement, qui va décrypter l’actualité et qui va donner à penser.

« Polony TV » ne dépend pas de la publicité, il dépend entièrement de ses abonnés. 5 Euros par mois, 50 Euros sur l’année pour une information différente, une information indépendante.

Natacha Polony

Finalscape s’associe à Polony TV et vous encourage vivement à y souscrire afin de rester dans la lumière.

Bonne chance à Natacha et toute son équipe.

Stéphane Guibert  / Finalscape  /  VK

Médias libres : Natacha Polony lance Orwell.tv, un site qui « défend la souveraineté du peuple »

La journaliste du Figaro défend le pluralisme dans les médias en lançant sa propre chaîne de télévision sur Internet dont le but est de luter contre le totalitarisme « soft ».

Se battre contre « l’autocensure de la presse ».

Son but est de publier une information différente, indépendante de toute pression politique ou financière.

Il s’agit d’un média qui n’a de compte à rendre qu’à ses abonnés, tout comme Finalscape.

Natacha déplore le manque de pluralisme, la concentration des médias dans la main de quelques personnes.

Souhaitons-lui bonne chance.

Politique : Du « Bla Bla » mais ce qui est concret par contre, c’est qu’Israël a désormais un pied bien assis dans la politique Française.

Benyamin Nétanyahou a un candidat favori au second tour des législatives françaises : Meyer Habib. C’est son ami de longue date, son intermédiaire privilégié auprès des dirigeants français.

Le 25 mai, le premier ministre israélien a même enregistré une vidéo de soutien, tout sourire à ses côtés, diffusé sur le compte Twitter du candidat. Cela suffira-t-il ? Meyer Habib (UDI) joue gros dans la 8e circonscription des Français de l’étranger.

Il a été devancé au premier tour par Florence Drory, la candidate adoubée par La République en marche (35,51 % des voix, contre 36,73 %).

Eh bien c’est chose faite, le voici désormais dans la place.

Avec l’avenue de Meyer Habib, les plus complotistes nous diront qu’il s’agit là d’un plan longuement mûri  pour la mise en place, en France, d’un certain Nouvel Ordre Mondial, le remaniement du Moyen-Orient, Le Grand Israël etc…

Lentement mais surement l’oiseau fait son nid et désormais, avec l’arrivée de Meyer Habib au gouvernement français, les sionistes ont un pion précieux bien placé sur l’échiquier de la politique internationale.

Stéphane Guibert / Finalscape /VK

Coup de Gueule : Un homme parle aux autres hommes

Magnifique témoignage d’un homme comme les autres, mais un homme éclairé, un chanteur, un poète, un homme qui pense et qui voit, un homme lucide.

  • La sécurité, c’est la justice sociale, c’est des gens qui regardent des vitrines pleines et qui n’arrivent pas à bouffer et qui au bout d’un moment vont se servir.
  • Ces gens qui t’insultent et te méprisent en te disant regarde tout ce que j’ai et toi tu n’as rien, c’est de ta faute parce que toi t’es pas capable. Mais ces incapables, je sais d’où ils viennent, ils descendent sur la côte d’azure et regardez comme ils se comportent avec les femmes de ménage, vous verrez également comme ils sont incapables de nettoyer leur chambre, comment ils sont cons et comment au fond d’eux-mêmes, il n’y a que l’argent qui les guide.

Mr Le Bihan Jean-Marc : un chanteur, un philosophe, un humaniste, un homme.
Son public : la rue

Cette vidéo remonte à 2015 et l’histoire nous rappellera cet homme comme faisant partie des prophètes modernes.

A regarder et méditer !

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

 

Raqqa : L’aviation américaine bombarde au phosphore blanc les civils qui auraient renseigné l’AAS sur les positions des chefs de Daech ?

Dernièrement l’aviation américaine a bombardé au phosphore blanc des populations de Raqqa en tuant beaucoup de civils.

Raqqa est supposée être le QG de Daesh or ces populations n’ont pas été bombardées parce qu’elles sont pro-Daesh, mais parce qu’elles ont donné des renseignements aux Syriens sur la position des chefs de Daesh.

Ces renseignements précis confortés par des signaux de positionnement au sol ont permis à l’aviation russe d’éliminer une bonne partie du commandement daeshois dont probablement Abou Bakr Al baghdadi.

Ces chefs daeshois tenaient une réunion dans un bâtiment de Raqqa lequel fut la cible des bombes guidées au laser russes.

L’aviation russe vient d’ailleurs de faire échouer une tentative de Daesh de forcer les défenses de Deir Ez-Zor. Au cours de ce bombardement 2 hauts responsables militaires de Daesh ont été tués, disent les Russes.

Qu’est-ce que le phosphore blanc, utilisé contre Daesh en Irak et en Syrie ?

La coalition internationale  a utilisé ce produit pour reprendre Raqqa et Mossoul aux Jihadistes. L’alliance a justifié en avoir fait usage « conformément au droit des conflits armés »

SELON LES CAS, L’UTILISATION DU PHOSPHORE BLANC PEUT RELEVER DU CRIME DE GUERRE

Le phosphore blanc sert généralement a créer des écrans de fumée sur un camp de bataille mais son usage dans des zones ou vivent des civils est interdit par le droit international. Cet agent chimique provoque de graves brûlures de la peau, des muscles voire même des os. Sa combustion ne s’arrête que l’lorsqu’il est privé d’oxygène.

L’armée américaine a reconnu avoir fait l’usage du phosphore blanc à Falloujah (Irak) 2004, Israël a aussi dit s’en être servi lors de son offensive sur Gaza en 2009.

Les armes au phosphore blanc ne sont autorisées selon les conventions de Genève que pour éclairer un champ de bataille et en aucun cas ne peuvent être utilisées en zone habitée et/ou sur des civiles.

Gaza :
Images d’un bébé palestinien victime du phosphore blanc. C’était en 2009 et malgré l’atrocité, cela se produit encore !

ATTENTION A LA DURETE DES IMAGES !

Dans son premier rapport exhaustif sur l’offensive à Gaza, l’Etat hébreu assure avoir employé l’agent chimique de manière légale pour former des écrans de fumée, et non comme arme contre les civils. Ce que contestent les organisations humanitaires.

Israël fait machine arrière. Après avoir nié pendant des mois avoir utilisé des munitions au phosphore blanc lors de son offensive sur Gaza en début d’année, le gouvernement admet dans un rapport, publié jeudi, en avoir finalement fait usage. Mais cette utilisation a été en tout point conforme au droit international en la matière, martèlent les autorités israéliennes dans ce premier document exhaustif sur l’opération «Plomb durci». L’agent chimique n’a été utilisé que pour former des écrans de fumées pour protéger l’avancée de ses soldats, explique-t-on côté israélien en réponse aux organisations humanitaires et aux Palestiniens. Ceux-ci accusent l’Etat hébreu d’avoir violé le droit international de la guerre, lors de «Plomb durci» et avoir sciemment détruit des biens et tué des civils.

Les munitions au phosphore n’ont jamais été tirées contre les civils, à l’intérieur de zones d’habitation, ce qui aurait constitué une violation du droit, affirme le rapport. Le phosphore cause en effet de grave brûlures de la peau, des muscles, voire des os. Sa combustion ne s’arrête que lorsqu’il est privé d’oxygène. Mais, affirme le rapport,«il ne paraît pas y avoir de morts documentées à Gaza résultant de l’exposition au phosphore blanc lui-même».

L’aveu des autorités israéliennes surprend peu. Il devenait de plus en plus difficile pour Israël de nier avoir eu recours au phosphore. De nombreux restes de munitions où des traces blanches de phosphore étaient visibles, ont été retrouvés dans Gaza. L’ONU avait même affirmé détenir des preuves démontrant que la substance avait été utilisée lors du raid mené contre un de ses entrepôts lors de l’offensive.

Tsahal étudie une centaine de plaintes

La bande de Gaza étant une des zones les plus densément peuplées de la planète, le rapport prend toutefois des précautions : ses rédacteurs n’excluent pas que des éclats d’obus contenant des résidus de phosphore blanc puissent avoir fait des blessés ou provoqué des incendies. Cependant, font-ils valoir, «il ne semble pas que les dégâts liés à cette utilisation puissent être considérés comme excessifs».

Leur rapport, qui sort avant celui des Nations unies sur les crimes de guerre à Gaza, entend faire ressortir le bien-fondé et la légalité de l’offensive de 22 jours. L’opération «Plomb durci», qui a fait plus de 1.100 morts côté palestinien et 13 du coté de l’Etat hébreu, «était nécessaire et proportionnée», affirme le texte.

«Israël avait, et le droit, et l’obligation, de prendre des mesures militaires pour faire cesser les tirs presque incessants de roquette et de mortiers du Hamas», peut-on lire encore. Quelque 12.000 projectiles ont été tirés sur Israël entre 2000 et 2008, dont près de 3.000 pour la seule année 2008 menaçant près d’un million d’Israéliens, précise le texte. En outre, plaide-t-il, Israël a pris plusieurs mesures pour tenter de limiter les souffrances des Gazaouis. Selon cet audit, Tsahal a choisi les armes les moins destructrices et a demandé aux Palestiniens de quitter les lieux où le Hamas est implanté, via des tracts et des appels.

Ce rapport souligne également qu’Israël a pris en compte les accusations de violations des droits de la guerre formulées par les organisations humanitaires. L’armée israélienne enquête sur une centaine de plaintes concernant des abus de ses soldats et a ouvert 15 enquêtes criminelles. Tsahal a promis de rendre public les résultats de ses investigations lorsqu’elles seront arrivées à leur terme.

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Natacha Polony : Son analyse sur la répartition des richesses

Dans le cadre de l’émission de RMC « Les grandes gueules », Natacha Polony que l’on aime de plus en plus ici nous fait part de son analyse pertinente sur la répartition des richesses et nous démontre comment l’extrême pauvreté dans les pays du tiers monde c’est résorbée au détriment des classes moyennes en occident.

Si le marché du travail se libéralise et qu’une concurrence à tout va est mise en place, cela va indéniablement créer un appel d’air sans précédent au chômage. Cela ne créera aucun emploi et bien au contraire ira dans le sens de faciliter les licenciements et ce n’est pas le fait de faciliter les licenciements qui va remplir les carnets de commandes.

Eh oui et ce sont ces journalistes là, les vrais, celles et ceux qui ont des « cojones » que l’on sanctionne et que l’on réduit au silence.

En fin de vidéo, Jacques Chirac qui se prononçait sur l’Europe lors d’un discours en 1979 et dénonçait une construction Européenne de l’impuissance, une Europe ouverte à toutes les crises du monde, une Europe non Européenne et dominée par des intérêts Germano-américains, une Europe du chômage importé, une Europe mollusque, sans corps et sans dessein véritable, une Europe ou les multinationales dictent leurs lois aux états et qui retourna sa chemise comme une crêpe avant le référendum de 2005.

 

Stéphane Guibert / Finalscape / VK

Syrie : Le phosphore blanc, que la coalition anti-Daech est accusée d’utiliser

La coalition anti-Daech ferait usage de bombes au phosphore blanc à Raqqa et à Mossoul pour reconquérir ces deux villes aux mains de l’EI. De quoi s’agit-il?

Des images dérangeantes. Des vidéos montrant de tirs de munition au phosphore blanc ont été mises en ligne par les activistes de Raqqa Is Being Slaughtered Silently (RBSS, « Raqqa se fait massacrer en silence »), mais également par l’Aamaq, l' »agence de presse » de l’organisation Etat islamique (EI). Elles feraient partie de la panoplie d’armes employées pour déloger l’EI de Raqqa, son fief du nord-est de la Syrie.